Citation
Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel, Port-au-Prince copy

Material Information

Title:
Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel, Port-au-Prince copy
Abbreviated Title:
(20 reels, digitized at NBS from U.FL microfilm; UF/LLMC split costs)
Publication Date:

Notes

General Note:
4-per-1789-
General Note:
U. Fl. Microfilm

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LLMC31773

Downloads

This item has the following downloads:

00001 ( .txt )

00003 ( .txt )

00004 ( .txt )

00005 ( .txt )

00006 ( .txt )

00007 ( .txt )

00008 ( .txt )

00009 ( .txt )

00010 ( .txt )

00011 ( .txt )

00012 ( .txt )

00013 ( .txt )

00014 ( .txt )

00015 ( .txt )

00016 ( .txt )

00017 ( .txt )

00018 ( .txt )

00019 ( .txt )

00020 ( .txt )

00021 ( .txt )

00022 ( .txt )

00023 ( .txt )

00024 ( .txt )

00025 ( .txt )

00026 ( .txt )

00027 ( .txt )

00028 ( .txt )

00029 ( .txt )

00030 ( .txt )

00031 ( .txt )

00032 ( .txt )

00033 ( .txt )

00034 ( .txt )

00035 ( .txt )

00036 ( .txt )

00037 ( .txt )

00038 ( .txt )

00039 ( .txt )

00040 ( .txt )

00041 ( .txt )

00042 ( .txt )

00043 ( .txt )

00044 ( .txt )

00045 ( .txt )

00046 ( .txt )

00047 ( .txt )

00048 ( .txt )

00049 ( .txt )

00050 ( .txt )

00051 ( .txt )

00052 ( .txt )

00053 ( .txt )

00054 ( .txt )

00055 ( .txt )

00056 ( .txt )

00057 ( .txt )

00058 ( .txt )

00059 ( .txt )

00060 ( .txt )

00061 ( .txt )

00062 ( .txt )

00063 ( .txt )

00064 ( .txt )

00065 ( .txt )

00066 ( .txt )

00067 ( .txt )

00068 ( .txt )

00069 ( .txt )

00070 ( .txt )

00071 ( .txt )

00072 ( .txt )

00073 ( .txt )

00074 ( .txt )

00075 ( .txt )

00076 ( .txt )

00077 ( .txt )

00078 ( .txt )

00079 ( .txt )

00080 ( .txt )

00081 ( .txt )

00082 ( .txt )

00083 ( .txt )

00084 ( .txt )

00085 ( .txt )

00086 ( .txt )

00087 ( .txt )

00088 ( .txt )

00089 ( .txt )

00090 ( .txt )

00091 ( .txt )

00092 ( .txt )

00093 ( .txt )

00094 ( .txt )

00095 ( .txt )

00096 ( .txt )

00097 ( .txt )

00098 ( .txt )

00099 ( .txt )

00100 ( .txt )

00101 ( .txt )

00102 ( .txt )

00103 ( .txt )

00104 ( .txt )

00105 ( .txt )

00106 ( .txt )

00107 ( .txt )

00108 ( .txt )

00109 ( .txt )

00110 ( .txt )

00111 ( .txt )

00112 ( .txt )

00113 ( .txt )

00114 ( .txt )

00115 ( .txt )

00116 ( .txt )

00117 ( .txt )

00118 ( .txt )

00119 ( .txt )

00120 ( .txt )

00121 ( .txt )

00122 ( .txt )

00123 ( .txt )

00124 ( .txt )

00125 ( .txt )

00126 ( .txt )

00127 ( .txt )

00128 ( .txt )

00129 ( .txt )

00130 ( .txt )

00131 ( .txt )

00132 ( .txt )

00133 ( .txt )

00134 ( .txt )

00135 ( .txt )

00136 ( .txt )

00137 ( .txt )

00138 ( .txt )

00139 ( .txt )

00140 ( .txt )

00141 ( .txt )

00142 ( .txt )

00143 ( .txt )

00144 ( .txt )

00145 ( .txt )

00146 ( .txt )

00147 ( .txt )

00148 ( .txt )

00149 ( .txt )

00150 ( .txt )

00151 ( .txt )

00152 ( .txt )

00153 ( .txt )

00154 ( .txt )

00155 ( .txt )

00156 ( .txt )

00157 ( .txt )

00158 ( .txt )

00159 ( .txt )

00160 ( .txt )

00161 ( .txt )

00162 ( .txt )

00163 ( .txt )

00164 ( .txt )

00165 ( .txt )

00166 ( .txt )

00167 ( .txt )

00168 ( .txt )

00169 ( .txt )

00170 ( .txt )

00171 ( .txt )

00172 ( .txt )

00173 ( .txt )

00174 ( .txt )

00175 ( .txt )

00176 ( .txt )

00177 ( .txt )

00178 ( .txt )

00179 ( .txt )

00180 ( .txt )

00181 ( .txt )

00182 ( .txt )

00183 ( .txt )

00184 ( .txt )

00185 ( .txt )

00186 ( .txt )

00187 ( .txt )

00188 ( .txt )

00189 ( .txt )

00190 ( .txt )

00191 ( .txt )

00192 ( .txt )

00193 ( .txt )

00194 ( .txt )

00195 ( .txt )

00196 ( .txt )

00197 ( .txt )

00198 ( .txt )

00199 ( .txt )

00200 ( .txt )

00201 ( .txt )

00202 ( .txt )

00203 ( .txt )

00204 ( .txt )

00205 ( .txt )

00206 ( .txt )

00207 ( .txt )

00208 ( .txt )

00209 ( .txt )

00210 ( .txt )

00211 ( .txt )

00212 ( .txt )

00213 ( .txt )

00214 ( .txt )

00215 ( .txt )

00216 ( .txt )

00217 ( .txt )

00218 ( .txt )

00219 ( .txt )

00220 ( .txt )

00221 ( .txt )

00222 ( .txt )

00223 ( .txt )

00224 ( .txt )

00225 ( .txt )

00226 ( .txt )

00227 ( .txt )

00228 ( .txt )

00229 ( .txt )

00230 ( .txt )

00231 ( .txt )

00232 ( .txt )

00233 ( .txt )

00234 ( .txt )

00235 ( .txt )

00236 ( .txt )

00237 ( .txt )

00238 ( .txt )

00239 ( .txt )

00240 ( .txt )

00241 ( .txt )

00242 ( .txt )

00243 ( .txt )

00244 ( .txt )

00245 ( .txt )

00246 ( .txt )

00247 ( .txt )

00248 ( .txt )

00249 ( .txt )

00250 ( .txt )

00251 ( .txt )

00252 ( .txt )

00253 ( .txt )

00254 ( .txt )

00255 ( .txt )

00256 ( .txt )

00257 ( .txt )

00258 ( .txt )

00259 ( .txt )

00260 ( .txt )

00261 ( .txt )

00262 ( .txt )

00263 ( .txt )

00264 ( .txt )

00265 ( .txt )

00266 ( .txt )

00267 ( .txt )

00268 ( .txt )

00269 ( .txt )

00270 ( .txt )

00271 ( .txt )

00272 ( .txt )

00273 ( .txt )

00274 ( .txt )

00275 ( .txt )

00276 ( .txt )

00277 ( .txt )

00278 ( .txt )

00279 ( .txt )

00280 ( .txt )

00281 ( .txt )

00282 ( .txt )

00283 ( .txt )

00284 ( .txt )

00285 ( .txt )

00286 ( .txt )

00287 ( .txt )

00288 ( .txt )

00289 ( .txt )

00290 ( .txt )

00291 ( .txt )

00292 ( .txt )

00293 ( .txt )

00294 ( .txt )

00295 ( .txt )

00296 ( .txt )

00297 ( .txt )

00298 ( .txt )

00299 ( .txt )

00300 ( .txt )

00301 ( .txt )

00302 ( .txt )

00303 ( .txt )

00304 ( .txt )

00305 ( .txt )

00306 ( .txt )

00307 ( .txt )

00308 ( .txt )

00309 ( .txt )

00310 ( .txt )

00311 ( .txt )

00312 ( .txt )

00313 ( .txt )

00314 ( .txt )

00315 ( .txt )

00316 ( .txt )

00317 ( .txt )

00318 ( .txt )

00319 ( .txt )

00320 ( .txt )

00321 ( .txt )

00322 ( .txt )

00323 ( .txt )

00324 ( .txt )

00325 ( .txt )

00326 ( .txt )

00327 ( .txt )

00328 ( .txt )

00329 ( .txt )

00330 ( .txt )

00331 ( .txt )

00332 ( .txt )

00333 ( .txt )

00334 ( .txt )

00335 ( .txt )

00336 ( .txt )

00337 ( .txt )

00338 ( .txt )

00339 ( .txt )

00340 ( .txt )

00341 ( .txt )

00342 ( .txt )

00343 ( .txt )

00344 ( .txt )

00345 ( .txt )

00346 ( .txt )

00347 ( .txt )

00348 ( .txt )

00349 ( .txt )

00350 ( .txt )

00351 ( .txt )

00352 ( .txt )

00353 ( .txt )

00354 ( .txt )

00355 ( .txt )

00356 ( .txt )

00357 ( .txt )

00358 ( .txt )

00359 ( .txt )

00360 ( .txt )

00361 ( .txt )

00362 ( .txt )

00363 ( .txt )

00364 ( .txt )

00365 ( .txt )

00366 ( .txt )

00367 ( .txt )

00368 ( .txt )

00369 ( .txt )

00370 ( .txt )

00371 ( .txt )

00372 ( .txt )

00373 ( .txt )

00374 ( .txt )

00375 ( .txt )

00376 ( .txt )

00377 ( .txt )

00378 ( .txt )

00379 ( .txt )

00380 ( .txt )

00381 ( .txt )

00382 ( .txt )

00383 ( .txt )

00384 ( .txt )

00385 ( .txt )

00386 ( .txt )

00387 ( .txt )

00388 ( .txt )

00389 ( .txt )

00390 ( .txt )

00391 ( .txt )

00392 ( .txt )

00393 ( .txt )

00394 ( .txt )

00395 ( .txt )

00396 ( .txt )

00397 ( .txt )

00398 ( .txt )

00399 ( .txt )

00400 ( .txt )

00401 ( .txt )

00402 ( .txt )

00403 ( .txt )

00404 ( .txt )

00405 ( .txt )

00406 ( .txt )

00407 ( .txt )

00408 ( .txt )

00409 ( .txt )

00410 ( .txt )

00411 ( .txt )

00412 ( .txt )

00413 ( .txt )

00414 ( .txt )

00415 ( .txt )

00416 ( .txt )

00417 ( .txt )

00418 ( .txt )

00419 ( .txt )

00420 ( .txt )

00421 ( .txt )

00422 ( .txt )

00423 ( .txt )

00424 ( .txt )

00425 ( .txt )

00426 ( .txt )

00427 ( .txt )

00428 ( .txt )

00429 ( .txt )

00430 ( .txt )

00431 ( .txt )

00432 ( .txt )

00433 ( .txt )

00434 ( .txt )

00435 ( .txt )

00436 ( .txt )

00437 ( .txt )

00438 ( .txt )

00439 ( .txt )

00440 ( .txt )

00441 ( .txt )

00442 ( .txt )

00443 ( .txt )

00444 ( .txt )

00445 ( .txt )

00446 ( .txt )

00447 ( .txt )

00448 ( .txt )

00449 ( .txt )

00450 ( .txt )

00451 ( .txt )

00452 ( .txt )

00453 ( .txt )

00454 ( .txt )

00455 ( .txt )

00456 ( .txt )

00457 ( .txt )

00458 ( .txt )

00459 ( .txt )

00460 ( .txt )

00461 ( .txt )

00462 ( .txt )

00463 ( .txt )

00464 ( .txt )

00465 ( .txt )

00466 ( .txt )

00467 ( .txt )

00468 ( .txt )

00469 ( .txt )

00470 ( .txt )

00471 ( .txt )

00472 ( .txt )

00473 ( .txt )

00474 ( .txt )

00475 ( .txt )

00476 ( .txt )

00477 ( .txt )

00478 ( .txt )

00479 ( .txt )

00480 ( .txt )

00481 ( .txt )

00482 ( .txt )

00483 ( .txt )

00484 ( .txt )

00485 ( .txt )

00486 ( .txt )

00487 ( .txt )

00488 ( .txt )

00489 ( .txt )

00490 ( .txt )

00491 ( .txt )

00492 ( .txt )

00493 ( .txt )

00494 ( .txt )

00495 ( .txt )

00496 ( .txt )

00497 ( .txt )

00498 ( .txt )

00499 ( .txt )

00500 ( .txt )

00501 ( .txt )

00502 ( .txt )

00503 ( .txt )

00504 ( .txt )

00505 ( .txt )

00506 ( .txt )

00507 ( .txt )

00508 ( .txt )

00509 ( .txt )

00510 ( .txt )

00511 ( .txt )

00512 ( .txt )

00513 ( .txt )

00514 ( .txt )

00515 ( .txt )

00516 ( .txt )

00517 ( .txt )

00518 ( .txt )

00519 ( .txt )

00520 ( .txt )

00521 ( .txt )

00522 ( .txt )

00523 ( .txt )

00524 ( .txt )

00525 ( .txt )

00526 ( .txt )

00527 ( .txt )

00528 ( .txt )

00529 ( .txt )

00530 ( .txt )

00531 ( .txt )

00532 ( .txt )

00533 ( .txt )

00534 ( .txt )

00535 ( .txt )

00536 ( .txt )

00537 ( .txt )

00538 ( .txt )

00539 ( .txt )

00540 ( .txt )

00541 ( .txt )

00542 ( .txt )

00543 ( .txt )

00544 ( .txt )

00545 ( .txt )

00546 ( .txt )

00547 ( .txt )

00548 ( .txt )

00549 ( .txt )

00550 ( .txt )

00551 ( .txt )

00552 ( .txt )

00553 ( .txt )

00554 ( .txt )

00555 ( .txt )

00556 ( .txt )

00557 ( .txt )

00558 ( .txt )

00559 ( .txt )

00560 ( .txt )

00561 ( .txt )

00562 ( .txt )

00563 ( .txt )

00564 ( .txt )

00565 ( .txt )

00566 ( .txt )

00567 ( .txt )

00568 ( .txt )

00569 ( .txt )

00570 ( .txt )

00571 ( .txt )

00572 ( .txt )

00573 ( .txt )

00574 ( .txt )

00575 ( .txt )

00576 ( .txt )

00577 ( .txt )

00578 ( .txt )

00579 ( .txt )

00580 ( .txt )

00581 ( .txt )

00582 ( .txt )

00583 ( .txt )

00584 ( .txt )

00585 ( .txt )

00586 ( .txt )

00587 ( .txt )

00588 ( .txt )

00589 ( .txt )

00590 ( .txt )

00591 ( .txt )

00592 ( .txt )

00593 ( .txt )

00594 ( .txt )

00595 ( .txt )

00596 ( .txt )

00597 ( .txt )

00598 ( .txt )

00599 ( .txt )

00600 ( .txt )

00601 ( .txt )

00602 ( .txt )

00603 ( .txt )

00604 ( .txt )

00605 ( .txt )

00606 ( .txt )

00607 ( .txt )

00608 ( .txt )

00609 ( .txt )

00610 ( .txt )

00611 ( .txt )

00612 ( .txt )

00613 ( .txt )

00614 ( .txt )

00615 ( .txt )

00616 ( .txt )

00617 ( .txt )

00618 ( .txt )

00619 ( .txt )

00620 ( .txt )

00621 ( .txt )

00622 ( .txt )

00623 ( .txt )

00624 ( .txt )

00625 ( .txt )

00626 ( .txt )

00627 ( .txt )

00628 ( .txt )

00629 ( .txt )

00630 ( .txt )

00631 ( .txt )

00632 ( .txt )

00633 ( .txt )

00634 ( .txt )

00635 ( .txt )

00636 ( .txt )

00637 ( .txt )

00638 ( .txt )

00639 ( .txt )

00640 ( .txt )

00641 ( .txt )

00642 ( .txt )

00643 ( .txt )

00644 ( .txt )

00645 ( .txt )

00646 ( .txt )

00647 ( .txt )

00648 ( .txt )

00649 ( .txt )

00650 ( .txt )

00651 ( .txt )

00652 ( .txt )

00653 ( .txt )

00654 ( .txt )

00655 ( .txt )

00656 ( .txt )

00657 ( .txt )

00658 ( .txt )

00659 ( .txt )

00660 ( .txt )

00661 ( .txt )

00662 ( .txt )

00663 ( .txt )

00664 ( .txt )

00665 ( .txt )

00666 ( .txt )

00667 ( .txt )

00668 ( .txt )

00669 ( .txt )

00670 ( .txt )

00671 ( .txt )

00672 ( .txt )

00673 ( .txt )

00674 ( .txt )

00675 ( .txt )

00676 ( .txt )

00677 ( .txt )

00678 ( .txt )

00679 ( .txt )

00680 ( .txt )

00681 ( .txt )

00682 ( .txt )

00683 ( .txt )

00684 ( .txt )

00685 ( .txt )

00686 ( .txt )

00687 ( .txt )

00688 ( .txt )

00689 ( .txt )

00690 ( .txt )

00691 ( .txt )

00692 ( .txt )

00693 ( .txt )

00694 ( .txt )

00695 ( .txt )

00696 ( .txt )

00697 ( .txt )

00698 ( .txt )

00699 ( .txt )

00700 ( .txt )

00701 ( .txt )

00702 ( .txt )

00703 ( .txt )

00704 ( .txt )

00705 ( .txt )

00706 ( .txt )

00707 ( .txt )

00708 ( .txt )

00709 ( .txt )

00710 ( .txt )

00711 ( .txt )

00712 ( .txt )

00713 ( .txt )

00714 ( .txt )

00715 ( .txt )

00716 ( .txt )

00717 ( .txt )

00718 ( .txt )

00719 ( .txt )

00720 ( .txt )

00721 ( .txt )

00722 ( .txt )

00723 ( .txt )

00724 ( .txt )

00725 ( .txt )

00726 ( .txt )

00727 ( .txt )

00728 ( .txt )

00729 ( .txt )

00730 ( .txt )

00731 ( .txt )

00732 ( .txt )

00733 ( .txt )

00734 ( .txt )

00735 ( .txt )

00736 ( .txt )

00737 ( .txt )

00738 ( .txt )

00739 ( .txt )

00740 ( .txt )

00741 ( .txt )

00742 ( .txt )

00743 ( .txt )

00744 ( .txt )

00745 ( .txt )

00746 ( .txt )

00747 ( .txt )

00748 ( .txt )

00749 ( .txt )

00750 ( .txt )

00751 ( .txt )

00752 ( .txt )

00753 ( .txt )

00754 ( .txt )

00755 ( .txt )

00756 ( .txt )

00757 ( .txt )

00758 ( .txt )

00759 ( .txt )

00760 ( .txt )

00761 ( .txt )

00762 ( .txt )

00763 ( .txt )

00764 ( .txt )

00765 ( .txt )

00766 ( .txt )

00767 ( .txt )

00768 ( .txt )

00769 ( .txt )

00770 ( .txt )

00771 ( .txt )

00772 ( .txt )

00773 ( .txt )

00774 ( .txt )

00775 ( .txt )

00776 ( .txt )

00777 ( .txt )

00778 ( .txt )

00779 ( .txt )

00780 ( .txt )

00781 ( .txt )

00782 ( .txt )

00783 ( .txt )

00784 ( .txt )

00785 ( .txt )

00786 ( .txt )

00787 ( .txt )

00788 ( .txt )

00789 ( .txt )

00790 ( .txt )

00791 ( .txt )

00792 ( .txt )

00793 ( .txt )

00794 ( .txt )

00795 ( .txt )

00796 ( .txt )

00797 ( .txt )

00798 ( .txt )

00799 ( .txt )

00800 ( .txt )

00801 ( .txt )

00802 ( .txt )

00803 ( .txt )

00804 ( .txt )

00805 ( .txt )

00806 ( .txt )

00807 ( .txt )

00808 ( .txt )

00809 ( .txt )

00810 ( .txt )

00811 ( .txt )

00812 ( .txt )

00813 ( .txt )

00814 ( .txt )

00815 ( .txt )

00816 ( .txt )

00817 ( .txt )

00818 ( .txt )

00819 ( .txt )

00820 ( .txt )

00821 ( .txt )

00822 ( .txt )

00823 ( .txt )

00824 ( .txt )

00825 ( .txt )

00826 ( .txt )

00827 ( .txt )

00828 ( .txt )

00829 ( .txt )

00830 ( .txt )

00831 ( .txt )

00832 ( .txt )

00833 ( .txt )

00834 ( .txt )

00835 ( .txt )

00836 ( .txt )

00837 ( .txt )

00838 ( .txt )

00839 ( .txt )

00840 ( .txt )

00841 ( .txt )

00842 ( .txt )

00843 ( .txt )

00844 ( .txt )

00845 ( .txt )

00846 ( .txt )

00847 ( .txt )

00848 ( .txt )

00849 ( .txt )

00850 ( .txt )

00851 ( .txt )

00852 ( .txt )

00853 ( .txt )

00854 ( .txt )

00855 ( .txt )

00856 ( .txt )

00857 ( .txt )

00858 ( .txt )

00859 ( .txt )

00860 ( .txt )

00861 ( .txt )

00862 ( .txt )

00863 ( .txt )

00864 ( .txt )

00865 ( .txt )

00866 ( .txt )

00867 ( .txt )

00868 ( .txt )

00869 ( .txt )

00870 ( .txt )

00871 ( .txt )

00872 ( .txt )

00873 ( .txt )

00874 ( .txt )

00875 ( .txt )

00876 ( .txt )

00877 ( .txt )

00878 ( .txt )

00879 ( .txt )

00880 ( .txt )

00881 ( .txt )

00882 ( .txt )

00883 ( .txt )

00884 ( .txt )

00885 ( .txt )

00886 ( .txt )

00887 ( .txt )

00888 ( .txt )

00889 ( .txt )

00890 ( .txt )

00891 ( .txt )

00892 ( .txt )

00893 ( .txt )

00894 ( .txt )

00895 ( .txt )

00896 ( .txt )

00897 ( .txt )

00898 ( .txt )

00899 ( .txt )

00900 ( .txt )

00901 ( .txt )

00902 ( .txt )

00903 ( .txt )

00904 ( .txt )

00905 ( .txt )

00906 ( .txt )

00907 ( .txt )

00908 ( .txt )

00909 ( .txt )

00910 ( .txt )

00911 ( .txt )

00912 ( .txt )

00913 ( .txt )

00914 ( .txt )

00915 ( .txt )

00916 ( .txt )

00917 ( .txt )

00918 ( .txt )

00919 ( .txt )

00920 ( .txt )

00921 ( .txt )

00922 ( .txt )

00923 ( .txt )

00924 ( .txt )

00925 ( .txt )

00926 ( .txt )

00927 ( .txt )

00928 ( .txt )

00929 ( .txt )

00930 ( .txt )

00931 ( .txt )

00932 ( .txt )

00933 ( .txt )

00934 ( .txt )

00935 ( .txt )

00937 ( .txt )

00938 ( .txt )

00939 ( .txt )

00940 ( .txt )

00941 ( .txt )

00942 ( .txt )

00943 ( .txt )

00944 ( .txt )

00945 ( .txt )

00946 ( .txt )

00947 ( .txt )

00948 ( .txt )

00949 ( .txt )

00950 ( .txt )

00951 ( .txt )

00952 ( .txt )

00953 ( .txt )

00954 ( .txt )

00955 ( .txt )

00956 ( .txt )

00957 ( .txt )

00958 ( .txt )

00959 ( .txt )

00960 ( .txt )

00961 ( .txt )

00962 ( .txt )

00963 ( .txt )

00964 ( .txt )

00965 ( .txt )

00966 ( .txt )

00967 ( .txt )

00968 ( .txt )

00969 ( .txt )

00970 ( .txt )

00971 ( .txt )

00972 ( .txt )

00973 ( .txt )

00974 ( .txt )

00975 ( .txt )

00976 ( .txt )

00977 ( .txt )

00978 ( .txt )

00979 ( .txt )

00980 ( .txt )

00981 ( .txt )

00982 ( .txt )

00983 ( .txt )

00984 ( .txt )

00985 ( .txt )

00986 ( .txt )

00987 ( .txt )

00988 ( .txt )

00989 ( .txt )

00990 ( .txt )

00991 ( .txt )

00992 ( .txt )

00993 ( .txt )

00994 ( .txt )

00995 ( .txt )

00996 ( .txt )

00997 ( .txt )

00998 ( .txt )

00999 ( .txt )

01000 ( .txt )

01001 ( .txt )

01002 ( .txt )

01003 ( .txt )

01004 ( .txt )

01005 ( .txt )

01006 ( .txt )

01007 ( .txt )

01008 ( .txt )

01009 ( .txt )

01010 ( .txt )

01011 ( .txt )

01012 ( .txt )

01013 ( .txt )

01014 ( .txt )

01015 ( .txt )

01016 ( .txt )

01017 ( .txt )

01018 ( .txt )

01019 ( .txt )

01020 ( .txt )

01021 ( .txt )

01022 ( .txt )

01023 ( .txt )

01024 ( .txt )

01025 ( .txt )

01026 ( .txt )

01027 ( .txt )

01028 ( .txt )

01029 ( .txt )

01030 ( .txt )

01031 ( .txt )

01032 ( .txt )

01033 ( .txt )

01034 ( .txt )

01035 ( .txt )

01036 ( .txt )

01037 ( .txt )

01038 ( .txt )

01039 ( .txt )

01040 ( .txt )

01041 ( .txt )

01042 ( .txt )

01043 ( .txt )

01044 ( .txt )

01045 ( .txt )

01046 ( .txt )

01047 ( .txt )

01048 ( .txt )

01049 ( .txt )

01050 ( .txt )

01051 ( .txt )

01052 ( .txt )

01053 ( .txt )

01054 ( .txt )

01055 ( .txt )

01056 ( .txt )

01057 ( .txt )

01058 ( .txt )

01059 ( .txt )

01060 ( .txt )

01061 ( .txt )

01062 ( .txt )

01063 ( .txt )

01064 ( .txt )

01065 ( .txt )

01066 ( .txt )

01067 ( .txt )

01068 ( .txt )

01069 ( .txt )

01070 ( .txt )

01071 ( .txt )

01072 ( .txt )

01073 ( .txt )

01074 ( .txt )

01075 ( .txt )

01076 ( .txt )

01077 ( .txt )

01078 ( .txt )

01079 ( .txt )

01080 ( .txt )

01081 ( .txt )

01082 ( .txt )

01083 ( .txt )

01084 ( .txt )

01085 ( .txt )

01086 ( .txt )

01087 ( .txt )

01088 ( .txt )

01089 ( .txt )

01090 ( .txt )

01091 ( .txt )

01092 ( .txt )

01093 ( .txt )

01094 ( .txt )

01095 ( .txt )

01096 ( .txt )

01098 ( .txt )

01099 ( .txt )

01100 ( .txt )

01101 ( .txt )

01102 ( .txt )

01103 ( .txt )

01104 ( .txt )

01105 ( .txt )

01106 ( .txt )

01107 ( .txt )

01108 ( .txt )

01109 ( .txt )

01110 ( .txt )

01111 ( .txt )

01112 ( .txt )

01113 ( .txt )

01114 ( .txt )

01115 ( .txt )

01116 ( .txt )

01117 ( .txt )

01118 ( .txt )

01119 ( .txt )

01120 ( .txt )

01121 ( .txt )

01122 ( .txt )

01123 ( .txt )

01124 ( .txt )

01125 ( .txt )

01126 ( .txt )

01127 ( .txt )

01128 ( .txt )

01129 ( .txt )

01130 ( .txt )

01131 ( .txt )

01132 ( .txt )

01133 ( .txt )

01134 ( .txt )

01135 ( .txt )

01136 ( .txt )

01137 ( .txt )

01138 ( .txt )

01139 ( .txt )

01140 ( .txt )

01141 ( .txt )

01142 ( .txt )

01143 ( .txt )

01144 ( .txt )

01145 ( .txt )

01146 ( .txt )

01147 ( .txt )

01148 ( .txt )

01149 ( .txt )

01150 ( .txt )

01151 ( .txt )

01152 ( .txt )

01153 ( .txt )

01154 ( .txt )

01155 ( .txt )

01156 ( .txt )

01157 ( .txt )

01158 ( .txt )

01159 ( .txt )

01160 ( .txt )

01161 ( .txt )

01162 ( .txt )

01163 ( .txt )

01164 ( .txt )

01165 ( .txt )

01166 ( .txt )

01167 ( .txt )

01168 ( .txt )

01169 ( .txt )

01170 ( .txt )

01171 ( .txt )

01172 ( .txt )

01173 ( .txt )

01174 ( .txt )

01175 ( .txt )

01176 ( .txt )

01177 ( .txt )

01178 ( .txt )

01179 ( .txt )

01180 ( .txt )

01181 ( .txt )

01182 ( .txt )

01183 ( .txt )

01184 ( .txt )

01185 ( .txt )

01186 ( .txt )

01187 ( .txt )

01188 ( .txt )

01189 ( .txt )

01190 ( .txt )

01191 ( .txt )

01192 ( .txt )

01193 ( .txt )

01194 ( .txt )

01195 ( .txt )

01196 ( .txt )

01197 ( .txt )

01198 ( .txt )

01199 ( .txt )

01200 ( .txt )

01201 ( .txt )

01202 ( .txt )

01203 ( .txt )

01204 ( .txt )

01205 ( .txt )

01206 ( .txt )

01207 ( .txt )

01208 ( .txt )

01209 ( .txt )

01210 ( .txt )

01211 ( .txt )

01212 ( .txt )

01213 ( .txt )

01214 ( .txt )

01215 ( .txt )

01216 ( .txt )

01217 ( .txt )

01218 ( .txt )

01219 ( .txt )

01220 ( .txt )

01221 ( .txt )

01222 ( .txt )

01223 ( .txt )

01224 ( .txt )

01225 ( .txt )

01226 ( .txt )

01227 ( .txt )

01228 ( .txt )

01229 ( .txt )

01230 ( .txt )

01231 ( .txt )

01232 ( .txt )

01233 ( .txt )

01234 ( .txt )

01235 ( .txt )

01236 ( .txt )

01237 ( .txt )

01238 ( .txt )

01239 ( .txt )

01240 ( .txt )

01242 ( .txt )

01243 ( .txt )

01244 ( .txt )

01245 ( .txt )

01246 ( .txt )

01247 ( .txt )

01248 ( .txt )

01249 ( .txt )

01250 ( .txt )

01251 ( .txt )

01252 ( .txt )

01253 ( .txt )

01254 ( .txt )

01255 ( .txt )

01256 ( .txt )

01257 ( .txt )

01258 ( .txt )

01259 ( .txt )

01260 ( .txt )

01261 ( .txt )

01262 ( .txt )

01263 ( .txt )

01264 ( .txt )

01265 ( .txt )

01266 ( .txt )

01267 ( .txt )

01268 ( .txt )

01269 ( .txt )

01270 ( .txt )

01271 ( .txt )

01272 ( .txt )

01273 ( .txt )

01274 ( .txt )

01275 ( .txt )

01276 ( .txt )

01277 ( .txt )

01278 ( .txt )

01279 ( .txt )

01280 ( .txt )

01281 ( .txt )

01282 ( .txt )

01283 ( .txt )

01284 ( .txt )

01285 ( .txt )

01286 ( .txt )

01287 ( .txt )

01288 ( .txt )

01289 ( .txt )

01290 ( .txt )

01291 ( .txt )

01292 ( .txt )

01293 ( .txt )

01294 ( .txt )

01295 ( .txt )

01296 ( .txt )

01297 ( .txt )

01298 ( .txt )

01299 ( .txt )

01300 ( .txt )

01301 ( .txt )

01302 ( .txt )

01303 ( .txt )

01304 ( .txt )

01305 ( .txt )

01306 ( .txt )

01307 ( .txt )

01308 ( .txt )

01309 ( .txt )

01310 ( .txt )

01311 ( .txt )

01312 ( .txt )

01313 ( .txt )

01314 ( .txt )

01315 ( .txt )

01316 ( .txt )

01317 ( .txt )

01318 ( .txt )

01319 ( .txt )

01320 ( .txt )

01321 ( .txt )

01322 ( .txt )

01323 ( .txt )

01324 ( .txt )

01325 ( .txt )

01326 ( .txt )

01327 ( .txt )

01328 ( .txt )

01329 ( .txt )

01330 ( .txt )

01331 ( .txt )

01332 ( .txt )

01333 ( .txt )

01334 ( .txt )

01335 ( .txt )

01336 ( .txt )

01337 ( .txt )

01338 ( .txt )

01339 ( .txt )

01340 ( .txt )

01341 ( .txt )

01342 ( .txt )

01343 ( .txt )

01344 ( .txt )

01345 ( .txt )

01346 ( .txt )

01347 ( .txt )

01348 ( .txt )

01349 ( .txt )

01350 ( .txt )

01351 ( .txt )

01352 ( .txt )

01353 ( .txt )

01354 ( .txt )

01355 ( .txt )

01356 ( .txt )

01357 ( .txt )

01358 ( .txt )

01359 ( .txt )

01360 ( .txt )

01361 ( .txt )

01362 ( .txt )

01363 ( .txt )

01364 ( .txt )

01365 ( .txt )

01366 ( .txt )

01367 ( .txt )

01368 ( .txt )

01369 ( .txt )

01370 ( .txt )

01371 ( .txt )

01372 ( .txt )

01373 ( .txt )

01374 ( .txt )

01375 ( .txt )

01376 ( .txt )

01377 ( .txt )

01378 ( .txt )

01379 ( .txt )

01380 ( .txt )

01381 ( .txt )

01382 ( .txt )

01383 ( .txt )

01384 ( .txt )

01385 ( .txt )

01386 ( .txt )

01387 ( .txt )

01388 ( .txt )

01389 ( .txt )

01390 ( .txt )

01391 ( .txt )

01392 ( .txt )

01393 ( .txt )

01394 ( .txt )

01395 ( .txt )

01396 ( .txt )

01397 ( .txt )

01398 ( .txt )

01399 ( .txt )

01400 ( .txt )

01401 ( .txt )

01402 ( .txt )

01403 ( .txt )

01404 ( .txt )

01405 ( .txt )

01406 ( .txt )

01407 ( .txt )

01408 ( .txt )

01409 ( .txt )

01410 ( .txt )

01411 ( .txt )

01412 ( .txt )

01413 ( .txt )

01414 ( .txt )

01415 ( .txt )

01416 ( .txt )

01417 ( .txt )

01418 ( .txt )

01419 ( .txt )

01420 ( .txt )

01421 ( .txt )

01422 ( .txt )

01423 ( .txt )

01424 ( .txt )

01425 ( .txt )

01426 ( .txt )

01427 ( .txt )

01428 ( .txt )

01429 ( .txt )

01430 ( .txt )

01431 ( .txt )

01432 ( .txt )

01433 ( .txt )

01434 ( .txt )

01435 ( .txt )

01436 ( .txt )

01437 ( .txt )

01438 ( .txt )

01439 ( .txt )

01440 ( .txt )

01441 ( .txt )

01442 ( .txt )

01443 ( .txt )

01444 ( .txt )

01445 ( .txt )

01446 ( .txt )

01447 ( .txt )

01448 ( .txt )

01449 ( .txt )

01450 ( .txt )

01451 ( .txt )

01452 ( .txt )

01453 ( .txt )

01454 ( .txt )

01455 ( .txt )

01456 ( .txt )

01457 ( .txt )

01458 ( .txt )

01459 ( .txt )

01460 ( .txt )

01461 ( .txt )

01462 ( .txt )

01463 ( .txt )

01464 ( .txt )

01465 ( .txt )

01466 ( .txt )

01467 ( .txt )

01468 ( .txt )

AA00000839_00009 ( .pdf )

AA00000839_00009 ( .txt )


Full Text


This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library



























OF |

LORIDA LIBRARY













ane ntnt aed aerate













ooN§ 102) Duodi, 12 Nevase , Cun y de inte ig aaa weet |
: 4 Hever, Gi on le mainnendra., Je crots gue de fa Réal. Agrésladifeufion lumiveufe qui vicut Pavoir

POLITIQUE
SUEDE.



sy Stockholm, le 30 novembre.





Jyinee tounes d’or environ funt le produit des
oltrsades patriougnes qui ont é1é pores a da
» ehanbbne des finances ponr le foutien de Vhouueur et
{

eal {independance de la Suede.








ibe yaréchal du rovaume, comte Oxenfllern , a
pbienia un congé de deux aus. Le comte Poffe rem-
i {és fonctions pendaat ion ablence. !

Lafage du café a éte défendu. Le club diploba-
_AIgne wysat négigé de de conformer a cette ordom,
TANCE 9 - une defente particulicre a éte Intimee au
téneur de. ce club, Ge procedé a Geplu A quenques-
“écsit Alew: Cour pout demauder des difirucdions iur
eet ‘objet.



: Ke minifire anglais » lord Spencer, eft parti a ta
a “hate, par ordre de fa Cour, pour
2 = Bene

aH

fe rendie af








‘On écrit. de Copenhague, que les fonds de la
“pangue Danc-Moiwegicane relient fixes, pour le
: prelent , 32,4. 0,000 ecusrelpercs.

Lé mécanicien danois Dehlen a dé fae a laf
Tour ronde , a Goptshigue, ua thélegra-

phique:

efial



{TALUTE,
' a Génes, le 10 décembre.

Le convoi anglais de ta Méditerranée eft enié
A Lisbonne, fousPefcorte do vaiflaau anglais PAme- |
Fi. moute par Jacanes Rodney , de deux {re-
“gates etaune chalunpe. Ce conver eft compefé de
39 yuilleaux hotisndas , de S Nu persanx ride fo an-
eee Les vatilcwax marchinds qui fe trouvacut 2
+ Oporto sy dent réunis,

“On a oppris. qu'une efeadee frat gaife sétait ci
"paige do paquebet augleis/a Riva, par de Lisbaure
vde.gi feptambre , et qui avait 4 boid 150 waite
ee

Le pape a condamna. pat nne bolle’ 83 propofitioas
da toviile diocélain de Piflate, Cate conduice de la
Gear. de Rome a pere hapelicre ; ; ctie ef inpolit ine

tong les rapports. Lempevcur et le giand due ne

ie _Tapproa ce ront wuliement ; cneliér, les propofitions
ej Qui plate au pape de condanmer font adeprees daus

a Jo Meute la Tofcaue ct dans toatesles pofleflions autri-

“Pie. shicvies, en Ledlie. ig

: a AL ‘regne.en co moment one fioideur marquée en-



ae 1a Coar de Rome ct le cabinet napoliain; la
“pronitere de ces Cours ef auf en deméié avec te
“gouvernement fuédois, dent ere x excité le mécon-
vtohtement par Jincarceration du célebre graveur
Gradet , stache en cecte qualicé 4 low tereice.












0 écrit de Veniie, que le citvyen N: el qui y ref.
oy Gait en qualité de unuiitre plenipotentaire de la
aaa Fraycaile, fans avoir encore été recensu
ee ie gouvernement véenitien, vient Pétre remplace
“parle cfoyen Lallwaand, ani aletitne Menveye ex-
‘baordiviie. Ge dermiera ¢ fepd eve admis devant le

AHeniar qui selt empreifé de reconnaitre fon ca-
: eactere,





HOLLAND E
Desrives du sae le 19 décembre.

. Ae “corps autsichien eeu an frente de de tole

dang monte A 12.¢00 horames. Us font places le

be de VY tel _0t defines A couvris
© comune de Zatphen.

VOver-Yilel et

“Les, troupes frangaifes cantounées A Pat, fout de
ves incurfiens juiques fous les giacis de Berg:
1 OPS Zoot. La gurnifon de cette dermicve place vicut
“ueue suginentée de, ‘deux régimens,

Breda el étroitement refleryé 4 OW y jette fouvent
te Uoiibea. Les géenéravik Francats ont pris 4 peu
de diflance. ac Williamftade et de Gertruycemberg ,

tt pohiions quiinguietient beaucuup les comuan-
ans de fea places.
‘

!



j | Stitt cenentonr pepe:



_CONVEN Tr 10) N NATIONALE.

Pret dince de Bentabolle.



‘suire DE ta SEANGE bu Q nivesZ.
~ Rend
Pun ny a pas de donte que le fequcfire i

ala ratve du commer gu 3 eey eudant i y

wde
a ad Mileatineme jur Is quoltion de fayoir & on

r Se. ae”
mn . w





au des miniffres ébraupers , et piuhedh s ont gravement |
# follicité ce lécret,
Hou fe sappeltera gue les Nitions vorines et TArgie -
Fterre fartout, out le plus grand intéré: a tuer Je
§ GOnmMMeree.

bles plus
Fiement dacheter ct a reve



meilleure foi dy monde, on peut cubraffer Pune
ot Pautre opinion. Je: vais tichee de fixer celle a
JagueNe on doit s’arréter.

Si, Vanuce derniere , il cit été pofible de dif
cater }3 geribon du féquelie, on cua déveldp pe
les principes du droit des ges, et on aurait: em-
péché que ce décret lit atrache a la Convention. On
prevendait > Par ce meyen, attcindre les Ginigres , les
uésocians et des api stears » et le décret a OPENS un
«fet tutalement coarraire, Les émigres qui avaizut
lattle en France leurs biens-fonds, avaient emperte
leur ergent avec cux ; ainfi ie décret ne les atteignate
“pas. Oo: adiaitqo'en wabtervant pas le f-quelle, on
Fivorifatt tes Hendeeinecs on fe décélair “par ld; on
voulait tuer le commerce qui commengait a prendre
de Pactivité, et Pou vuyaita regret que uos.né-
gociins expédiaiont pour létramger une grande quan-
uié de marchaudifes auviees Chive nous. Ou vou.ait
jtis apper fes agivteurs on osdounant le fequeftre, et
ce font priciicment des agioteurs etrangers qei ont
On fe cioiva fans peine, quand



Il caifait fur Ia place une grande quancité de
papier fur Londres et fur Awfirden ;

les agvvoreurs

Precevalegt en Feance, ¢t premetiaient de pdyer darts
pl’une de ces deux villes
{30 4 go millions.

Ils avaient ainli accaparé

is s'apercurent bientét que le change tournait en

Footie faveur, ct ils fe trouverent par 4d reduits a
H |’ in prfiibs sheé de faire leurs pulemens , ou expotis
A os tres-graudes pertes. Ils agirent
file la Convemtien , ct cffayerent de faire pafler Te

alors auptes

fequeflre a ta faveur daquel ils fe dilpentersient de

P payer les eugayemens att ‘yIs avalent contractéss Ts

y reufhrept , ct cette me! Ture cut les contequences
funefles* Le commerce ne confifte pas fcu-
ndie, maisal centile cu-
core a fe fervir da cre fit national, ef il mei’ pas

Pua nésociant fangais qui puille en faire ulrec. Les
Pregeciunus qui hablien. des pays avec lelq sels Ii

épubliqne ell en Wuerre , ue veulent pas traiter
c.cdit avec nous, perce qui Hs font certains qu'on
teur reuiendra leurs fonds. Les nepociuns des pays
neutres Ac Seulent pas non plus nous fate de
credit, parce quills no peuvent pas Ihe dans te
fecret de leur Boruvcenemieny 5 ev grils courraicul
les méusres aifques que le veseciant don pays enuemi,
fila eucerewenaita eclater entre neas ct le piys nrutre
he lenudecvain du jour villes vegocisps nons auretent

Wa
as
4
a

wenda, Ito. alinguc
wu x dbouts “des




geutvructvess de ce qur teut aus
reéelutions part cudcics; elle roimpt touces les rela-
tions de vouvernement a souvernsine.ty
toiffe fubhitte: os tuites pallies de bonne foi ent e
les newocians, Le fequeflie na diberé que momen-
tanément tes débitcars {rangats cavers leurs créan-
cles élban Bers, car le dépée n’efl pas un paiement:

un regocianl de Pais, par exemple, doit 4 un
néegociaut d’Amferdum une fomme de 100,000 liv.
payable dans cette derpiere ville, te f° quctlre que
Cons avea ordonme, cc que le négociwat Taig is
aura ¢flectué, n’empéchera pas le nego.tant dAml-
terdam Aediveilt une condamuauan contre fon debr-
tenr qui aura des fands dens un pays meutre, a
Bale, pat exerople. (Ou applaudit }

Mais ta difeuflon ot jentve ef inatile , car nous

formes tone dvaccurd que le deeret efl manvais ;
les amendemens qu'vy a progatrs prowvent que nous
feaians tuns a’ ea ft fos ' ulfanccs étramgeres vou-
luicue rapparter le feyuchre qu “elles ont rois fur les
fends qui nous appardennent. Eh bien ! je fostiens
que ccf a uous a tenr donner Pexewple du rapporr,

parce que nous leur avens donne Vexewple de fa
mife, ~ Our appl: walt.) Nous navous fequelheé aux
étraugers qu'une fomme de 25 nillions , ef ils ont
eu cOsomerce frbngas use foraae beaucoup plus
conbdérable. Si de ces 25 milfcns Pou en retranche
ciug ou fin dus anx Heiges reflera A viegt pour

tefquals nous cootinucioua ~ de pardtyler le coms
merece. Ces 25 millions ne fsut qui déenot 5 ata
ce qu ou propole aujpourd hu o’clt qu une ‘rettitat®n
anticipée d lagnelie on ue .doit pas spapedes pour
raviver Je commerce. Souvenous-nous que VAngle-
terre, dant ta POR ulation ue s’éleve qu'd 12 millions
Phonmes, etqui, 4 caufe de cela, ne ‘deviait pas étre
regutdee camme une das graudes pal “ances'de Eu.
repo, ef cepeudant av preter raug. La Hollonde ,
aise: de Néritits par tows tes elemess , doit du
courmerce la tichelle et'ls pr ripened doat elle jonit.
Je fais bien que quelques ofprirs bifarres vont vous
propoter Pexsmine dabard laquelie des deux formes
de gouvernement; @Ahénes ou de Spstles nous con-
ere davantage : : je leur répondtai que Syarte avait
drux rats, ol, qui *Atheues état une dimucratie ;
Athénes avait le Byseuj vous devour avfi avoir dea
perts dans fa Republique, Les négocians qui y
aberdesoat verront comme Iés etrangsrs foat regus
chez us Peuple bre, avee quelle lay rtd on y fatle
commerce. Ne trout porter chez ceux nur pris pes et
vos veeex; ils hdrcroni aioli la liverté du Monde , que
nous deheous tous.

mais elle

- dave he guerre ce qui tient i

lteu dog la ty seRtion qui vccupe Phifenib.ce, jeu “apyus
terai quuue réllexion 3 elle a pour ubjet de répondre
d uue obivetivn fite par dcux des préopinaus ,. gt
qui wa-pas été réfatée. :

On a dit que lors mwéaie que ls Conyentien nics
wale duuticrait Pexeusple dela jutbec , en tevant le
léqeeltre mis fur les biems des habisaus dey pays
avec lefquels noxs fommes eH guerre , Tic ne nous
parartllait que les puldauces étrangercs ulallent
re vne jufle réciprocite euvers Dens.3 quaiaht nous
autions fait un acte i: spoidque qui tourucsalt ALOU
préjudice,

Jereponds que lors méme que nous aurions § craintie
gue la véciprucite n’elte pas licu, le Peugle Fr angais
shonorer-si: cucore pen dunwant ce gratd exewsls
de refpect pour fe droit des gens et tes
particulieres ; que la feule politique A'gne de tes
veprientans , elt celle qui ef foudce fur lea
bafes dtdrmelles de Ja juflice; je n’en connals pas
doutres.

Jajoute gue je ne partage pas cette ¢rainte 3 lore
weme gre tes gouverneusans Gtraugers voudiaicut
fe vefufer Aufer de véetprocité , repufez-vous aveg
conhanee fur Vintérét général du commence, qua
folicite fortement cetre meiure. Les veégocians de
Londses , d Amterdam et de Madiid, fauramt bien ,
méme pour leur propre jateré: , forcer teers gou-
verpemeus retpectils a rendre jaitice uur négocisnd
franeats.

Doutez-vous , Citayens , que le parti de Pétrangern
mat pas concuura 4 vous farprendre le décret deaf
treus du feqnefre ? 2 N'etait-ce pas us moyen puifa
faut evtre les mains de Pict poyr naruralifer la
yucrre contre le Peuple Vr tagais : ? Clef es persmane
ce Peuple géndreux et m dguaniose comme violant
le duit des geus, et biilger les coutrats entre lea
particnliers , gril eft parvellu A anéestir volta cone
meice, et A yous iluler de toutes les Navious come
me. cantes.

Je conclas en appuyant fa levee du fequeftec, ayee
Vanrecdement peels nté par Corombel, que cette
mmefare u'vura lieu que pour Jes tumucs et ellers
farts ptovcnant des relations cogimercialgs 5 Gar 9
eertus, Ho weft pas gins Pistention duucon de veut,

propriclss &

tetcudre ceite xicture au fequellre amis dur les
viens des princes €gangers fiiwés en Fiance, ®&

:ux fommes provenaat des bangques nauionales étraug
geres.

Mavre, Si vous tapportez te fequeftre, les gouv’ co
petirns ctrangers ve diront pas que vons aver été
jntics, mais qu¢ vuus avez Cie Laibies. ( Muraiures. >
e veux qu’vea accorde quelque chole a ta peluque
wa fouuble, eb ngn a ie pole que de
Machiavel. Je demasde ialevée da fequehrealegard
ales Pouples chez’ iefquets vous formes
cong: rer aus 3

Catelbadhy ty

cates en
trais je demande quil ne lots que cone
ditironnel A Vegard des enagiule de la liberts. Je déo
clare quo J Pat Vhonneur da cure eominereaut et tr dite
G13, EC que je ne me Croiiais pas dega-e enyers les
etrangers pac le rapport du Hequelire. (Murmurs. )

On veut vens faire faire une démarche qui Conmp: oe
mettia votre volonte , et vous taire cow ue
aite de faible dle.

Brnettre

Pelet. Tout le monde convient que ta loi da
fequellre eff uue lot aurrichteuae faite pour natios
naiiter bs guerre avec PAutriche et PAngleteue. Des
que cette vérite of conflante , il.no dote pacya avoir
te ditttudinent fur le réduleac qu ‘un en doit trore
je wetats pas Wabord de Pavia de lapyoiter le fe»
quire; mais apiés avoir entendul? opivion de Rawel
et de Real, il ue ma pas été permis de douter que
Von avait ved nous iloler de VEurope eutiere,
et cela entire pattaiemeut dans te plan de famine
combine par TAugieterre, Vi jog millions peuvente
ily €ve une reffource pour ja continuation de ty
guene ! crolt-en que par-ld nous fecendions dicts
clheacement les, cllert. de toutes tes puiflasees de
VEurcpe? Cette objection efb aniférable ; Je vote
pour Vasticle du Comite,

foifiy-d Argh. On ne pent répondre a BRamek
que par des objections: frutles. Le changement cnc g
ait tytréme qi exifleit i ya lx mois , utlefiite
aulb Weu chaneer tes tonfequences, Ou per larg
alors qual fallait: cenrishfer le cdtumerer: doe Ig
gonvernement, et n'avoir d'autres: matthandifes qua
celles qu'il lui plairsit de vous appertery Pauues
préteadaient que la France pouvint fe’ firffie cllee
inéme, et quik fallait élever tune baiviere antour
de fon tetritaire pour fe tépatus de tons les nitres
Peuples ; Vexpérience a prouvé combien. ces apie
uions éiaieut sual fondees. Apres avoir abo te
fytleme de terreur , iba fallu abotir le teasiannte
il faut encere samener Vabondance, et ‘pour cela
il faut readre av commerce ta plus gitande Nberté ¢
il fsut rétablir la bonne foi fue laqudlie it fe fonde ;
et pour Popérer , je ne vine pes de meilleur saoyers
que d'adopter le projet des Cowités. ‘

Bourdon , de UOife. Uc du devoir dus bos
cttoyen de tout facsifie? pour le bien de ‘fa’ ‘Patuia
de -revenir fur fon opinion tiga lui chi dée
montré qu'elle eft fulle. ( Applaudiffemens, } J'st
fourenn ivi gu'll be fallait pas tapporter Js Jef de



‘









tel is ae Pad j n§



ch figure mais mouvement ‘fubtime: qui ent! ‘Tew
ie ‘ 7

qulavatit-de tiaiter wu mations, it fyot Pavoi. biew d’exiraerdinaive ; la Geuvention ng

. auéditée. { Applandiffcnens. }e Apite avoir fralléehi ae ferons toujatas fileiles aux trajtés faits ou a -devait faire, et je we penfe

é dur cette: queltien il a*a été Hagthagigaiquetxest Batts Va Gouvention et le Peuple Frangais ont,

demontie ; qual était: inrpoffible que, nous eullivas’ Phete contisutionnel, qu. “als: ne. s'im-

par cette spruces ; nout fue ayovs diene une paix honovable ;

et Pa appris 5
Peaus relpeectcrons tovjonrs tes lois de la’ neutralite.







je wal. VR lr rey

tat que te :
uelle} ‘
pas qu'il kn bil

une mention, particuliase ; depuis doug

vantion s’ell fortement. ‘prononcée ¢ Contr
ct pour la démoeratie's la Couvention vy,
et Pépalité | mais elle lee veut pour t

& faing.
tems la Cox

¢ lo toying
veut le tibeng

bohupd ’ dauy-4 i
- “jatoais aucuse selation de commerce avec les étran- | cites sient: famais daby le..fouvernement des au-
¢ers, tant que cette’ lot tubfifleraje pares quest tres. Natiedisy ba Coivention et le Pevpte Frangais

‘ Jey négocians des pays weutres, craigiant e s'écarterout, jouais’ de ce’ principe, qui’ tiem

ous, t
comme quelques ‘homes ¢ qui les vaulen + ae: i,
£

que leur gouvernement 1 ‘autre en puerre avec le Paw droit facré dey. gens , ‘’t Texillence politiqae des jieuls, et qai prétendent dowiner les autres, (On
nétre, vo voadront point livrer de imirchandifes fans"? Peuples . anx prneliers et la, tranquillicé des gou- applaudit.) uha , Gitoyens, vous étey ih Wei _§ 4,
dtre payés davanee: Vernemens. 7. : ' des affemblées primaives ; vous réuuilleg dous, lege 1s
fr Seay ais ouvoirs ‘de la ‘fouveraineté du. ‘ z.
I ay a pas dexerple. que lors méme que toutes La Congention nationale . décrete Hafertion, de. Pp d Peugile, eh Vousng: : Oe

faites qu’ un-avec lui, Geux

les puitfencos de VRayope onc été en guerve ,-on
ceodutraie Ye, trompaicnt . jouly

qui’ eur prévesdy: to
ait vielé le droit des gens. éa preaant les preprié

ette ob fervation au Bolletia, et le renvoi-aa Co-—
t ordaienit ttowper. Ay”

mité de falut public, , pouren fate paryenir une



tés des pasticuliers. Ce o’eh pas ferlement le refpect xpéditiog 4 note avihaltadiara la Hortes, ae ‘ oe Aiate vient durewentde ey Auele | oF
: que nous devons.portor 4 eette loi, mais cell meni bre quia faitla prop ohuon re Paura gas redinge, :
| eueore Vintéréc du Peaple Frangais qui novs‘ordonne Brival. Lay loi es 4 praisial, et® celle da 24 ther- | Hielt bien fingulier qu'on appelle diatribes les difesuy Vis
y de rapperter la loi do féqueft re. En prenaat éette | midor y» pint ‘qu fil ne féra point fait de -pri-' ‘dont ‘da Convention ordonue Vinfertion,- “Sathais af ag
noe mefure, nous verrous les étrangers revenir dans | fonniers tiliis a hanoviiens et efpagnols . font Couvention u's approuvé les diateihes, Tapouie tts oo
‘i nos ports. Noos vertous les Anglais apporter eux. f contraires ‘Z ‘routes les lois 3 elles contrarieat Je } propolittons de Maure ot de Dubem, (Neurenus

méias des marchandifes , comme’ ils Pont djs
foit pendaut la guerre de Pindép endauce améri-
gaine. oe,

La plus forte objection qwen oppofe a Varticle
des Cortes efi de dire que les puifauces ¢ etrangeros
He nous rendront pastes 30 sillions qwelles ont

droit des gens. et de la.’ guerre 5 elles one été en+ @pplaadiffemens. )
levées par une. furprife faire ata: Gonvemtion ;
ces lois font*méme eke: oppelnion | avec tes fenti-
mens qui animent, nos ‘braves militaires 4 qui favent
vaincre nos ennémis ,iet jamais aflaiiner les vatngu’s.

e demande que la Geavention nationale rapporte |
4d nous. Les refloxions dé mes collégnes qui ont | ces lois.

parle avant mai, ont preuve que le. feunl moyén





Montmayan. Lacroix , ci-devant profeffear. de dro’
public i et “actnelléement profelfeur dé royalifne , t.
cié arréré hier A fon retour de Verf: silles, oll il éuaty .
allé ; das Vexamen de fes papiers , on a trouve ue a,
Meitre adrefiée 4 fon Hbraire, par Jaguelle il tui ‘dif
quwil etait daus Pintestion de faire hommage-de don 3: woe

oni

lufteurs voix. “yenvoi oud i livre a la Convention, et qué ‘cel Bees
‘i de faire rezdse su commerce frangais lus fomines - iflet s voix, Le ‘renvoi anx TINE Bien. ida. Baten wap ee Pe 4 : a débiter ale
e ¢ ulletin ;
que ‘les étrangess ont a lui, eR de rapperter le Biéard. Sil, fut jamaisupe cireontiance of av ren- a beaten a es 1 &s Jourhaux
* féquettro. ay voi a été inutile, e’ch biew celle-ci, Ges décrets ep

Le comracree fe compofe do relations directes, feat une injure faite. a la Nation Frangaife.- Nos

q _ Les propofitions de Duhem fon adoptées,.
doublecet uplee : qu'un Anglois dojvc 4 nu négo- Peet foot aflez courag ux pour fe battre avec :
a
i

a . .
La, barre e& ouverte aux pétitioun tres.
: ciqut Fringais 3 que celui fe pictenie a Hale, vileur , fans qu'il foit befoin ide lunr faire eraindre : P :
; par exenple, pour faire foifir tes fonds que fsa} une reptéfailic de cette nature. Mais ils font cou-
debiieur aurait dens cette ville, ta Natiou nentre }ragenx daus fes eombats , ils font maguhnimes aprés
1

' n'a cordera [ss la laifie, parce qu'elle vous repro- } ida viceSire, Je demande done fur le champ le vap-

On igtroduit Berteche , chef de brigade da ige . os

yégiment de chatleurs a choval , cl- devant incr ain
de Pécole de Mars. as oe Aes

ay

cheis Vinjutlice que vous anrez commife a Pegard |
des autre. Natlous ep erdonnant Je féqueflra , au
bev que & vous le Hoven , il uly aura plus. de mouits
pour empécher la taific.

Liancien gouvorrerient nous difgit que VAnglais
vonlait nous bloquot; il faut avouer que nous fe- }
coadions parfaitément fes efforcs on nous -eoupant |

toute communication avec les Peuples deVAmérique. Lvoir de la République. {

Je ne rougis pas de dire que | je me fuis trompeé ,
at je crois quil faut adopter l'article.

La difcufion eft fermée.
Gambon, Les Anglais avaient faifi A la caiffe d’ef-

compte avant les Lipagools , ceux-ci ont {ait tous
“les biens appartenans aux Frangais. Dans les fommes
que nous avons fequeftiees, il fe trouve deux mi!-

2 ecmearidee wmemnnete a.

point




port de cette loi injavieufe & Phumanité. » “ry

Le rapport ch décreté au_ milieu des.
diflemens.

applan-
Carnot, au nom du Comité de falut public. Citeyens,
les sigueurs de ja fuifon ne peuvest apreier ala va-
leur da nos troupes ; Te fart du Rhin ef an pou-

Ou sypeate a ploficurs
reprifes. ( :

Carsot donne leeture de fa lettre des repréfen-
tans du Peuple-Ferrand st Merlin de Thionville ;
de celle du génésal Michaud ev le ta capitulation
propofée par les trounes autrichiennes pour la red-
dition du fort du Rhiw de Manheim, (“Voyezla ne-
tice ahier, ;





ait

tt prefente la pétition fuivante : a

», Repréfentans du Peuple, dans la ovitda 4g) a”
1c thermidor on m’a depcint a votre “ttbune

comme un confpirateur , comine le complice etl §

; creature de Dumousicr , de Cultine , de: Beurnoue.
rvilie, de” Wimpfea ; la Gonvention pouvait ¥elle
reconnaitre A ce portrait ce méme~Berteché ‘quelle’
avait, honoré d’une jcouronng civique et arme dun
idabre ? : ‘a
+ On wavait’ garde de vous Iive la leitie’ des
reprefentans du Peuple Robert Lindet, - Duroy set
Boller ;
Calvados que jfavais préfivé de la fédaction de
Wimpten ie corps dont de commandement méuit
confié. Jo ue puis me pormeitre de vons rapporier

qui, le 23 juin 1793,, vous écvivivent du





: Jiona qut appartienuent a ta bauque de Suint- On demande uae teconda lecture de la ecapi- les expreflions trop flatrentcs avee lelqzelles ces te “
‘ Charles, et que. les Lecouteux doivent verfer ov tulation. ee préfeatans - détrulaieut davance tes calomutes: quon. ae |
: folde de compte pour an placemeut en rentes ; devait” vomis Visgeres; je me crow paa qne Ie féqueftre doive Carnot fa Awa une nuit od Pintérét de fa Partie interdifaitd teux ona
étre levée fur cette fomme' qui appar:ient au gou- Lefage-Sonautt. Jo de ahalde que ‘te Comité de falot ee coupsiffent le mieux Sey ae i pend
: , q 2 eo ory
verement efpagsol. ? public faffe uu rapport tur cette capitation, Wen- {oN di es:momens précicux, et quevle fa oepe ig wes ;
t tour entiers. : ;
wemi parait avoir fait la loi: cel avilir Le Peuplo | Yo" tis
Duhem. U oe faut pas le lever aon plus fur tes, ee oT PEPTOT oy La diffamativu était d'au'ant plus Lachey qu'on tg
bi to da Cabarus Vran gate. - P » :
Ug ey ay Bess avait di ecmpier fur léMleuce des hommes probes, a?
Canbon. I ef faux qu'une puiffance pniffe s’em-= Carnot. Auceve operation de campagne ue tacrite | mais trop iagas pour difcuter A eontre-tems fat fa’ ze! q
pater dang un port neutra de co qui appartient 4 | @utant Padmiration que celie dont je viens de vous répulatioa d'un citoyen, quand le danger de la Ree {
une puitfinee entamice. Votre gouvernement ne fair [entretenir ; cell dans bes weiges er la gtaee qu'on publique était prefiaor. Pe vod
eette opération que par Bale, cet jamais Bale ne 1? fait les. tinuchées. Hi fillait tout’ le cou, wgey o Tiré de Varmée par un dkcret de la Convention hl
foutlitiae » fans rompre Ja mentralité, que des, pro- j toute la conftance de wos futdats ct des reprefen~ } nat oaale je fus, contre men attente , place Aly rr
priétés appartenant sux Fraugais fulfone fib fav taus du Peuple. Ceux quinréclamert ne covnaitfent face du comp des Sablons. Pda
re fou territoire. Daas ce moment ta tréforerie prea nd Pps ta fituation des Heux. Manhcim eff A la dreice a Le traitie Hanriot m'adrefla , dit-on , des ordres fi
do papier far Hambourg, fur Bale, perfonne | du Rhin, euyiron A ine pertee de canon. Le fort 5 que je n'ai jamaie vas, et qui furent interecptes. : a
narréte lee propriétés particulieres. ( Plufieuts voix: 1. ef a fa gauche, Ada téty du pout qui erblit la » Jets expofé , eomme tout cammundait, de'ln” iu
La difcufiioa ef fermée. ) ee communication entre le Pastinat etl AHaces et f furce armée, A reeevair lea metfages do’ foélérat mid
sae . . 1 fee. fert était des plus difficites 4 prendte. Sil ne ‘awuquel les. tygang avaient remis le commandement “al
7 Bourdon de [0ife. On defdande qu’on excepte: de : f¢ fie rendu, Manbeim ef: ete réduit en Ceudies; general, r “vp
Particle les fonds appaitenans 4 la banque Saint- | mais aufh le G liége , "hi pa Petit contiuué fins seeeprer »» Cependant mes perfécuteurs défefpérant de *
Charlee, oe ae celt one propricté da BOUVEES i la capitulation, nous eit peut-éire” “eutité fix mille | | m “impligner dans ta coulpication , en furent fe a
. nemout elpaguo 4 hommes. : dacs a forger da fabie la plus atroce et ty plus J. Ys
Duhem. Mi fant excepter auffi los biens de la Vous voyez done combien cette prife efi impor- abfurde 5 ils abandopnereut lagcu lation chimérique. tg
Cabarus; car, & vous les lui rendez, on va im» | te, et quill ésir fage d'aceoptet la ete de cottie-révolution , poor me travellir en diltsba- a : ke
primer dans tout Paris des libelics pour égorger ia 4. ( Vits applauditlenrens. ) m4 < teur de faun afliguats. ‘ Be fae
a ; :
Convention ‘Autionale. ‘Lofage-Senault. Je n'ai jomais douté du courage Is Gils nals gue la Ganson, cs Oh
5 r : ae urene enchamecs} :
La Giouveuifen adopte Varticle du Gomité avee {208 foldats, ni de celui de nos a méis De et avoit I
’avais befvia de cette explicati ‘mattasha a la queue d’un cheval, et. apres “gu
Vamendement relaif a fa ‘banque de Saint- iJ Ba Saeae “| araverfé, Paris au ‘plein jour dang cet. état, om: we” t
c8
Charles. - ff Peles. J'ai demandé la parole-pour répondte 4 a celvi tiaina tau vibe eriminel -du département. ee ides ‘aK
4 qt ‘ 3 ns a” hay
La feance eft levee a4 heures. | Pquira WOun pros de la defavenr....° he eine ; & Meéziares’ . on je fus® ‘aequitié pat Pe é mar
. a: Le. .
‘ a4 a NE ee i Plufieurs voixe Ut nen eft pas befoin. ; ment rendu , le 23 vendemiiaire , a Punauimité ¢ “Tk
SRANG DB : Vo ; ae eh oa : ; fr
: Fas ORS? antiae? Fa & Carnal. Jamais it n’y eut do iplus jutts iad de]. *2 Un ordre particulier preferivait ndaucos d aK
Mailhe. Dans Ia feance’ du 8 psi ditto. Un: . décr eter quo Varmée du Rhin we tele de biea fine xetenir en arreflation, -méme dans le ‘eas. ot. fe Cop
oe qoi demande ua: Oe wet pay on na votek | métiter de la Patiie. * ferais abious 5 co n'eft que Ie! goftim site a1 = ae
ect un tigre, un. esnemi. de Vhantanités 39 °Voick! ntans du Peupla,t¢ 4
eouitacnt lo.vedscteur du journal. des débats et des: nition dee ploe Gees eft ee 4 Ponanimise cea a J pring ie yhoo ac fee tea veprodkes 4 yout “1 Opa
“déctets me fait parler. »o» G'eft un tigre yun enueriil pide 308 SBP ausiferaeus. Se ae Gouiité'de. fareté générale: a ‘élargir trop facilement 7 eye
‘de UVhumanité,, un-ture. Ges derniers wots no font: Duke, Il eft étounant qu’on ne voye ,-ni dans fo Eles détenus,, Eh bien ! ‘que cent qui. regrertent que + | de
point fortis de ma bouche. -La Convention’ natio-| Bulletin , » ni dans le Fauilletoa, le décret yotd A Tima. | la Fraueo entiche ne forte ‘pas convertic ¢a Babilles:, “de
nto fe ferait levee toute. entiere pear ame “puvir | vimiié par ba Convention nationale , pout Parteflation afin erent que jai ete re clohie pendant 30 ‘jours fay
‘Gi jlavais of€ proférty une oparcille platinvde, on | du royalitte Lacroix, autenr do libetle dénoned dans fpar ta déparaion da. men département: fappres da. “fat
Tentiage aufli_grofer . et owlli peu meré envers 4 la feauce du 8 nivéie. Ibaft ¢ ttomoant éncore qu'on ne’ rapporteur uff accefible qe ipartial , ot que Vare ty
da Porte-Ottomane, qui’ a “toujours ete! Pollive +f voye dans lc Bulletin aucnpe mention du niouversent rété qui me maot-eu liberte wa ete obtens qu'epe Tet
Pamic des Francais, et qui, dans tous tes tems, ‘a }fublime qui se manifete. A cetta dcaafion. dans fe favoir fouillé les archives da Gomite do falut pub blice he
‘figuré honorablemene: paint tes» puiflances les plus fein. do In Convention. Je-demande ja réparation de #C’et en -voyant les dénoneistions qui sy - font a ane
&. Pr ce i ‘i
j Attachees a-leurs. augageiens politiques. ° oat. oubli. (Oa upplandit. } ai vébs Coutio mul que sett eperte ‘a vonwiction iif Ce
Oui, vous meiniendrons sen Fiaice le gouver- M Th av dé tible d ; ae na
nement républica'a, fe gvuvernement pureraent : Ln ee ait wi éoréte aufli qne les. HiGwak : ae Thon Sia . “unis ak age peice “ ee
démocratique , et nous fagvons aticindre , de gnets Pt : pone ee cotta feavco a cette océafion, fetsiont fee ee on ne a i ee tovtijne je! fs ap ee
que ‘mafquo. quils de couvrant, les cuvemia inté- oe Sai etin 3 cela vaudrais asicuis ‘pout former ig’ Jai nee ‘ 1 des Sabbbons 3 je ‘leur ' yy
siowrs-qui' chetshetdient ¥le dépatifes, Oni, none g ue pus ic, que les dlatiibes dont il ef vempli. pe pour sore er . se edit he allio * cH
fe a
poarfticrans les ciineiuis extérieurs qi ont attagné Je -demande que ectte erreur {oie réparée, ae ah AEE 4 oe = Ef ale ils ont exgcurd A> Pare
netoa Hb 5 b f; % : Way mépsas an decre i na y;
: a Hibert , hous les pourfuivrons ju ga’ dce que Guyoma d. Pappuie ces. propolitious. A Végard du “puis A Pégard-de la. waunicipalite de 5 Sedaa def,



4 4
4

% : , 1



tat







"pula ije fleur ais gne je me ‘préfencersis’ 4 la ‘iver
pow. rhclames vorsd fublews $2 in Coles, Nous te Jeet
arriter,, Tete fut ta veponlé de Cauihoue'

‘Je pavals pi mid tive fur ta) iaeheté. des vils,
agen ‘du trinmvirat,, qui. te ccasherent dans Tes caves
‘pendant: que les Sédarivis ¥ mes ee » pe:
vent 4 nies cérés auprés-de Boniflou ,.au uombre
de Boo. pour défendre Sedan que tes fiappots dit ter-
saat youlaient liveer ‘aux ‘Autrichiens. Les braves:
défenleists que j ‘ai vos mowily au champ @honoeur,
“aisient Jess parents et les amis ‘de leurs. ana gifirats
-igv'on egotgeatt rei far ta place de Is Reveluici.

ap Repréfentius, Te projetde pracés-verbal de votre
dninortelle, féance du g au to thermider , Projet que
, yoosn Saves pas encore difcuté , contient ot doit eon:
tent, pobr Vexactitade des fais, fe yécit deta difts-
~jnation dunt pai été 1" objets il fe trauve page 36 et 37.
Lott de me plaindre da rédacteur ‘ a recopnnis vil
aa ee gu hiflor ies fidelle.. >

“gy Soudeez qa'gn Ré epublicain vienne réclamer auprés
te voud fa reparation, et qu Mt fe repefe fur vous.du
foix dela veugers jeu eis “suiant plus jeloox, givelle

“efivotre euvrige par le prow que vous avez nils dumies:
~fervies : Pive'la Ripubligu: Ly :

y Pyfaes Pendawt que j'ai aié a Vicole de Moss,
ja yeeotiss dasa Ue caiteyen Beriécie uu taave Res
publicais., et je wad j-thals remarque ge ii y ett ta
moinilrs inteiflgerce epire Thi et des ttumvirs dout
Wwoits uve? fin jritiee.







i

: bale. ‘
4 2
5 3Ges propofitions font deercrécs,











‘ Oe, ‘demande: Piufertion au Ballerin de VAdrelfe
x nde Bartéche , et le‘ranyvoi a Gomite de furcté ge-





Les artiftes du thédire de [Byalieg font admis A la
“barre.







Lt cifayen Kerteuil , oratcur de la députation. Legiftae
tente, Cel du tibunel &el faniauiee erde la jasice
“nationale , qe des ariifles , dunt. les. mall nears éga-
henrdd. pattio Hine , viewneut pour lo ‘Yecon: ec fois
e i gabon fetirs jafles-zé¢lamatious contre les actes

“asbitsaires {i ve doutables fous te rege des triumyirs 5
Yet quis femblables a ces flcaux dettsucteurs de Vhn-
mavicd,, laiffent encore, long-tems apres leur anean-
uflement , les.traces funsfics de leur tr: avage, et des
Slaiés doulgureules autant que profoades a cicatriter,
Grite avila Convention régénerés fe 16 ther migar,
» Thomme de bien voit tonber fes fers 5 la pentée
wet.:plus. comprimée par Ta terreur; fe fang de
) Kinnotent ne‘coule plu; mats les pleurs des mal -
c Retreux'eoulent encore , ot les leg, flatedrs, aabis
“ode hh. juftice , ant feals le pouvoir den tarir ‘la
» Poance. 4 4

“*Gitoyens repréfintans, vous avez. accveilli la
"pai: que nous vous avons prefentee le 25 bra-
oomatre. Touches ‘de wos belot.s autaut qr de tal
ae eae Lying, ‘de nos réclamatans, vous dec:é dies’ fuy
“ Aetanion da repréfentact Legen die, que fe rapport







u



i





be.





ie












une des fourees dila

’

me, past

{cOmplette - Jartifles. &e relate pac la mifers et Jo

“et etpoiy ,

wiltes ape Matvier Comité de gouvernement, leur a

fait partager Avew toute: ba! ‘Republique. Sede weit
Nous,’ Be aa sie Habs citoyens ks piflatcurs > ré-





‘reutcimons dans le demande
Pun falaire- léyitinientent acqnis'yer eth depajs
pres-de fix mois, Cett-d-dire 5 aeput- le 9 smef-
bior, juiga’ wud civble ,joorie votre louie forcée.
Celt ce deficit dout nous avons tenis de tableau
avez les piecis probuntus di Comite des! fiuances ,
que vous yeelusens fois le play Court delai, ct vos
coeur com: aullansvegicrent enfuite fuc-les jokes
indemuités vue veus croivez devoid votre fitnation.
Periiades , a spite ui eécrivain > vélebre 4, ‘yaa
homme’ u'eft ps cpaurre pace gqvil wa ten,
Maly bien parce git ne travaile pes Bons Vous
pridus aul de iasporter Parr€ié de Tancien Go- |
mite de aba public, en date du gy germinal, gui!
vous afar, welere nons - oceupir un lucal que ‘le
ven publié veclaine poms tes-pre rehets policiicvats.

Reudyaeaous a ictre preml. veinduivie y afisigue |
hells piethans temple partoul hbnoreblement é serie
parise ude PinRruction p subiyue, qaun gouvernement |
phsufophe nous a corfiee , en vous Y reudaut. nos
divits, pastiiqacs et be titre de citoyen.

Les branges que fe {inatiteac avait élevés fou

le reene da:

et te ieg






Blascur éeaire ve €ootiieré plus aujpurd bus
les th aises comme des edx de cormuption , mais
coma les vigis te tuples: de ta morale vepubsicdive ,
ct de mio filelic qui réfléchit aux yettt,
“Beuple bre iontss des vewtus dociales , er des, traits
Phorsitine et de courage dont ila ete ‘capabie peur
-eouguerd fa bere.

by

Ccek par mote ‘avilme a remplir ces devons jue

qua cu jour + que nous afons demande: a .a Lone |
ee uatrotace: <
» De nous faire payer, faus le plas court désai ,
le ‘dee prevenvant des fix mois Pappeiiemens .
échus daprés Je tableau Tris au #Gomhe des}
niet 3
» De tapporter Pari éeé du 27 gtrminal, qui
teus a trauflates au faybourg 'g Gerasin > afin que nows
foyous lives a nos propses meyens divduftie ,
et.sou plus Ada folle do gruvernement qui , parle
(Géplotabio état od Parse nie nee adunuilkstion ,
ne pons ‘t nous confidéerer 4 Pavenir que’ coume
jidatices du uélos nationa’..
39. Qu gi foit flaiue pat les Gomités dur les iudem-
HILGS qué vos .avaus F prctend e contre qui de
droit pour ja teneur de ds engegemeas , et Vim”
potibitte pacfque centhine de wouver at tious placer
avant wat anvee sevelue. 0 ooo"
beg flatcurs, @'ef bu vem Wartifles paixivtes que



BOUs vous imaplorens 3, ils ont attenta juiqud ge

1 eaferait: foityd uis la plas prochaine décate, par vos { jour; pieins de donhauce , ibs atienarsigat encore &

ae - Bouties réwhis des Auances vt de Pinfliuction publ | por pouvait sjeniner ies b foraede la vie, er Hea
jo ques stew ft ecouie cing depiis vorre Geerety | gris déchicar Kate iehés par da. neeehe a lease. fa-

fis que Te tableau de nos pretioits befoins, ct nos;
« follisititions , (qué Mona fe plus’ fouvent trouves
Amportones | ayent pu obtenir de vos Comites ats
‘teiigt Ala détrette qui accable nos Pesitles dase Ja
“Aiton: Ia plus vigomeute , @t Célt cufin fur le retns
* formel qui-nons a eté fait, de vous préfenter le;
oa port fur ce qui nous concerne, que NOUS venous
* Mane feconde fuis implorer Pap peu de da Convention
~ nationale , qui wa pas promis gn-van' protecuen
“Sale arte, et jatlice 4 tout citayenm victitme de Pope |

“Atilion. ‘

- Nous’ vous rappellerons, Lédiflatents que dans
tes tews-@d fa tgsreur était A Uardre do jour, bows
avons été arraches de la propetére de nes directours ,-
oa Vinlant ou, des recettes, sbopdantes, fondecs ie
Mes plus beanx euvrages patriotiques, allalent yous
eee de toutes nos, pertes. tinflecs. Nos
. dallances pour. refler dani votre chédcre farent values.
B By, avait alors pour log pprime . élev
\ qua’ ehgix terrible, oféir ou mourir. Nous fines }
, trai atas’ dana, yn quarter défort,. établis dans: ua
* thhidene ot ow fupprima pat des chaugemeus funefbes

a
ity

meet

“a ta benase du monnment, tout moyen dy parietf—

hy Yeeette au piir dela dépevte; enfin; nous
“Bhines abi vairement entafiés daps.un nouvel atelier 5
/ Sefpatiquement ditiges , dans: tutes nos optrations
Baton agent national ,” nommé. py Panciea -gouvers
, Bement, et pirivées de moisen mois de la plus reread
“pantie ds fruit: de ‘notre labeur.
Yoyer: noue _ Civoyens vepircfentans , plecds chtre
palace, declithun: “des befoins de nos pover ne
GE nos eyfang:s, 5 privés, px Ta, nécefité Vane: portion
€ nos effets ; fans poflbiliré de répondre a ta cou-
ance det dignes sitoyens qui nus, ont fubianrés
Der jours fans, elpoir desyouver Ad. nous pls
Fie Pott’ ld. prochaine année théAtrale , et vous n’au-
quiere faible idée''des mathenrs : qui nons acct
cea Notre probité ne: pous reproche tlen. If n’eft:
Commit nous qui n'ait preveny to Comité ot la
‘toime cae de Vinflrgeiioa publique du déficit
“Gee don ; eee au, gouvermenieut metre men
oe eee fied, et Voucombrement: de 334
Y wsttre fa wa total trop tivcoafcrit pour. pouvoir
‘al atoneeae ne oO valeiir. Ajourd’ bei te wal

Oh, comble, . 5
di barge »cidovant feet fe-fout retires par
paiement , et plubeuts de wous aysnt cb

i : .

fa

+



t



ant la voix } 56% props heraire





Â¥,

ae Comite dea lecours, publics. -
Quielg ues pétitionnaites font cutendus fur des,

frulles inf: rimates , ne, portaignt petgu’ au fona de

leurs ceeu sla trite certitude ga uy jour de doalear
eft te plus lens de tous.

Judee, elt uote efpoir; protection aux arts
cel vorre srbrmell , ci la wdtne afl de vivre e yew p.
pour foutetir fa Republique et la Convention nati:

gale. (Oa appl anit. } i



Cette perio

tos pebic et Ws fnayces.

Les proprietaires du ‘ci- devant thédtre national ,
établi vue de Ta Lui, préfestate uve nouvelic pe: -
tion pour étre rennis ap pollefioa> de leur pro.
priéué. : *

Lesoinbe de Verfailles.
ons des plaiintes conueles actes Wopprelion axerago
par Vastien -gouverbement. Il eft cers de renidie
sieclamans [objer dont ils n’auroient
jamais di die dapouillés. Je demande que le Comite
des Gnances fale daus la decade un tappost fur cot
objet.

r 2,

Cette propobtion™ gh décrérée.

Des députés extraordiaaires de Brefl, fallietrant
ra anife' an liberté des marina jucavecegs par, fuite
de fa seprife . de’ Toulon. |

Matec. Je convertis ieatte demande en motions:
La ivfise et honiasitd réclament également au
maius leur lberte proviloire.

La liberté provifeire ef déeritées =
Woe: Jodémande qug “le ‘Comite des feoonrs
publics fade ud tapport poor “que ccs eitoyens foient

feqnuties jofqu'a ee geile: {vient giuployes,

La Convention resvoie peor la mode de fecours,

aeinendes particuliercs.

_ La feance’ eh levee: 43 ‘heures at Hiaten a!

ay 5

stance, po. dt N Iv 6st.

Boiffier _ an nom des-Gomatés de marine ae Colo
nics et de falel public. Gitoyens , les pice ‘prillaps
UFsga” BR e% \

*

a



fetes qu'ils out cauty. 1etees) ‘et Mives aul pius aifrenx: '
fi youre juice ‘ne répare pias les calae } p

4

alee des fuyeus'con des: ‘gratifications privites
‘Bisites +; NOUS Nous

footfineg y fer tmorts avee Ls preces , |

Chaqudjaur sous tecés

uy

Alu. Comité Maftrcetion publique leur miffion yy
fetelle pluv.ae faubeurg: ‘Germain quune gnaffe ae

see ne Mee

4
i
*
}

i
‘
:
i
t
4

i

t
4



a ut:



ef peuvagee aux Comités Linkrecs

i
4
>}
wo
1

| vuiment A ta defeute de la République
ve de: monte , durtour aux, Augiis cts oticux



j intlimions maritimes

|
|
|



approvis fon. e

préfenté Alsat tes ateliens. revylinioudaires ‘pour’ fa’

; Tgue, a la, DOE y “qui toujouss: VARIES. eamikey peruvant —

mé ae qyeiques objets | av vatilire: que #008 hee OuvyiCZ
arnudre de PBcole dartiale atablie Ala plaie dea

Ss sblons. Scltak : e

‘feroat plus ré-teatir, ©





Sfeorha’ out ad obtenus. ny nos armdes ‘de, terre 5
elles out porte. thes: Tes lelpates coalifes tas tera? 3
hyae ct da art ques dans leurs ferwees projets, os.
ils’ voutaizin faire’ régney ‘fur Je temitoire de fa Rés
abliques La vietoie ef la compagne Hiele des
“braves deéfeufeurs: dé fa fiberrd et de Pex alité, e€
fouvent vous aves déclarg. AVES jultice qu. ‘ls ont bien
‘merité de ba Botte
“Nos ‘armeesuavales font animces de mémé clpsit ;
elles ont développe la oveme énergle, ettaméine de-
elles brt-

&

*
.

ote

detpotes de lamer, que! iles Vout les di ignes éiatiles ©
dev aragdes de terre, en rabaiflant Porgaeii de
coe “infalaivies qu, trop lotg-tead, ont infulré
fans me! ure , 4ux droits incunteitables des Natiens
tas ittaecs. - : :

Dejd un dudnemiesit. dont les falles dela marine | Pal
fra atte Le - préteateut que danciebs et de races

«xe oples a Wient de aonue: abx Aay! inde - que leur
Pavillon doit é¢ amené devant eclui de te Reépa~
bliqne, comme ‘leurs dtpeaux et ‘leurs gurdons
ebaillent devant la drapcan tricvluré,) et gue leurs
vaillewx de lgde' peuvent étre conduits dans nos .
orts aved antant de facile que Teuv’ DataiPoas
et leurs efcadcous font extermines par nos pha»
; fanees | Republicaines + OM ftuieut devant lies. et
exe imple ,wen Jdoutez pas sftvaimirés et cet pour A






“preparer etoaflucer a nos braves sjatins des ca-

macides diguce deux . et des coopérateurs qui i
puislent fes. cg der dans fe talent de la manoruvre , :
et tuitont du canonaige maiuime, que les: Comité - ; {
de mare, ‘les’ Calonics ets de tiur pubs la vu s '

neut vous gffrir ie ré efuliat de fewrs etd, as dar

+ CBS inter edfe ates “porions, de Peatctuaement a donner

4

WU jeanes eltayets qui te delinent au metier de la
Ales. .

Lreducatrdu navale fe retlent de la faibleile de Hos >
ceil dA vous ad lelvee Cecrar , bs
de Ve faece, etd lai procurer, par des meyeus ra- :
eae. et (ate » la fored de lage vith $

Lf venus, Citoyens , we vous dounicz 4 fa
marine € quelques Ine mith Ye cette atteation fériente g
gue vous partion vets ede Cey vues vive fhinies qui,
Lpartumt, out ete fuivics tes cefaicau tes pie avail
tapeux. Bile fe merire Vauta t plus, qu Well” pion
ible - que eal delie -eformats que vous devez pri «
vipslement attendrg Latallfiauient de vas eanemis ,

La reconnartarvee aniverttre de ia Répubi ique Praoe :
gale , ta proppericé de fon commeree, et Is fupé-
rrurite qu Tele dunt acquéris {ur toutes les priffances
par f{-s relations ex erieuese

ui royengs , vO s aved porte dans toutes les parties
du gouvernement, ef furiout dane tantes ceiles qui
ont quelques jetta avec fa puerre pyar tierce ,
ecttée sotiv: wey ce geute revolutivniaire ‘ qui out
doyue des pefuliats iactperés, ui ot aed des
choles nonvelles , et furtout | des hommes nou-
VONuk. .

Le watéricl de Ta marine a participé a° quels
Quesevas Wes avantages
et, les arte foumis
facribent dears

.
‘

2a ,

wont obienus les feicuces
cag calculs des
Tepss ctienrs vetlics pour viépare
fog tres és de ves armesrepub icainee. A vote voix, ies
forés le: plus eloignees dia ports wen ent far.vos |
chantierss. de co firuction ~ fe treasionuer avec wae
cél rie Tu. pens teen vallleanx: de pnene , qui
conimendeut Pasmiration patta beante de- tormes
es ?3re du conft-uctear ¢ les lines out fafpeadu téars
Maveux babi acls poi nous fourais ua rmimente
ent de bean hes a” feu et de beatets »
Aosagit mainteuadt de donner sux jewney cleoyens
quit peuvent “WH de bur dé forces pear
fe Ua Pa He, cutelten duce vers ba flavin
gtnon : ‘cebie Sreporfien pow! wt mifhase Marie
ime, guiles reudent fuleepribies dacqué: ir fur
mer autor despiadry afte cfeurs freras Hanes eh
ontracg.isdur tase cis igre dé propager cot efit
dans: teutes bes Cotsnrine ne Ja Re publique | et ,
de procuser a vous tes Play gals les tivyeis de cone
‘cour, tar Varmee aavale 5 al la Sefienetion fea Bos,
enneris. | 8

Le principal ‘moyen dy patvensé ef de créer des
inflityions n: vates,dans Ves me cee griucipes etd pea
prés.tony les méwes forayes: que celles. qui- vous ont | bor ac? Tae

houewes qui

leurs
ha Ur feule



fabrication des talpétes et des powdies, ct au Champs
derMats, des séfpltas dout Lshiprecble, avautige
“ef incontefiable ‘ =e es

Ces. écoles revolutiodneires daa ‘naviguion fant
indifpentabics pour connulire'les avavtages--que
peurent procurer Jes divers modes Viafen iin pra .




feuls fumes de vrais ipacias ,
epreuve y Pug executes

nowt far. sais? tbe
ciylety AS ge elfes. alt, Weak



Cotte dertiere *t tie pouwit gre. biew indircete.
ment ire employde por alarer, la tonguild tte et
ta. {arete pablique 5. ele menagait Ieés tyr ais 4, ‘nals '
elle ne doit tes frap per que dass gaclgues jon: , |
celle que ‘yaus vatis propolaus apis on nj pins
di-det ct ‘plug prochoins tes pites atts qs "elie dais
porter aux cunemis de la liborté et de. éyaiite, de

at

= i







Léa eluves safes nits: daos les” “éeoles ‘ghyoluiton
‘yalres de ‘Asvigation ¥. vous préfenieront te ‘aadele }
de Vérsblifewent des bitimens sardesubtes 5 dows. if
Pelai | loug-tems deGiré, n'a jamais pp dire reatitds







é ee > a

| Fes corvertes et Tes antres bilimens: légerd quills

enontevout et fur leiquels ils vecevront une veritable | mettre.

og. . ‘tnttrection navale, ferviront duns le stewie ‘de plus
; ules @ xonvoysr dun purts/d Vangro, et fans
7“ w'eloigner de la cite, les bitimens de commerce ,

. -tefinés a. répartis dans. toutes les parties: feos
“Répablique les immenfes quantités de denrées “at

de marchandifes provenantdes prifes fites en reer,

a autvop loug-teng uceaniulées dans, nos. principaux
b EPORER I. ToS ee HF EE cepts
Ges corvettés pourront’ méme, dans tenes fré-

a ‘xfucutes forties, en fc joiguant a des batimens cop-
pletrement armés: en guerre , fo livrer.a de courtes
rertifteras , ‘qui, diigées' avec intelligences » feroat
defliuctives dy commerce et-de ld uavigation de ros
vepnemis. gga BNE Tg oP af uta
_ Ces obfervitions fuflifent feales ‘pour détruire

', toutés, des’ objections qui pousrraient étre. élevées

contre cet étubliffement fous le rapport de la déponfe

qu'indépendamment de latilité inapprétiable que ces
‘écules'deivent procuver, Varmenient des batimens

de mer, au meyen defquels elles auront lieu , fera

‘ sholas: difpeudieux ‘qwonormement, de méme force

ry .‘qud aurgit, potr: objet de remplir ce- fervice depro-
‘tection , felativement a la céte ét 4 la circulation
dlesnavives du cammerce. . \ ¢
Nous u’entrereus pas dang tous les développemens

qui pronveraient invinciblement Vindifpenfable -né-
vceflite des niefures que dous vous propofon’s 5 il fuffit

de vous dive’ que le fyhéme généval-qui a été fuivi jel

qwad préfent pour Vinfruction et Ja- formation. des,
homme qui fe definent a la. marine , que Pigae-
‘rance vet Vinhabitide ~des chofes de la* ier dais
dJefquelles ont été lailfés les“ habitans des départe-
wens clotenes des cdtcs) n¢@.convicnnent plosd uye
Republique qui veat établir, en fair, La liberté des
mers , et faire refpecter fou pavilton daus les parages
ides plas éluigneés, de quelque.nature que foit le basi-
ment quile pore, ee ' :
Neth tems de développer le‘plan de -ces écoles.
Il weit pas queftion ici de faire un appel 4 la jen-
nefle frangaile qui n’ef pas ewcure fous les draptsux.,
et de chercher 4 procuret furle chainp a fa maine de
fa Répubiigne tous'les horimes dour on peut pref.

et Watteindrait méme
pofons. ; = ,
Dajlleurs, tous les jeunes gens ne fsnt pas égaq
fement propres an métier da da mer3 6: quoique
‘lens le premier age le temperament puifle facite-
went fe per an changement @air, de climat: et
de asurriture , il a’en eff pas moius yiai quil yea
un choix 4 fotre dans les fitoyens » Pour ne peas
capoter ceux Gune cooltitutien trop fible a fouttriy
Pun chongement @habitudes qui n'inflaera cn rea
fie ceux qui jouiffent d'une faité robufte. Nous ne
dhrous, Gaus fe moment 1 que donuer aun prasad
uuwabre de jeunes gens, les premieres wotions et lew
premieres habitudes du nsétier de la mer ; que lene
fotreie tes viais moyens de développer Vaptitude ,
* Tes talens et les connaillanices uéceilaires pour de-
venitemapcenvriers , navigateurs, etlurtout artilletirs
BOs. m4 3
En boraant ainG cette premierd tentative’, et.en
employant, fing Géranger en aucune miatiiere Les
“opérstions mariumes du gouvernement , des refs
fources A notre portée , ct qui ne penvent méme. étre
» MVilag des que fous an alpect faverable, uous avons
Vavantage de révnir auprés. dup nombie circonferit
ele
lonr €ire. préfentés 5 ct Voeil vigilant. da wouverie=
aicnt peut fuivre et obferver, avec facilité , ta marche
et les refultats de ceite entreprife.

eee
vos

>

Nous vous propefons de faire choifir, par-chaque
diflsict, dix citoyens de Mage de 15 4 19 aus, parmi
eens domt-les prrens yuvilignt d'une réputation bien

établie de gatriotilkie, Ce choix coufié sux agers f

nitionaux des difiricts, auxqnels on donnerait des
dsl utgous particulieres tie les qualités phyliques et
‘Gntcileetuelles qu'il ef {urtout meceflaire de: trouver:
dans ces jeunes gens, peur étre fait le 30. nivdi's 4
et en dudiquant pour point, de raflemblement tus

Sports les plus d poriee des diftrits iatpectits , tes’

eleves peuvent tous ire, rendugs a lear d

cflination
t of . and 1 “
avant te go da mois fulvant, ey

: F

_. Rénnic dans les prtineipans ports dela Républiqu
in, dls decent journcliement, conduits | dats les. ehan-
_-tiers et les! ateliers de la cordetie , dela voilerie ¢
' | le da garniture et du ¢alfatages; pour prendre uve
“ddge des travaux qui vy exécutent, et aa feraie en
sconcontant a.la fabrication es ouvrages quae ces
w@leves acquertralesi Ibabitude -des denominations
aotvitimes » eb s'ingraicaistt de la udefinsiol- de
thaque objet qui deit fervic 4 Paraeméut dab bade

‘
"

‘mrent de mer.
1. Mais ce wéR pas afer’ Pobteuir des: Counailfioces
‘Aur les-arte doit wows venons dd pailer: le maria,
qui veutcombattte pour la défenfe de fa Pauie,
doit favoiv fe ‘fevvir dele pique et du fall doit
doveout Lively miancintrer Te ¢anas. Les élaves durant
donc wt

ott A celui de-Partillerie de acer.
Done les pvemicts fours de ventdfe comménce~
sait Pavmenicut des dorvettes at des batimens légers
‘dans lefquels les’ éleves doivent stmbaiqier; ils
_ Ffuiveaiens les travaux de. caraae , de gréement ict
y @urmenient de cas navires, et ils y concetirment
“wutant gue Teves forces et Mexpérionce , quiils

: : i

- Z Reed ' 4 4g, Baga
qu'il ocezfounerg.’ Ul eft méme néceflaire “de dire.

tons les moyens d'inflruction qui datvents

ey



paruicalidremeut formes: a Naercice ‘wnititaire §










¢

fentit qu'elle aura befoin : cette vue ferait trop vaal reftera, dans les ports; y faivia ies travaux des
pas ic but que hous uous pre- chintiers .8¢ atelicrs

2

Vage 3° des canonniers imftruits et quelques

donneront les plus brillantes efpérances d’'étre un
J Sur de-havdis ee fav

i











\

o
i

»

i

t

anrai A acquife, pourraient le le fue oe ‘
ahraient aa acquile, ‘PF — ot SBN Tappelés de“cchaque diilrict de ‘Ia oe fon
‘Les batimens iraient moniller an rade “Ors le profiter pendane. ta cidmpasné prochaine a i
15. germinal’, et y relleraient a Vanere’ jafques vers inftruction “navalé revolutionuaire 5 Baris Sine
li fin du’ méwe mois Noyes ae ee Peat ad fa population , ex fourniry denx par he:
ve Les -dleves feraient dés lors, établis a bord. s*y, qe. Sections. ae nee! 7 on PMs a
livieraient, A Vapprentillage. dela manoeuvre et du iY: Pour parvenit au choix de ces dleves, tes jeinep
canonnage , et s'exerceraient “dans les : chaloupes | eifoyets qui fe préfenteront ; ou gae leurs paren
yet canoty ‘aim évolutions militaires relatives «aux Ow tuteurs , Bev. préfenteront ¢ {eront infetits fine y a
delqontess os Oe ge PS “ fregifve tena d‘cet effet au directosre dh diPrict st
al, lorfyue a. navigation devient'} y , ieee

+

Le fervice dans {a carige-a toujours, 61é “regard é maine et des: Colonies adrelfera aux dgens waite’
comme lune reffoutrede avantageufe , non-feulement ¢ times ou fous-chefs des elaffes tet dances ce quh | fea
t . * ‘ 5 P *.

psur les individus qui s’y livident perfoanellement ,
tats cfoore pour leurs faruilles, Vous lui confer vered
ce earactcre$; et, en appelant 4 sinflipire fur Yes

tems ue feront pas gratuits.

paix frais de ta Republique , et ces

‘pas neu ‘plus quia ne donne une

P cOtes y.ck bes covvettes defi:
Fugue ala der,
Ede vensila.






44)

Sra

WY. Dix ettoyens de Pazede 15.













































Vers te 3 germin

y fora. fait mention de Vage + de Ta taille, des uaz
lirés «phi fiques des Didividus,. sing que des dite
degrés,dinftruction qu’ils ou A&jl. regis 5 ce nat
tre, @uvert -dés la‘réception du préfent décrers he
clos le So nivéle, er remisd Magee du dithice. =
aprés avoir pris les reuleignémens'tes phis dente
for leur fanté et leur eonduite , ait qe fur le na :
jriotifme “de leurs ‘parens:, choifite les dix Sane fi
citoyens ‘qu il croirs te’ plus: fufceptibles de proliter Q
de. Linftruction navale révolationnaire yeh de’ paus a
voir, étre Le plus: promptement utiles. la. a
dela République, © 7 mk,
WILT fera remis par Vagent nat
toyen choifiun bulletin’oh cel’
quilui indiquerd le port ot il doit fe rendre’: ton.
forniément aHindicauon qui lui fera “dounée patty
Gommifion. dé la marine et ded Gotonieg .
VEL TL. fera: également, remis 4 chaqie deve on
a fes’ parens, tutenrs', Se, une foume dé ‘30 li,

fscile et fine, ces corvettes et: batiuens irareut Le,
long ‘de Ia cSte reconnaitre les ports voiling. .” whi §
‘Liintteuction des. éleves: préfenterait dés lors l'avan-
tage précicyx de joindre Pexemple aa précepte: eo
“Reunis di des. batimens complettement ‘ardiés en
guerre, les corvettes pourkaient aider d.efeorter des
convois dont la deflivatign ferait prochaine , et miéme
fe hatarder's quelques! croifieres, qui ne ‘les: éloigne-
raient pas heaacdup: des ports dans lefguels’ elles
doivent le plus habituellement ‘flatiouser® eu ‘rela.
cher... fa) Sct ne a eee
«La mer. commence ordinairement 2” devenir
mauvaife vers ta fin: de fenctidot;: les corvettes
n'attendraient pas. cette époque pour rentrer ‘dans.
les ports d’od elles font erdinairement forties, “et
pour.y défarmer., pe

%. .

Be ep ef ' . ‘!

* Cette operation, a laquelle les ‘eleves fo livre-
yalont avec plug de facilité,-et dans ‘laqielle ils’ Btenrg: > Une
‘Procureraient plas d’utilité quils ne Panront fait, pour le pourvoir , silen cf befoin es de “Gitel giles” ed
lors de celle de Varmemenut , fera probablement Jiobjets de-previiere néceflite; il fora ‘fait ote da.
termine vers le 1¢¥ vendémiaire , et ferait le terme | paiement de cette fomme furle’ bolletia i leg sntys-
de leurs travaux et de leur inflruction pour cette f dats y relatifs lires par le directoire de diftrics yferony
campagne, : . paequiites pac le réceveur , qui Jes, enverrade faite” oe
A cette époque ils juflifieront des progrés que fala tréforerie nationale , ot. ils feront Fegus pours. Me
Minfirsetion tcuraura fait faite; es tatens , fe got , ;comptant. cere “en yee ite
la vocation, fe ferent décidés-; ‘et Pon faura queéls f+ VIEL PAgsH) iettoal du diftrict fourniva vy, dix -
font ceux qui métitent que ta République continne f éleves tine feuille-dée route que cens-ci evont tenuy,
- de-fuivre ; ils teeevront pout chaque jour de warhe,
d'raifan de sei lieves par jour, la fomere aah”
buée aux foldats d'infantérie par lalei du 2 theratidor,’
‘dernier, et al fera pourve -par les mumicipalitér 4”
te qu'ils foient logé’s et regus-conmne les mériteat sa
de jeunes citoyeus,, qui fone’ i'efpérance® de ‘les:
'Panie. ee : Te wt peg

‘AX. La Commiffion de wiarine et des Colonies:
pindiquera- a. chaque agent national la route que ‘dé. :
vont ténir les cleves , et Gxera des Tiewx de: ray”
femblement., of fe trouverout 4 jour’ fixe des age
shargés de sla ‘conduite de ces. jeisaes citoyens
Kile préviendra les: corpa aduiniftratifs eh Rruuicis
-paux' du diew de leur. palfaye, dejleur nombre,
des {éjouss qui potsasient leur étre accordés, et:
Wéfignera les objets qu'il. fora néceffaire. der leuk:
fourpir. . n Hae ae ud

X. A leur sartivée dans tes ‘ports, ilstenr fea. >
‘fourni Jes hardes et effets¢dout ils anroat befom,) «
couformément aux ordres gre la commifiog deli +

t

4: marine
! pete eee: J
ae ; ade
tonal, A chagne id. .
“i fera’ fignate + tt

Ld

Â¥

Â¥ '

he
A tes faire inflruire “dang les -ports:, et quels font
€cux qui peuvent: étre employés far led waifeaax
de guerre, - Gah wy ae

, Hl entre dans ‘notre plan qite 1a totalité des éleves
te {oir “pis conflamment embaiquée fur les eorvettes
Wisftruction , ou fur les autres batimens qui vavi-
guent le long de Ia’ céte; une partie d'eutre eux.

j

‘

» et ira, lors des urelaches ,
remplacet ceux de ces jeunes citcyens anxquels if
tonviendrait micux de refter quelque tems & terre,
Ou acxquels la mer ferait coniraire. o é

' A le campagne prochaime. if ef probable que fa.
prelgnétotaliré, de ces éleves' vous procurera de bons
niitetots wen qui des’ eonnaitfances acquifes pax cette:
liddiryction forgnée fuppléerent avantageufement ‘4-
tg : jeunes
alpirans qui, par leurs progiés daus Tart nautique ,.



a





ans navinzateuts. ,

r



uf

anra é andié 4 cet egard par le Comiré de fi
public. ae : fon ee aie SEs
XL Les dleves feronr entretenus anx frais ‘de la
République, et legés, foit dans des hasinyange yu -
blics , foit. chez des citoyens canans. Usderant nouttis
etinfiuits gratiitément potdant toute. la campagne ys -
foit A térre, {uit A la meer, Lo Bagels
Xl, Les leves aurent , pendant le tems quitsS =
feromt employés, une’ femme de fix livies par’
meis. - " ee’
| XUHL Conformément a Tufage ‘établi “dans ds
inarine , les.éleves pouront déléguer, ube porters
Ou méwe la totulicé de leurfolde, a leurpoieon
A. leur mere yer Pagene vational fera note de cee, |
difpefition fur le Bulletin: délivré & chacun d'ruyy
Cet agent rendra comite de toutes les operations Ser
dont il’ eft chargé, relativement 3 Pexde ution da
prefent “déeret, 2 Ja cowniffion de la mating ¢
‘des’ Colonies; aviat, le 20 plovidfe prochain, -
ONIN La Coinmiffion, de. la marine et des Coloutes ee
donnera des ‘oidrés cé des inftiucions pour Texécud
tion du préfencdécret., aux aigens nationsus des di.
tricts et des Coiumunes des livux de paffage , aur
‘conimandans des aries et agens Giaritinaes des ports.
andl quaux agens chargés de ta'canduire des eleves
{choilis daus les difvicts , ct aux gMficiers qui fecont
chargés dua commandement des baumens légers et
dés'corvertes Pinflructions, eee
XV. Linflincdonfera termiti¢e le 18° vendemtaire 3
prechata, «Lt feta, a cette époqie ,. fair wn Oe
men public des eleves, et te réfiltat en fora port’
far le Bulletiy. Hfeva’ accordé des graidieyeyt:
giadwées depuis So livres jufga’a: Joo. liyress,
ceux’ des profelfeirs, inflituteurs , muaitres dat Rs
dosvrages \. de manceuvre ; de canonnage «
Wexereice militsiva, ~ done les éleves feront we i
hus avoir. Te plus: pfoliré de. Tinftruction Reye®
yevolutiognaire, (os s+ on ae
"XVI Aprés cet examen , -les dleves feront a
-ployés, oir digit les” ports ,. {git,. fur Jes wale
eaux ,. dans te .grade “donut ils auroot ye
-fufegptibles , et dés-lozs’ ils ‘en auroat' le tte
Ja pate.’ eh
VIL. Le Comité de falut public
melures de détail qui doivent allurer’
prelene décrer, of

3

vajfleaux deta Républiqua les citoyens des départe-
mens éloignés dex cétos , vous lety fertz, counsiire
ch ménme tems qué leur fervice etemplot de leur







Gette vie bienfefante eft julle etnéceffaire a la fois ;

car tous les fentimens , tonies Igy réflextous doivent
concoudea Eire réulir promptement fe plan, quenobs-
vous propofaus. | YO aes
Ain , Vioftraction fera gratuite, Pentretien Tera’
jeunes éle'ves
fi, en acquit-
tie, leur per-.
procucer quelques objets utiles lorfqu’ils

obti¢ndront une inodique révibygg

n
tant les fervices quits vendront ee
acta de te
ferout a terre oa

Nous ve doutons pas ,_ Citoyens , que cet effai ne’
foit gousouné des plus heurex facces,, et que yous
wordoanies qwil foit renouvelé. Nous né.douions
grinde impaltion
vers»la marine, «et. vous apercevres facilewent ,
dang le projet de décret que nous allons vous -fons
metire, que cdf le principal - but qke nous..ttons”
lomrmes propofé. eo ae
Voist re projet de décret + :

La Convenutios “pide, pale, aprés avoir entendy le
rapport de ‘fes Gomités de marine et Colonics ot de.
falut public y décvete ce gei fain: :

: Att. Er, Ab ch établi dant les ports. qui’ feront
defignés parile Camité de! fatut. public , des écoles
révolutionnaires . de navigation. et da ‘catonnage
wartime, | . bat a 4 eS

Ll. Biles feront
vidle prochain. . -. te ‘ane

Les Iecous qui y feront données
objet Leas travaux de:'corderie
et calfatoge .qui-s'exécutent dans. les. chanticrs et
atehers dts ports; ccuk de: caren ,, grécment et
arihemenss et los mouyemens dés balimens

Fee Pe ae EEO pens de mes;
ca fia Pexereieg milaire ct pringipalement celui de
Vavolleria. wavalay | Datheâ„¢ AE s ee eM

TU. Les Lbatinens légets



f
4



i
al

ouvertes. 4, conmpter: du. 0 plu:
auront pot,
a Voileriey garniture

employés dla garde des ,
nges a Vialivuction pra.
des: les’ dernicrs jours

prendra foutes le

Â¥.
po 20 *oxécution dd
feront armies Pene bus
" z x.



ee foc Mkapere tae eee 3 ar PO rye eet Fate cal cay nilleria
Les legniis. indiqueas eisdefus. y- ferone épale- a XVI. Linfertion da dréfert décret aw 5 :
wee feet ct teront accompaguées de ta pias, Hendra lieu de promulgation, |,
‘qua, tdrcens- sclativement’d' le acai a ' 4 alent z
pee ry ECHR B mancwuvre et aut Ge projet de décret ef adopté 9 A... 4
cangnnage, ; i p ees aoe p “(ha faite deriais- }
a poe gh a, ee cr a



a,







GATETTE NATIONALE, ov LE MONITEUR: UNIVERSEL,

a3 de'la Republique Francaise une el indivisible. ( v2 Fanyier 4795; 0.4. Pr









POLITIQeY E.
ALLEMAGNE |

ae Ratishgnne., te 14 décembre, a



mane : 7. retried ~ ioe epee Z * we eRe pee . re ogger ee
| fMOupes qui gardent fe pafhge. du: Rhin, mais its] Morfeille , pour ne [niffe aux yeux Gu légilliieay
Marcheni dans la Wilt halie pour couytir’ Les pot. 7 aucun dite for) la adcoflité dé la ivi guriud, &&
f:iiow prifficones dang cette ‘corres I prelentge. 8) ut wnat hs
‘ Bake, Sud ae Ny, ete a! Ha — Js vous ai deja dit que ‘le Jéghng de | Muiilla,
teiativement aux lomaned eit Soatraire sux prine
Lips @Muisite , de Veerté ti He ga5ie quirtont labafe
de dows’ BOUNCE ct Say ce tee tas
Les vihtcs: weeedrees” par ce régime fur fe
voyageur lortaut do lexrioirg de Maurfcille , Lee
Warient éviacunaent les principes: de liberré : eiles -
‘Pappellent les auciennes ‘eloifte’ Bifeaies que Von
troyait abatiues’y. elles fot peifter Gee: Marloiite
ch un Etat ifvlé; eiles doneat ligu a res -ditceons
fréquentes exitiy ‘les Voyauenrs ct Loy prépoles,
La’ verification + do ce qui: pally, toir *a, allant,







































Les Fras.cnis ems meascent de. paffer Je Rhin
pres POp ie heisd 5 les Ponteus y font deja ar-,
hivésy Me AY Say Sissi et Matti be aed aati 54









































feign PE ge I Lee Pe Auf fong-teme que fa tére. di porit de Mioheiay
pirerbRt du} ferutin , celatif aux négociations {ne fern pas prife . Hos W avons Hew a craindye,
six , adeuné le réfoltat faivant ; oe . Jel, mais dés qu'elle feru dans les winins des Fraz-
Pas thee Mente objection contre Ia paix ‘avec la} gain, Mauheish ne pourra Plus * They a de matt

Ree EL ae elie cs - Pvalles calcmates:, at! jet, cas..dny aombardement
Binguaetesfept voix fe fout farmellement déclaréer la faifon ne permettra. Bas quoa’ s'y ‘réfugic pour:
tp faved delapiix, | BESS 2 Peete a ladies

se =~ hong-renis.t-. :
_Dix voix demandent In médiation ‘du Donmemerch | ., habitans: de Manheim, Weidelberg , Evils














adele Sudde: .. : pie be se = hg ces menr {eit elk venane , néeethite des debatlages , daa 16.
eride ly Suéde i, f bromn b Stutgard.et Louisbourg out: une tee penr f) ne oe Baia act pae eens
“ defivent en ide Pri it eh ? " er oa rg “ i avaries 5 elle oe palewcnt ves,
|, Temata fix defirent quele rol.de Pruffe folk chargé. wills-envoyent “daue- Ja Baviere et. méme daus te Bee dey avur °o elle Pccelioune’ ey: aaae
u Be dette médintion -., i ae Def tétards.

Be PEN os . ea it ' ap
Yrol tant ce qu ils'peuventesportar, SM aie Celui*qui’ viene. de Marfeilte ow “qui y page,
is ee: 's wing ve Fas) qu'il “Vieni Pan pays. éaanyer gu
Pq y vas il we declare pss ce qu'il ue pakfpore
fqwe pour fou ulage : de-id Hes faifies , shes cape

Trente. vatans opt déclaré qu'il ‘ne: fe Promonce-
Silent gu'aprés avair regu des ioftructions ultérienrcs |
“Beleucs comiettauss + :

i Veayay. dé Hutovre R

tats anCmanque, ie tae eal ae Seon gtk
nvoyé Palatin s'eft déclaré avec énergie en faveur}
paix, |. bute eid ay aiye

i

oe Rg set

*: De Poinence ‘ de 6 a ‘cembre. :

on

:



Ags, villes de Jutrozin’, Sawa ee Guerichea’, avec}
‘tes cailles publiqnes quis'y rouvaient, font tombées’
au pouvels des iefurges. Thy ¢0 a-des Métachemens’
Monib- eux dans Les eavitons de Siéradz , de Wiélun’
ct'de Widawa, ee Es se

_ Un _ ie. deurs artis , commandé par ‘le major

v lua fachoux,” vee sustre etérieure extre les
pl be ACU i ae ; ‘

prepotes et -fes howmes “gli veulent fauder “les
droits. ace pee 4
-. Cewi quia des AMarchaudifes a. envoyer aux





‘Quorquil en foit., la Cour de Viena alfecte , au.
vp willien de ces: demarches > ane forte. Sint fereiiee i
pS He Voceupe @avgmenter tea aries y ow digi
os @ubitewir Ges forames ‘qui: fa mettont. ew tse de. fap-;

fon corvefpoudgiit ence pot. Uf Iguoie gre hi,









: Gubtewar. dest pat up; eu patfane 2 Septemes, con ne déclare “pas ia defli.

$ © pater ‘tes depenies de la guerre age Me » * af Pondoki it furprts, Te buresa:.des pésges d Parke ‘ nation de. ees marchad cites, et que fy d Pantivee ,

Son commilfaire » te baron dé Hagel, » propofé | fiue dans le dilisiet de Kizepice', dans ts Spradic.” (fle voiturier ne tes. met pas fous La wan des pide
&coux dee Etats. dEmpire: qui n’enet —pas fearnid > 3 olae nee :

7 hy 2 hs ep té part) danete pla “ i, ian
_ eur contingent, us moyen dt remplir Teur. obliga. Un Re part environ joe Homans. fc euver Pea ea Lees aio tt e
fe ib se piyaut pont chague homme fa Jemaet" ippé er ait prifonaies dine les environs | de “Blo Par fou igweignce , il paye’ fouvenr fir des mare

“de 50 Bovine 3 cempter du et mars. 1794. julqu’ad bucasr, ue détacheméut prnfiica. ‘Lesinturgés , p88 t chandiles nationales, lés diwitsyire dwiven: feulemeng -
4 inate: 1795 aie eet aed a sage ees pC" avantage , foot-entiéds dane Blobucea ; “ils ¥ Out gottey. étiangeres. ;

4 GES, . mae ‘ . ‘ ti ye ' . *. . pagel ge pee es : ae , ‘a ay =
ses hd -: : ; % flevé-des contibutios , et fe fout rei és. Le dude. Lev voltarie, atler de Lyoa au Postel
‘probofiden ash. 6% < te nay . : 3 Haller gal, peur aller we AYO ate Pure. Ae
“Cette Propofition, 8 eft Miite- au ftom du duc de. jour, uncorps @isturpés ; sux ordves ded généraux' :
Sixe-Tefchew:, feld-maré¢hat: de., l'Empire ;. ce ga- Ww i

eal delite: que l'argent qui-en fara le produit ferve. piPski et Siok: yski, cH entre: Kizepiee, (Ets fie



pots des douane? >» elles feront taitecs comme yee
pant de I'énanger, © _











Monizgne, ne £ it Quemprunter. le tered wiv «de

fitdete secu vapiteu : Morleille, tle ‘peut deviner Q¥e,y pour aller, ile

Niiveilea des ttrotings fotsives par les Etats tom.) Urges te xeusi eut 3 sagitent ‘ ae eet en me Frange e3- France , i} foi oliige ode le pictenter 4
mee pes J : | ces troupes | Vom ett- ‘On aflure quuls ont des Piojens «fur Gren. une dugshe; et quund il fort ‘da territerre de Maire

sh pouvair des Brangais ; attendu que-ceg troupes tochow.” |. ao rE sie ee falle ou “exis ‘tor Vobjerde fon" hareement tea
Mejd fait la guerre, sey ae Saget ee eeege las Ne gad, ohasg ems ee
we dvvits dus fur ce qui ‘visut: de Péiranger , aqusl

_ Marteille eft aimilé, : a
Una uégoci. nt énvoie, 4 ‘Marfcille des quineaillon
ries oa Wautres marchandifels dont ib ue trouve
peo le deboaché; 9% veat des on faire tevenir,
it eR tenu d’acguitter los. dipits comme” fur qaing

cailleric au autre marehandile étrangore, oy

Ge détaid dont: chaque article peut étre appuys



o * Meuwted , le 15 sdcembre,

bAroute #¢ Dante eété du Rhin ef fins ceffo:

vaveite de troupes, fraugai‘es de canons, de’

. “ehuiow qui. déblene @Audernich far Coblentz. |

Meo Reqtroupes: eriont ux Allemsnds ‘qui fone. fur ta
Bite oppolée.: May enice? Maygnee Po

CONVENTION. N ATIONALE. 4
, Présidence de Ben. ebelie. eae

SUITE DE LAL Stance pu at nivésa.



Giraud. DBitoyens:: Vous aves: reavO¥e nar décret

OS Leegenéral Beanliew vient de\ fe. tendse: a Lim. f 18 ‘
3 Se S PaPexamen. de Vatie Camité ae commerce da aécla:

2 boiirg er. ‘ta Laha, *

Bet



uit aux habjians des auties Patties de la Répun



















a... 0 :, Ee ay ‘_ Max Sere ] mation faite, par.on de nos eollézness “farcin dos. ligase, ice ib A. mace EAS hab} on re *.
Bo le ‘ilo eae A eek # Sevens. ban articles de la doi qai- rapport scelbe: fra-be theximuin.: g eee roe oan ae ae fae ae ce
Bons. db Pee 7 ongroite.5 ob eee ee Cette récla mation a Pour objet.de ne-pas fiire Perer | Ccwmmune Texamption des droits fut toutes’ tos

Hous hondrais et bohimisns. - i



Ics. téquifitions, faites ‘pour leswdiffiicrs et Com- broduciions du Levant, fur les huiies | Catia. ou
PraRneEs., wou pour Pepproviunnement desimaychés ; TE pague ct de Portngal , fur les canx fpiritacutes,
fay des Gittriets qui u'autaieut pas pour.pras.de deux | fur des ‘dregueries eh. epieeries., . fur’ ie thacolat,
sore de fubiitiances. et . Tee ‘fruns , les vins , les liqueais ydes olivriges ca
‘etic obfervation qui .n’avait, point echuppé a; ote rbais, os et ivoire vl fiyange., etd fir tens
votre Comité dé.commtrar »lortqu'll a Pispard,PCOJet> autres que ceux dénomniés . en Varn LV da
cette. loi, avafe- motive ~Pantiela VI du projet de: : ; pe Boao on
Aécret quiil'vous a préfenté, | a | taille done tate lee principes - d'egalite Pitan
_ Metre’ Gonite’ a “penfé que-Vagriculieur qui “a Leille doit, comme: les autres ;Commuaes de’ la
employé {es foins v £23. travaux defertilifer on ‘champ ,- “République, les draits ‘oy tea productions ctrangercs
kour le yowsrir ni. et fa famine Pendant fow année: que le confomme., fou patrotifing: ae lui peamer pas
agricole , ne pauyait Bie privé.da cette po: tion de: ‘avoir un BUTVe vote, : Bae ta, hae
fa propriété , Mui dens Porte ae ta nature et de, , Meafeilla -ne Peut ct ne doit detiver qu une chofe,
faféciére, eft biew fa plusfacréo } que-cette sméme c'eh de m€tre-pas réduite'a. dimiunor fos importas
Aociété ne pouvaitiavoir de droits que. fur la por--| tions.au Levant, a détaut de débouché dé'la partie
‘thon axcédentic fes befoins. Ce en refjiectant «ce:| ie Les productivns ut pallait AVéttanger. ciestes
ptincipe. que-votre Comité avait.préfente article que aie a yar edie pos Dautous Pas cofexcédent
vous avea fupprimé. — Shady, Pee as, : ee a pies ae oe vil coutiouers de. puffer a
-- Les técdamations de Tapfent vous-ont fuppés, a Hetranges tn vauchite the -droiss au toyen-de ene
vous avez, ordoung sqwow ‘les exaininat de nouveau, | Pepst. Cet eatrepdt yiattsiudya iweme pas les isines
Votre Gomité a penlé quielles étaient foudées fur ['t les cousus (ety jalqu'a prefeus, ont formé Is :
Pequird, ba plus Rricte:; quil pourrait uy, avoir des

-hajeure partie ides: objets-a reexperter,, 0)
Anconvéniens 3. abliger dis ‘eloyens: de te. priver'| ‘ba pesigae totalité. dis -auenes objets fofcoptin
dune portion de leurs fublfances, quiiisfentiraient.

bles Ge réexportation , fia 4: Ia. ditpelition “da
étre néeeffaires. a four ee FGuer ia contyinie ne ot aoe exempt'du piyement des drdits
Quon -pourvait employer, 4 Mivait aux -fontimens de urls parda bs ‘Xportera,on jofifiaar de cette
fratesnité, de perfiahon , et Winds ét'particulior qui ees deta mene maulere qu'il 4 toujours
portear a de mutuels, facrifices. "ope ty 7 Pete teat: ee ie eae A echo “Beg tg alts
" Le Comisé «done crane -efaite de vous'propefer: aa ny abe aa Bjet And entrepor reel., @'cft-de
Dp, article raddiionnal , jqui calmht ifes. craiutes ec | dire, fous ef, que les. trooper toilerica de foie,
posa: fur, des, piincipes. dont vans He vous écartez | Ml, coton oulaine, et selte mefure qui tend 4 cma.
jatnais , quandcils vous font déemontrées. ay pécher les UProductions de Findufirie fttangers.
“Woici article git © lees = @eatrer daris la vonfommmation, en fraude ites dioica
ayes, Pheri, gtlg, Pa, ae oh By -{ établis spent favorifer les mantifactures ationales.,

99 Nul ne pourra, fe refuler aus réquiftions por: -Wémpachera pas leur séeapoitation, Men

On éerit de Munich qué lélectcur palatin ,.a
lifon’ couvfell, atlique avait’ atraché avec beaw-
vip de. peind un confentement de laiffer. apir, le
ours de Ix juice contre Dex-miniftre Bettf{hard:, |
QS (lange towed Lonp davis 3, cette affsire , quia ‘pus
“#R ade formes diferentes , vient d'en prendre encore
Ly ME wouvelle, ‘Lidlectenria déctaré + psrcun-refcrir,
BB fhe Paccale ayant.eté ‘condamné a tine prifou pec
7 Pituelte. 7 i wraces devait aire regardé conimne
A: a adanmoing perme. ad arbunal- de eon
Wower la Procedure: poug parvenir Avta confifoation
ai “doe Bigns ufarpés.: AM i : ;
se Da ‘eymrniffaires ‘thargés de former un sorps
ee Wimiprés » 4 la folde de PAugleterre ,, avaient de.
RNR an ‘gcuverncment, bavaroig ‘Ta > perniffion
Weubliy des slitux de tafléemblement daus fea Eiats.
Lo Mette de ane: a éxé refufée, © 0 '.







f : ; é
Py



(1. Bstreit dang letive de Fraccfort’, da a5.
pa “y, flovembre, -\ : *

.





| = mimes y qui- ont pen de -munitions de bouche ,.
ss ih €quetico fomtmeé tous les endroits:
Mayence les scomegibles

a ee

a



‘Nous: débita ‘Ia nerivelle, que les

Perdu8a0 horatnes devant Mayence;:
a CHOM apprenons , ati rand deplaifir
+ q8@ lachofe ctait tnuéremtat'lautle
'ailes Alfemands avaient perdu, beau

tees par les artislés TLL et Vide laloi de 4 ulrdle St tex armaiturs pour le Levaat ‘démonsrent qu'tf 3
4 .moins qu'il ue, jubife quit . ne. poflede pas. de. Jetix imaportersit de pouvoir Y porter des" produds ‘
Brains ou. farines au-dela oe fa cenfommation pen} tions étrangeres fans quicilesifafeat aflujettios any
@ant fix mois, “et €8.,. 4 .peine de coaGfeation des Ldsoits entrées sa ‘Trance , en ‘lour accordery Mena
grains eu Farines .excédant tes hefoins ,- Pendant ce° trapay -dé ces productions, ‘len “fera de-méme
tema a : é des. productions étraugéres dont ils pourraicnt fire
. qesillemeut pour eux. ¢: fans ‘tuiré a la Répabite!
Wes an commerce intereHant de Comnihen ave.
Véiranger 5 mais cet & eendition “que Ja wen

ied Ont -anlong devant. Mayence
fiinies Be dix oRnens, erventent
eWaffaur. foe,
oe Sh le ‘canom renfle dune fotce extraor-
v4 2 oe “Intille cf dana’ In plos grande meee
Bak fe, ges Ode Cin ey OS Get article e@-adopté, . i ;
a @tke ‘lettre de “Heidilbirg , due f- Scellief. Avani de foumetire ala difiufoa dela }
cee wabambeeg: AT NEE Y Sealey aac destelet Me dteeet Cur Isbo- | permillion stew. sosareont £-Bayonue <4 Dunkere:
Mine's. a oO ‘Kition, dee: franchiles ides: ports de Bayanue, ‘Dun- fque,iaa Havre sted tous ley autres ports, qui
‘*¢ Ore tilly fourtiite de foldats, ‘eependawt_ és Kerque et Martoille , dent. elle. s.orsoané impreffion | joftifierent des -mtéines utravages. Ces entrepots fit'n
On tbsndelblies | et encéte les. go mille et Lajooriemenn ;, je crdib qu'il tA ageedhiire Wegin TRA. artoutsalls tégione Prete 4 prévenis ies sbup
™ Fevleonent we fe joindroat pas aux er ancore..dang .quaiques: détails. farde-ség me, ¢1qui ont que: trop emia Sean oelas biabli-d
neat Joinsroat pas aux | sxe A .guciq ekg iG Que trey: werih
Ait doe leper exer Pegg PS 8G! ge PRIS GE OP a be EERE ER SOS Stave tant ier ae

‘ os : \ * , ; : ‘
do oy ’ i : 2 \ \ ‘

“ # t . Shanice i
‘ ¢ 4 1 7 : : * i »










flesiions et des ‘aMmegndes 5 et. ce qui eff cucaig *.

Colonies “Franga‘fea , Far Muvvilie \ les adreffe g

de faits , démontye coubies le régime de Maifdille.

tite Tet dota lei.du ‘er @oiit 17914 ronis’ cette



33











: PB Gate ale Micka Se om gd ee re 3
feille, qui devait dire dans nge mame enceinte et veraement a déja ‘beancoup: a faire. de parer 20x

“fant fupprimées. » :

. .walomsies que'les “ennemis.db, Peuple s’cfforgaient,



j 3 {
Ge

I y : bore | Oe a


























fur le post, dé maniere que. les prépofés enflent | coups perlides’, et fans celle appreide pi Lea homames
pu voir ichasger et décharger les marchandifes , et} que Boos venons de -défigntrs Mais, Gitoy¢ns repre: |
qui, par.ta violation de cette difpoftion de la fentans ,¥@ tems. prefle , hater-veys, d'écrafer ta téte
‘Toi , eB devenu ta fource de ces abus. as "
‘Marfeille ‘obtenant ainfi tout ce qu'il peut de-
‘firer pout fon commerce extéerteur, tontes len’ cloi-;
fons’ qui féparent fon terrigoire du. refte, de In
République front abatiues + om pourra y atriver j

‘ ‘

tn foitr et le traverfer, fans éprouvet les génes in-

































propre poifoa : mais déja jl reprend fes forces , ik
stavance pets mordre le fein de fa Patie, tandis
gue le lion fe difpofe 2 sélancer {ur vous, ‘pour.
‘déchirer ‘les'membres qu'il vous a laiffés ;ecpendant
leur rage réanie ‘n'aura poiat dieffet , vous | aitex:
feparablos de fon régime actuel. sp les prévenir , et Pameonr' da Peuple. ¢t fon bras
Moici le’ projet. de déeret que je {ais chargé de yous Mrvincible. a, Vous. font le «garant. dun. triom/phe
founsettre, © ae ok 0 paffares ‘lag ed Pat Pal



Ceite pétidio .-{ouventinterrompue par'des ap-
plaudidedeas ,- tednlirds au\ Balletin.



mt “Le Gonvestion -nationale y apres avoir entendn le
.vapport de fen Comité de commerce et dea kppro~
Vdiounemeds » Agerete ts. sy 7 ee
Ares Yet, Les’ frinchifes ‘de. Dugkergue > Mare!
-feille , de Bayonne et du ci-devant pays de Labour , }



, Une “ dépatation de! la. Section ‘de. la Bitte “des
Moulins. fuccede 4 ¢elle de Lepelleticr.. “

1 Dorateur. Un efprit délitant ou ¢garé, par Jes fourdes |
menées des ennemis dela profperiré: nationale, oa,
-donné occafion de ‘répéier ces mots + Royalifaie ,

Si. Proia jours. aptés la publication do préfent dé-
cret , les bureanx,,cxifians fur, es limites interieures
de ces lieux feréstfermts, et ik'en fera établivfur'} monarehie,. terrovifme ; ex bientBt Sefforgant de donner,
les liniites extérieures. i oo. quelque conffance d cés propos, eutantés, dans Ja.

HU. ;Popr affuver aux prodsetions, ‘du. Levant, retraite du crime + 66 néomanquera. pss de. les

vi. excéderont’ la ‘confommation, nationale, te.dé-t prefenter comme Je-voeu des citoyens de la Commune:
Powske “ue luj facilitate la franchife dé Marfeille Jf de Paris, 0 0 Pag ehh BF
toute marchaudife importés du “Levant parle com-| La Section de la Butte, des, “Moulins vient 2

votre barré.prévenir des dangereux effets de cetic

merce Frangiis, joutra ,. dans. Ie, pert darrivée,
artificienfe parfidie. Qui n'y. reconnait ‘en effet les:
derniers efits, Wun parti expirant y pour qui’ te:

$

toe Be

d'un entrepét ‘de dix-buit. mois , pendant lefyuels-
elle povira dire exportéc, foit par.terre:, foit par mer, } desni i :
fans ucquitigr aveun dioitde douane. © défordre eH vite néceflite?
AV. Toutes les. marchaadifes mannfacturées pro- ik en
venant dud commerce, seficront dans les maga-
firs des négociasis ob commifGonnaites cn enire- | Mais ovblie-t-on que tous Jes mécontens ,
peteee ; celles qui ne feraicut pas exportécs apiést terroriftés ont, 4 force de perfecutions ‘
¢ délskde—dix-hait-mois’, paieront un droit dej.da char dela véevolation, votre juftice Jes y rartacl
demi pour ceut par chaque mois , jufqu'a leur ex-§ tous les jeurs de plas. én plus. . us SN
ortation. eS? a :

ee: — §. Quof! nous. aurions renverte. le. tréne, et du}
V. Si eff recenuu’qe’'an moyen autres entre- ‘milieu do feb debris nous fouffcirions quil wen
pots le commerce puilfe tran{porter avec. avantage, sey Sia

des sarchandifes étrangercs dius am autre poys étran-|

| Quoi! on nourrirait encore Valfteux ‘projet de
‘nods ceplonger,’par la terreur’y fous te defpotifine:

‘ qs Teg

tlevat un nouveaw ! Si

|. Batlotés de: factions en.factions , nous nawrons!

ier, i) Awi fra accordé toures les facilites qui fe eon- :
gilieront.avec Vimiérét mationsl. | Name ue
VI. Lou: batiment: fufer & la quarantaine be poorre
amobiller, daus aucun port de la République , s'il
ge juflihe par certificais authentiques ‘guile fon-
mis cette forsmalié daus le port de Masfeille ou de’
Toulon. oe See uae ate

aprés ‘elle une révolution , que pour nous revoir
enluite’ replongés. fous Ja -lyrannie ! Quoi! de nord!
an midi, de Vorieat au. couchanti, wes _astales:
triomphantes feat reculer’ les defpotes coaliits
partout ila vicicite..accompagae nos pas, ¢t nous
donnerions A PUnivers éronve. Je: honteax {pectacle
: . a 4 $ ot

dub, Peuple qui reprend l&chameut:tes fers. .qu'ill, a:
‘| brifés fous tant de formes diffgrentes ! Comme alors
Tious les delpotes viendraieut, ex seqcrocher “tous:
; Sa ay he! "_ iP les chafuons épars ct les river plus fortement !
Loratenr, Citoyens kepréfent-as la Section! Le-Pgacore, des .Neron. 1. encoré des’ Caligula t ‘Trop
pelletier vient applaudix dla fagelie des mefures ‘que } de pages. dauss.notre hifloire sont. éé fovillées de.
yous aver, prifes contre da, tentative tifepiée don’ rae & ‘la. Nrave : fay
soyalifte 5 de mouveanent dé votre indignation comtre:
ect acte coutre-tévolutionsaise , a détrukt toates les

Cs décret ef atlopté. 1 Ag A eer
' La Section @: Lepclictier gf admife X la barre.
— ‘ wyed a ‘



lider faliberté. a ae tee tee

ghey “‘yeprel toate dicts SO oe gb pees
Si ta ; : p : Gitoyeng ‘reprereniaus , que’ maves-vous. cre hier
ae diriger contre le but de vos dervicrs wavaoxs-Li bie, tédioias de Ja julle indignation que ces mots ,

stonners eile ne. vent plas ea verfer-qué’ pour toufe-

é eer ae “ yee _ . as , } “ yee eye er
ae Te ah ee eo, e * a Below epee eg Weoys er 4x6.) i i Yi Li
* & ss Cc : my es net eg \ Fe ged Ye R eo Tig, ates #ie

J¢ demande donc qu'on infere an. Bulle
tear envoye VAdrelle qui “wient d'étre piss

‘du ferpent ¢ il n’éiait qu'engourdi. pat Veffer de fowt

-qu'cu forme cet efprit. Les belles actious ‘de

évaché}

pendant cing ans fapporté tous les orages: qu’enitral ve 4

leurs’ forfeits; la. Kekuce: ta plus de fang a lear



eee 5 \ le eae ae

qv'en cherclie dfiire cireuler daus lea départeme a!

rtemens

oe.
ttqman
barre. Setter ‘
On vous a. dirhier qo'ot faliffdie te Balletin de’
fowifes 3 jadis ot y inferait, fl eR vrai beaiae
cruaytés,. Ou youdrait fhiré perdyé-3 In Convent SP
Fellime , Temonr-du Peuple, dont elle ait Youn ‘
vous re aimes \ foyez julles.( Vifs-appladiffemens.
Un tyran, fait qu'il eR abliorré , i tuk fone ey!
verge de Fer 4. wais’ in| républicdin te répsud es



le fang avec, plaifir, , avec baibarie.” (On Pah 2

loug-tems. }
Mawre. I ne-faat pas mal interprétes des ‘mod

qui.me font -echappés ;, mon. cotnr eft pan’ Jab suas dt

gémi ‘en tout tems.de voir qu'on intérait ay Baio
letin des chofes “qui ne teuaient qu’d Veli deh ey
pod. Le Bulletio n’a. été inflinie que patil foie: tee
Pefprit public que des journaux powvaieatscérter ee
pres imais ce neft pas avec des chafes de ai

’ rE ‘
défenferirs ,. les fages tois ‘de Ja Gonvention ; waite, “ay?
‘ce qai formera’ cet efprit.Jamais je ne me penne: ot
trait rien qui puille attenper lé refpect da ia Cons 5
vention. Le patriotifme pent mentrsiier; mais imep
intentions fout irvéprochables, On s'éleve.conire hee Kae
‘buvenrs’ de: faug. Je déteRe coax qui ont abulé i
Pinflrameat treachant de la révolation pour faif
faire Lets pafhonss mais c’ef nominativement , aon a

i

collectivement qu'il faut les défiguer. ee
“L'Affemblée déerete Pinfertion ‘demandée par Aue
-dré Dumont; elle déerete, auf la demande fig Fag!
par la ‘Scetion, de ‘la Butt?-des-Moulins a i conde nok
vertie ea motion’ par an de fes. membres, dune)
affemblée. dans toutes les Sectidus: quiatidi pro.



chain ,: poor choifir fix gendarasgs.



fon horréur’ pour le royalifme , “le terrorifme dao ce:
clyrapnie. og ea rats .
“dnfertion, aw Bulletiag. °< yh Pe Teal Pe hy

z

: Lejeune. Je dis au comme Je ‘préfident, quete. Ve
Peupie:de Paris,we veut ni tyrans, nj ‘yranuic.s aes as
je, dis qwil gxille une fuction royslifte , et fev
le prouvers TL circule dans Paris. un écat jai
Mivennes: aux gmdteurs du bon ojeus tems, Dans cet) 9

préibe- hdurewent Te roy slifme:s jin <





écrit au y- ;
demande. le reayoi-au Comité de fureté générale,” ,
afin qu'il’ premae des: nefures de police (couue fod

: “ +E ee Bae ha ae ae

iufamae ‘auteur.
UN. ... Yai conna Pouvrage infame qui, vientde
‘yous étra dinpuce 3 je Pachetsi, il ya deux jovi :
}an Pajsis - Hgalité’, ct commie je, remarquai.“g

n'étair point fgaéd , et que Cissprimeur inéme nele |
nommait pas, je erus prudent de le’ faire coma. © |
tre'aw Comite de farcté générale. Paursis pu coming.
‘Lejenue, vent le dénoncer a \ la t¥ibene de la Cons
Hventieu ; mais je peniai que Phomise qui le vea






“La Seetion- des Tuileries vient suff exprimer wy

vous fora facile fans daute, a vots qi aver détruit | royslifme, serrorifme', ont excitée dang te coeur def dait ', ca eyatt été averti, fe, ferait evade, et que:
les deux derajers tyrans, Wenchainer et de ¢onrpri- | ious les choyens en alflembice générale 5. tons d'un | le-gouverseukent: «'avrait py dceouvsir Pautett hs ee!
mer les vils efclaves quiils ont Liites apres cuxys mais » nonvement fyontané fe four tevés’ et tes chapaahx “nonce 9. bee @enveution® A ‘de is inots "ous" le 5
vous avez befoin de.toute votre éncigic pour crater Foy aie, ow nveniendait que ce cri: Vive le ‘Répu- +} Cowiré de fareté : tnetalé 43 a Hes ‘a sty nous 2
Jes fuctieux qui, favens: dans - Partide mettre 4 profi blique wine et.indivgfible! Vous y auriez vecdnnu ’ex- Fametcher’ | a fatto i a ee i “bade “0. ee
les circoafauces , né tout: pas» moins: habiles a i : i ELPA! 14: SUSU AMED 7 OE Set crit. (On 's
























les faite. naitre , . pour favorifer: Acuts finillves | Sectiga de. la Butte des: Moulins: c’eft alors qu’en-

projets. Bo Markie ME Bt OR ee da 1p
~ Vous les recentattrez ces fuctioux 3° déja. nid ne,
ila ne preunent plug da précaucioa de fe, mafquer s
ed font ces boaaes qui, charges. du mépris et-de ta
haine publigné, n’cn ont -acquia que-plus Wandace,
me ciaigneat point de faire vir for leas front
ghonté la tracedes. crimes qivils ont commis, Jet,
des nouvellss £,seuns auxguelles, iis s'apprétent ree!
font ces Doertgaux de -Celpecs huinsine » quire a
Vinfar des Néron, des Tibere'et deé Caligula , voient:
aves une joic fe,oce an coupabie p aluis, ils gehéra-
‘Hieut fou crime ow fa.faure 5 et y.parce quia enusml
des leis o'cit peraiis de les atizquer ,. iiaat, difeat
_ ees tacticux ,- il faut: comprimer dé. nouveau et
iacarcérer , et. veppeler la aerreur ev la ‘more. Celt
,ainG que Robefpierre,.on profitals @on mot échappe
a.en prifonnier, ow sréait une: coulpirstion peur:
‘Giire périr de nouvelles victimes, twee
> Mais vonsiulda ayvitez pas. ses buvenrs de ‘fang
humaia , qui ta fantogloire de. cea -hovwible titre 5
moais vous fie ‘fPivrez pas teuts conledls alathasy
, Pefprit public eft, forte , to Peuplegentior 4) ta.
eoufiadce la plus, abloluedaus votte « fageHe vet!
otro énergie vous cies 44, confglation , stom init:

t

gue efperances L'arifloctatie well: a bas , dea facticur:

‘Gt can, miliew, des: ouges du. wois ‘da juia 4793. ¥:
wcile, aveéia de. veudy aujourd'hui vons la réiterer ,
“et bicutdt elle feca fulvie des autres Bections, >
‘Bile ‘vous jure!:done, comme aa 6 juin 1793, et
Gans Loules Jes aatrescircouflaaces, quelle com-~
ialug le defyotilmeev-la ty:anniey fous quelques
formes, .qiils ipuitent fe. prefenters: qnelle” ‘was
-tiendea ta libeveé ct I'éyalite, et contyibuera de tous.
dego moyena ales établir tot des bafes jushiaalables ;

welle regardera. toujouds comme ‘un devoir facié:
Gafiaser le vefpect Giada repréfentation wationale
‘et. de. protéger. la fureté des:perfonnes et des pro-:
priétés; quelle: jure aiathéme-ev vengeance a Loate ‘
autorité) paiflance, corps ou individe ‘qui centerait)
directenient Ou: indivectement ‘de rempre Punite et

Viudiviibidite dela République. . 8
DVathabieearaufli anété, va le court, délai-ae-
vorde aux Sections paur le choix des. 6% geedarmes ,
Wapies votre déeret , de vous dewander une affer-
blée quintidi prochain, uniquement confacrée pour
cekobjet, et ad’éteadre ‘cette: mefure a toutes, les
Sections.de Parisy elle n'ont été prévecues qu’hier ,
Aaudis que Vorganiftion ¢h fixée pour te 18.

ae



_Aculs wele fout pas... thie ggel
_. Leuss,efperances paraillent fe. aglevery; .
yaMemblent peur eoulpicar s. fe.wépandent: dans. les)
groupes.) daus es allemblées pous ¥ leorrdcapre;l'sl
oprit wblic, ety Pemor da léhauce eb Pinguiécade!,) -Pai- pas vote , er fai-vote tk mort. ‘du tyran. Mbis
or cBrayer le citoyen poilbles oc 0 eee nine toyons pas dupes de-ceux, qui powfent ees cris 5
. Powrquol cet exces: Waudace, etice.faneie cfpoir 24 on voudalt égaier tes. départentens ; on voakait
Abt. neous ne poavons pivs sous te See Nat lour faire ,cebice que Patis ef royalifte, et toutes
faite articulés,, attelés,. 06 -fignés par. dex rhommes } les Sections’ de Paris viennent de renouveler le fer:
pars, ue fixent pas affez Vatieution de, Paadtorisef nent. de vivre et de mouris pour-la, République
Dea gens chargés “de. Vexaciation publique., obitea~f Les royalifics jgee font ceux qui eheveliene a etaae
ment eh confervent encord das. places de: confiancd’! | per’ la, fouvéeraiieté nations 2° {On ap laudit. )
@ autres , que ls fogihé avait, vamis de fon fein ,} Pabhorre le faog (On applaudit..). jevn'en ee
fout élargis. Les aptorités conftinées,’ compulees fait verfur wdegoutte yee ts confolad ai de a
fous le régime de Ix,tyragnie , me font pas encore y confcience. (Vifsapplandiffemens: | Je-vondrats mame
Hurgées ,,malgré les orcclamations, wuultipli¢es,. da} qu'exoepte:-pouk -lés royalifles la’ peine ‘de mee
euple. Sans‘ doute: les immen{gs: uavaux: de vgs} pat dire saboli¢: osijourd’hui,, Mais il faut détromper

Poca es



a . Paseo PROM ae Li elt a * Be Boe fee

_ Andsé Dumont. Cette. enesinie a ‘rerenti. depuis

quelques jours de cris conne le ro alifme, Geries,,
ir wake x i

-gn ne nratcufers pas d'etre un royaiifles on we al'ac-

iculera’pas @uvoir vere Vappel aw Peuple': ye ne

amités ont révacdé jafquiisi ess mefores. Le gous] les ciioyens ; il faut les prémunir contre te pail
+ : : A ee a G4 56 4 par Qn
Ag oh * wes gy ee
i “te = 4 ye i .
i ois at ; x
; & =

spreflion dui, civifiie qui, a toujourd caraeterilé “fa plagdit.}

tendaut: la lecrure dela profeMion de’ foi: quclle-f.













a3 : ag yt . sit
Jrentrer dans la poufferd ces vils royalilits.

Al w’enifle pein de diberté publique te 4

tie thy jee

Lecaints Piyravadne. .: Citoyens, “il: fawt, temarguer, Vagal
que feo hommes qui fefoce monirés tes glus féroced:
fous le régine de fang étaient royalifler en 8gyit,
relulte pewrinol de tette obfervation queer howe
reyalies. fous le ropne.de: Gapet,-tyrans, fons celet
‘de Robefpicrre, vewlitit encore sedeveuir rayalifes:
‘at Véue fans danger. pour eux: Jy {uid perfuadé.qag. ~
les “éerits voyafes dowt on, mons faoude depus
qaclguys jours, viennent de “ces lioimnes defirnis
‘pir’ ‘woz goildgucsy dave, les départemess:, ( Vil, |
apphiwdigeméus. }:Ces hommes ont die + nous ue
pouvends plus reflgr dana un, pays of noi avons fit
coules de. {ung 3 réfugions-nous- dans une “guitide
ville. a Paris, par exemple , ‘oa Pail de In polieg
na peut'pas fe portsr a fa fois fed tous les fndividats
Je demande qué: ta Convention’ déciete que,
‘how gic deftitué Ae tes ‘fonctions fera tenu dan le ood
‘plas court délai de'fsttir de Paris. o3, Spee ed

Brérok. Liecait qui vient de vous, ‘éhe dévonel, ‘4
Pavait éte par moi au Comité de farete ‘genteel, 5 |
il y a trojy jouss,-jo Puyuis. remis.a Girdd-Povtel,
‘aa Gavilaut de prendre’ ‘des -metures pow fe wa

Vw
Gitoyens, prec garde qué vos eivedis ue Lee
pati dun écrit reyslitle contre teqiel d'villenrs ¢ Cy i
‘avez protioncé la peine gle mort, pet, aneague r 3
liberté. “de gla, prefle, oLa, liberté, ae la pelle ee 4



: ¥ JS
fig anautie, Vouagversies bicntSt reaaitre le fy ‘
téme da torrent,” et relever les: chakiuds qué fea
révelanion dug, thermidor a fi heureufement ay '
( Vifs applaudiflemens.,—-, Qnelques naurfaurce a
Iegtrémiié de Ja falle.) Out, parce que. queltt “
iudividas’ ‘ent’ ofé lever uve tee” audacies a
continuatenrs: de Robefpierre ofent en profier me ;
la. Convention nationale, qui depute Ja g therm

i

1 me yaa A on aye.
sé fi bien’ prononcég contre les royale oe
a ed rn Us: AE :
les buveurs de fang, ne foulftica pas Pe demande

que déchafaud, ( Vifs applaudifemens:) 460°,
que le Comité de fureté générale picun ra
royalifics lex mefures les plus ve vagal
qu'il fae refpecter la liberté dé fa preffe fens qe"

meee dig




red

i
y
















ant

rT








































































































































me





















































































































































¥ 7 ms BR SP “ wot .
Pe ete eae woe TAPE. «iy (nt, Mens” SF gee, i)
: . wae” ty Phe OS. ene ees : s Bo } oul as en are es “ . 2
ee bape de a scft | Levaffeur y de In Sarthe -erle dans le bruits _aareel, Hroneea paroled Cambon, nont taulune. vi
a Seo Ay Bovace! ouvelle, od La Coa ontien : yg a fe g ce BONE favor, Coe Sods A et Pk e
x jag fnidalenes ont ‘eu lieu : vines | sooiladitemeus reloublente nn | Gondan, Ona dGgad une plate ob fins, ( Plas :
‘leiqaela Ye trouvair un mambrede [Pee soe a ee, ioe gery TS ficurs voix s Ov ne Papas ommée. ) Le faie révelé par
; ui? y av defends ‘Robefj bette Barras. Je demande la- parole pour une motion }Tyiten! eft'viai. Avant hier jai wouvé chek moi des
ets ieuvs jurés dé Vaacien tribunal | d'ordre. fiat qu'on wexplique abfolymeit. (Nou-'} papiers venant di Luxetabourg, ¢¢ qui m'étieuy -
: uid ea : edncert ae les ce See Weaux applaudiflemens.)° po Xe! Padrelfés pardes hommes qui me font aeeuaat Da
omitd rerolutionminre de cette Sections ces py ye Be AURA Sy Be = We Hs hy p te j'ai des Hisifous avee les. ternorilless
i * repulerent une Saielle dant laquelle, ata iat ee heen ae Bae Oe MES UN ERIE ete? Ta ol act paris marquantes , le yo mars *
_ ay sélevalent’ contre’ le: royalifme. Cotte ‘ i at oo! Se gat Me Oe 8 go février , {le 8 deptembre, J'ai parlé avec véhéo - |
. Sais) par foninass ve parle. pine Barras -s'élance ata, tribune.’ (On applaudit, } Ymenee pour tes yrincipes et pour la liberté. de fa )
fig mds erie et gMHR-| aay Qa i fant g'oneenlgne sament’s | potinnion saat On hu ug fe pou
: Pr Baca pe eho tan “pe HS9.4 it faue: faite celler ceike lutte’ indécente ef fevuda- faye des déncuciations, conter des hiltoires a ta,
n'a fauiais Fait. répandre le fang de-Pin- fy en - te et say : ae ete : aa Canvention, provogqver un décret Pacculatron cone
, we hb! OWT Ie sce WH’ ‘ A feufe 7 a1 fauc! que ta Gonvention soccupe du bon--f, ARVERISO Bip LODE Ue Ste ee te cee lg att
' facwoley ai pe ice eft donc point a Weul ay Peuple: a boR ae uelques feakirats qui’ ines collegues. Un nomme Senate, que je ne con
e ” SE eo a les ‘ustamiees da? out ingerde a empécher fes céliberations ; et quir nats pas yi He ener des a vi Sen spre on
eo De graney cee infon “le falre | Vouuratent rétablir: le cerrorifmes ( On applaudir, ) | Bitiode eabiaalus: dotted Pathe (1h “toh meee.
fey etdls cfperent’, comme Saimfon ile faire Nea = Ve:jersailte fova’ te setabh Vis | Ue wwoi de ne pas faire eet’ aveu das ja Cons
ar la repréfentation:nationale 5 mois votre | Now y Je. terrovifive, we fera point sétabh. ("Vite | yo ion oo De BAS Meany Sek aN
iment yeille nuit et jour, leurs’ elfpérances | *PPudillemens. ) Mit-ce avec ladiberté de te-preffe | 0 Mao eae Secli saan ;
: ement ye DEE SS AMEE 9 Mrs Eperance’ F que nous: te Ftablitions ? Padlex. . vile bifsions “Garnieg de Saintes. Sénart Aut coufpirateurs tl
‘pute defenees 4 et lw République “et fei biberte | On sae see ta libeite de lacprelled ; ie tess fe is de nae
| panilicjaniisJe./dewande: giv’on . Calle, fortir “de fr 7 Aon ey UN Bisie at tated: Resi fons auld Ge iat) PEACE |
we fi ies nonimes de fang qui font venus ry réfu- | > Duhom. C'eR en compritnont Jes royalifles, © 4 de toute viailemblanee 5 voila ce que, je fais, Lacs
, ti fe rénaic aux: peands ‘etitinels, que cee} Ueev xt D he “fe yee Pee Cte ss eufnivn texitte pas 7 et ‘fi Pou’ yeas me: faire le ty
mts ee ae vf i Uae vers, Duhem fe recounait-l pour unhifttion ? t champiom... . ra ee a,
|. Harras. Chaque jour on vomit ici des injutes contre 4° Julien dela D;ome. Je ptie Gambon de declarer, ff .
Is Kee je oy eminem Hh bien a fcon Va Swenson
OVE LE: we Lints | SE Sie BR Puenr < ' Ces era pas rae te x Th " 3 5 et : ae
dete, Sent re gee tail sc a Rapahigaes Ako qe te | Hie Je dino pile apts Guog
Te ae ee 2 Pfalqa’a, quel “pat t’ font fondécs cés déclamations | POM fatistaive Julien. + > oh .
+, en eA eS ck fg orin ain ae eg en eee Vhommnes ivres la plupart du, tens. (On Camton. Sous tous les régimes ou.a tenté de me |
“ it préfiden ‘ Perfonne » a traite Duhemde royalife, applawait. } Ll faut: que’ je fache fi Tallien eh ust tive jouer des’ ses 5 forfgon aifait touiber fous:
ie lawn’ Ie fir permis. de te fire, je, Vaurats raps confpirateut ¢,fi Faéron eft un confpirateuts. ib fut} je glaive de ta loi des hommes qué peutsstre rivalent
. PERE Py ees ate a fqne. je fache & ceux qui les, acenlent pe. fone pas | nos mérite cette veugeance, fitvais des pieces que’.
\ Dig. Lesinfinuations qu'on: vient de régandre font denbade des confpirsreuss. (On applaudit. ) Je ftous te regue de Ma tervetir. om voulait mé forest,
niles pour Girgentendues. |, Peembude que Tallien folt entendus et qviapres laf d'upporter. Pai vefulé 3 je Vai fait avec eumrage y
: ro Pte acl ge NE AT PO GS Lg paiole {dir accondce a Laigoclot et 4 Aagais qui oat Payee une violence gti pauvait ne pus convenir date |
Je cia nae é Dubey ra fe recon ait des chofes tré:-ihportaates:.4 vous dire. “TV tévifluteur, mais avec’ dévotiment, cowme, j'ai fais
cha terrveuz, Car on na fat 4 ‘ On ee Oe rags Oe ME, Sa oe rt FT Aswan oot aa EhTe ooathes. as
PE aA a te os Fe ie we Tallien. Men cote A'un repréfewtant du Peuple datw tous les pelts qui ee drott da.
ee a ee Menteteuir de lei-age giaude Affemblee. Dupuis ade ists TED LSE AEH da Peuples pans. nine e a
; arle de -royaliltes en 89, qui. font ‘loug-tema, je me fuis impofe filence, foit pat mes Site ROMER a BERENS L Adfenbleg p'clt fouvent, :
” reg fons Robefpierre 4 on a es saifon, |) difcodrs t par mes écrits. Pai fait J la Baie” plaince de ce que.je palais de EP ee weft-il
de citer pour exemple Lavallete. On al fe fisife, Laer Sabie prspee Blelé ; anais pis effredx , pour “un hoame. gai waaien, dens
parlé de gens deflitués , qui, dit-dn afflnenty: dace tes uslodintes les” ous waived ve tendre dire qu'il poftede wae imunchic fortune 4 que.
atis'}- Pourquoi, u'd-ton pas parlé de cette an- atte enceinies Je’ ait as. aN les volouis fusp payes par'iui, qué voler cet cams é
focratie ) quia op slat ‘ : ed Sap gaat eae ne nee boudfers Neflkce pas en attaquaut fow ‘Heuneur que’ |
yoo anflocratie , quia aegu Habfolution -géeué a mon filence. ce qu'il deviendjait un avert taéite angler ois a Be oe te a
i herwiidar; pourquoi. n'a-t-on pas parle de.ées} des horreurs qvon Ueéverfe for. un. repréfeatant dat! ae pau Ape aie a Sees oi ae a ee
a cercmarquts 4; qul “font. plas de biuie “a ‘Peuple. Oa a: parlé’ daus cette Allamblée, d'und prenvek |, “qu'on ‘les produile.: Je fuis_ aullt, ou ey.
" yi que les préreadus deflitués ? (Ou wmurotures FP femmecces Je wautais’ pas cru quelle dic occitper federalitine ques LeaTur ten Ge Sti tgk x a
Freton aa nos dive fi Ja) jada atta ey uéliberations de da Qonvention nationale. On ‘a {. Legendre, Ul ya envitor dens décades , un bommé
ee : septs — Pee oe gat parle deta file.de Cabarus, Eb bicn, je ledeclare, }Didac fe teouvete, détenu datis la anadon de Sante
oTulas attaguée aux’ Jacobins. é _ pau milleu. de ines cullégues., au milien dw. Feuple qui rug cisdevant Notre-Dame. dee-Ghamps y avec Jatiens.
' resin Ve el 1 ea pabe sone eee cant fe ar'giiend, ceuc fsmure elt mon époule. (Oa applauditd. Desmayadx et. Senarts Cis decipiens avaicnt avde ve
Aux Jacobins’)j Sh AIee la Déclaration des: i pinteurs .repsifes, ) ee ot i fale une dénouciation conve Falliens Duwe xerigit
¢ Thou “et cet pee lneaian anit tay |, Tout:a rheurg', jab xemargqué un dee alfafins {4 Lallien too Si ta veux me faice mete ea libertéy
Cc dive! qu elle pert re et de -Philippesax qoi Gemandaig! a venir m’accafers jete tévélerai ce gui fe-palfe’ ici couue tote os
impumet-ce qui-ne butt pas dt adtruy ( Quelques Pry ity pu, pacdonner, Taffront-Wont Wo accguyert fel Tallis remit la lee’ d Rewvell, prefideus de ta
lavdiflemens, ) On vienede dire que les ouviages | vifyge de cette mulheureale et iltefre veiiue. Ho} Gduyention et meubse du Comite de tureté genes
bles qui qut ete dénonces , éwient publics par les Pyontait fas donte:répérer ici ce gwil adit a: la [rales ti éiait démoaiic qu'ou “devail écrie a Cawsey -
; ober! TURES 4 oh biew 44 apres. les renfeignenicus f tribune des Jacobius. Quant 4 la’ feayme-dont ou | bon et, a la Coavestiva. Voici :quelle fot mor. a
pak pris, Lacio.x a duit poiut robelpienilte i fa'vould occupér VAflenblée , je la counais.depris | opinion fur cetic intrigue , opidian qui fat partages
efun -royalifle et un couflituionrel: de Qt. Et} sit mois: je lai cannae, a) Bordeawx os fes bar uies-cullecucs je dis ; Ou veut profitcr ces
eed purrs dire Same adi, Dhmodk s aid heuts fs vertits meld firent eflimer et chérire | tiduveines's violeus de Camboa , qui efi peut-éne é
‘abs a ae Jar tempue je Oke Arrivée d Parisians des tems de tyranaie et Pup- daigi partes mit: luncéd dobtic lui dans les Jodraanw
vin verfc dea Baligttas guile a falls fp effion |e! ¢ fut perfécutée et jetge dais unc prifow. | de’ Taltién et de Frecon 4 on vent profiter de ia fraa~
5 6) 1e-fagertous Lye 'de ie) Ua emits du tyran tui ft énvoyé » et lui diez} chife-yoyr tui faire tie wae piéce dapres. Kiquellé
‘ vee BANTAS Cire Mautement ¢¢ que. jet Ecvivez qhe. vous aycz coiny Tallien comme wa fou efperd accuftr un repréferitant da Peuples Nous
4 ot je-Tougirais fj avais.eu la las here de dite} pauvais citoytu, ‘slows on, vous dombera la libercé J avuhs (aie venix Dulac, il a dévoudé comme inki+ .
eeu peauaht fix mois’ a Ta, CGéavention Jet'un pafeport pour aller dads les ‘pays etraugerss qateur ‘de cétte tabeuvre , le coufiu dun de nos
Bp eo ee | toot A Bie vepoullace vil méyen, et weft tortie dé yrifsu'| collégves ¢ que jevoe dotumesal pas. ( Quelgues vein #
tert que le te thermidor, er Pou a'ttouvé dans les pa- PG'e te coufia’ de Barery. )Eh Bien Oui, e'cit luis’
ube) piers du tyram, une note poar Penyoyer.atécha- | Je ne voulais pas te nomiser). parce que Burere eft.
ainiie Be ae eee ae figu faa, Voi a Miteyens »evoila owelle gui eft non dons une efpeee Wadeusat ou. ‘Dulas uous, apporte
pptindis fort. Wils ‘vo dissent ike “4 CRORES | a Applavdie a plufienrs repjites..) Loii fuse pised écrite tome, entiure, de branain do Julien «
Que'gnes i “dainteiles cata en ; et E +pde mBt Pintentish d et colle gees, Jeifids fils‘, et cette’ piece: ali whe diauibe contre ‘Taiticn ‘
| wa ee ns 118 « " ene h oe Cet que prefque tous font des hommes vertocux, mais fcontie'le gouvernement, contre la Convention. Voila;
Bid Saat abe ch oie ae ee ae je: fais que’ quclques-uns, qul eriignent pour eax fia répoufe A Julich. Le Comité-a jugé'd popes de’
vous Verte euple’ dégage des Ya-4la putloune, quile avateut fulpendue fur la: tére J renvovercé Dulac dius whe aune piilao. ‘a mé~
PS GUL. SOME CAE que les bienlaits de to c5, citoyens., voudrajeat Ja détou:ner 2 prifé veer “pndividi gui voulait “acheter fa bend
(fuilent que. pour. eux, sécablira | 7 Mintrigues, ct, de, (élérmelfe 5. je fais qwile | par unc batfelle qui répug se d-fourrpubiicain.
‘ety la trauguillité. Ib. feat que le} youdiaient réiablir la tyrannie pour échayper a ta Quill me foit-permis de. te dire, dla Convection,
a a maintewant ‘la lbercé de la prefle} yengeatice wationale. Eh:bien moi, qui dana cette | desuis quelqacs fous of a pris la parule pour
a ae seers, Web, opinions. car. Sie que’ journée: memorable du'-g thermidor' y Bi coatribue | iecoupor ‘de #elou teh individu, de rele ou ietia 4
Hak iés, arimocyates,, tm poler ilenge aux pa- ft avec. vous a abutire Je tyrau,, je declare que, fi | femme; eh! Ciroyeds } efi-ce-da le diguité de: fa ;

» etleos di 2S tu. partes, je te dénonce “un voulais cécablir aye novyelle tyranaie, je moute- | Convention ?:( Ov applaudit 'a pludcury seprifes. ) i
bus unite cea eich que he tevienr fais A la tub € pour, y déployer avee_ vous le | Op eft allé jufqa’au poine- dettrayer “plubeais de.
anole ae oe ‘(. io a Ree -wiéwie courage cet la meme énergie 2 voila, tha dere nos collégues,, cn. leur dildst que-les Gomsités s’oes
Wicie circ pe ueiit. pine jouir'de-ta ape nieve véeponfe x tlommics. Allez dans tea Gomites ‘eupaient de Pi¢ces pour faire: des dénoncistions. je
prefle pour ondre \ Teturs uombrenx calom- vallez di hes ptifous.... Vuur';m’entendsa ,-vous | déclite que yos Comites font décidds “ate: ferred rs

n'avons ‘pas-les télons. deta aqui éted 1a-liaut...2Altlea dans les prifons, yous y | pour dicr du milicu de nous cet infrumént de more
‘Grand bruit. ): oy Perez dea’ Julten y. [és Demayaw, les Setiart qui irae} qui-a trop long-teispefé for Ie Republique.’ Mok

jen, reclame ave! furce Ja parule.: nidiewt ma pertes Sp ad j'ai era devoir. denoncer trots hommes ¢ je te
iff de gia a Br ee ‘4 als On, Citoyens:, uns baie da m'avait €ctit qne fi ferais encore, parpessque jecles cruis eoupables fi
Mer be foe ie timo aufh je demande 4 |: je vouluia lui faire obtenir | fa libercé, ill RVindiques | maishres: collégtes qui: fe: font exafpérés contre la

anne y lemme a Aesreur.”. { Violens muro frait une corteipondance macée dans les prifors pout | éldmere des facubins ,. devraidut-tidas te pardonter 4
et 3, Eke get : phe ae gon, : \'f tinealper. Jai venvoye' la Lettre au Comite de fureté | car nous avons travaillé.pour ‘eax, Si‘ nous ne bes |
ifiturs Wiss Abas Vallallin de Phitippoaus. “3 générale én Finvitent a faifir les pieces ‘qui pou< AvlOns pas fermés ’ ils Staient en révolte y Je fang,
AANeube bance cage hate eh beeen in'inculper. Au refle,, je fnis-prée 4 alier dang | innocent adrait coulé, ot fans deute ils ue venlens
~wembite rete pendant quelque seme dans la] ics Gomités en préfenice detous mes collegues 3 je pas faire eouler ‘le fang innocent, Je-xends, jaftize :
Brande mapitdtien. 0 A fis prét a lotr. demander Pexamem Je plas sigoa- fa tous.les membres-deg Consités , if n'y ena pas
hen. Je conclus, et je dis qua-le AE genaracnt ‘reux de ma cdnduite; je se redoute pasts pu- | un gni,.cil prenait: ta parole pour dénoneer iojudes
a rE Hvorifer, également ta: Aibete ae la pielte™ ee PRNEME es yy Mee eb ee eee Te OPS ment fea collegues, ne {8 fue le’ clamp -rappelé &
PEt tes opinions dans! Jes Sections, “Taltien’ defeead de. la. tribune au milieu des | Herds: Nous. fommes décidés a écarter toutes tee
Taken, Je deen, Be Eee ECE Gh ooh Bat eS applarditfemens. vets ; raat pailous per onnellcs. Au lien done de. nous oceuper -
are ta fo lemasde la parole ‘pour faire coffer FAP BAS od eat -des.individes - de nOBE Oceuper des femmes, o¢cus
beats ay deine Pas maprention indigues de} Cambor. Je demande fa parole. © Pan ae patting oi ema ( Ps "Ps ,
Ae te Mp aCe yar cteamculpe ,. jo degards,p: pigs guts sig eg. audits e travarllon oa Adnteres “general ¢
ernie pou ‘ Vhouveut iele Canes 4 oust ott. Le pepiint Eile ef d Laigatled ; hifous aller au Spectacle celui gii ne trouble pas
See Laie ea ane : ne Ganton..G’eh pour un fait. ' Fordre publice ear qt
ze ore ahs ¢ oY a oe smh ; : oe
a é ; | nas : &
s ~ ¢ ah ‘ a
i ; 4.
st ¢ t
ak a Z









Higeds. Ye Vemplotd pis pons ebpondve a Pinter- wens 9 pei
isin, fe oi été frite : le favenasiiee paffions | oa, j'ofe le dirs , om peut cor per goelquts tee ;
ei des haines's je me eonrenteray de citer des fais. [ves trois Comités ont gémi U ect ages duhe de

- Oui, i a exité uw projet de dénuire la Con- | clarer quwil y: avait liew 4. gkaminer ‘le don ee Le
‘vention, Ce projet fe rattuchric do Nord au Mitiy | quare @eniye nous; now oudrient rd 3 la
4 fut congu par des hommes qui ne refpirent que | braffer comme des homies frréprech: Soh aa
Je fag . qui uv portent deverin, que, four com-| Couyeution doit sre ppre comme | ee poh
‘mnsttre en fon nom lea crimes ‘tes plus execrables. et il fawe que cenx qui font aceulés. paflent par
ae uppleediffcraens. ) J'ai vu qu'on vouldit érabli
des gouvernemens purtieulicry; et je me rappelle ve L fa vrai

w'apits avoix 1éperé Bx fois dans une fociéte ot | plus ici de dénonciastions vagaes.

a feéléraeRe avait fait de. grands progrés, vive. la bres feient iufaltés. man de ~@! ee eta
Convention! on we me répondit que par ces moti: | pelide foitat fevérement obférvées 2 et que larga un,
Vivent les Yasobins { Les hommes atroees dont je vous | membre fe’ permettra des outrages envers la Con-
parle, difaiewt, nous. irons a Paris; tn difent } vention ou onvers un dé fes collégies, comme
de mal d'un tel ‘et d'un tél., Rous tronverons | cela‘of arrive il y & quelqecs jours, il foitt envoyé

ides protecteursy nous ‘oceafiomnerons sini unjd Abbaye. : .

défordre qui ne peut que nous ére favorsble.

PloGeurs, em effet, font dans cette Goxtmane

fons des nome étrangers; j'en recounsis tons les jours.
Ge font eux qui fewflent , qai eoncertent @es (cenes
feandaleufes dont nous gémiffons chaque jour, ees
débats tumalraecx of Ton parte fansrectla du boa-

. Gheur dy Peuple , fans. en ‘avoir la penfée dans I¢

euur. ( Vifs applaadiffemens. ) Si ces botames” qui
provoncent 4 chaque inflant le nom de Bowie ca |
avaient les vertes , i]s fe taeraieat cox-méines , car a
Als font lee premiers affuflins de la Rapablique. ( Les
applaudidemens redoublent. )































ties wéleve ad fa viaie hauteur, quelle Ae fouffie.
ui que fea mem-

Les infulces es Len outrages “font sujourd hui” ta
tactique Phommes qui n'ont plus d’autre rellouce ,
et il fant @:re ds fevere 4 leur égard. ( Applaudif-
femens..} Le Comité de fureré générale veille, ot
Sil n'y, avait pss quelques homies “auxqoels il ne
peur ateindie; il y a leng-tems que les troubles
de Paris hommes fount resfins ‘énchafod fon sele, |

André Dewont. Jé: vais xépoudre anx imputations
Duhew. Jc fui déctare: @abord ‘qu'il nef pers
feune qui puiffe m’accufer d'avoir thit cowler le
_ ffaug, ct c’eft la confoletion de mon ame. Applay-
Laignelot. Voyex avec qvel-art perfide des hommes, diflamens. ) Wore ae Spe a
eu wcmblans, ou coupables, jettent Ia dividion au | Duhem me reproche d’avoir fali le Bulledn ,
goilicu de nous. ( Applaucliffemens. ) Le Comitd de | parce que jar atiaqué le fanatifme par Vironie. Jai
foraté gémérale favait dés hier"que la teene qui views | cia et je creis encore qu'il valait micas employer
de fe palfer devait avoir lieu y et peur te peu que | le ridienle que fa guillotine. ( Nouveaux applandif-
yous vouliez ouviir les yeux , vous venea qu'elle | femeus. ) ese seas i
Gait commandée. ( Des zpplaudiffemens éclatcat de Vous mo demandes encore pourquor jai trompe
toutes parte. } . . fla Convention ; vous alles Ventendve a vole grand
Pluficuys membres. Chet vrai voyea les femines qui ae » vous gai mjuterpelies. On’ ave envoys
ayiffoap’ : - : dlaws le departement da Nord, o& ib y avait deja
garillent cette tribune. . d mre. A : :
c ‘ af 33 Fs ts repréfentans , Jaini-Juft et ‘Lebasi, avec pouvoir

Moses Eh ‘bien digaes fontiens de Dehem; | ge faire arréter' tous les riches ct tous les nobles
Pou? refed mented. : ‘fpoor les guillotivier. Ainfi ils allaieue sider, le tri-
bunal féroce dowt vous avica erdonné la deftrac-
tion, 4 commeitre cous les Affafinats-; tous tes mais

Laignelot. Je le demande, quels font les royaliftes ,
eu de gas hommes qui vont paikblement daus lenrs
Bections , qui. y émettent avee décenace wwe opinion | lucces qui awaient été réfolus, On. écrivit A tous tes’
patriotiqne, qui foot henneur a sleurs affaires, né fagens nationsux des diftriets que je parcoursis ,
tuent, ne volent wi ne pilleat perfonne, ou de} d'envoyer la lie de tous ecux qui ‘psyaient av.
ees hommes A bounet rouge , Jacobius forcenés, ['deflus da ‘vingr’ liveea de ceniribation. ( LAL

“qui entoureremt cette fociété et Ja Commune feé- | fetablée mawifelle ua _nioaverment d'horraut. ) On
Herate daus la nuit du g.theymidor, qui vout dans fdifait en méime tems aux agews natiouaux’de ine
vs Sections le poiguatd 4 la main pour affaifiner | pas avoir égard, atix obfervations des repréfemtans
Jes hommes qui ue veulent pas de royalifme, waais {du Pewple qui fe ‘tréuveraient fut leur territeire ¢”
gui ne-veniert pas davanatage de terrorifine ? Celu|et de ne pas lear donner connaiffance des -ordres
eft arvivé hier fuir dans la Section de Bounc-Naw- | qvils avaiont ‘regus. On fit lage de ccite Tile ,.
welle ;'le préfideat et les fecrétaires ont failli give { ceux dont elle portait les noms furene arrétés et
~filaGiues par ces {célérats. " Jeeaduits, A Arras. Lorfqus je les vis arviver en
foule , jéerivis jei que jo.tendia Je fil dane grande
confpiration ; que j'alksis prier Lebou de m’envoyer
les pieces pour les mettre (ets en jugement. Lebon,
comme j'en étais peritadé, ne in’a point enveye de.
pieces , et les hoxames viveat eacore. ( Vito applau-
diffemens.) -- a :

Réel. Ge n'c& pas-feulement dana Ips Sectiond
@vow menace du poignard les hommes qui détefent
wegalemeut le.royalifme et le terrori{me,’ en em a
tiré ici dans le talon de la liberté,

Barras. Oui , et contre un de sos collégues. a
: Je fs encore plus, pour déjover les inefures que
SsiatJuft et’ Lebas prenaicnt dans Tes fix. départe-
mens du Nord ; fordounai que Tes femmes, et les
enfans de cetx qwils avaient fait, arréter, feraieat
arrétés avéc cux, parce qpe jétais fir parla Wempérher
d i : . ‘ “ fi: ope e. * ‘ y a + ~ ak
et qui eu ef fans celle empéchée par, les fcenes ten ane eoeens: 1 SOME far ate ia Gowrention ne
‘ Si aie : < 4 |forffrirait pas qu'on guillotingt des ‘femmes et des

feandaleafcs que om excite ici. ( Applandiffemens}} f Les taivw Toupeonker @avole eoutcié
Mi fi jefdis aceufer quelques porfonnes, je dir is fe aut ee ee sence ti ae, ea ae ANSE
‘que je vois les royalitics dens ccs homines qui ont, Picea aioe ae Pere baapeeuce ‘de ses ees
Arties races gat ont vee Te tng, gut ont [MEU 44 che wenn foe donde ie
protégé Ica dilapidutenrs de Ja fortane pobliquc , |. a as i % fufee a eed ang Rene
gui ont frit venir ici, power les. défendre et. tes | °° Sear ctice Wore ett e ie dacueed a
wider, des (célérats quo noe collegues ont delti- Je fits we a iae ee ‘ ee ae —_ fait
tués4 dos {céléiats qui. cout jamais voula rendre ee aS vai me detente aa re eee SEE At Bate
de comptes, qui ont dreffé des échafauds dans tous i 4 a fee En . Be ee ee tee Peek gge Ie
_ Beg départemeus, des howmes enfin quifont coy- ener i aera Tate differ oe » vaus
werts da mépris public. (Vifs applaudiflemens. ) : qu 3 & A Applaud|eméng.’)
Gaflou. Nommac-les. - 3

Leignelot. Qu’on me dife quels font les reyalifles
et quels foyt les patrietes dans cette “Affemblée.
Bi [emertsis ma penfée , je dirais ‘que jc -vois les
patrietes dans la majoriié.de la Convention , qui
vondrait fans cefle s'oceuper du beuheur du Peuple ,

mis, doyez févercs 4 leur égird. Croyex qa’ou

N... G'ef inutile, ils doivent fe recotnattre. - ffera tout pour raniener ‘le régime paflé, car il

-Leignelet. Dans guel monient, ces agitations dnt-
@llce lieu ici et dans les’ Sections? G'eh lerfque
fea trois Gomités ont déclaré quit y avait liew 4
examiner la conduite Chommes gue jjeike préjugs

. pas coupables. ( Applaudiffemnens.’) S'ils font inno-
geus, il ef beau pour eux de fe préfenter deysat
fe Peuple avec. tranquillité et fans exciter de fe-
mutes; il ferait dowx pour moi d’aveir été aceulé
dajuement, cac ia vertu v’ch Jamais plas brillante
Ae lorfqe'etle a ‘été opprimée. ( Nouveanxiapplau- cenvoyé a PAbbayes
iWeamens, ) Pourquoi donc ‘toujours des. troubles ? |. Gette “propolitten @B-adopie ais
pear avijir la Convention, pour faite dire-an Peu- | } aft propontion s& adoptca aw milieu dea ap.
ple quilia’y a plas iei'si dignité mi mkajeMé , quik | PAC emens-
ay a-plas de cepréfentation nationale. Vos troie

hos

toute Ia Fradce, de fe cducher .chaque jour avec
Vidée que leur puiffance“anverrait le lendemain cent
peifonnes 4 Véchafaud. Qes’ hommes tremblent an-
jourd’ hoi ; ils voddraicnt biek ne pas avoir deraindre |
pour ecax'; mais il de-fallait pas qu'ils, fe rendiffent.
} soupsbles: ( Vifs applavdifiemens.) '
J'ai_ dévoloppé ma eonduite ; j'attends maintenant
mes déuenciateurs. Jo demande’ que la Convention
Gécrete que echsi qui infultera fon ecllégue {era

Bréard. Vous vence de prendre une mefore ar-

bas i eeithcatieh meee ca cee one ee eR



ne oe



_ A Abpasioment pore te Montieur fe fale

Geurs. Le.prix of, pous Pania 5 4e'9$ li
ons Vanide, wanede port £
weblic , inferd dave Je wumera,

"fem:

A Paris, tue des'Poitevins , w? 28. M0 taut adroffer lee! lettres ot Pargent
¥o -pour treis midis , 48 liv, peur tix’ mois; et ge liv, pour Vannes; at pour k
on ne saboune quiay commnensement ‘de ebadue mais. 1) taut avoir fa
$02 de notre feuilia du premiers Thetosidor de Yan Ji

franc de port,

2. 0u du moins de charger les lewtres

SadceNer pour tont ae qui sondern Ia nédistion de la Feuille, aw Rédasuenr, raddes Peitevias #RY AS, depute xeat kawres



cite dott n ins retinhens Hen ceres a PE verte crter pale nz ws rxcaperd 3
= aT

# ‘ i

:

Conhis 3 get ne wénnajifent que les prinelpen ee

établir | evenfee de Pépusstion. Je demande. que la Gouven- |

¢ demande-gue les-tegies de_ contitoyens.
















| Giteyens , voulez-vous en Anir avec vos enne- ft

était doux pour quelques-hémuies de eeinmander if

Jt ‘ i nk ty on
OR MIMSRIMBATA BY MORLERUR ,. Kye des Poltevins

4

i

1 a
demeent delitde depuis long
qui veulent ¢¢ bien de leur
teniix A da Aricte
raanqueé, : ver
Pevlonne. ne, niera “qui exile.

‘M$ BOY tony G
: Paya; Maris ate
OR. 7 y
exceptions fens quoi votre is
Bat g

Plas in Sting |

‘pout déiruire’ In libertd. Le fatiatifme, en fe
ime en fy

chant, cherche 3 exciter les pafions: te tt
n'a pas perdu teur efpoir, le tertorifine ttle
goit aujosid’hei plus qu'autrefois, Tént #8 con.
terrorites ceux quivent sbufé’ de leurs See, iy
qui, au soim-du pariatifine , ent, tug et fat
Sey. = iy
' On a propolé des mefures qui ne fereer 1 -.
qu’sutant qu'elles fexont limitées pa
‘la prudeace; il ne faut pas gu'ua kh
fareil fénl-an. milieu, de cing cents
cotifonda avec, cux. Les pns nous
/patriotes font vexés, ck ils en go
fyli@me. aciuel we vaut rien; ils

a

a julie
onncte hemme |
Brigands, igh -
difent que fd’
Aeluent. que |

wR





Paris, chez. Lepetit , libraire , quai des Auguflinty
n° 3a. ’ . au Be f°

Se '
“

* Me nouvel Oavrage du citoycen Darnaud, f'contid,
dans le genre fentimeutal nous parait, devoir'éra
lu noo-fewlement ayec Vintéerée quinfpire ordinah
rement Cette forte de. productions, sais aved frilt.
pourtes bonwes moots qui ue fowt pas moins tel
poctécs daus. Jes Loifirs utiles que dans~les antrey
vemans du méme’ auteur. veh teks 2
Le titre général de cet onvrage , fomble avertit

at qu'il fe propofo d'ea publicr de nouvelles pout
faire faite A celles que nous -annongons.
‘



eee it tine nariinimincacaer ll

es

‘* . a gee ’
Paiewens ala indsorcrie aativnale
+ a!

premiers ‘mois; il ‘fora fait. a tous ‘ceux qui teamh
ay it Pagigg y ‘ Celut.g
parteurs d'inferiptions au grand livre. Gelul-y¥
les reutes viagercs, eft de. huit mois 21 jouts @
Vannée 1793, vieux Ayle.-

au sitoyon Aubry , direeteur te ¢6 jouronl, qui aarstt tour

+ ‘ et rat ti

] ae dépattemens , deg liv. pour trois mois, 54 liv. pour fix wot, et taf .
it ae fe conformer, pourla furcté des snvois“d’argent-ou dadigants, a Paredes du Comes deft
qui tenforinent des alignate, ee | eo }

du matin jutqu'd meat benees de (oir.
’ ‘. ; 5. ; psa
Joh ‘og

quevle, citoyea Darnaud en a fait-un “eadre fuleepe
ble d'effiir’ un nombre jude iné danecdates
J.uble d@'effir uo nombre indétermin ane ly

Lr palgnent sda perpéauel: ef-onvert pout le: fe |

4








prési
de



oR pe,
+
fe

4 ae 4 £
wous n’avons abattu le delpotifine que peat, ger pref
dang le modévantifine ; il four bien defer eet jatét
entead par .ce moi. Un homme modiria “spend
homme relpectable, parce qu'il eR faye. abe « faite
at +e py ce tages ( Appl aes
diffeinens. ) Mais. le modéraitifime guy Q oe
pubilanimite , eft un vice radical dags f hee h . 2 Tt
nement républicain. ( Noaveaux applaniiffenet i Tea

Je pene ‘auf qW'on cherche d-cxejter des re po
vemens ; pour que les veleurs et les grand Bho: &.. barot
pables échappent 2a jullee. Be; ca eae * Heil
af pp fa jufliee. Beaucoup de teelas Bek
foutadits Pabis , mais il pede y Voir ou de Mae ‘-. e
gens qui n’out pas abufé deIcats' peuvoiis ee, doi
ru'edt éte que -les. moins fouffraus dep bogey, ‘Will:
quon a,commifes, bi ne faut pas cuvelopper a a Coni
geus dans la mecfure qui doit fiapper ‘tea dancnis oo farian
publics. ee ‘ ey Be éeny,

Je fais qe tous les jours on chetehe i nau. Sera
adr tes wus contre bes antres®: des pens’, en ilar. Aiull
pias de wows dams ley cues, “rapportent dey pteper : ah D
teuus par quatquis-uus de nos sollagues. Ges pig’ : ar |
pes nous -vigyilfoet, et nous V@RORS ici aveg: iiey Le
lopreions défaverables. Je peule qu'il feet que by : t
Cowite de farsie yéenerale ue fe donge aca repos fe e
jufqu's ee weal sit renvoyé , daus levrs Cemmbne ; “eae
tous cles geile jnflemont fufpecis qui wou pein: “gon
affine ie. pa Se a “90

Bourdon del Qifer Jappuie la propofition de Bring: “ y gdred
Je-me parlorai pas comme un. des preopinans, des. Eons
modéres , des péiiionpaires , des fignatzires; war” Bo
cela de déyoile que Veavie de femer le Uilfestioel ele
( Applauditfemens) Je diai a la Convention : ge feane
frenons pas des. melures ibjufhes, car nous fereny a
des ‘mésontens. ‘Fions-nons au Comite, de fincede . at de
géwérale 3 il fera ta police avec: courage ,, et ‘tet goue
les bows citoyens Vaideroot. Ne. voyuus. dips ty “Le
Résublique que des bons et des méchans, Si ayes ho. Hogs
avons befoia de quelques pouvolts de plus, nou nS Fe
les deinanderoys 4 la’ Conveéation qui ne nous les . Ap
refufera. pas. Je déaande Porire du, jour , motive Pent
fue Venittence de ta loi ea ae SEN Hy ~ de fe

on ma a te a gecuf

La propulition de Buwrdon ch déirétiée, Thos

La {éance, eft levee a 4 heures. sah oil oo La

: 5 oO eth a * fares

NV. B. Dans la feunee du ig, ta Convention |
Afeute te projetde décret prefenté por ‘Johanna,’ : TI i
PloGeura articles outcete déeréeds. | + wea aR hist

t a 8 ee ‘
te ane eee a —W
OLIV RES DIVERS. Sat
_ Les-Loifirs stiles, veafermant dovx anecdotes be
Linville eu les ‘Piaifirs de la Vertu, Rugésie ot ie
Suites funcfles d'uge premiere foute , @ vol. iniBaree Le
figures, par. le citeyen. Dasnaud. Prix , 3 livtey hom!













CpanT Ta ee
ANGLETERRE

“Londres , le 28 novembre.

, Priel : as ls procédute contre Thotnas Hardy , fecrétaire

dela focidlé de correfpondance, mis en caufe avec

BE. Fariemie Foyer, Jesn-Horn-Tooke , Thomas-Holcroft.,

| otan-A-Bonney ,, Jeane Michier , ‘Steward-Ki(d-Fean-

" Yhetwall et Jean- Baxter, membres de le méme

Bh fecittee ES nes

: (ibe dthiut @efpace nows a emptches jufqu'd

greene: do faire connaitre cette procédure tellement

: q jatérefigvte » qu'on, lis dans les papiers anglais que

Mec eindgt fon iifruetion elle attirait exclulivement
_ fo ‘f icniion publique. }.

Thomas. Hardy eb fes co-acenfés ont ésé traduits,

oe’ Jgrag gctobre’, devant une commifion fpéciale ,

i npolle dw lord ehef ‘de juftice Evre, du chef

= 2 von (Mac-Donald; du juge Buller, do baroa

ATR oo, ethan cet dv jugs Grofe. g* .

Se es “jurés étaient : Thomas-Buck-d'Acton, . chef

ap “jury 3. Thomas-Wood, marchand de charbon ;

" WWiltiam-Frazer; Adam-Stammetz., bowlanger; Jean-

Conhop, difillateur ; Jewu-Mercer , marchaud de

:*- fisines Thomas-Sayer, diftillatenr; Richard-Carter,

devyers Nathaniel-Stodard , brafleur ; Jofeph-Nicol,

feraders Jean-Charigton , écuyer, braffeur ; Jofeph-
Aluflis, marchand de chaibon, :






“\-Diaprés indictment ( acte daconfation ], porté
par le grand jury, les griefs reprochés aux aceufés
fonts eh gs

“40° Diavoir formé te projet de troubler traitreu-
ferment la paix-et la tranquillité du royaume, d’y
“gsciter Vinfirrection et la rébellion et Ja guerre,
“ gontve le roi 3 oP a he Pe

“99 -Davoir compofé divers liyres, pamphlets et
vadreffes » pout iaviter a envoyer des députés 4 une
Convention ; 3 ae

“1.20, ‘D’avoir délibére fur les moyens de former
elie Convention et fur le liew ot elle établirait fes

» feances 300 a oper
‘49 De vétre eceapé des moyens de fe procurer
aide faire fabriquer des armes, pour renverfer le
geuvermedaent et dépofer le roi.

“Les. prifonniers , placés 4 fa, barre, font inter-
h.. “Fogess tous pluident nen coupable.

_ Aprés quelques’ plaintes particulieres de plufieurs

“+ -@entreeux et diverfestéclamations far quelques d¢fauts
- -deforme, le procureur gindral exprimy le veeu des
»-gecufés, d’étre jugés féparément. Il demande que
Thomas Hardy foit juge fe. premier.
i GB La Cour Vordomne , ct s'ajourne aw mardi
oO fpivante ve neh

Le 98. four fixé poor Ia continuation du proces,
: +4 Thomas Hardy parait 4 la barre. Le principal clere
- MR! fhitlesture de Pindictment. ey : i

a in > "Wood , Van des jurés, ouvre la procédure et
|. sttapitule des chefs @’accnfation.

- Vaceale pinidle quil net coupable d@'aucun des
hiv eontenus dans V'indistement,

eu

Le procurcur général prend 1a parole enfuite au
.hom de la couronne et prononce un “difeours qui

(\ dure prasde 8 hetires, et dont voici Les traits les
fe *. . plus effenticls.

7 Taat que les machinations que dénonce ,
eit, le Procuresr général ,.ont été renfermécs davs
fcrlaines .bornes, et ne fe font point élevées “A
w peint. fit pour alarmer’, le public les a traitées
tcc mépris, ct ue s’e& point occupé de parveoir
ales découveh, Mais biewtét les clubs et leurs affi-
Tiations fe fout ‘tellement aecrus chaque jour, qasl
é Bait tes que ceux dont le-deveir cf de veillera
= hk: tranguillité publique ,. portaffent leur attention

for tux st seccupaffent d’empécher le mal qui fe
Prcparaic, . ws :

4 aa regilres s les papiers appartenant als {ocieté j
4 t ete fails ; le confeil privé a pris connaillance

_Merees objets 5 ly a troavé tes indices dune.des
e Plus dan gereufes sonfpirations , qui ne tendait 4
eR moins gud détroner le roi, renverfer entiere-
4 Rocat de confiitul
de démocratic dont Thiftoire n'offre aucun exciple

; bs les Natious qui ont vécu fous cette efpece
3 - G@ gouvernement.

On avouly effayer a



voulit dtablieg. afGraiter la Convention qu'on
St ir oe qai se tenue en 1685, mais
ina at, pe ible de faire enrune comparsifon
BO opin ne cells epoque , Jacques IL, pav fes
‘ & fon ae renverfey la ceniiituyen , par fa fuite
ghife fon ee + avait revdu 4 fa Nation An-

eee . Grot originel de Se

Tada ement
eA

chothr wai neue
, 08 de changer entiscement
La Convention

oa ay
rou, 1

\ fit choix d’sve monarchie limitée ,
& pollertée la facole dexercer le méme

&



‘nows avons a cette éfoque parlé enfin de Fultice







vty et ad y fbititer ua fyftéme |





a'Cvuronne a été tranfuile a Guillaume ;
ave

+

A Marie, ot A leurs hésitiers ct fuccefeura ,-A cer-donter de la juftice d'une taefure appliquée a fon *

taiues conditions. Tant que ces conditions font
retaplies , ile ont droit A Pobéiffance.

yoiliu ? il aleérait Ménergie du. gauvernement , il.

devenait contre - révolutionaaire , il pouvaie étre

. PSE aa hd . ' Teconduit a Péchafand. ;
‘Le procutcur général s'attrache a expliquer ene t:

fuite ce que c'efl que le crime de trahifos . a] che
uu graud nombre de paffages du chef de jullica
Haler et du juge Favifler ; pour prouver qtie le
prifonnicr eft dans le cas Mitre accyfe-de ce crime ,
tL développe la marchs temue pur les foctétés , et
pafle euluite 4 Vexamen des papiers weaves: chez,
Thomas Hardi.
Les témvius font appelés.

Erskine obtient Ia parole pour défendre lac-.
eofe. ~ . -

. Onfe rappelle que dars.Vaffsire de Thomas Payne,
devenu Vobjet de la perfgcution de Pitt pour des
écrits, hardis et philofophiques, Exskine silluftra
par, un ploidoyer plein de ferec, ea. faveur -de la
Tiberté de la prefle; Venthonfafme qu'il preduifit
A Leudres éclata .par des acelamations univerfelles 5°
des couronves furewt jetées a Poratear. Le Peuple de
Londres honora dans fa perforine un’ digne appei
des principes at de la lberté, Get élaqeent dé-
fenfeur wa s'eh pas: moius difliwgné daus le dif-

cours qu'il a prouencé pour lajuftification de Thomas

Hardy , fon acuveau client. Nous slions faire con-

“maitre quelques fragmens de fa défente. .

: , ‘(La Suite ince ffamment.)
GONVENTION NATIONALE.
A a8 : Présidence de Bentabolte.

Rapport fait dans la féanee du 8 nivife, par Merlin de
Douat, aunom des Gomités de falut public , de -fureté
générale et de légifation , fur la réorganifation ds tri-
bunal révolutionnaire , fuivi du décret rendu te méme’
jour. .
Citoyeus, je viens au nom de vod Comités de falut

public, de légiflation et dyfareté. générale , rappeler

votre-attention far an objet qui a deja’ été cffert A vos
délibérations ; je viens , en exéevtion de votre décret
du 29 frimsire dernier, remetire fous vos yeux Ia
loi que vows aver décrétée Ica ge et 93 therinider, tur

Porgauifation da tribunal révolutionnaire.

J'at-dés lors ennoucé A lariftocratie que ec wétait
pas pour détrnire cette inflitation, que vos Comités
avaicnt préparé le projet de lei qae je vous préfentais
en leur nom. Loin de la détruire, vos. Comités,
fidelles au devoir quae vons leur aviez preferit, ne
sétalent étudiés qu’a lameliorer, en la garanuffam ,
par des regles puifées dans Pexpériewce , de tout
ee qui aursit pu, ou conduie les conpables dune
impuaité funetie a la chofe pablique., on devenir

Oa avait julqu'alors beaucoup parle de terreur,;
- e
on pluté: nous lavons réduite en piatiqne : car
ils en parlajent auffi ceax qui la uahiflsient d-chaque
inflant, pour démoralifer-la Pcuple, et le replonger
dans l'efclavage par la flupeurnnivertelle,

Nous u’avons pas perdu de vue dans cet Important
travail, que fi la terreur des méchans oft lev fignal
des tiiomphes de la Patrice, laterrcur de toms ne ferait
bientde qug le forameil précuileur de la ruine de notre
liberté. - : : fj

Hommes pure, citoyens tranquilles , c’e& de vous,
e’c& de votre repos , c'elt de la técurité qui eft dne au
calme de vos confciences, que vos repréfentans fg font
oceupes avec le plus de follicitude et de fenfibilité.
Raflurés depuis cette heureule epoque, vous faves que
Péchatand n’attend plus que les contre-révolution~
vaires; vows favez qua Sy.la v’eft plus, majs: que la
liberté reRe avec la jaflice protectrice dea bows, in+ }
flexible coutre les confpirsteuts. ~

Grhces en foient rendues @ cette raifoa publique
quon a fi juftemtent appelie le génie tutélsive de la
liberté, les grandes deftinges da Peuple Praugais lerout
remplies, et le fang de Phomare jue eariolera point

“lefol quila vivifié par fou itdutirie, defends par fou

couage., ou honoré par fas verius.

_ Mais e’cft par de bonnes inflitativns qne nows rem-
plirous cet objet, en méme tems que nous ue cifle-
roes de mdntrer aux conlpiratcurs le fugplice que la
lai leur rcferve. :

Séveres, mais juftes , c’eft A fa réunion de ces deux
caracteres que Ie Peuple reconnaitra en mous des
roprélentans dignes de lui. , ..

Une définition exacte et précife des -deitts coutre-
réevolutionmaiics , était le premier objet qui fe pré-

fextaie dang le conrs,do ce travail + uous. avons.

dirigé nos effarts vers ce but; ous en aved cone {,

Mfacre des -réfeliaty , et par Mi veusavez effucé jufqu'’au

deenicrestraceade ves abllractious perverles qu'olfiaut |
\
1



la fut du ee peanial.

Par c@ motiuenrst de da tyrannie, celuicld était
répwe contayseveluunuaicg, qui aliérait Uénergte
du gonveraemest riueletsinaire. Voyes quelle lotitude
refyitait de cess, refions $ un citoyen paraifait-il ,

2






es

‘Ah! Join de nous une, arme anffi perfide , ct
qui, fulpendue (ur toutes les tétes, promenerait
indiftinctement la, mort. La revolution doit ancautie

teus les conipiratcars , mais nous ne voulons pus -

qué la liberté regue for des deferts.
Vous navez pas non plus fouffert qu'on retrouvat
dous If néuvelle lot le droit dont on avait invefli

an féul howime, celui de traduire qui il voudr ait

d fon trifunal, fans en rétéver a qui que ce fits
droit tenible et défettreux dins fes eflita, dent je
ne pus, cm veus prefentant le. projet de éette lei,
me difpenfer de vous citer un exemple. :

Un tonctionnsire public, diftivgaé par fes In-
mieres , par fon patriotifme ct par fes vertus , svaity
au mois d’avril 1792 , regu nne lettre peu révalu-
tionnaire’ et {cellée d'un cachet 4 armoiries t ‘em
bon citéyen , il Pavait dénoncée a Padminilirction
de fon département , et elle y' avait ga dépotee.
Os la retrouve aprés. plus de deux ans ; une main
aufh perfidejqwignorante s'en faifit comme d'un
woyen propre a perdre un patriote devenu incon
mode par fa probite rigide 5 elle parvieut a Vae-
sufateur pubiic prés le tribnudl réyoludonnaire 5 ct
Fouquict-Tinviile fait 4 Pinflane traduire a la Gone
ciergeria Phomme vertueux, le digne républicain
qui avait feeu., dénoncé et dépofe cette letire 5 et
i allsie le mettre en jngementavce celui qui Vavait
écrite, lomfque des membres de ectce Alfimbce ,

inthuits de ecetie éwange couduive , fircut enrendre. |

leurs voix aupies des anciéns Comités; et, par
leur. démacche energique , pasvinreut a fave brifer
les fers fous leiquels geéemiffait Pivnocence.

Jegezpsr ee feul trait de ce qu'était, dans un
aceulateur public s le droit de maudat Marrét 5 juges
firtout ce quéil pourrait étre encore , dirigé par dee
pathous perfonnciles, ‘ a ds

Le deigt du defpore s'y reconmait 5 if Ini fellait on
tel jnitrameat pour imprimer la terres: A tous {rs
chtoyens de ls République , comme if lufavait fsiu

le mandst d’arrét préaasle coutre les membres dé

la tepiffentacion nationale, nour éteuffer leur voix
et faire plus facileaent tiioupher ix voloate,

Ce fyfiéme defpouque a difparn de noire projes
de loi, et ce n’eif point Ja fcule tache que nous
ayous' ea a offacer.

La défenfe devant le juré etait de droit uaturel
fang doute, etecepandant ec palladium de to Gherté
publique avair étd biifé; et ectai pelgit de Pénergie révoluticnnaise 1AK 1 taillons aux
tyrans et aux laches les armes des Tibere et des
Louis XE, et que les inflrumcus de fa ‘yévoliuica
folent tertibles fans tyraunte, ce féveres faus Ine

jeltice. Frappe, mais écoute z Viomme de la révo-

‘ution trouve, daus ces mote, la regle de fa
conduite.

Nord ct-eciui du Midi caveloppés ears la méme
infiruction fans sétre tamais connos, et sinterrcgeane
pendant le debat fur uae auffiibi! r sc aceolale., sus
daute Ia vie des houses eff aux yeux au légiflae
icut, quetque chole Vsflex préceux, prom que. us
tevenions 4 des formas plus cigucs de Is juflice ,
plus Maccaid avec la raifon,

Loin du tiibanal gue neus vous pronofons , un
pareil amalgame ; il vaudrait. micux de compoter de

Vinflrament de la tyrannie dans la misia perverte d'un 0 mon pays! tu refleras libre, et les priacipcs
defpote. - ne poirout peint, On we vera plus Phabiont sia

cinquaute fections , que de lui couferver an tcl point |

Wanalogi¢ avec Les jugemeus des 2 ct 3 fopte abre,
gent Iles aeteurs auf ofaient ulurper Paugaite vom
da tribunal.”

Ah! ereyez, Citoyens , que la ikert4 n'ef point
ennemie de la Nature et de humanitc. Sans doute il

lui faut ettenre dev hoeatonibes, mais que le mot ju/lice ,

foit todjours infec fur leur fronulpise 3 ett
ainfi ‘que le gouvernement s'affermira, et que les
hommes verwoeux ow ont ane garantie adelle dlins
nos intivutions foclales.

Je wetonte qu'ils ajént ofé parler de verth ,
ceur-ld gui ont pu violer des principes auth facrés!
iis dounaient, difaient-(fs, pour “défenfeurs asx
innocens , des jurés patiotes! tala faveur de cette
abflraction , teutes les antres regles étaicat ancane
ties , julqu’a celles qui pouvaient aflurer aux ciloyens
le dréit éteruellement facré de prouver leur inno
cence. Des jurés patrioles ! faus doute il fut qu'ils
le foient, et ceux que la Conveutivn nationale nome
meta dane maniere digae d’elle le feront toujours.
On ne tes verra pls attachés an char de tel on tel
triomphetcur : les hommes font aujenr@ hai yivelés 3
ils feront purs comme leur fouice 5 du moins uous

devons le coire, et nous y tendrons de, tous nos -

effoits 3 mais ia garantic quoll eat Ices mdividus eft
fréle et périflable edmme cux; les bonnes infliie
tions fout tout pour la garautic faciale. Affuidmens
celles qui exiftaient-avant la foi du 22 prainial,
valaient micwx que ceiles qui fureut introduites par
cette lois vous y Ctes heuetufement reverns depuis
le 10 thermidors ct, comme vous le devices, vuus
aves roujonrs cherché a les perfectionzer.

Vous aver proclamée dvs principss revolution
naires, mais julles, em dtabliilaat que les jurés

4















* iruction. .

| a. @ (480) sce Seg h Tha

V'Etat, contre la bberté, Pégalité, Panité et Pindivibbi- ts sant Me les tiettya en agement, fs
lite de la République , contre Ja repréfentation natio- écider, par la chambie da conteil ,.s4t

a

voteraient 4 heute voix et a la fimple pluralité 5 le
falnt de Ia Patrie le voulait ainfi + ce fut une grande
victoire for Tarilocratie ; “muis elle ne fuffifsit pas
A ceux qui avaient des -vues'. perfonnelles » et qui
voulsicut fubllitaer des égergemens aux actes majal-
tucux de ja juflice, ‘ '

Vons avez Gloigné de nous ce dégotitant {pec-
tacle , et apids ‘avuir’ ramené les choles A un état
plus uatarel, vous avez rempli la premeffe que
vous aviez fsite depuis long-tems , dappeler des
citoyens de toutes les parties de ls République 4
Pesercice des fonctions de jurés. «|

“Mais il vors refte un pasa faire A cet égard , ‘
cet d'établir que les fonctions des jurés ne pours,
ront pas: étre perpétuelles par le fait, quoique.
temporaires par priacipes t ceux-ld ne eonnatirarent
pas le ceur huwmain, qui ne verrarent pas daus
cette perennité le germe corrupteur de Vinfli-
tution. . a . 4

Ce que novus difons des jurés , Videntité de raifon
vent que nans le difions également des jugess et,
@ailleurs on fait que, méme dans _lés tribupaux crt+
minels des départemens , les juges alternent par
trimefire, tant les idées fur la bonté et la. néeetlire
de cette’ mefure fount généralement répandues.

C'eh A Paide de ces réformes que vous aurez
une loi que le patriotifine et la yaifon pourront
avouer. 73 : :

Toujours :éprefive pour Jes ‘ennemis de la révo-’
lution, elle fanra les atteindre et les trapper 3 elle
ne fern favorable qu’d cette qui auront-des moyens
de juflifcation : et comment ceun-la pourraient-ils
éire repoulfés ? 1

Une pareille idée ne pouvait entrer que dans la
téte des pervers auteurs de la loi du prairial ,
de ccux-l qui, forgant les limites de Ia Nature
ct créant Vimpoffible, ont tenté dintroduire des
preves morales propres a fuppleer toute autre inf


















































nile , et de tous complorw tendans au rétablitfe~ | - osleer aux ae Vacte daccufation cat
utent de la royauté, ou a Pétabliflement de toute | pice qual aura dre € contre eux s et il ef
gutorité attentatoire A la fouveraineté du Peuple. J j4se qu il o’y a pas lieu, les prévenns arréeéy foc
Li, Ul connaitra pareillement , conformément, a la wens aes ie

loi. du 19 floréal, des négligences , malyerfations et} ATLL. Lorlque ta épofition don té
autres délits mentionnés dans ta loi da 14 frt- p Fara évidemment fauife , te tribunal
maire , doat pourraient fe rendre coupables les | contre a ‘ ery tenaute , foit Woffloe, tol ie
membres ct adjoints des commifiions -exdcutives , : requ; hiien ; - ae public + Ut nandae
les juges ct accufatears, publics des tribunaux cri- | @arér en vertu duquel il fers Jage fur le. cham
minels. e pac les mémes Jires et les mémes j¥ges devant lef
UL. Les tribuaaux ciiminels -continucront ‘de quels il anra dépole, : aa :
connaitre ; ‘concurremment avec le tribunal 1évo- XXIV. Les repélentans du Pey
lutionwaire , des’ délits contre-révolutionnsires dont dans les départemens feront condui
la connaiffance leur a été confervée par la-loi du de furecé géencrale les individus qu’ils
19 floréal. ; fetat @arreflation comme prevenus de délits de, I,
“Ls connaitront en outre exclufivement de tous les ¢cOmpétence du tribunal révolutionnaire, ee
vols et dilapidations ‘de deniers ou effets nationaux 5 XXV. Les autorités couflituées adrelférout dos
quoique non compris dans ta loi du 7 frimaire, en meniveet au Comite de fureré générale l4s- pieces
oblervant ‘les formes preferites par cette lor et par relatives aux préevenus de délits contresrévolitions
calles des 14, germinal et 21 floréals Co ae 2 naire sa dont Particle V de la loi du 18 Div Oles Wye!
“WV. fu conféquence, Iv loi du-sg feptembre { enjoivt de faire Venvoi a Paccufateur public pris tg

1793 , concernant. les infidélités des agens ou pré- tribunal révolutionnaire. - _ ie
XXVI. Les membres et adjoints des cotmif.

poiés des udminiftrations et fovrniffeurs de da ‘ Pee | be
République, demeure reflreinte a celles qui feraicnt,g Hons cxecntives, tes generaux ew ‘chef et ceny dg:
de divifien ou de biigade ne pourront dire tas
3

de nature a faire mangquer les: approvilonnemens i } e miigat ¢
; ee ' duits au tribunal révolutionnaire que par un décrey:

des armées.” 4 ‘ ng )
de la Convention nationale, ou pat on arréié des

i 3 Me
‘ TITRE If... Comités de fulut public, et de fureté générale
réuris. a t a ree

Compofition du tribunal révolutionnaire.

moin pa.
de Ccraerg











































ple en’ miffion
re an Comin .
4UIOut mis en’

TITRE WV one.

V. be. tribunal révolutionnaire fera compafé. de
De 'a procédure devant le tribunal révolutionnaire;

douse juges, dont un‘préfident et deux vice-prefie
dens , d’un aceufateur public, de trois fabfituts.et
dun gieffier. ree

VL. Ll y aura prés le. tribunal réyolutionnaire trente
jores. - a . ae yh ‘

VIL. Le tribunal et le jury ferout renonvelés en
entier tous les trois mois.'- sp Sts

VIIL. Les citoyens qui feront appelés'aux fonetions
de juges, d'aceufateur public, de fubfituts ou de
jurés du tribunal révolationvaire , feront>tenus de fe
-rendie faus délai a leur pofte.; ils font mis 4 cet effet
en réquifition. es

Les places ou emplbis qwils occupent actuelle-
ment leur feront confervés; ct, s‘ils wont pas de
luppléans , ils feront remplaces provifoirement par la
Convention nationale. c

IX. Les frais de ‘route leur feront remboutfés , tant
pour l'aller que pour le retour , fans diminution des
indemnités’ et appointemens qui leur font attribués
par les lois antéricures. ; :

X. Ii fera attaché at tribunal révolutionnaire
fix commis-greffiers.,. fiz: commis-expéditionnaires ,
fix huifers,;un concierge ct cing gargons de
bureau. e es

‘Il fera en outre attaché au parquet fept fecrétaires-
comuais at deux gargous dé bureau. -

TLTRE LL.
Oidie du fervice.

XXVIL. Auffitét qu'un procés fera porté au
bunal révolutionnaire, le piéfideat, en préfe
Paceufateur public ou de l'un de fes fubRigis.
dun commiffaire de la Section: 4 lague
-été affigné, fera: tirer au fort onze jure
noncer fur les faits imputés & Faccute,

_- XXVILL. Dans chaque proces. porté au nibunat-
révelutionnaize , ot 24 heures au moius avant quil ne
foit foumis du débat, Fun des juges din@ruction
coumis A cet effet par le préfident de Ja Scetion }
laquelle le procés aura été affigné, fera amener
devant tai Paceufé , lui communiquera Pacte d'ace:
cufation , lui en fera délivrer copte , Vinterrogera
fur les faits y guoucés , recevra fes répontes , faves
tira que la loi lui permet de choilir un confeil muni
Gan certificat de civifme , ct fera tenir note de tout.
‘par le greffier.

XXIX. Lors de linterrogatoire , la like des jurés ,
defines 4 prononcer fur des fits impuiés a Paccule,
lui fera communiquée , et il fera intespellé de
Aéelarer 4 Pinfant sl entend en réculer un on plu
ficurs. ;

XXX. L'accufé qui vondra récufer un ou plufean.
jjurés, fera tena de propofer fes caufes de récufation
dors de fow interrogatotr®, et le tribanal en jugera:
Ja validicé dats les vingt-qnatre heures. I! Ratuera’
dans le méte délai fur tes réeufations qui auront
été propofées par Paecufatcur public. 4a

‘Ine fera regu, foit de la past de Vaccufe, foirde
la part de Paccufateur public , aucune récufation nen,
motives, . Z : : :

XKXKI. Le confeil choili par Paccufé ne pourra
communiquer avec [pi qu’aprés fon interrogas
oe et au moyen d’un laiffes-paffer de Paceufateur
ublic. oe plier Sek

‘tie

Nous connaiffons bien la éonviction morale des
jorés 5 mais cette conviétion fe compofe de preuves
plus ou tnoins pofitives au-deld, nous ne voyons
que Pabitraire et le chaos, la verge du defpote et;
la mort de linnocent. ie : :

Voi'a, Citoyens, des véritées dternelles gu'il nous
ef aujourd’hui permis de proclamer , et dont le
réfultat va touraer au proft de la feule inno-
dence. ‘ :

Comme ils fe fotaient de la vie des hommes,
les {cslérais! Tout était confoadu , rien n’était gra-
dué: ta mori! et toujours la mort! leur cad: pen

“confiflait daus ce mot unique , la mort! .

Nous avens crn deveir fur ce point foulager
vos courset les ndvres en rétabliffant la vérice daus
fes droits, et en remeltant tous les principes A leur
place- a

Ce v’cf point ict une philantropie mal entendue ,
eeft un devolr exact, e’efh un fret a ta profcrip-
tou. Mais que‘les ene wis de ba République ne croient
pas trion pher; le glaive dela loi, pour étre ‘dirigé
avec plus de précaution , ne les frappera pas moins ;
il wépar,nora que les innocens; ct la liberté , dans
le nouveau jour qui nous lvit, nen fourlra que
davatitaged nos travanx. :

Tels oat été , Citoyens, Tes principes qui ont
ditigé le projet de loi que vous avez adepté les
a2 et 93 thermidor, et dans Icquel nous aviens
tivhé de raflerabler tout ce. qui a-trait. A ceue
maticre.

Une dernicre obfervation fe préfeate naturelle-
mentici: fi les preuves du triumvirat n'étaient pas
deja trap multipliées, la loi tyranvique du 22 prai-
gial pouryait les fuppleer. —

Vous Pavez frappée d'anathéme ainfi que: fes an-
tears. Ku y fabfitmant la loi nodvelle que seus vous
repiéfeutons aujourd'hui par vos ordres , vous vous
Sus bien gardés de lui donner ce caractere qui, fous
les formes dune exiréme démagogic, mettait la
vie de toustes citoyers fous la main du tyran et de
fes miniflves: les monfires ne parlaient que de var-
tus et vouluient fe repaitre du fang des bons ci-
toyeus ! ’ 4

Ges vertus , qui n'étaient que fur leurs lévred,
vous les fentez au fond de vos cceurs , vous les pra-
tiquerez tonjours, et le Peuple , provoncint entre
eux et vons, dinates Quelques ambitieux, hypocrites
ct fedlérats, affectaiene fouvent de bicu dives. les
hommes droits et modeftes qui les ont démafqueés ,
ontméstoute leur gloise et tons leurs vooux A biew }

a. 99 ‘ 4

“ Voiel la loi relle que vous Pavez décrétéc et
telle qu'elle eff forde de vas mains aprés to feconde

. lecture quien fut faite d Ja feance dn 23° ther-
midar, :

Nous novs fommes cependant permis dy ajouter
one difpelitien qa tend A fire revouveler les juges
en méme-tems que les jurés, ct d fabe porter ce
fenougcliement tur Vintegralité Ces .uns et des autres 3
gcite addition nous a paru extrémcment Importante
weft a vous a lapprécicr dass votre fagele.

XI, Les juges du tribunal révolutiounaire ferent
‘divifes en deux fections. ‘
XAL. Cheqne fection tera compofée de fix juges.
XI. Ges hx juges feront tous les jours. et al-
ternativement employés; favoir, trois a tenir Van-
diznce pour juger publigaement ‘les acculés , et
ireis 4 faire en chambre du confeil les: actes @inf-
truction qui doivent précéder le débat ct Pexamen
public dé chaque’ proces. | nS
" ALV. Les juges.fevont répartis au fort dans les
deux fections, ct ce; répariement fera renonvelé
tons les mais. ae + et
XV. Si néanmoins, dla fin du mois, examen
Wan ou de plaficurs mroces’ écnit ouvert, le re-
nonveilement ferait differe jufqu’au jogement de
ces Procés. ; .
XVL. Les juges d'une faction pourront foppléer
cevx d'une autre fection.
. XVUL, Lerlqu'un proces fera porté.an tribunal ré-
voluriouuaire , le fart décidera a laquelle des deux
fections H fera afligné. ”
XVIIL Si néaumoins une fection fe. trouve ¢har-
gée de’ plus d’aff:ires que Pautre, elle ne fera admite
au tirage quwapiés que le fort en aura affigné 4 autre
un nembre égal au fien. a hs
XIX. Le tiage au fort fe fera en préfence do prée-
fideut, dé Vaccufateur ou de lun de tes fubftirats ,
et Pub commiffaire de chaque fection. 9d
KX. Les proces qui fevont fuite ou qui feront con-
nexes deciua dour ‘ube fection fe touvera faific,
feront portés devant cotte fection fans tirage au

fort.
TITRE LY,

KXXIT. Si, avant que des témoins ne foient
entendits 4 Vandience, Vaccufateur public trouve’
utile Ata manifiMation de la vérité de faire rece> -
voir par écrit leurs déelarations , elles feront
tegues par l'un des juges d'inftruction commis
A cset effet: par le préfident de la fection faifie du
proces. fe . .

’ XXXIL.. Ces déclarations his ‘notes de Tin-
terrogatoire dont il'a été parlé ci-deffus, feront
remiles au juge qui devra préfider d Texamen et
au. débat, pour fervir de renfeignement few
lement. 2 te tS

XXXIV. Il fera dreffé antant d’actes d’accufaion
qu'il y aura de délits 4 juger. Say as

On pourra adanmetns, dans un acte Waccufation y
comprendre pluficurs délits a la charge dune meme
perfonne, ; 2 <3 he

XXXV. Dans tous les cas, Jes complices d'un
accufé feront compris dans le méme acte d'aceufation
qve Ini, fois quils fe trouvent impliqués daws tous
les délits qui luj fot imputés, ou qu’ils ne I¢ foient
ue dans un feul, ;

XXKVL- Corfqu’une méme perfenne fera pee
venue a la fois de delits coutre- révolutionnaires ¢t
de délits ordinaires , Vacte d'sccufation ne porem
que fur des premiers; et fielle en efl acquittée pr
le tribunal révelyrionnairce, ot” coudamnée a ane
péine moindre que celle 4 infliger aux délits ordi-
naires, elle fera renvoyée pardevant le tibunal er
fninel ou de pelice correctionnelle , auquel appar?
tict Ia connaiflauce des autres. 8, eM,

XEARVIL: Ne pourront etre compris dF énonces
dans‘Vacte d’acculation qui fera -dreflé coulre na
prévenu traduit au tribunal révolutionaaire OO
triibnnaux ordinaires , les faits Mapres [expo *: i
quels un déeret des repréfentans du People Mh
mis tu lberté, ou aura déclaré quiil n'y 4 pas He
ajinculpation contre Lui. ‘
Oe Si le prévenn ou accufé d'un crimé
contre-révolutionnaire fe fouftrait 4J'examen 0°

+ ; a

Traduction deaprévenss devant le tribunal révolutiennaire.
fe ge 6S .

* MRL. Nul ue pourra étre traduit au tribunal réyo-
lutignnaire que: ‘

Par un déeret de la Convention nationale |

Ou par unarrété du comité de furete générale

Ov'par un maudat @arrét, foit du tribunal. foit
de facculateut public, dans les cas déterming
les articles XXIL, XXIU et LAVI ci-apres..

KAM. Laceufateur public pourra décerner des
taandats d'arrét contte les complices des délitssdont
de tribunal fe trouvera {aiff ,-et les faire juger con-
jommbement avec lea accules principaux, 3 ;

La Cosvenon uationale, aprds avoir entenda I¢
rapport de tks Comins de Giut public, de furete
génerile er de légitlation, décrete 4

TITRE PREMIER. inés par
Compétence du tribunal révolutionnaire,

Art les, Le tribunal révelutionnaire cennaitra de toes
las attentats contre la hiveré jatiricure ct sxtérjcure de














q

ag






» Neo fers vfé R fon égard cotformement a
is du 3 theimtidor fur les contumaces.
2 te PEE RE, Vie
Ba ah » Pexamen et dela conviction,



~-gXXIX. Le jour fixé pour Texamen du procts,
: Paccufe en prefence des jages 2 de Vaceufatear pu
“pie, dee jurés et des. citoyens , fera umené 4, la
“ garra Fibre et fans fers. °

: en ferment d’examiner avec Vattention Ja plus
BP tents les charges’ portées contre l'aceulé , de



| glen tommuniquer avec perfonine jufquiaprés: lent,

| dérlaration , de n’écoutér nila haine ow ta méchan-

gag, ol le crainte ou Paffection; de fe décider

“+ @aprds Tes charges et moyens de défenfe, fuivant

feur'confcience et leur intime conviction , aved

’ Pimpartialite et
‘publication: ; : : a ; ‘ “ens baat sd :

"RUG Le ferment prété , lea jurés prendront place

. tous cnfemble fur des fieges feparés du’ public et du!

tibonal nils fevont placés en face de Vaceufé et dés
témoinss nook c
XL.

“te, fa naiffance, fiidemeure , fa qualité ct fa pro«

fefion tanec avant’ que depuis Ia révolution.; et il fera

. fenty note du tout par le preflier. ;
| Ye XEN Le ‘préfident avertira Vaccufé, d’étre: at-
- gentifd tout ce qu'il va entendre 5 if ordonnera au
‘greier de ‘lire Tacte d’eecufation 5 aprés quoi il dira
‘laccilés, Poild de quoi ox’ Uaccufe; tu vas entendre
Yak charges qui feront produites contre toi.
ORL. Linccufateur. public expofera le fujer de

Paccutntion 4 ibzequerra la lecjure de fa loi far le!

time de faux témoigoages et, aprés ta lecture, il

|, ° “fera,eniendre les temoins. - ; :

- ELV. Ne pourront étre entendus en témoignage

“uotmari coutre fa femme , une femme contre fon

cwati, Jes afcendans contre leurs. defcendans ,- er

, sv féclproquement, les freres et focurs contre leurs
. teres: ct focurs, et fes alliés au .méme degre.

XOVL Les témoias , avant de dévoler, préteront

Jecnent.de* parler fans baine et fans ‘crainte , et de

dine layemhes fe eth nes

os A XEWIL “Hors les cas détermiuds par tes fois des

a praitial et @ meffidor, Vexamen des témoins fera

™* soujours fate de. vive voix, et fans que leurs dépofi-
~alons folentéerites. : eee OE oe
“UXGVHL Les témoins ne
‘péller entre eux,

-' diseferont entendus féparément,
--"Gtpendant Paccufateur public pourra , apiés leur
| premiere Weclaration. , demander quwils feient en-
tendns de -notiveau , en préfeace les uns des autres;
H pourra également demander que ceux qui ont
_ dépofé fe retivent de lauditoiie , ou qu'un ou plu-
fieuts d'entre enx foient introduic pour étre entendus

pourrontjamaié sinter.

Le préfident fera préter 4 chacun'des onse

la fermeté qui caractérifent des Re. |



%

KUL. Le prélidenc. dira & Vaecufé qu'il peut
“galgoir, lui damandera. fon nem, foh age, le Hev’

-denouveau , {cparément , oa ca préefence les uns des

mized, :
“Gr dvaccufé aurata méme faculté.
4 MEX. Ghaque témoin fera tenu de déelarer
sil ef parent, allié ou attaché au fervice de lace
cules fil Le connaiffir avant ‘le fuit qni a donné
died AVacenfadon , et sik eatend patler de Paccufé
, prteal. . ; i
“LSA chaque dépofition de témpin , le préfident
: @onandors 4 Paceufé sit vent répoudre a ce qui
Met détre- dit eontre Indy L'acenfé pourra, ainli
_ efor confeil, dive, tant coiitre tes témoins que
eboe Lene témoignage, ce qwil jugera utile a fa
" defenfe, o
a LcLe? témoins sllynés A la réquéte de laccufé ,
ferbot ewtendus alteraativement avee ceux
; tte prodiniis par Paccufuteur public,
TIL Vaccafé et fon confeil feront tenus de s’ex-
Primer avec déeence et modération. ,
* La dilpotition de In foi du 15 germinal, qui
afl telave ata mife hers des débats, eff rap-
partee, 9) a
: LUD. Les effets trouvés lors du délit , ou depuis,

pean fervir A conviction , feront reprefentés &
accufes et i ;

Teedansit, :
i a Lorfqu'a débat a duré plus de trois jours,
tr fue: dent eft tenu, 4 Pouverture de Ia féance fui-
: cede demandor aux jurés. G leur sonfcience ef
a mment eelairce.
_ AV. Si les jurds ropondent non, Vinfruction fe
ne ident non, Vinfruction fera
tinge jufgu’a ce gu’ils aient fait une déclaration
fOuhairg, : ’ Ae
nett Sites jurés répoadent qu'ils fost fi.fifamment
s preeih vil fera procédé fur le champ , ainfi qu'il ef
one Tg t par les aiticles fuivass , sonobMant toute
ie Centraire, .
fae A la {nite des dépofitions et des débats , Yat-
ae T public fera entendn : Paccwlé ou fon confeil
e. Eh lui stpondre, PA
a a Le préfident réfumera Vaffaive , fewa ree
eas Teo jares les principales preaves pour ¢t
mpliched tofes il terminera en leur rappelant avee
Wen age fonctions quwils ont a remplir, et
Ml hog ‘netement, aprés avoir pris Payis du sibu-
thie anc queltions qu¥ls ent a dacider , tant for les

te " : . te
toasty fur intention dans laquelle ils ont: été

. Rs deg
“81M ge

My aie

Ns

: qhaitions feront sédigées aveo fmpli«
a pourra en étre pofé sucude dans laquelle
Hen de complexe.

. -

| ' ; oa Bai i i



q:i auront

I lui fera demandé de répondre s'il Les



ident.

(481)

, Paceatt , fon eonleil, Waccufatenr public et les
Jites pourreat faire des obfervations fur la maniete
onties quefRions aurone été pofées,
Lax, Le préfident mettra par écrit les
fuivang lear ordre

fera toujours le plus ancien dye.

Ne

quettions

dans wae chambre voifine ; ils y
voir communiguer ave perfoune.
LXE. Lorfque les jurés fe trouveront en état de

refteront fans pou-

} dosuer lear déclaration , ils rentreront dans Mau-

ditoire , et Ferout, thacun 4 haure voix et pu-

é . iS
bliquement, leur déclaration jvdividuelle fur les.
qui lene asront été remifes par le pré-.

queftions

Ta forme fuivante: ;
29 Sur wion honneur et ma confeience, tel fait

~ DLXIr. Chaque juré prononcera fa déclaration dans

eft confiant , on. nef pas conflant 3 lacculé efl cou-,

vaince de tel fait, o# Paccnfé n’eft pas convainen. I
ef convainen, ‘on il weft pas convaincy de Pavoir

commis dans telld intention. 99

abfolue des vaix. Sen Oh ee:
LXIV. La déelaration dy jury fera regue parte gref-

fier , fignée de Ini et de tous les juges, .

LXV, Le jory we pourra donner de. déclaration

fur un délit qui ne ferait pas. porté dans Pacte

@Paccafation ,—
témoins. Kite Ag : :

LXVL Si Paccnfé eff déclaré. non convaiten dn
fait porté dans Tacte d’accufation , et qwil ait é1é

quelle que foit Ja depolition des

insulpé fur ua autre crime par les dépoftions des

témoins, le tribunal , d’office ou fur la demande de

‘Paceulatevr public, ordonuera , qu'il. foit arivété de

7 * teas :
nouveau. Il recevra les éclairciflemens: que le pré-
venu donnera far ce nouveau faits,ers ily a lien;
¥: Pe ” 4 i
if délivrera un mandat Qarrét, et renverra te pre.

venu , ainfi que les témoins , dtvant la chambre

do confeil, pour éwe dégidé s'il y a licu Jum nouvel
acte dacenfation , en cas gill s'agille dun détit
coutre-révolutionnaire, et devant le directeur du jure

}du tien du délit, vil weft quefion que Wun détic

ordiuaire,

‘TITRE Vil

, '

- + De jugement.

LXVIL. Si lacewfe eft déclaré non convainen , le
prefident prononceza-qu'il eft acquitté de Paccwla-
tion , et ordonnera gwil foit’ mis fur le champ en
libesté , a moins qwil my ait Ueu de le retenir en
état Warrefiation, foit d’aprés les articles XXXVI et
LXVI eci-deffusy foit Waprés Patt. X_ de la loi du 17
fepiembre 1793.

LXVIIL. Il en fera de.méme fi les jurés ona dé-
elaré que le fait.a été commis inveluntairement ou
fans mauyaife intention. - . Sots
* LXIX. Toute pesfonne ain acquittée ne pourra
plas étre reprife ni avcufée pour raifon du méme
fait, oy Rs 3

LXX. Tout fonctiounaire public acquitté pine-

mest et fiimplement -rentrera de plein droit dans
les fonctions auxquellesil avait éré appelé avant d’ére

faceufe,

-LXXI. Lorfque Vacewlé aura été déclaré convaincn,
le préfident , ew préfexce des citoyeus, le fera
comparaitre et lui dcanera connaiffance de la décla-
ration du juré.: :

LKXU. L'aceufarenr public fera fa réquifition
pour Papplicetion de la lei. L’accufé on fun conteil

pourra faire des obfervations; les juges prononce-.

ront enfuire la peéine établie par a loi ou acquit.
terent Vaccufé , dans le cas ot le fait dont il cf
eonvaincu n’eh pas défendy par clic.

Liasticle UL dix titre Uf de la foi du to mars 1793
eft rapporté.

LXXUL. Toute condamnation a la peine de mort
emaportera Ia confifcation des bieus ‘du condamné.

LXXIV. Tout jugement da tribunal révolntion-
naire enonceta le nom du condamné, fon age, le lien de
fa naiffanee , fa demeure , fa qualiré , fa profeffion ,
tant avant que depuis la révolution.

LKXV. Les jugemeus du tribunal révolution-

naive ferent excentés fans recours aa tribunal de
caffation. i

LXXVI. Ul eft dérogé’4 toutes difpofitions des
lois antéricures qui feront contraitces a la préfente
lol. ,
SHANGE BU 18 NIVGSE.

‘ N

tecture du ‘procts-verbal de la

ie

Un feerétaire fait
féance du ia.

Charlier. Voici an déevet-qui dig, que les membres
de cette Aifémblée qui fe permettront des injures
ou des perfonnalités envers keurs collégues , fcront

envoyés a PAbbaye.

Sins donte un repréfentant doit refpecter fon cas
ractere 3 mais il ef poflthle, quand les paffions fe
haurtent et fe choquont, quil soublic uu infant.
Alors il fantle sappeler 4 Vordre. I eft injurienn
pour ta repréfentation nationale de décréter gn’an

merubre ira A VAbbaye, pour femblables raifuns. §

( Murmores.-— On oblerve que cela eft dansle régle~

ment.) Si eet ainfl, om n’a. done pas befoin de ce |
sonveau décret. Le réglement fait lot. fe demande |

alors Pordie da jour, mgtive fur le réghemout.

i







































» etles dovneia au chef du juré qui

LXIU. Chaque quefion fera décidée 4 la plaralité.

Clause). $1 PABemblée veut difearer certe propes

Giteu., je demande qu’tlle attende le grand ordre,

du jour, et que la aifcufliow foit renvoyée ad deur

heures. i

-gtand ordse du jour. Depuis huit jours, qoi d'eutre
nous n’a pas été feandalifé des invectives et des
injures que l’ou vomit dans cette enteinte ? Citeyens ,
a vous vouléz qu’on vous refpecte , refpectez-vous
ivous = inémes. ( Anplaudiffemens. ) Les indécences
squion fe permet font relles que, fi fe décret d’hice
‘mlavait été porté, je le demanderais eujourd’huis
‘Je demande l'ordre du jour fur, la propolition dv
Charlier. : boa

"Gene propéfition elt décrétée,

-- Charlier. Je demande Ia parole pour une motion
“doidre 3 jevne divai’ qu’ua mot. Fai déjd annoned
rd la Convention que fi ['on_ne s’occupait pas des
ipoftes , bientSt toutes nos communications feraicnt
‘ittertompues. Je deminde en conféquence que 1a

bs'oceupera ‘de cet objet’ important

' Perrin, Vous avicz, décrété que l'on ferait primed
‘Bu tapport fur Pagence des lois $ cepeudant ce
rapport ne: s’¢ft pas fait, et fi Pon ne e’en oceupe
pas bientét, Pefpece des chevaux fera anéanties

ftoute nécefliré jeter un coup-d'wil fur cetre im-

vaillans comme de vrais -peres de fanile. ( Applaus
diflemens.) Voulons- nous. diminuer fa mello des

diainner nos dépentes.

Je vous demande done, au nom de la Patrie,.
(qei-veus’ ef chere. comme A moi, que l'on faffe
le rapport demain., et equ’on réfornte enfin cette
nuée de commis qui feraient bien-plus utiles aux
frontieres. “ a

Gicogne. Lvorganifation des pofles demande one
gtonde réflexion. Li ne faut pas ereire qu'elle’ puiffe
fe faire tout d’un coup, une orgsnifstion lemblable
ne fe jette pas au moule. Je demande donc le ienvoi.
aux Comités. j

Poiffy-d’ Anglas. Le-Comité de falnt public s'etr
occuse, et il fera incefflamment fon rappoit fur cee
objet et far dautres infiviment importans ala ehofe

publique. ‘i

Charlier, Woulez-vous que le fervicesdes pofles:
fe fafly bien, gquwun maitre des poftes ne dife
jamais: Hey a deus, il y a- trois mois gue je n’ak
été payt. ot aS

Gicogne. On a déjd ordonnancé fix millions pour
cet objet.

Chenier. Je demande que cette difcuffion ceffes
Je demanderai mvi-méme la parole bientb: pour
une quatre-vingtaine de geus de letties qui meurent
de faim, :

André Dumont. Chenier ventre. dans la difeuflion.
N.... Le rapport dans trois jours. ,
Phifeurs voix. Lordre du jour. i
L'Affemblée paffe 4 ordre du jour.

)

Johawnot monte d fa tribune.

Cambon. Vous avez voulv étra gévéiens, méme
a Tégard des Nations qui ont jie injuftes envers

loi que vous avez rendue. Je yenfe que Part. VE
gue vous aver décrété Pautre foqe doit étre retiré
du décret que ueus dilcutons ans ce moment y
quil doit faire une lei particulicre. Je penie auth
qoen devrait la faire préceder Pan contidérans
dans lequel on rappellerait les inphflices commifes
envers fa Franee par les puiffancesiftrangeies , dans
lequel ou dirait que la Ruflie ay la premiere,
erdonné la faifie des biens appartenans aux Frangais y

fandsait y ajouter que fa République & ufé de repré-

moyens poflibles pour laffervis ; elle sempreffe
Wétre gévéreufe et de revenir aux principes des
quelle commande a la victoire. Eolin, je voudsais
qu'on en fitua manifelte qu'on traduirait dans toutes
les langues. . pats

4

La propotition de Gambon cft décrétée.
* Jobannot lit Particle VII.

oo FL eft permis avx citoyens qui ont du namés
raire , de Vexporter., Ala charge Wen faire renirer
ta valeur en objets de premiere néceflité. Les Comités

prendront lee wrelures néecflaires pour répler le
mode de ees expottations, défigner Ics objets’d
importer, et prévetir les abus qui pourtaien: siue
trodvire a cet égard. 19 ;

t
Boiffy-d’Anglas. Tour fe lie dans un Tykéme quel.
congue ; dés que vous adoptez un principe , il faut
nécelfsiremeut toutes fes confequesces. /
Le projet qn’on vous pedfente eft tellement ute
fuite de-ceux que vous avea adoptés ces jonre dere

4
ae,

i€onvention ‘décrete qu'aujourd hui ov demain, Pon

Charlier a obfervé, comme moi, qu'sl fallait de:
portauté matiere. Ou dit. que neous vorlons améy:

liorer les affaires de‘la Republique; hé bien?! ‘tras

faGignats qui {gut en cireplation, commevgons par

la France ; il faut que toute 1Eurepe coanaiifetta”

~. dudré Durtoats Je ne crois pas qu'il foit nétefe
ae : So ee de ETRE ae difcuffion fur—cet—objet. att
LX. Le prélident ordoanera aux jurés de fe retirer | per deaeayoyer phe aifeutian: Ms

et que le roi d’Efpagne ’a imitéc. Je srois anfli quik

failles dans un moment o8 Ton empl eyait tous lex _

de falut public ydes fnances et de commerce reunisg ||









EE a


Poe menve irene ye
Sonar ERY

ears













ot :

4
|

nicrs, que Te rejetter ce ferait en nécefiter le rap-

its
: {aire voulez-vous reudre au commerce ? Sa liberte
‘ét les imoyets 5
décrctes'¢ fans modification. : ‘
OQuie fait le commerce finon. acheter’ danas un
dieu ce qu'on ivi dewande dans un autre ? Les ué-

cocians , & vous les favorifez, & vous lenr offre:
ii ’

nn appni folide, ou intérét foflifant, ‘izont vous
pp

-¢hercher ches Vetranger tous les objets dont vous
avez befuin ; et, comme rien n’arréte’ fa matche
plore: gne de vous laiffer vaanquer de pain, par

exemple , ily iront chez le boulanger de Pitt, sile

he peuvent en trouver que la, le forcer, pars la
féduction dan plis baut pox, a parteger avec
~ * i :

vous le svorcean defiing a le nourrir. “en
; ;
Les Hotes, les vaiffeaux , les mers, les -armees
méme nanétent point le commerce.

Vous dites an négociant que vous voulez un vafe

de porcelaive qui fe fabrique a ta Chine; sil elt.
. fic que vous le paierez convengblement, il ira vous

’

le chercher ct vous Vapportera. aie mo
Si vons vous fervez de quelques-uns de ces inftra-

meus qui ne fe fabsiquent qu’en Angleterre , et qui:

doivent vous Hirvir a forger cea armes: meurtrieres
qui défendent notre liberté, dites un niet, offrez
un falaire, et. malgré les lois probibitives des
Georges, les bills du parlement, at les armées
navaics dAlbion, ces infitumens arriveront dans

nos ports, et donnerontlactivite Anos manutictures,

repub icaines. wa ; 7
Mais le commerce ne fe fait pas fur parole s: en
deiuier terme, gueiles quef.ient -fes combiaaifons ,
dys tranfports, {es retours, il faut payer ce que Von
acheie, il faut le pay:r, ov par d'autres: amsrchin-
difes, ou par des métanx: des rmarchandifes , elles
font, ou premieres ow manufacturées. Premieres ,
elles font, cu indifpenfables & Paliment de notre
induflrie, 4 ls conformation de vos habitans faux
befoins du Peuple qui les fait naitre, ou ‘juin llifantes
pour les notubreufes emplertes que vous é'es forcés
de -commettrgs Manafacturées’: mais vos manniace
tures font détruites, vos atcliers font déferis , les
creations de notre induftrie four nulles, et il n’y a

Ps nS © . ~ a 4 . *
que de bones lois, un fydéme de jultice et Pho.

manité qui puillent vous donner les moyens de
changer un jour parle génie et par le travail, vos
tautiaes premieres en des marchandifes minufac-
tusées, d'une valeur dix fois plus confidérable. Mais,
eu attendant, veus avez des befoins, et'ces befoins
we s‘ajounenut pas; il faut done que le commerce
yous spporte ce qui vous manque, et il me peut
vous Popporter, & vous Pempé- lez d'aller le payer
avec ja fenie chofe qu'il puiffe donner, avec de
Vag-nt; permeitez-lui done -d’exporter de Pargent ,

Vosealhignats font fans doute un effet d’une in-
conteAable! felidité y e@efl one dette de la Nation
hypothéquée fur des propriétés infaillibles ; mais
weft va cffer qui n’eft autre chofe qu'une promeffe
de payer. Ceite promefle n’eR pas un paiement ,
cco nef pas une mounaie dans Vétranger ; car. il
ny a de mounaie que.celie quia une valeur in-
trinféque , indipentante sdu ganvernement méme
qui vo certiite Li valeur, Or, f vous voulez que
Péusnaer vous laille importer les marchandifes qu'il
patede, Bat eee parvenir l'argent qui doit les fol-
der: fans c@la, yous n’aurez point de commerce;
favs cela, vous n’aurez point les objets qui vous
dont nécefaives. Et avec votre or enfeui dans des
eaves, caché dans les coffees de Pavarice, vous pé-
givies dans ua dénuement abfola. Et ne croyes pas
gue le gouvernement puiffe pourvoir a vos befoins ,
-quvil puiile vous -fsire apporter tous les objets dont
vous manqucz , et-quand if le pourrait, il faudrait
bien qu'il employat, pour les avoir, les mémes
moycus que le commerce Et que vous demande-t-ou?
de oiffer expotter.des métaux en circalation parmi
wou: ? Non, Saus doute; vous faves bien que ces
mévux necirendent pas; vows faves bien que leur
exiheuce, au miliew de vous, eft indifférente a votre
piorpérité, nou, on-vous propofe dengager ceux
gui ont de Vor enfoui, cache, en Aagoation , inu-
‘tle par cotifrqueut 4 toutes ves operations inté-
sicutes, daller Vléchanger contre tous les objets
dunt vous ‘manquez abfolament, dont vous we
“pouves ‘vous. puller, contre des marchandifes qui
citcnleront pacmi-yous., et vous olfriront toutes ies
“foulfances dowt vous maogues abfolument.

“La queftion fe réduit A cela : latiferez - vous
igdkasenr, par le-commerce, un or de Pegoilme et
de Vavatice , Tor qp¢e vous 1"spercevez pas, contre
tons ics ebjers Wuve nécellité premiere , dont vous
manques abfolument ? Et ne croyez pas que, fans
cgela, Vous poarrez vous procurer d’aillenrs les mémes
objets & nécellaires. Que votre gouvernement, par
-exeuyple, puille fe charger-de les obtenir ; mais

% 1

décrétet done Vardcle propolé. ct} pers lorfqu'il achete’,

‘votre difpofition ?
vernemént ne peut fi
-commerciales , 4 celles q
‘nfpirer, 4 tous les ‘negecians
“curer ck qui vous mangne, p dant
,de “gandd tacrifices , pas méwe en’ etabliffant beau-
‘Ecoup d'agences, pas-méme en montant une, immenfe
wachiud fous le nom We Commitiron de commerce.
‘LL n’y a jamais 14 qu'un fe
a yte A “or. sets Wake” . Ke qwil {617
Hout étallifensenit , “quelqve val equil fot eft born
‘dais fes réfuliats.: D’ailleurs, “on ne tpowvera jamais
te 1, ie eat at * oy gol i ah be tn + ‘ é
“dans ‘celui [i le vrai’mérite du commerce, Miutérét
,perfonnel 5
Voulez- vons, un. exeaipl {
a a Foe Da he pe PA oe
sgouvernement , ‘your’ fuppleer au.
: F ' ot
*Get exemple, je vous lai douné. Vous
,avee
a



peut employer :













jours.





(482) ‘

Vsbord, le gouvernement ne pourrait ufer, pour
les avoir, que des mémes moyens que le commerce
ouverncment n’eft dans Pétran-
qu'une veritable“ maifon de
commerce, Dans ce cas y, né, yvandrait-il pas 1p eux
lailfer au commerce le foin ‘d'exposter Targent qu'il
pourrait fe procurer-lui-méme’, que de mettye youre
gouvernement dans la nécellite demployer celui qu il
_pent: avoir entre fey maius , “et

réclame 5 ¢ar votre

t

7 EWE ’
nt fe faire.



et fins cela , tién ‘be “p;



tour ée quelle peut Envoyer 4 Pétranger, elle

été clleméme 1a canfe d'une dilapidation intérieure ,

z ;

| plus. confidéerable qne ce quelle vous a procure ,'
par les tran{ports ates erumagafinemens, la mauvaite
t difribntion; et coneluons de ce fait dev chofes:
Hla premiere, qa’il ef-impoflible que le gouverne-
Finent puiffe. fappleer le cambherce particulier ,..et
que, par conféquent, il faut ‘s’en rapporter entie-

rement Adui, en tui dopnant tons les myoyens qu'il

tametla France, puifque , environnée ‘d’ennemis
a

chargee Walimenuter 14 armées » Capprovifionner
des villes‘awenscées de ficge, privée de. toutes les
' importatiogs du comrucret-s voyant fon agriculture
flétrie par cet, affrenx fyBime de faug qui paralyfe

toutes’ tes -faufles operations de

tout, livrée &
Vignoranee , elle a vécu. par fes propres moyens

‘pendant ving-trots mois , en n’emprontant de

Pétranger qué ce qui. Valimente pendant troj:

%

Jajouterai, en finiffant, pour répondre 4 ceux
qui crsiguent qae cette inefure’ nous enleve netre
wunéraire, que la profpérité du cominerce peut feule
Te reteniz ou le rapporter 5 et je vais, pour Pétablir,
pofer quelques principes qu'il c& utile de ne pas

erdre de vue.

Ll w@éiablic cutre tous les commergans Aone méme
Nation, une forte d’affsciation tacite dont le réfultat

efile méme, et qui, quoique forméc d'individns di-
vets, n’efl pourtant qu'une feale et méme chofe , que
Vou pent appelerle commerce. .
Quand le commeree d'une Nation, c'eft-a-dire ,
quand Penfemble de fes commercans , vend a celui des
autres Peuples pour pluside valeur qu'il n’en achete,
les antres Peuples loi doivent, ct cet excédent fe
paye dans la feule monnaie généralement regue,
en métaux. Il sétablit powr cela, entre ua Peuple
et tons les autres, wn: compte courant; celui qui
doit, commence par donuer en paiement tout ce
qui lui eft di, daus quelque partie de la Terre que
foient les débitcurs. Si le commerce Frangsis, par
exemple, doit 100 millions 4 Genes, et qu il tui
ei foit da So 4 Mambourg ,,600 4 Stockolm. et 10
4 Bale , il commence par danner a fes créanciers de
Géncs des affiguations fur fes débiteurs , et quand
ila délegué tout ce qui lai était di, ils folde Je
refte en efpeces fenlements il perd fur les moutanyde
fes delegations ce qui peut on cotter A fon eréancier
de Géncs » pour Tes faire recevoir. Voila, en deux
mots; toute ta fcience du commeree, tentes les
opérations de labanque. — : .

Or, f vous voulez, au liew deavoyer votre are



dem, ko pris at, een Pati » de aShv. peur trois unis , 48 liv. pour fix’ wes, at.go liv. pour lannde;
pow Vannds, trang de post. Liou ne s'aboune qu’an commentament de sbaque mois. Tl caut avoir forn de fe cowl ; ; $5 ft ? a Vasréte du Comite at
blic, infére dans le numer deest pea ee . 4 . : onformer, pour Jn furatéides envois dtargent ou d’afligaats, a Vasrdse :
qublic, anumere Zo. de aotre feuilfe du premicr fhermidor uel a5) im, ou du moins de charger leo lettres qui fenferment des al&gaats. ; ¢ . | :
1 fant a*adrefles pour tout ee qui eomesyan la té@ustion da la Beuills, su Badacteur, rusdes Poitevias, uP 13, Aspuis-weut heures de matin julqu’s : , ‘



Ba LIMPRIMERIR DD MORTITEUR, ree der Poitevias, a 13 :































qui féra toujours a
? Mais la vérité ef que votre gou-
uppleer , par fes operations
que Vintérée particulier peut
. Li ne peut yous pro-
pas méme en ‘faifant

ul établiffement 5° ef un
eft borné

¢'de’ Pinfuffifance da
a Commerce ?
avez
quel fraéasydrre” Commiifiion _ de commerce,
procédé. Din “snillé “agens font employés’ par
ellespartout elle a ‘ded couiuniffiondaites 3 des €or
refpondasa ; elle acheie » Yar vote de réquifition.,

‘ale
du droit de préempijons elle fate des marchés libres.
Yel, elle procure’totttes les créations do luxe “de
Pancien régime ; 1d, des produciious de notre fol 5
ailleurs, ‘d'autres objets d'échsuge ; ‘elle a. des core,
réfpondans dans’ toutes les villes de PEvrope; lg
‘Monde ‘enti¢r retentit du bruit de fes yaftes. {pe-
culations. Eb bien’, tout cela n’a about qu’d faire
arriver® dans nos ports, dus l'efpace de 23 "mois,
deux millions fix mille quinteux de fariue , celt-.
j-dire , Ja centicme pattic de ce que vous en con-
fommez ‘annvellement; 6 cft-)-dire , précifément ce
qu'il faut ‘pour nowrtir la République pendant trois
jours. Et remarquons que cétte adminifiration a











la feconde’, et qni retentira dans
toute PEurope, pour porter le découragement dans
18 coene de tous les ‘defpotes; weft que, quels que
‘foieit les ¢fforts des tyrans , Heft impoffible d’en-







* = * - pia aces 5 smitten soutteljamasenaneeunemsrsaneonvseneeqemrevtecten ett NOT
&’ Abousament- pote le stoniter fe {sit-d Paris, rué dos Peitevins , 5? 18. B faut adraffer las lettres ot Pargont , (rane da port, eu sitoyen Auby , dircoteur de ¢e journal , qui panit tent,
at pour les départemens, ae 8 liv. ‘peur trois mein,

teen anit denabetr eosin setnebareecmoreinurginen



4

‘gent aux-antresPeuples, faire que ce fale ter
Peuples qui vous envoyent le leur, f, £8 autres
commerce et Pindultrie , faites qu'ils ptifles le
par le paflé, acheter dans nos villes lee comin
de votre induftrie; faites que Lyon puite celts
envoyer ‘tous les ans a Vétranger dar aa eneore
de marchaudifes , Nimes pour 90, Sédan Million
et vous aurez 4 payer de moins le total de 4°?
cesfommes. he Ge toutes
Mais foyez firs que ce nef pas en. fer
barrieres que vous emapéchercz lenuméraire te
-Ambips que vous ue renoncies A rien titer de Pa
ger i ear Ms fi, wos uégocians He petvent ’ par Petes
de. vos-lois, faire fortir aucun numéraire - enh se
_ dernier teymye ne, pas payer ce qu'ils fe ‘tro =
. devoir , les étrangers ne viendront rien Le Uveng

ere ; & vendre
et ils ne pourront vous apporter augune des shor
iy]

qui vous manquent.

Laiffea done fortir. le auméraire ,
raves des befoins , et rendez cafuite
“gures flosiffantes, et faites enfuite que les gtray
vieunent acheter chea vous, et vous verrez ies
méme numéyaire, non pour l'enfonir encore ie
pour circuler libyement parmi vous, et vivifies y ais.
rindoftrie, dire
' Je conclus 4 Padoption de l'article.

_~ Pelet. Th eft peu darticles. qui: méritent tine Ine’
grande ‘difcuffioa que celuicci. Je craindrais ‘ilie
ticle était adopté , que votre commerce, qu tenn
autvelois fur des objets ouvrés dans nos iasaghie.
Lturés, ne donnat ‘plus en échange , a Vexerple de
LTElpagney que de Vor et de largent ;
deviendrait icfiniment ouéreux,

Ow propole de charger les Comités de nous tee
fénter sles mefures qui alfureront fa rentrée de Ig
valéor des fommes exportées. Je ne crols pas gy
tes Comités puiffent fe livrer aux détails Cane fe
veillanee anffi étendue 5 je ne crois pas qu'on puifle
trouver un ioyen de faire rentrer Por et Largent
lorfqu’on ‘nura fouffert qu on tes exporte du ‘eantaive
ile Ia Republique. Av furplus, je demande que la
difenflion foit folennetle, et que Pon n'épargue rien
peor vous infiuire. EM

4

Charlier. Je demande moi, au contraire, que Is
difeufiion foit promptement terminge s un républic
cain ne met.pas de différence entre un éeu et oy
aflignat ; mais les fpeculations® des egioteurs’en ont
étabii une 3 c’efl au commerce a rétablirléquilibre,
Li faut Ini tout abandonner, et ne point entawer
une difcuffion qui ne peut qu'éire funefte Ala forune
publique. “4

Nt voy
de fort
lortiy :

puifque Vous
vos Manulac, :

cela nots

a

( La fuite demain. J

N. B. Dans la feanee do 13, Carnot a annonet
la nouvelle de ta prifs de la ville de Grave, du
fort Saint-André, de Pile de Bommel ct d'un combat.
fous les: murs de Bréda, dont les lignes ont &@
forceese Nous avons pris, dans la mene journée
yao. bauches A feu, 2 drapesux, Ia cafe dom
régimeut , 3.0 ehevanx, et fair 16c0 prifontierss
Dans ce nombre ne font compris ui Vartilletie ai
la garniforn@le Grave, qui cf prifonniere de guerre
et qui vient en Framce. - ey

La Convention a décrété que Parmée do Nord
ne ceffe de bien mériter dv la Patiie. Wl

La Gonvention a chargé fes Comités de lui pré-
fenter les moyens de retiver une partie des affignate
en circulation, en leur prohibgat toute efpece do
propofition tendante 4 la dé@monetifation.



LIVRES DIVE BS.

Sandford et Morton , traduction libre de PAnglaiti

Le petit Grandiffon , traduction libre du Hollan«
dais, par Berquin, auteur de l'Ami des Rafat,
édition originale.

Ges denx ouvragcs forment enfemble 1¢ vol. per
tit format broché , denviron 144 pages chacen 4 pna
pour Paris, 15 liv. et frane.de port dans tousles
départemens 17 liv. 10. f. A Paris, chev Rémonty
libraire, ruc des Grants-Auguftina , prelquc vited-vie
celle Chrifline, n® 24.0 7

Nota. Lea lettres et les affignats qui no feroat pup
affranchis refleront au rebat.

ee ETERS



‘Poirmens dla trésorcrie nationals.

i *
“Lo paiement du perpetuel ef owvert pour les : ss... h,
premiers mois: il fora fait 4 tous ceux qu feroa | a i
portears d'intcriptions aa grand livre. Celnt poor a tet
les rentes viegeres, eft de huit mois ai jour tes

Yannée 1793, viens Byle. i



$4 hv: pour fix wots, ¢ 208 fi.

nent hewses de fois.

Roe oye

Ve

















eb
lu
at
te
.

be
ate
de



NATIONALE, ob Lit MONITEUR WMIVERSEL:

Le








UNe aod. Quintidi,



a

"

¢

Francfort, fe 24 décembye,
ct e ia 7 i ie :
Frangais sont vatiagn’e Te '
Hie de Weifloian , et ast -obligé Ids piduets atle-
audside fe replicr Gans les fleches’; les fefillades
pefrequentese ©
7 “Pimpératrice de Ruflie ‘a fait aduoncer Ala conr
"Ge Manich qo’ella, pererettait Pimportation dans
faq Rents des marchandifes frabriquées dans les poffel-
fons de Pélectenr palativ, hl oe We
Ls cour. de ‘Vienne ot un graad nombre dé fes
co-Etats ayunt inyité celle de Beriia a fe faite mé-
8 upteecde! la pdix y cette derhicie a’répondn: gue
poo Spade Wehe tell comhance j elle allast employer
yl ‘yous bes tioyens.qtit dépendent Pelle pour -preburor
; paix AT Empire, ¢t pour onvrir en mime tems,
na fil eR: poflible , “Tes “pies d'ume pacification ge-
ines oe get -

OANGDLETERRE .

o Londres » th décembre.



5a
fa




























rivadue dead aovemb: e, Pamiral Hows tenait
ars-da mer 3-il croifaitventre Pembaqachire “de
anche - ct da laduttle-da Brel, pour affurer
Pativee d s flattes nearchaydes. de JCadix 5 de Lis-
“honge et @Oporro , convoydes par pluficurs vailleans
egoerge, dont qdelqnes-ans edt de fortes fommes
HAE eG PO Pe
ve Rate. protecizice eft rentrée 4 Spishead, le
o novembre, fans avoir rencontre, dans fa ervi-
“Beye: ancone,.efeadre fraugaife. Mais le gonvoi. de
UMédicerreande pnieft wacore ‘parvenn' qu'en partie
poru-de fa -Gtahde-Bretagne, des vents
Psyant cifparte a Feattés! do canai.
Ln frégate {a Cireé eft allée charcher en OR
due €Vorck. Ow croit quil ne commander’ pins
chi Gontingat , ct que, pour le dédeommager
je confoler de’ taperte’de co eommandement ,
on lui jdonneta “geld, Hes tronpes de Wintériear.
Ce @wiliy ade certain, o’eh quetes ofpérances
“dp pais e'evanquillent. de jour en jour. Le wiviRure
entd@erdonner la levég de plufieuré nouvgaux régi~
oh em, ec Pose pe dus: préparaufs pour'id poarfuiie
Mele guette. : og











yt

o4.On avait’ comptS que le parlament rentrant 12
C99 woverbre., fixerait Piacertiede du public tur cet



Mais on satrend a te voir encore prorogé

obje:
t au 22 janvive ,’ compe celui. d'Irlande Pa été

juigy





afgu'au 29 du mdnve mois

~ VM pareit x d'apras des lettres de difffrons ports
“oy eT Amarique tiaatalonale et feptentrionale , et méare
cay gpeigies, pieflages’de Ja gazette d'Antigea, que. les
é ‘rangais {out parvenus aA répvendre la Guadeloupe~
Ey pistite arthie du.gévéral Grahai@ retomn+ en An-
leterre tails aux congitions done plus fervir conise
WFrakce, 0 oe é







Ow yepaxlé ancdte: dune defconte fir les cétes
de ‘Frasce § dont da cpwduite fevait confice av lord
-° Moyias Ov ‘pretend: méme eque le dec d’Yorck a
ve “Ue uappelé pot. te ‘goufalrer far les aneyeus de
o fate pallar ‘dircevenient & Jerfey: les traupes em-
i ployegs? fet te Continents elles teraient cabarquéss
A A Memgl, pace que Tes Hollandais
mébtenteas ,-ne foullyivaient pas








@ Ambon et
FOgid on Nong fore n
- glellos Ie fugent & Hélvoleta Stuys. Néanmuins ce







pln donnégcamme Mauvrsce dw feerétdire d’Etat
(ot de Matériege y/ lyadham', ne trouve pas grande
“) - eroyance sax: mba, qavdn ‘n’eft pas fort difpefé a
wh : Aoire ‘anx: 50,000 Raffles gue lq misiltere affure
“Mevofr, tere -enige yés'tocctlamment fur'les bords-du
r tenforcer ti coalition. © g

YRhi pot





|, On attend avee impaticnce des nouvelles de
PAwcrica ,vailfeau de "74 canons; charge de plus

(1 @8 900,000'livres Nerling cn ‘efpeces, dout-6n na.

>> pis cuiendu

wer

sO parler depuiale s6 novembre, ¢poque
-O8 iL avant ete eperon 4 la hauieus du Cap-Lcfard ¢
on fe Hate’ qu'il’ sara dirigeé {4 marche vers J'Ir-
hindes 5, a ; -
eee eT ere ; ee 2 - -

, ae Lifue du proces de Thomas Hardy et-de Johne
ey erac-Troke sn pronier tie benecofe 4 BM. Thel-

ba ae le dermicr des acct:fés ioapliqués dans la-mépie

"eS, Creh tneore le célebre Exskiite qui ef charge de.
ee a défeutey, et parmijes juris , ily ena fix de ccur
pM out abfous Thoniat Hardy.

3 ths

i 4
i

i: we fe PAY 8. BAS oy

é

. o wet
oe BG Bi uxelles , 1¢:$ mEvOS bs
ty 6 : sae % wa a tee oe t 8
4 Henne de Bonn que lerepréfentant da Peuple
fSUNIRE A MAME Les sGifferend captosncmens de lat



3 ee ire a

Nivise., Can 3 de lq République Frangaise ,

rye

14 a0 foir, Te



5 # . : ° . ’
. « ie eo. . ;
4 be 4

: ew ‘
’ + Pe







une eh indivisible, (a qJanvier 179b0h

nk ntl be asin ginian ete inhale



nde de, Sambre ot Meufe | eta parlé ginfi/a la gar-
nifon de Bonn: apiés Pavoig paffée en revue :
99 Géaérétix, défenfeurs de la, Patric » yous yeus:
. -mMonviierez ‘dans! ct pays dignes. de ‘vos ‘aétions’
hérciques, ‘digues de Vetre. propre gloire, Vous
Proavercs “au Penple ,° aux yeux duqnel on vous as.
pstats coinme “dos: brigands ‘et, ‘des canuibales, que
les ueépublicaing fiangais, four moins-des conquérans
que dcs amis er des * libérateursy Vous wajunterce
pas foi a ces fauatbiaits de paix. que ‘repandenc |
| hos enuémis valucus, pour efihainer ‘motre male.
COUraGe, , ae Coke Ss AE
fa République Frangaife ne’ receord -patat la paix
| des iyrane j elle later dicters , apiés les avoir. réquits
af impdifiance de lui faire la guerre. ss
f . a ren my

déclarer jamais maintenant que le danger ef pad,” one
hous pouvyors le dire: nous: dépenfons pat mois ;
11 millions en’ numéraive, tone reflait plos dana

le tréfor pubHeque 606,000 liv, en efpeces. Depuis ¢

-vons aves malhenroufenient décrete qite le commerce

ferait fait par te gouvernement ; eh bien! la Come
miffion qui én a é1¢ chareée n'd pas donné d'phjets |
de luxe eu échauge des. chofes de premicre’ necetité
quelle recevait gil a ‘falla que cet éecharge fat fig
savec du puniéraire forti du. wéfor public. $i nous.
voulgny dejourdhpi que ‘les particutiers faffent le
‘commerce, il fut teur eu fournir Je moyen. 1 ne
penvent pas bifrir a Tétranger les produits de nos mas
nufactufed:, puifqu’elles qat éré détruitas par les evé~ %
‘Wemeus, @t qua peine pourors vous fuflite A nos
befoims : il faut -denc y fuppléer en permetran’
fexportstion du wiuiéraire. Le décret que vous revs












r SE Ne eg eter ee Ek A cet égard ne fera pas plus de mal’ que de ;
yy wage 3 Ci rehy . [ fyhéne quon fuit a. préfont; car, an Hea que ce i
{. GONVENTION NATIONALE. | Yoit ¥~ tréfor put qui exporte le vnméraire, ce

ferout les particuliers. Votre déeret au cbntealie’, :

ne peut qu'étre faverable.a la République; les com~

mergans font plo indndricex qué le gouvernement a.

ila Sus approyiliouneront wicuxquecalui-cis a as ;
On pe doit. pas ,ctaindre qua.ce déergt ‘fournifle: '

‘aux-émigrés plus Dargent qwils wen outs car quand

vous ne le rovtdrics. pas »/ Gés go'it ‘eft, permis dome ;

porter das objets de luxe, qui fot dun débil facile

clea Vetranger , ifs peuvent fe faire delargcut ct

ae - ‘Priside ce ds Bentabolte. tty ce

SUIeX DE LA RANGE DU LI NIVOSE.:

Duhem. fe déclare que d’xprésles développemens
comtenus davis le yapport , et ceux donués par. un
ces préopinans , je vote pout Pariche 3 mais je
crois ‘qu’en méme tems que. node le “décrétcrens j
nous devons'aufi déciéter les mefures que les Comités
HCUS ‘promettent ‘pour empécher que cette dilpoli.
tion , exigée par les circoullancées , me, tourne contre
la République. Quine? jours Vintervelle entre le
-décret qu'on nous propafe eujeurd’hai et les pré-
cvations qu'il uécefite , deunersient d Ja; malveil-
dance les moyens de faire fartir de-Franée, fans anenn
profit powr le, commerce 5 wne.grande ‘quantite ‘dor
et Wargeat.,’ ea ee: :

Vargent n'eft furement pas dans Tes mains des
marchands, et-censeci , tom. den cacher, en outtou-
jourd achete pour fournird iemrs dpésulations , et je:
connais a Lille des ‘gens qui; n’ayant rien au com-
mencement dela reve'ution, font'aujourd’ hui riches’
dun qillion, quis ont .gagné a. faire. paffer vde
argent a Pérranger. Ain Vargent’ n'eit pas chez
‘les négogians ytnais cbyen dans les mains des gros
“proprietaires , dey vighss, de ceux qui ont été. pour-
fvivis par les mouvecueps révelatiounaires, de cevx
qvon“sppelait arifecrates,, ct qui probalement le
font excore, Cod hommes ne font’ pas les meillenrs-
amis.de da révolution’, et-ils penutrout tid.cbien
prefer de article pour faire paler du numéraire
A lewis fils, leurs wevenx, leqss cogftas qui fe bat-
‘tent.contic'la Répabliques Ainfi note nous trouve

les vendaat. nee Coed oe :

Peut-dtre abafora-t-on de cette lois; mais quelle ms
eh celle dont on n’abise pad 2 Faut-il pour ne pas
sexpofer & quelqued. abus de la malveillance, que

ous movrrions de faim ?
Si nous dtions dans- des tems ordiusived, nons ne

MOUs Oceuperions pas de la fortieetde Is rentrée da

numéraire 5 mais duns les-citconflawces, difficiles ot

nous nous trouvons, il’ eft effeptiel de puratice des,

ptecaations. Nous ag vous propoferone pas.de don-

ner des acquits 4 caption ; car avec wh. @equit &

eaution fear 3000 liveas, O& en pent faire paler § *

fixjad Visranger, mais je crois.qa'il ferait bon. d’sre

donuge que tous ceux’ qui owt da numeéraire, dont

ils voudrent commeica , ‘le dépoferout au uéfor’

pablic./ba, dans les caitfes du didriet, et quot

tear danyera“une traite’ fur Pétranger., que ta ,o%~

foresie acquitiérs du monsent of celui-ci- spportera

des denrées de premiere néceffiré. Jo crois, am fare

plus, qve veug ne devez pas-vous refuler dadopter.

le principe que ,je vous fe déclue, neds ue vous

propotions. qu’ea tramblaut. Ja demande que Lare

aicle foie decrére , at que vos Comites vous pré-

rfentsat, dons deux jours, les acfares di prendre, daps

rons fas fubliances [fans metal pour on acheter , belguiaias SE EINE eR its mieyans que Ie liertg ‘

et jo he fais pas.ce qu'il on pourra arriver’ alors: | *# yee ne défand pas; et qu ie bien de PBtae

‘Je crvis donc qu'il fsudvait ex ger ya cautionnement | COM MAA. , :

fotide , en, biens fonds par ‘exemple , qui affuiera. Boiffieux. Je ereis qu'on, gésera encore le coma ‘

Ja rentrte de Ja fomse tortie 3,0u bien il ne faut} mérea,- en ordonnant te ‘depdt de nuudérafie au

déeréter cet article qi apres tags ‘les autres., afin f difiriet. G'eh abtolumeut la céme chef que’ de

que jufqucs-1a tes. Comités aieat te tems do: eon-"f fyrtiy deolergant eu des qaarchandifes : alat il Be,

eerter jes mefures quils {fe propofent de uous) laut“pas metic a letenie do lua, plus Ventraves

oflvir. . i .* J guen-men met a celle tleg auires.

1

a fe

‘ 4's A ee n a, 2
Johannot. Les Comités venus propoferon: fnremant | - Ehrmann

: Wy a far ta Prontiere da dépattemeat
fe cautionnemenst dont parle Bubera.

Us ont peufét du Bas'Rhin ‘use foire célabre', dans lJaquelic nog











fque, Paprds les principes de vraie libertg que vous | bons voilias dépriwcnt les alliguats fins le vonloir 5 ‘
avez proclamés tous les jours, vous ue pouvieztous | ta yaifou ef, quwil uy a pas “de matieres Pechasge. s
s * - * 1, 84 bs ve . e foe . . t :
adifpetifer de permetirée Pexportatien a¢ Vor et del Si vous décrétez cet articte fans le téplement , et :
“ mya ® r A 7 oe Tons Se as -
Vargest. D'aillanrs-, nous épreuvons des befoins de } avec Je mot de chofes de premitre ndcoffité, oe qui,
tous les genres, et les objets Wexportation dimi- ‘elk trés-Vague, ‘vous allig avertir tour les agioteuss bn
tnucnt chayue jour. H fout done faire fortir des caves, Wachter en deffons main, nos «Mpnate aux étrans
pour ayeir du paia ct deg vétemeas en abondance , gers 5 ils en-ferdnt ud comiserce infige sau lien 4
cer or qai eft culovi, L’er-ne fait péinela richefle qu'on déorétant Vaiticle avec ce rélement,*vdus
‘des Kas, ce font leg niauafactyres, Si aa marchand| éyiter. cette perte. Ua de mes collegues th’aflure
uchete ches Pétrauger pour la valeur @up million de que depuis Jong-tems cela fe ‘pratique ‘A Sare
matictes pregpieres qu'il travaiile enfuite y et gat lui uence. . : : Teg tet
Japportent deux rillions en les exporsant joa] fait : ro . Pemd PSR Oo ae
‘une chofe utile 4 fom pays, it Penrichit plus que} © Richoux del Eure. Ut eft prouvé que le gouvernement
celai ga? m'y-sppoite que de Vor. Je craig. qu'on [ck Tyfulifaut pour le commerce; “ne limitons doue
‘peut toujours décréter Particle j le Comités préfon- f pas lindnitrie publiqne. Side céut million’ en ucmee
F teront les mefures és inceflammenat, ct ia loi ge} raire gui forurant dé la France, la malveillance ve
fera pas publiee avant ce tems, © permet pas ag ee rentre pis de ctequaate sco fera
o vied} rp cet Loufours parerie domme que vetsnurons parude a
Bitard. J¢ erois auffi qu'on pent ads: & prefent joes RS Nee es § Baeuce pour
as PNA ae art ee fe cocdamerce, en la felaut fortir des coves ott elle était
déeréter Varnele, eb. fixant umserme avant lequel entation .. wn Gar abe . oe .
ik ee pourra pas avoir feb exétution 3 avant gue ci Peeps os ‘ pect iene
Hee. qesiitre panavull fonreaceanuus fi tees La mefure que propofe Cambon de faire dépofer ©. '
ternie fojrexpird y les Coniinds anront pee enié leurs ? Var - : 5 d ae *
: Mba me ay ye rie ( argent dans le-tréfur public qui acquitterait Jes”
vues, furies preéautions'd prendre. aos ; ela 1, a fears Le
i a 6 po oo +, pteaites données aus é:rangais, tuppote’ cue ceux-ci
Gsnbon, Le numéraire nen aok yeux ‘de tons cove | nons’ perméttront d'importer dears maichindites ‘
qui favoit biew Papprécter, quae mdtal beducoup.} avant Mea avoir 1egu tc puirmont; je we erois pag.
mois utile 2 fa docieté que te bla er-les, antres: que la condwite de lutecien “‘geuvergemens puilfe leuk’ Sid,
choles de premiere néecihté. L'ABembite Tepib ative dovuer affez de: coufisncs en Hons’ pout gwilk ie oe
on prohiba ta fortie , pour empéchet-gu'oaue four. | prétent a ces arrangemens. Ll ve fant ‘poist den |
wit des miojens aut émiprés ames ‘coutre Hous ; | irives, laiffons Ja pluy grande Mberte an. come
ts 5 % a : eee pee 4 " . 2 yok - oe . i a 5
mais ceite melure fur illufoire , cat omne défeudit | merce ef neds en fentirons bientéc les ‘betiteux 3
\pas en méme terns ta fortig des deurées ct marchan-'| effetss 8 ee 12 7 ®
ifes 5 de forte qu’ow emporta toutes les chofes dant Bot eats ee Peet oh Ya ot
difes 5 de Te heaqu ou pet tay oe re ae Joharnot. Pasopte Vamendementde Cambor. Dick. |
nous avions bédoins et Jes-émigred jeu Jes yendanty |. 4 d les Comité ve seh a
AYRES ESOL fate iia: fai a tesopen de tems, les Comités vous propoferont jes
wouverdae Vargent ques empéchait de leut faire mefures dé réglements je pesde qn’oo pent ad :
: . af ua » A | : as 3 ie oe + . 3 ‘
paler, Ainfi nos eoneinis enrent tajours tes memes | py. ice parce quil oe aes ‘io tite : 66 té ee
. : Bek s x I
rsfleurces, ct mdus,, nous fines privés das choles ae ceninta? ne ae " fa Pp wecuLe avant
dont néwy avions fe plis.befola., -*: fs ihe pOnE eS htt od
i ms ; ‘* : 2 : . oak J . : :; 3 oa
Lorfene’ nots vous propofames -de décréter que |: article VIE eft adopté ain qu'il {uit
Ro, q 3 : Es ae ; . pe Oo 2 fon, gt * ee ae ee. “ aoe »% a, z
fea trguyes.cefersient @éte payies ew crucut sneus | "VIG H cf perais av: ertoyend qui cont duaumé-. :
avious un mouf bisa puiifant que uows u’oldiaes pas frame, de Vexporter ya dacharge den faire teniter d
a = VRP. Pea GH. oxic Pat hafta ate © eats ae
: ; fot, ce pg dhe ee ay
Log ih yo : : t ;
: { : 1 : t, is
tee eee he ‘ Fa ae
i ‘ a, Nee, 2 f il
é . oe ‘ i \ eae
ms : , { ‘i ‘ * re
: 5 %
‘ : Rok : 4 ‘ oa
t ey
* k ~@ K f
A ‘e
rod os i 3 , : % : j











he Spiked wile en ‘abjete de “prefalere atceffid.
‘Yes Comités de faluy public, des finances gt de com-
metee réusis , propoferont dans deux: jours. dea}
‘ -cagelogabeetiee pour régler le mode de~atsy
Sxportations, déigher, les objets é importer, eb
-prevenic les abus aa fpperetent ‘wintredtite: weet
, gard. ee ee 3 :





‘

oe xeel & 4
. ot Ihe ripperteur lit Particle ValE, sink cong: atl

3) L'acte- de navigation ~eh (provifoirement ful’
endu jufqu’d ce que ies Comités de maring ot de-eom-
metce, ayent préfenié leurs vues fyurdes moyens: 4
employer pour reudre ie plas certaine tt
plus utile. dy yy A :

‘Mares. fe demande: Je ren oi ‘de’ tout. cet article ,:
nou-feulement aux Comités de marine et ‘de eons-
meres, ‘mais emcore a evloi de fslut publi» et!

vaict les motifs de mow opinion. ss
oh On vous propole de fufpendre, ¢ e’efl-\- Ses: de
BY ae eiffer- cyoire qe vous pourrez ua jour cofifentir a
: oe révoquer Pacte le plus foblime de votre légiflation
+ guasitimie et eommerciale , Vacte “conflimionnel de
‘wotre commerce , la feconde eafieetas de notre
immortel e République.
Jene fais pas étouné , Citoyens , qae le. rappor-
tour de vos Comités ait reada, queique juftice: a
Howe acte de navigation. Le rapportent et.ies Go-
mités font trop fages , rep éclairés, pour n Pavoir pas
appracié Pimpostnce du décret icélebre dont ils
propofeat aujourd’ hai de fufp endre execution, Ce
fers eependant sea éiro fateaé ane idée bieu im-
pavfaite, que de penter qvil a été decrété pat
", yous, dana’le tems le plus. opportu, celled dite ,
an milieu da la guerre que nous fou:enons. contre
les principales puflances, mar: Liuees de iEmope. 4
et fustoat contre FAngicterre , ga “bia, gié,.dis-je ,
décréeé on fein dé. ces grands Grages politi iquus, que

. pour accroitre, Je uaubre de wey matzlots.

C’ch on avantage bien précit<, fans doute, que
de pouvorr Sngoeatee notre popniadon warilime.
Mais cet avanage n’eh quan des cflers, in¢yitables

ui doivent réf ter de, td proclamation. et du main- }
tien dé notre adie de mayieation ; il doit auffi avg-
menter le nombre dé nés ‘bitimens, raviver -et faire
profpérer tontes les: branches de notre iadufrie ,°
de notre commerce ct de wotre agriculture, accrelire
én tout genre tous nos meyens de prodperite: pr.
bane et particulierc.

On il me foit permis, Gltoyens y de -voud rap-
peier a ‘cet égard quelques-uus, des fais ct doy.e ate
gals que. je mis fous ves yeux le 3 juilien 1793 ,
shit flyle. forfyue je vous fis A cette trivuse fe
“premier teppore | tur. hit fe navi gation, que vous
qvia décrété: ae mois de vemtraisnc fulvants

¢ vous difais que eel dans le fyficine commercial
de VAagleter: re, dans le fyfémg comatere jak te plas
favamament @o-biad de route Vénrope, qre was Z
avions puilé cétre Idee qui était due ag génte
Gronwel,- es que Gharies HL maintiat et gor ae
de tout eae poaven » Taalgve la haine qu “il deyait
potter aw weuririos de fou pete,,

Je vous did-is que lorfque le parlement de Gverd
dégaréty Pacte de navigation en 1651, le commerce:
maritisic de Ane gleieste ne fe fefait qu avec GO wille
teanermx dé jaus erg) $e qu’ oR roots dew fiécie
et demi, cf d-dire, vers 1799, ce commerce com-
_peealt Soo mille tonneaux do tramfport; avantage:
"ai explique lui feat que ta profyérite de la Grup de-
“Brettena 8 “était accrue, fous tous les tapports in-
duftriels ek eommerciaux , daus da proportion de fes
tranfsctisns maritimes.

_ Je vous difsis qu’ Pépoqee de mou rapport ,.

Tage de ‘notre marine commergante étair, fante,
- Aun acte. de navigation frangtife , das une pesurle 4
oua_un zppannifemest prefque , femblable a coli
oo fe lrouvait: la maring commergante de VAugle-
torre y Tusfgae Giomwel edngut yout ad coup leprujor
vrilibentfublime de fon fameux acte de¢ Ravigation 4
QUe- d'apres les rolevés xecueillis par le miniflere
de Viuedrione, et. préfentés a fa, Convention, gu
wacie: de décembre 1792, vieur fylo val veh
tait que Ig pavillon | frangais na seal tokicé, que
peur un pen plus oe deux dixiewes pans Coufembie
dew ‘traatperts maitimes de'tons' nos échanges avec





ricains} pendant, und année moyenne ‘de, 1757.4

a
4

PSE

.

wi. dea, autres Pouples. somite, chy

fabQanticlle et la:
quaritiiae , par codpiduce de neyigation iutermé.< iaire ’
qui rétltaie chex pous, &u feul prot: wes Chau}
_ gets, du délaut Waa acte de navigation famb! able}
a celui d’Avglaterve, agte qui. eit concentra. contre
mons et-tes. CORE) CARS do teisy ow telle Nation ,
avec laquelle nous: aurions feit nes échanges
tous lee produits de mes tranfastions réeiprogues.
J ajeute que Pexpéricuce de plus Wave guna,

wous aves ott le cuurage de. praadve, da proctamast y
Paste de navigation; que
at mewires aves letquehes yous :
Pauvetenix et daccreiire toutes. vos relations #ems ©
tasicdales, oat appluaidi ice ‘decret » pates qa" “elles
y ont vu le gnge le. pins certain de tai coutinuire }

a



ft

promet
‘pilement a

pécher le rendre’ howimige 2 ec grand acte poll-.

fobferve que! le

‘vigation ; eek
gals, fetes ponr ‘glen ode Bordeatx aw Lavic »

"que cil pour cette

- batiwens emietnis “ “paralleke
garniffent nos cotes d'une extrémitd de la Frayce mae
‘sitime &Vantre 2 Toutes hos mwers fout-el

-eeut d'affuyance, d'un bisiment fiysigais hae de

gation. jutéricure’, tgndis guy le meme prix, ferait!

‘ja Jamal que ; egies a pene feiue A di: c-fept pous
E CEs ‘

Pyren tres , qui’ ue cour ent i dans ce monrent plus de

pear y apporter fous la guaruie da devit des gens’

lgs Levauilne, Jes’ Barourofgurs ut les Augie: Amé- Pete isipecanent leur {ouree alileurs. © que dans

1789 auGvewm eet: 3 tandis que ie _payillea aniylais | Rete de ra Agation. qe peule, avhi quily beuveat ive
avail para poar quaire disiewes dans ces: ‘anf Caton fans récauenn a La fulpenfion prog. oléc 4 duals

et que es quatre idixiewes reflans étaient cosine Les wiltured a prendic & cetegard y. sacriient |
devonue le partage dea Holtiudaie, dea Blpognéls 4} cétce wteement examinees par'ves Comiics , n=}

‘qi'sing HOO8 Ptammene par eclnide falat public
“guions dévarés, dans fa partre cpout-éoe Is plaad ps o:ofiion de: senveyor le satalité del

lus productive dy notre comimared projet de cécter & vos trols Conités réwuis,

rf

aa fait que. con tiiaar ta. fugafie : de la. misfire que ? -

‘ouces pwilauces alliges «
aves tant Pimedede ! fes, efiyits, Levsit peuteéuc duligeretnn dag le ayo.

4

ros" set ale Paygiavneation de tous les. avanteges is ese ‘



votre, dienes go quia Philedeites pried

edt egard de® fayshani
qué jufgn's da boar

ieie Ja meine. eguivegee 3s, et.
ide Léndies ona’ pu & eine

tique ,tialgié tour ge quill ea. devait pélalter” peer
Vebsiffemenut’ Fora, de ha fortune | ‘commjorciale
RAngleterre,- ny

“Je ravieus tsi



ip



ifenant au fowd de ta qhetlian’ ver
feal - motif’ ‘quigh ‘yn et Jet savant
pour propoler: Is. falpeafion de’ sotre “ecte de na-,
quit: rélulte: de fon caccption un
prejudice: ‘potable pour te comwmerde raatitime. {a-
tiowal; puilque | de affurances “des Aadmeps: fraue



codtent: viugiefepe! pour -ecnt tandis gue cues
des: ka alinsens wwentres he cofitent, dans le adie cas,

* .

Mais d'abord je dis que pai ‘quelqies ra‘fons de
dauterde Mexuttinnde de ces calcnly. Pods, 20s
ports font-ils tone bloqaés? Yo aesid uite chaise dé
dctoug les forts qt




tes éotivertes
jae. flottus.,. -Weleadres’ ennemies » pourt rendi¢ la
’ coqimnnaventtigt® Wan. port de, France ‘4 Vantre ,
tellement .ditiicite , quilen ‘coult yingt“! ept pour

Sordeacxan Havre | , eel-d-dire , ‘pour notre navi-,

di peiac ddiaiffible pour Ja >mavigation an long
cours 3 tanuli’s que, daus ce monreut, les affus|
rances.de baddiéns auglais , fidtis & Landiss paut

! Mais jadmets le calsat annoveg- ponr les pati-
mens Evaginis.: Commeut: artivg-t- i] qrie les batimens

rilyues de mer ay’en “pieine piix., eb. qui’ Ors
sallureut otdingitement. 4 un ou un ét demi Bot
cout, ne puifieat saffurcr ayjousd ‘hui: qu’ cing
peur cei ?: Te. dis Pines comment, fe faie- il, b
notre acte de ntvigaiton eH bien’ éht eivé, Comment
fo ‘feit-il que. jes mavires. veutees COUCCU! Cr ste ay

*

hi

trandport tmaritiue denos denrévs, de“ Ras pepe

vibonuemens Cun porte F France a Pantie, fous la]
pretreuon de® Pac tories na tas a et ? Je re ce tgois
ea Acetle alertion. EH a ude eréur. Les aavires:

Beutres Feéquentent figs dowte AYOs porte § mais ofl

jes production de tos anis ct dé nos ailitse

Sufpendez voure acte de fiavigstign , vous rendea
fous -ces navires faifilables 5 vous fouraiflez 4 Parsi-
santé do Louder “6 be prétexte de falre je -¢.r bonnes
prifes tous esc Svires newlies atte les Avrpiitts yer
coutterast charges @ la hauveur de nos ports yous
pertez Patieinte fa plus funefte'a votre cré- t.dans
Patran Ber y dla bor ie bariaoitie ques vous dehrez
entrettniiaved tances Tes puiftances neutses ti alltees
filpendsca votre ggie-de tavig son | + vous gjpoutes ,
a (as les ineanvénl: Ug majeur qui. ae retulté de
plutiesrs de ves lois antériures tur de fait de da
ueutralite’’ {uipes wea votre acte de navigation et
yous annuousca 3 touies les puislances anyics « dour
la profpérits doit troliver fea’ pane: pel fondement
dans la votre, que-vous défefperes Mhyesilier Por-
geeil de VA: gleierte y dé ineiievan tein mr des
politac qa "eite & exereé jolqu’s prefent dor toutes
les merg,. de riduire eufin a de julles boines ej
comneree cbélodal cul menaguit de yuhir toutes les
yiswlactions commereitles ile 1 Euvopen

Je ne dirai plus qian inet ¢ LesAuglais, qui sen
‘tendent bist auth en matiere de’ doin: weres , wont
jarwais fudpendu four ucts de navigation.’ Oa rene
clrera pas ‘dé bill qui a que elquetois pronuncd cette
faipeulton 5 mals la patare des chofes midine Pune
véceflaivement® pendavila guctie. Lacce dé neviae
ion cit alors fnlpeady de fait chez! eUX 3 coainic it
He: peat manquer deTittre chea nous. Tous ce nx,gni
connaiffemt Jes ufages oblervés de tous lea teme- ne
les bétimens. deutres mavigant aw milieu des Natives }
en gadtre , lentent parfaitemeut lg: pofitbilits , fa |
wéceiite- méme d'une pareile fulpestion,

je penfe dewe que f les inconvenieis “dont old
nous a parlé ponr slo commerce’ de Franée i, tout
Pace a la’ eoutinwite 3

At enerutign de “note

iv répete way
Vaiuche de





ee, Forannal. Teutce” que vient de’ dire ‘le priop se
aaut, euucermant | Pocte: vidi: navigation * eonk wnne ce f-
Ii dit te Gowste eu fa fayeurg aiats de Gorire |
penié qe ¥ avait peurdire, “ae Visconvénient
leomeinieuir peudant tout fe tems qee durcra
Ja grterne; PAugleterse qh Este lea. avantages que:
Plui denne fn acig do navigation , n'y folperdi as
masias Tes celfets quand elle eft en girerres Voue Co.
SMaire & pen: it gue Parte de Havigdiion y utile lads tous §
ley wappariss et que fa Prunes’ foutendia! detous

wap Sastime

foment xctuel 5 a ‘arlients il feia Pubtedice uecelstse
@en, revoir quelgnes witicless J" appuie le reuvei des
manihé par Mafee. ,

4

tee reuvei de Be article aulx commits cf | bared &
Pees i
\ . 4 : ae we

a

*

{a fatlsfaction publique sqft wanifeitée 4, eds terntes 2

Pe

de ba forse: armee

ta jultice- et la probird;





bde la confilcatiow. 4, “Baltes wtteution A Citoyets 5 que

fabs | les rapedt dans la ciaffe: des autres Ceduancierse Bee

=

out ape
ceredit da compre du Munig< auguel “ils, ont
ke
pattenn. : “seombt ;
Sf oun. houime des: Bouchredu- Rhdae * ;

ate me Oe




Le rappactent tit Pane 3 il. af
TX. La Goxvdntjon’ dationale: a
tis “dete ‘Répcbliqhe » a tows tess caraiand
aux olficiers civils et mii ant
faire: refpector« at. oblerees dens tontes: urs dif
tans, lea? tialtes: qui, tniffene ta, Franca. atx ee if
faces neutreg Ge Tincien sontinent 3 ot, aux ft
Unis de TaAmerique. Aveare| atteinte ne teva me *
a ces reaites cD outes difpobtious . qui ‘poutrsien ea
éire contrat es. s. lout aunulldes.” ue



















ajois “J tous, t
age "

ee

oi

tl dat. enluite r eivicle XX

an



_ iP? fa, ‘Citeyens » Youd aves, mis J Phrdee ae Jour”
eet id Ie moment den

prouver que Vous vou! tee bee y snainténiy & jemaig;:
Si Pistention - de ‘la. Conyection avait été de faire: a
nue loi filtate : je naurais- pas’ deniandé’ la Parola:
COR e: Particle que vous-el progelé s mis ‘couae.
PAGeimb lee aa veulu faire: ge abe lol jfte , - je trouve
ve Pariccle fguaiis ‘a da difeution contrarie touyeg |
‘les’ regles de la juffice et -trduse de Vhamanjté; ow,
fet, on vous ‘propole de dévlarer que les suits
des eniy: és. et ds tout individu freppd par. te lol:
font créanciers de PEtst exceptint ct pandas,
aréanciers. de ceux qui, étaient 4: tolvables 3 at épogue’









cet article’ frappe un grand nombre ode farnilles et
que , il eff. adapt 4 ; beaucoup &enfina Todt: tei
A la milgreeOu vous propott & de.déclarer dréaheign, » 1°
de PEtat hes eréanciers des: émigiés, he. Ory par:
cet article, vons ralgyez au nowbre-de ces apes:
ciers les fermmes qui anront leug dot. 4 reprendic,
vous les obliges de prendre ure Jnferption for Ip’:
grand livre y ce qu “elles ne penve at fhive fans eproaveg es
uve grande - perte. $i PintenGon de lacticla Gh de
‘sombourfer ce qui efi di aux tom ces set anne ane



je wai rien & dire 5 mals fi on les forge de prendre:
gtac anfetiption, fur be grand livre , je mogpofe
Particle. ° te a

Charlier Pelet eh farti de. te qe welt any cir pete
Taube me veut priver les finmes! ee lesenfans das
leurs diaits; ces diotes: font fterés yock Vey, Ba :
weut “di fenter el: cc, moment ui re ice quinett elite:
aus créanciets etd cet égard je troare. que Pare”
ticle p propole: elt trop crendu 5 a no veux BS quia
émigré infolvable paye fes dattes ane cepa che
la Republique. Je demande quit foit quis dans Tare? ©
che s que Etat. fe charge des cféances deg Saige <°
tt autres conds :maés., aug a concurs ence cde: laure
ems. *





Cambor. La quefiign qe. pens “tinligas th, phi aoe
importinte’, pudgpe cHe conseme , iuve paity le
ues Van taiiben de ¢} heavens fra ais y de'Taaire y.
as fikances de’ ta Répubsique; pea ja fisbilite: de. 4

ta réevointion, ‘
‘Cheqne jour vous evtendcz a ‘votre Bere: le
réclansstiows, des to Sheu aix peres! dss Faille: gai,
lennent vous ‘demaader ee! gol bebe eR. stb. tyra dee
tmsiarés ; des dépertés) ov par das hoe hines tombe;
fous te glaive detla leis vows: envy ep ioutes® coh,
iéCianvations Xouutie Caan te dex finanecs 4, On lak. ee
ree smudandant de fives jegell widest for “rappost« =
sent re Trecak “ yors ibetiag (C2 wil ¥, 4 de.
seria, Cel guedes reeds Gil reint ds eprouyent
les plus npait: be fois. ‘ 5 pee the
Tl et smpeteble 2 vette Comivé sega wba
defy que .0ds a.ez, fi fouvent -

ta liquidation ét de aacut a vee
feiiidas, A vous ne rajoxmek we
faileg: 1793 opt osualle Vo ts a8
Wve pacratt les 1 eannnes des" ewig és
au goudanués “july ‘wd CON SUPER. ft

ti













au







pe at



o
f

@ht tadfe.
Veus wove que’ ‘eatte.
work fit,

difpolicon - ch “ Bathael-
le lp pigopiuant 5 ; aint Baw



la piopoli: ou gles

Pvous pert! ‘ice Gaus cute opinion ‘ vans ay “atinien ied: ae, a
ikecnéter. § : og. rm
Les Comités tania vous, propotent hee décor MB as tte

erenaees | ‘alles “pat. les bani
ndamn€s j - ey cueeprant elles ; i
slostles , fetquelles oa. > oy
concuriened de {

aetted utionales les
grés, départés on ex
des porfanues qui ‘eraidnt tot
dovrent étve ‘payses que jeiqua |














Vac Jaifé, . ee mi
Gette meture agcéifvera la liqeldation des eréate . fe
cieve gui font- on Houllrauce; il me fall dee “fe
démovirer : deg fembarits gu apieatsd Fexéoution ae hed Oe
2 lok du utgis te juiltet 1793) pouiwous couvdine 8 te
cre dé la, négeliite qa va de jarelormiets: sof ond ‘ ele
* Eung pay auatiles “ergastciays des pemurgeés que hot a a
fqwd cengrecrice dea cbiens: gv ils ant ‘oil 8 i =
és obliges de tenic mt coinpte, fspare de. tks CM ye:
pet ow palit de chayjtie eunige € y de Hs relulte, pee ag: a
gation de vendre Leparemert at fas mélange fe: me i
meubles ot effert ; deol des longneucs dot oF foe
lait dons ta ves®é du adobiliers “ie td des fries :

Be
oy ere ‘de, wulligt oa avsoibont ut
SIUC otha prtslne dt Pues:t : i ao
te q's ¢ cult C3

‘
aRe

H gaido et tes f
gande p
Srila Naan a betoin

per emigtes ih facet ae ‘ells js
gpcabtee

eH suiow sitieuliese pout eS, i
v w





i Hf eur {et Wh

i pull
tee jur fon

os tp-gltive deta lui Parle,
ou hijou , ib Pyar’ ave la neta {tis
cOsipte daug te, clict- bau d



why

e lop di ire ot
Cr an

o%




























we, . be og ’

wos bare os “vous! elter. cee! “exemiples que je
iy eg ils. doivent. vous’ faire fentiy
at des vabBacles qe, ait. entratier
ipeabitie, ace ie, erals Junpolite










ag lee ‘ding qui, ont rhe de ah:
rik Keuré, eb: faillize - fayeut que lorfqu’ Gu th
slit @avoir, “‘rocours, 4ane: ditribution Porere |
ie eek ints., on; Atrend des annéés entigres pour
; H, aces. ea ang uiile ; wee. on oprouve odes, fists.
ables, qui ablarbent une, grande, pattie de







ae de’ ‘getanciess 5 car efle dott at foire une pour

ia is déporte: ou condamué.s il faut’ qn rélle
ta ay Feet uvec.unyniiflion, de porfonnes ditlés
- genteeg et ae eg Menge ay “koupte sagen? fshague t











lotiess tenir uw “conpte me de
¢ émigré , déperte » weed mais if
3 créancieng de méme émigré,
de diRvice, 5 Vons “avez



iF’ dese
ee rénnit’t
= ant an. _méme cha leu
cdu deitior domicile de Pémigré ;snsis comme
ye que: les Lives: font , fouvett Grwds das

vg itfane reunir dans ce, pent todt le
eleny. acl, pour ‘le eomp: her avec leur







: “al ’: ‘all: ‘ sibel reavan ieindeg: des" mefares «
- eo qe un-créancier wou cer fliteus on mealvcillan
aval pas‘le: gemboufeaent te ious les autics,
* gould atc dene -fixé.un délai dans lequel / four devait-


















et ce delat ay aivé , @u étuit déihus de tont

; 4
f

eounaitie Pobjet ‘qwon ;cherches

font dinigrés ou out dé deportes, du condamués,






e Pp
‘faunas thas nowbie-a votre, Come des fiyances
déchéaitees: eticourues. :



rd
{itishuire aNcus créaueied 5 car, en ne



dever kéglor Borde ‘das créanciers, af “e ud pas
“favorifar v da cbiropraphthy au’ Abecauu dan hy poe
elitale. ae a ua

Jé'le répete, ‘parece que j ‘an Luis perfuadé , Pexd-
adion decreteec impothble 5 ‘ et tat que vous
“Uiideres’ fublithes te dearct du mois de joiiler1793,
defie'que ta Viquidation ioit terminéeuans So ans +4
fees. aciucllement: Quelles véctumations vous éprou-
“wated de lq part des ercanciors malheuicux 2 gui
arent Pawires. reffources que ee qui Jedr.cH flepi-,
: Tieden ai -
de un ai pas Befoin do vous peindre la fiuation des
ee kteatcicks wiagers , » de cps anciens domel=

iM

fournitleurs, ‘de ces fomaies poalbeu-













quixéclawent ce qui-leut eft dégitimement” ai
pee Gmigia. Méporté ouconduané , et qui 1 apres
wtb dis: ping ‘a et des fatignes,. obticaneat pour
mle “repoute +
Bigur a. laige dis: bien JUfqwe concurrence de fes eetles ,
s a gue vOut als en Fang utile pour les recevoire Ces
« appafes qui’ dérivent aan priticipe adopré , doivest
Methirement: five beaucoup des incconteds , et
; valtéieg la eoukance . nécoflaire aux auaiuif
ao teatenré, ©
ae fain que ta, difpoftioa - qui vous oft _propofée
< BE vo8, Comites , oliré gncore des difficaltés , elle
ie ee méme’ softer quelques millions & La Répu-
Hque 5 cialis eneore: vantdl miewz que la Nauon
manque a gepucy quelques: dommes plutdt que de
Walter e6: de fre shourte de faim wn nowibre infui
* de faanitientc ‘qui four reftecs fidelles , et ‘qui out meme
Hs pba pour ls defente: de Ja liborte.
i «Vai VOU montres4 towjours vigides envers les
MUG, MGid vous ferez juties envers.ceux quin’ont
touts A ie reprocher que davois contin ccs
luor Partie, ©





woy













lioniy de

py be Priusipy quivous clt propofe actlivers la ie
’ «cfdaion, tandis: que celul. adopte~ parla lei de
pein 1793, la ferait trainer ca louguew. Ou
/ : /Reteitntge dire qo'clla. ne feraitj jeraaia lerminice 3
- “ing nee les. frais des commis et dea bu-
iat, or ehitaluerait, vant a. Payis gue dane les
ya PReocann eft Aeuteux fi ce§ frais wexgédleraient
_tervunt, mie qe au (ctos tale trouver ch ky ‘con-
oe pourrait crsindyo.
teens waklarballent Pa:t
a + Seth es ‘preckuitous comtie cet. jabuts te deia
; fey e tons dberétcres Je modé de iiytddation gine

Bs ae Bay “Birea |
aa décitte er is dir : nai
es vilbles, ier hea titres gee woul recut

qae des faux: tittes de
Ede sy éwii grés pil faadta

a,
it Men rt lophiang t yata'¢ craks oe qu’cn a distte

dé £ é '

athveue’ diaveit

: ye ed Q! pris. ‘te princige: déeré-é é, i faut que
h ‘Nation prouede cy cent “aja tte dfvibutions Mors.




Cormences par prouver que valre dé.






‘

fire ongeg? iver an chef fieu de diflsict , les titres dé} la Re, slay jue. . ;

2 ‘opigy |
“Pour pidventé- tous les eréancicts., : vons Aven. étd) Pénidre dot. vets ttecz “pay¢ des drttes . fans
* gbliges. de. futve imprimmer Tes Utkes fi volumineute 8 ftenir up compte Pparé , ne _peurra plus précadie
et es, émigrés',, AMéportés ct coudatnucy # queen Vous a ba reat dans fes, biens.

dihibuces’,. et dans Jefquciles ii ch fi. dilfiuile de Ke
slams lesbiens des éu sigs ; vons acedléres leas vote ,
‘Beabeoup, ‘de citoyens fachant qvelgut débitears &t vous donnez du cradh fet allignats, oh

vu
ral



bien Appartenang a fa République, » ot deur domnevait
ae val. ur trésscoufidsiable. * ey

a

ré{ulians. de Ly liquiditiod, actuelloment adoptée,
Yous examinerez stl agg pas d'age bonte’ poli }-
ugne- devg

fecations ded créancicr Pemigres, ‘de deportés: éL de
.€0; ndunings,

véus difpolie de pone dz’ tout leur snobal
aucuue

qne pour. pointe péuvion ‘les chéfs- fiewx ded te urs urmreblss avec celle’ des‘biens nationsix ‘de
premiere

1

f

1

‘
&

font encore dodarrafles pourfaveir A quel difkict ils] Gontes.

tawt ‘te principa propel. Al wen tdfeliie: te con.

“de Vrout due papécs cn afiguats ,.ct celle} quidevrobt t

assy eg = 3

fqueuce qucdles erdgnces: dea pores, waeres,, feintres:
“et eufans, des sondamnes, feront iuferites fur fe quand,
‘live’ dette. qustfion ef indépendawre du prfieipe.-
Ce fera lerfque yous décrécercz fe ole “Qe: rete
‘bourlenient que vous difinguerez. les créduccs ‘qui

étre jnferites tne de grand livre. Cok aloe que:
wus ddcidores fi-iles Inleripsiony. qhoyeusat de ces,
liguidsiieus ferowt aduiles e enpaicment dep demaines,
battopane ; cette “melure, que je-drais’ Lesconvet
he ible, icedlérerait _evpifidérblemedc: la “veute de



D'aillenrs 5 outre les difficyltes et fer frais tamer wifes -

difparsiite, Promptemsat ies’ qntalifi-



oy

» Deereria que cos dies fu: nies anenaten’

+.

er, fobs
chimstion 1 i fovmalivd ou “pesca plus
aucune ‘difference nk ait laction dans Ja veute de



origin 5, accelérex la iquidation “et. Ie
misinent des eéaucters des émigyés ,. ke. veus aece-”
érce ta fiu le da révehition. oz

Je yous Par dit ptuficars fois a cette quslon | premptenteat tote! ce gui a‘rappert a la
evelucon, ck vous ayonces de rétablifement dé
‘ordsy dupareitre leg. auciens cires. de
towed s pour les eohvetit ed des. titres fépubli-’
rai. mt vos antachez Les propriciaires: aa fueces de

5 fleas



“ven: s
Un ike ae gai deit, fartont. vons bees bias a
‘aitele qui voess eff propels, "eh que’

Bap -
ea

Vous affermilfez par cette anclure Je danfanes,
’ F

- Seppuie Ja propofitios at vous el Titte
nis} mais compe la quettion “€

oo qaiveriti pofer. leurs tives: ;

“far qu je ne fois, confuled Sure cet objet. ’ “et, fe. foleunité , quaud nous devidons ¥ fictitier phutigars
1 pleth SME rembarralie d’y réponitre dave mantere po- idances . Our entenite ‘toutes. ks 6 pintons et ther
de haves ah auendant , les délsis capivent; ct lorf-[ cherle meilleur parti: cé tems me derait gas pe.da

‘i te, is fontéclins; dv I des, récla~ pour’ la chofe publique, - ok fees

Réal. Repréfints ins du Peuple » ia quefion as

‘Intérérde Ja Natios ot celui des ciéan-

ciers © dang lac quent on dgitée? Linu et Pantre fe.

dans ies biens des traitres qui ont provogué cette’ ties TS moures gar refle abepe encore 3



















4 cpadas nes 4 cid eflime
if wef pas un foal impertaitte 5 je pre TAffemb! fee deta ee ive ch perbatt Vautie, douse breaneiere » parce gy it. frut



parsite, les entraves,, les easbarras Jngxthieables
Cane figai dauon caitiile 5 vous “uppalite les jaca
Aceclanangicd'ua millon de. cilopese 1

: ‘Dang une, Jiguidation sufi inmnente ‘wtelpaces

exactitude ‘rigoureule, ;

tiques P i
A Vong. ageax aticinty les but. quis’ vous “hereber ,&

vous, ‘troyves un, moyen preurpt poor tvacers woe *

‘liane de démureation ential etnias é fulvable ct .cclut

mite ne’ Paki « pisygde musiete que» tea interés de te

Répabliqne be Totent paw culbpre site po ’
Mengucta ‘bafee for ta crane, revonmnée »!

ame paraic. direc da* beutole Aves doit: Fegiey yours

marche. ; Se ‘

Pour apprésief ce moyen y que thnaiis dé vous

ates Tes sntdedis ‘da, ardor pubs 9 vous faites ate

pout ,: Gituyens ,' @o.- peevuic. jsthais -obtenis-gga —-
“ume pera: aunsthémes +

‘fe reportesud fein de fh Comuitiae. Sur dix dulgrés

de-vetre, conuallance ,

état de maifon d'un citoyiyn, pas fa conduite,, pat.
fa-fortune apparesiré , guts eft a pen piésila fiuigtion
de fes affaires. a, te “ye

Je ne we difitmule poiast. copendany. que ce: mode
pourra jcter daus queiques erreurs., et avoly quetqucs:
incotyénicns,

Mais qu'ily font légers: anes de Sis qe enteataers’

pvécellaireme ent la liquidation centrale ge i fdadrait

Fétabiir a Paris. @ :
‘A-t-ou biew calealé Ie nombre d’années qa’il faim

drait pour opérer uae pareille liquidation ? La foule

inmenfe de cowmis, iutéreffés Ata protowger encore,

les frais énormes qui ea feraiest: la fuite ; la core

sitfpoodance a étabiir entre Lous les ditto > eb

meme avec chaque créancier; ck par- deffas tout,

voyer i Vous: dies. nab a
rméme dattedter -iytee eye entre: eux sialent ow
Se otai¢at “pas! folvables,; 1. eff dacile. de Jjoger pir

reela, les longues priverions ot: les jules plaintus

“dan miliion de créanciers ? |



eae -on fe former une legere idée de cetrivail P
Eu 1764, le SGuveruement veoulutligui ler db tieng
ampianis, oh fs SEE interell es g2-e00 parties
prensutes y il fdlae ene whntes poor ediv stacr cette

[eaten A i

ih
A wjoulPhe uo youd avez cuviros 84,000 Gnigrs: ow
a ity peoveat avety, Pan
vomger dens evita clatly, les pores Iga! mietés
Veuves cnfiss. im. i

Le uombee total des eréaiciers ae
1 Wy wiioon. a oe

Ve

, les f



i
Set Gg

'Cnaacsione eu ralfoa de vous dire” qe cette liqnis
ativan étele dae xecutablay ¢ ct que 26 ans



Dsus cette poli: arid te gouvernement, en
ane tt le indie fiadvis cv cxpédindt proped? pao*
les Cowités , courralt le hatard a’ tery sitte: que igigs”
créquces | wn pals arent dersuclles jac Hquidaiten
lente ct Higouleul d, ayirait pa Je fuuflraire , new
giaeteil pas ammiemet dédois yinagé> pitt la diut-

réuaiffent pour folliciter be mode de figuidation lef nutiew daus Jes frais, par 1b. plus value des beens
Te prompts —, ;

vatianows', et ba’ faislaction:de: yeadve une prompt

‘Ul-impurte a la’ Nation quelle jouiffe le plus’ juflice? oy
tot pollible dela julie’ indemuneé qwelle dot: Wouver

geerre inpie da detpetiine coutte liberte,

Un (tutre avantage , ¢ refk quien liquidant promp- .

tenrent ces créauciers, yous donner: Woe plus grande

valenr ata maife énorme des afigoats s, aux bieds trevenus natio- aux,

watiunagk 3 vendre, par qs concurience fisultanée ,

—~ i ‘i

qui séitblira ente cuxe a 3 ‘

lis’ im porte pas nioins aux creanciers des émi-

grés de fe voir promptenient rembourfés. “Que de
fusnillés éplozees atrendeat a avec: im patience Gepuis

plofieurs années in palement deghime » Jeur gingqne
rafienrce } Autant lea ¢ emigi es . neeritent ; ‘youre dualie
gation , aurant leurs erdaneiers pone des: droite a
yotro bienveillanee.. ;
Gitos caus’, hous fommes! cate Pacvord fai an;
point; ceil que les crdanciats d’uny émigré dast
Pactf ‘turpatle je paflify doivent trey payee.
Nous ne différons que iut la muniere de confater
a folvabiliié de Vemigré. ( Et.quand je patle des
émigres J ‘entenda aulh parler des beauties et ales
Be aacres , dont les bieos ont die aguhilquds. ) Oe
‘Cipelques- uns de nods cdlleg uss penfeat Tewy
eréancicr d'an emiged ne doi et re ‘aye que ‘Weel

qu ‘ab apra eté rigourcufement aonitate que Paci fy évieures A sates cefes has pullin

de cet dmigré exeede fen pafits Prose acguceis 44,
counsiffance: exacte du bilea particulier @e che ques
emigre . ‘ile defitent. qu’avcuir uréancies. ve pope §
dire payé avaut que ipusi léacerdeneiers dua émiped:
aicnt 1€ liquidis , et! gus foa peut fit exactement
counu. \ oe

Gette meftire aous jetic héceMoiremeet dass une f
tiqiidution tentrale, dens des lonpiuguis et des frais
enormcs av en terontla falte. a °

Vas Gomités yous “propoleat. aa coutraing wed
moyen. imple et facily. , oa ee

: Péclares que, tout créancier d'un énitlere’ qit était
morogirement folvable 41 epagac de fon emigtarion ‘
efl- cxéaneler direat de la Nation 5 qu'un “oumudtere
da cgwmune renowinés trite par fe eontelts gen f
Paéral de lt Commune du ‘plincipal demicils ds
Party coy “eonitarg cetto- folvabitita ’s “qed Viottsny |
chaque créancier i portent uh ittre legithae de
urdarice , foit liquide Asbittvement par le Ciredtgire
de fou dtpanemet. et pays ‘fur tes foyers. Deu Fi
{oucrsttez A des forties as tigoprcutes jos every.
ciera-de Témigré dovt Ja folvabtite enpit dowmeute.
Avec un moyen aul finpic , yous wt eoripronicitea

|

i

A decureegianatr ate

ao racemes aga



ty ni anig

je yormine par uve gateudn tow qui pontra dilGper
elie cf:
tiree de VFevorme excédent. de Paeuf des cinipres
fur leur paflif.: =

Urefuite: Man travail fait par la “Com! fon des
gut ‘la valent” approsiuative -
des bieuy confi’ ‘ques vu probit de la Natiowy s‘eleve
a da fanme ds: ‘dowes anidligids (ij, ct que le
walif alfuté fir les mép'es bieos ne monte pas d la
fomme de quinge ceuts millious.

Ul eft done; dviieut’ que Vectif de émigrés ‘exe
aede fix: fois leur patil; €€ qui-concourt togjours
pilus A preuver quill vy a, petac de, danger 4) faire
acqnitter les ddtis peftiyes des “émiprés qui étaient
wotoirement * folvdbles a hee de ler ¢tir
gration. A

Quits: ceflcht Ghee les cnuemis “de: la liberté,
de répandre des deutes fur-ls.. valeur iromente des
biens-: dos émigres, fur le gage de notre ran’
thonuaig ? ? Outre les dongs milliacds
de parler,da Nation coapie. encore dans dea
‘Hifpenidic plus; de trole wniliaeds ca bieng rion
ux ds promgirs ‘ofigiae + da. Homaines ehuagee uf



3.
regs



way











va fordts natiosles. Gombicn ceare ll. wrote Dent fa-
s coalilens!
Ovis on we furan, Op lelitigécier , pour wei-

tralifer Ja walveilauee quire noas seul nbie . le gago
ales fhenats eft cextuim 5 ba ral Seay dal’ h rypod heque
‘tur. fagque 3 tepgts. Hetr2 pup her nnonta! Pa yi en-

meg cthtetlanicn. Oac les cit vend te'raifurekt plete
pement, Sr jamais le becin de diesiaser J la moe
des oficants fa fie fewtiry. les ¥ Picipes de jattice
sort ia Goavedioudoat cocuuss elle neme
p Mite deena at puseuscat volone
taht ey. Gin Cote ye Fouts Pont. Géclaré por. Vore,
gaae ets r par toue 6 ‘, fas id "
Je vevisns Aha ee mate des” erdauciers dea
ees al je conchas a Pedos fica dn “mode pre-
antics pardas Cemités, (A Appland Tornents.) >

Thistoa, C’eh parce, gue te Bépub Haque doit étre
jot He Guvera. Lar, bes sitoyens: a guil ve. Erie pat





WE 3g hbves





(1) Ce cateul eft darieane piss exact, gue le
vepréfentaar : du Peuple Johannod, dans fou vappork |
an nom des cing Gaiités Féanis . oft ‘accive aa

‘péme refultat par des taicnls diferag |
: : 7:

J



it. done fe porter

ae fufdrarehe |
ep Sant , & Vous waviex pas déterminé nn délai} fixe ‘en ce ‘monient votre ateenzion efi de la pix | paspauy tx conduive a fe fas 7 By ny annie
ure de” reosife’. des tittes, il avrait é1é impofhible f haute importances De la décifion qae vous pron. i
5 drez fs la Uguidariot. les” créanciers: ‘des emiares .|
judgued concurrence de Pactif lil? , vous uépendent 4s wanquillité ér peatétre les mHoyens f°
deen: Yous: allurer an. montant des CUESTA E vous | dexifleace d'un million. Ge Francais.
ri Quel cfd



Feore deux fis Iupédcure A ta mle ‘du lobe rt a

















i













































z i ne


























: “yvorifer des homines qui font sucone prétention | propott, et"vorte Comité, pénéird des fentimens ee wate sine: tet elle. couvett et Vivien
- fondde, et-tes payer an détziment des vrtit oréan- | juice’ qui voits animent ,.vous préfenterates msyens a a aipeniss ae coultraive Wes. ponis bows Yee
" eiers. Ne poursait-om pas tronver un moyen Pabrés | d'une prompte Begpeehattane | oP Pee 2 Se ee Meas Davs ag vida 6 ralletabler alles de ia? :
er ee ah pee tt eu tiee tA app ate ee gs owe ty Tc ee gle cS ei ig, Jain. Dau butted Oau 7 nivale nos ae
% get les formes fans les andantic toner Garnier de Saintes. Zn Acerérant. anjour@hul, If py gage wifes eH marche. - me ivahe ROS coleuney
2 pas moyen de payer eux qui ont ane byvotheane Hiiguidmion tote ‘des dees des émigeés , 12 Rept] tens intrdpides foldats bravant la sigvens ay, ¢
4. Aolide fits donner de, Pargess 4 tous cenk quite | bi one gagng: pins que ds lalffer ced biens entre tes Vritos, échauffés!. pat Vethoug deat A omguene de ty i.
gpréfeneront indiftiaesement?, 0 1". Vining Paduniaiftrations, qui font les requine de Is] gue pire de Bowel at los Higaedieaen Hee
30 Abs : ear SE a5 a ne ee a4 ote eae ee ae ap ieee oo ete ray Mote ey ide By bo
AP ak : “~Plifeurs voix, Oa ne propole pag g4. Repablique. yappure Vartighes oe J géneral en chef avaic fait les dlipolicns i i co

‘Alon powr coax qxi étaient: infolvables 3. mais le ces termes 3 . Seley ga ae
_ moyen gion propofe pour reconnaiire Laas X. Les ecdaccieraides: Emigrés et de tout individn
- Bite eft Wefoice. Ov edutidtara te conteil ge finppd, da Ty confitention de Jes biens., font déclarés

dela Gominune’, mais il ne pourra repondre dete iciare dreers’ de Pfets en conféquence Ip crafo~|

Thitidns Je fais, biew que Particle norte une excep-|, artiste propolé par le, rapporteur ¢8'adopté en! favorables , ie whe een leeaudé par leg i:
tr2d 6 n : eee ete Syn * pgaeéradx qu'il avai chhrgis; de Pexéeution: eee
fies génévank Moreau et Sauviac. Le ‘piudral ae al
chef deur donne tous dejullés dleges , dake
gt ae a é Lee : 5 ood -* ¢
rapport qa’dl ma fait de cette expediuor, dont goup.

ie "










we Sarit r Meet pins 2 bev abe 3 pie a. " Nk aPOm"l trouverez cljdint copie. tl oubé Powells cha re
Wetat de. itoring de Lémigre in, ices Sow. ‘yell wationale portera dane Ves vecettes ordinaires | de tui, th 3 la Geaaion ae ignes de pays

mane; e7 Uhoasas qui “naar que: 6,000 liyres-| 4, Hee eg Ee pe mek eS | ge mu ablicta: pay tory:

sauna; ef 1 hodisas -q 4g O90 Hy! tes fommes provenant des biens des 6migies douse’, teas iles fugeds' que Ia Répati pas, fangs.

da detted avee an: capital’ de. 10,000 ‘liv., pourra,
ogepentlamt devoir i536 Sr south - dan Aes meri faiilite , ou potoirement infolvables 4 Vepeque de la
3 | 7 * Hee Po hee et ad ioe eye tae ‘
Slow isa la step eiases' oe iets Spr | confifertion. L’égat de fitwation dea biens fera cant
elaré foiva ile Chile: AOR Uhh Oren OOner P tate” par yue enquéte fouimaire fay la; Commune
290,600 liv. pour rojodO™futeltombirs regu. (MOM Fenommée Eon ee les: villages &
AP Saar saures.) Me potratt-om pas inviter tous [es créaue | 7 4. Games de lepiflation et des finatees préfer- |, OAL —te6 Gigues’ gt es. Villages Ctaigat “hériltdy,
lerd, 43 faive: tive a un barean ceentral , lef. Oy Be Pe hon-£e OGe aN ESTED” eVictoticux fury tous les. poturs, its out mis en dion.”
ED Eee eer eae ae ats 2° | torent intellamment. leurs. vues,, for? Ia -mamere | acig complete Ve. eet nag. em dda
} ‘dete artees? aigfi gang deux mois , INE CLAMEACHEs LENS. VUES» TUE 2a ABE | reuta cowplette Peanemi qui dans fa fu
» migupant-dé lenrd erfamees? a0) guns acgn i rompte’ et five: daccélerer. cette Higuidation , ctf. Deeg Eee eet
~ gone Connaittions la maffe da:palifiey eo oa x maid: és ites, AG!) ince ak “eeahe abasdound: toute fon, atilleries : nes
ee 4 ae OA a fare de nature tes titres, eréance qui Tot | A Buunmel,, les, troupes fous les ovdred du gic -

_, Sone exceptés lee evéqueters Uecenx qui étaient on a

Bee was ligue “doiy 4°
{ais “grand courngeet a fes rates salient,” Ps te
a Tenia: ise vonpes-ont: gale plas grand fect

Nos “bataillous; avee eur intrépiticé ordiuaite °
-ont chargé, Ta bayounette en avant fur’ Les Datteriey




pol

ute 5 Nous...
1 ¢ +



Plufisurs voix. Cel fait. ae : admits. baie ts 4 eae ¥¢ Heal Daeudels., apvesPavoit claile-de Vile, ‘Pout’:

“ ‘hivions D'aprés quelles données cela eft-il faie 2. La féance eft levee. a4 betres. «| : pourluivi palqu'ardula du Waal, fe fory eapbibey 3
Ona iiterée dans. ee. thoment A faire choine que, les] pre eee Se aa ee ee ae ‘Pdes batteries qui défen“aient lative pau’ oppotee A
SHAW CE DOL19 “NIVOSE, ee,

et ont pris, faxs aucute’ piece de cotua peur +
foutenie leur attaque, ‘Go bosches A feu, das des
vaux , das bagagos, et 605: prifouniers. Au Lanuftast
trois baraillons , “fous lea ordres: da_ genchih |
Often, fe battant fur la" glace. des inendatons



dettes font petitespour faive adopter d'article.

4 2 Ss Ruths oe geig hs es 4 es Shy t
Plifieurs voix. Vous foppofez donc que lta Comités

fount de mauvaite foi? : see ‘

Carnot. Jo viens y au nom. do Comité de falut
“pubiic., vous faire part d’'nne sanvelle:victaire rem-
-powtée pur Carmée du Nord , ( Vifs applutictitfome ns.)
ou plotét de trois viatoives remportées par etle le | put empotté fes,forts ot retranthemens de Bovtany
Finéma jour far lesbords du Waal, et fur te Waal Kapel et Walgik , et ont pris 38 pieced 5 oo
‘péae quelasgelée avait rendu folide. '(Nouvewus [eaion, des munitions , des bigegss. et geelque :

Lil Fae Nera he
Thivion. Si fe conbaiffais Ie-montant. div paltif. et:
ue In Nation fe shargeat Vane derta del .deux
aarilliacds , 8 les bidns-en valent doze 3° thaiy cominy,”

nat tha apt

les catouls ne font pas faits, je fais fondé A révequer, -applandilfemens. ) a hon duwsuedi: ae prifonniers. | oe : ae
en -doute. a oe t. “vf Mods avous daja_ 6a oecafien. de vous Gauencer ane Le génézal Bouneaw:, forgant les lignes de Bréda ae

faction dout le but cuait WVamolir le courage da nos ta enlevé dixehiit bouches 4 feu, 200 piifovniey es
-defenfauts, en tépandaet des braite de pais, vt Dare Sun diapeaa et la eniffe du reginent, Le géidtal
miflica niles (eon corraptedrs da Popiniow pa- |] Lenjaire , qui devait attaqner les_,ligties a’ tevety;:
blique , ont dit ‘qne ta gaerre était fafpexdue far tes} y ‘pris dens pisces de’ canou y un drapea ¢t fit

‘borde de la. Moule , que nous avigns gre baitus de- + Gog prifoniers : tandis que netre armée: chal. ‘
vant Msyenee, qua nous avions perdu 39,000 hommes | devant elle celle des cunesis,, li ville de Gray
pac les iaondations dela Holluade; que les coudi- byomboit au pouvoir de la République, ol :
tions de la paix fevaient la ‘réatréa dea; einigres , Je vous envsie copis de li cnpitulaiiot:, “dad i

(Vieiens minemuces, } Ie reRindion de leurs biess , badvatte vous verrez qnela garnifon, forte dauviton
ta révifionY des jagemens rendns par Varcies tribueal biug-a adoo hommes, s’en va prifcouicre ey Fiancee,
révolytounaire 5 ywun sde nos’ ‘géngiaax Irs plus Hye w'ai pas encore Pétat de Martillerie gai fe troaye 2:
}ds

Qn a compare ta dette des émiyrés a evlle di
clerge, et parce qee Pune a été déalavée nationale,
one conclar, qu'il faut aci deelarer Pautre, C'e8

Loy, ON fephilsre la Nation sell chargte des deites de.
f° Ta corporstion da clorge } cists eg prenaat les cures 4,
elle n'a pas promis de payer les dettes' des cnrés.
_ $i vous ‘adepticn ett article » ce ferait donacr
‘aux -fripens en mode de wensichi: ils ewlgre~
relent apres avoie gontracté des dettes fimulées, que
ja ‘Nation feraiyubligee deg payer, ot deatcits aur
_ tageraient enfiite le moutant avec ceux qua lauraicnt
xegn. ( Murmares. ) 5







celebires et les plus fidelles, maarchait fer [Paris Atta 4! , oe N
cbires € plus 68, Beart se dans cctte place, Tune des plus-ibpoitantesd
tere dane armée de 200,080 homes, ( Rumrurs.) | Hollands. . fet gtate
[' cha remarquer que cesperfides réyeries out ronjowts
ata lossayant-conreurs des victoires \s0 plus fignelées. !Rékublique ! et demaade quan’
(Applaudifemens.) L'srmge di Rhiu a dgjd fowrvi | youvelies victoiyes. on] x
fa véponle a ous brvits’. par ta prifa Imp Thptedns i Salut ét frateruité. BELLEGARDE. 3
6g : _ | fore de la 1éta du pont de Manhcia. L'armée de Nord
_Thirion. Db avres le décret , les dettes des émi- [-envoie aujourd hui la Genue. |” 4 i Dans -ce! curenfe faw f
gvés on condaitinés, ne ferodt pas payeys jufqe'd |) Norse collggue nous amhence qu'elle s’eft emparce {1 les prifewiers, of Vartitlenie de Grave, nous

* gonentre:ce de leurs biens; oa paieta tout ec i de la ville de Grave, de Pilé de Bommel, de fore, 8¥OxS pris et Tout 129 bouches a feu, 100 prie,

oe , denx daiayeaux et 300 chevaus.

|

i

Clavel. LVioratour pofe an principe ‘faus ¢ fa cons
Fleation ye peut avoir liew qu’aprés :que tons les
eféanciers. font payes 3) fa“Convention we Va jatnais
eniendy autrement. (Von, non.) ; ae

Uarmée , joyenfe de fes fueces , erie: Fiae? la:
la conduile’ a de

ooh



Be

P. S. Dans -cette heurenfe fourneéa , fand coinpter |

esi grer pike tombar fous ‘le giaive de ka let, €on- | wemi fous les murs de Breda. ( Vifv applawiliffemens.

tractera Pimpolfible de dettes. (On rit.) Nous de- | — La fate reren it des cris de pive la République!) ;
vons étre dsutant plus parcimonieyx: de 4a fortana.| Nos troupes oat traverfé“le Waal, gui etait gelé , N. B. Dans la féaace du 14, 14 Conventions.
qne ti Réqublique a Jegitimement aequile ,. qt [Ctl eft large dix’ feis comlme ta Setge. } fous arth | fur de vappedt de Chédier, aa tent du Comb. ,

fe préfentcra; de maniere gue Vhomme qut vowdra | Saint Aadrd, ¢t quielic a battu le. thésic ionv Pea-
+ { La fuite aeniats: }

4
by

wos avons coutracté des chyayeracas imaiotiles ea- | Lesde .-er ant b¢é° agi ne is ee A aa ; : ‘ “tad 7 foe
Ante ne - ue hee Ee Son eee ea- Fleste, chant été’ altequar-avec leurs | fenles bayou, WVinfruction publique , a reper ettive les wgeus de. Pe
SESE EEN SRR ERE Ge RSE SURADER 4 netics les battering ennernjes -placcos fue Pdutre ves} Jerpcs , favang et ortilles, les 3c0,0v0 liv. quidle i :E

‘ ~ a. ATOM daplauciferaens.) Ceg batteries owt éte enlevdes } aval ae sand
Beflroy. Sens ‘dobte & anitepe Wavait-Ge Biews. (Vile apy STHONS. MES : avait decrétés’ en lear lavenr.
oe Brey. ta diRriet wil nisin © ee bieas | ‘hiuli que les foixghte p-teas da eanon ‘quir les

Re ths P Hobs ff C18 . i . eye ne = aos i
v : 4 oleit, eC Ce Mreanciare | défendaient 3) la médme -qaantité dartillerie a ere










t bp
ao dang-une Gominane de la Réyubli ih ferait po see a ee cays ! :
te a & aes oe eee sh hee ; BORE prife tant fous les murs fé, Breda gue dans le fort: 7
ae Mire ieige a ae biew si eae Ot) SaintAndigs ( Neuveaux -appliuditlemens.) Noms} 2 0.0
" 1e88 f MMNG COMME. avons fait 1Op@ pillonnigrs , fans comptey Ja gas-qo— , AVIS.”

cela well pas, il fast au moins cing ou fiz ans

pour parvenir a& conwaiue Tacif et le pafff des

dmigiéq, Pendant ec tems, des eréangicra adteffi-

senx vdms demanderant des fecours ‘proviloires: qn

vous accorderce, et gui ferontipeyt-dtre perdispour
5

nifen de Grave qni, aveé fou artillerie formidabic ,
: pot :

ei} av potvoir dela République. (Les spplandiffe-") Memorial Frangais, on le nonveats Journal de: Pere
aes redoublent.‘), ma estos | . \ - : PEtile. Ce tot ate y

: i : j Py " i ‘ ee eee

? As ES Pet Pk Ways rare BOE a é 3 se uf
aetna pS eee vous pardonnercz aux On ssbonne A ce journal a Timprtmeie.t

a Republique. *. od ane Anglats de regarder nos volontaides comme de grands | choyens Ghuyet, de-la Marry ct Gariter, Ue,

Gc qui ctetardera furtout cetts liquidation , ef} terterifes.... ( Oa.tit et Pon murmure. }, : Ct ‘

la difhénlté qu'il y anv daus plufears Communes
j; de da Répablique, de reconusine les biens qui Be Poros ; Se aor ante
appartionngot a tel émigré eu coudamne. A Louion Plufisurs veix. Gel une, carmagnole qu'on a vovlu ; D2uxy chacua voudrait retenir on extralie’ce q
et a Lyon’, par exemple, il y & eu coafalion :4| taille oflrest de plus ve sarquable. a a
ou.a wis enlemble les mevbles des émigrés : “agg i 3 re RRs ee ih taketan UNF ie wets *' ontaiflant pat,
on B de poe Sate SAT ate aa at Rees Curaot. Et de fe prometire ,' fi jamais ils peuvent Cel Pobjet de co Mémorial qut »_pataiflan Pee
+ ¢ je vong demande comment-yvous pourtez Connritre on : i : ‘ gery --fyty gar decade , profente cet exalt

2 Vactit dé.ces hommes -et liggider deur créaaces < fe rdfluyer., de fe mettre dix conte. an et do-bien ? feuilletan , une “fuis par decade , pre’ =F a B
§: So 2 oat ire? cp as pee “| fe veyger davoir eu. péar. {On rite} Mais on ne Stout kait,- eaanme autiefois ie. forma go ee eS
vous pdoptez Camendemeut quia éi@ faie de uc dct antes eh ahd eo hlnatateae adltavele wale Io dae le ihe Givle., Tous te potas: #e PEjoile 3 cle ‘ * Ve

-xembentfer ye fulqn’d coneurrence de lenrs bien. ? | P" ee pas ee ne _Waveir poste Ia i Vir de tablettes. chiovologiques ou par orale
; ae etnies revere gl a : : oo Has: . plervir polos ’ aa
En. déelaraut les.créances des etigeés ‘dettes yi | ee Lewee _ gine, lo eamp- de noe ese S| ee de tablettes eli opologid an? Ge
_ tiondles, vous factss un cete* de juice, ot vous (vb “Re aie tmens. } car les poules vyitunedt le maticrese,
dohnes de la confiance 4 yous hiens wationaux. Jc eee ail MATS AGE, ae te jas SPR ROE ANGE

demaidd que ly Gatea foit recopame natiegale. °, | B's See Bemes. Is v'ea vemenr gu atx reyalities ie
iis vivest gn fiuves avec deur chef, et lorfga ils out

Les a Piques ( ci-doyvant’ Louis-le-Grands }; footers
4 ies 2 : boare 1 ’ : . af ‘ Pe : “ded -!
Fallin. C'eft un calembourg 4 la Barere, _ Tt n'y cut jamais tant’ d'événemens, tant de joure



4
4





,

: Téeiflation,, éobnemeny |

Las articles fent intitulés
mpread tout ce qt
2 ,

ttéreluse , et chagne aiticle co



On. demands Ia ciétare de In difeufion. waives, “ile ne le chicanent pas fur la maniere Ppeut y avarb rapporte 8 ai, : ae
.Meaulle Peut fo détermiagr far cet attiele: qu doat at ie a fait vaivere. ( Quelques applauditle- | Le art Hgmers va“paraitee te 21 ae jawvist id
iarérolle cHleuticllomanrt ta fortune publique, iH fau- | Det ae i — pducae nivole correfpondaat Bete %
i draly Pabotd. comparer Ie plan acincl da Gonsite” Voici les prccss officselles. 1795 ( viewx fyle. )’ '

F das Gsances poor laliquidauen des dettesidos exait- pour ve ‘ :
exo Sere, célui. qwil fo propole ds foumetira 3 eee
VPAsmbléa. Vows pourtiez vous -elfurer date tela,

Pignidation Cera prompte,. ct. fi vous fecherer les

Levraréfentant ‘dtr Peuple pres les: atméesiulu Nerd , bo Le prix de Vabounement ef 95 lwp
MeSamlre ct Meufe sd ferveollégues du” Gumilé det rS/hiv. pour fix: mots, et § liv. pout trol
_folut public. — A Beissle- Dut leg nivéfe, lau3 } hane de-poxt daus rteigte | Ln Republique.

2 lela Rebablique.’. ”; ie wa wo ae

“Intsios: que chaque jaar en gratd wecbrede tanitlys st epetngnuate A

rapuatént. Jo damaade que Varticle qui vows ef ae a femibisiept veulait Qbrtier Veg eof t ; : :
qr cits de Veundedo Nord. Eo voyane tours esucnis Paiemens 4 la, iresorerte watt
tensuchés-derviate le Waal et la Mente... nosbrayes | g |



onalee

x tes fs i

omrepate lott extvelt de Ta tote du Projer, ct quva
iatente fae GLE PRE ee ee cena ae Eat ts: : aot t pour tes
dateateats geaifaicur de louritagtivins |; ils s'uidi- Le piiement dut perpétuel eft ouvert p -feront

- wdesiprefente Uabord les moyens d’ctfec.uer prompte-
weyt la liquidation des dettes des émigids. — :





we
Bee Be ! i ui
oho gee ‘ ’ % *[acaitat gece que fa veaure’o Cait A deve i 5 die 6+ ibfera fa a tons ceux que’
oa s 4 we, td J ae eat | o es y oie ANTS“ oppo alt ak deur Cone | Preuuer Thos 4 ub fera lat : a ‘olut our
_Beffreg. Le Comite n'a pi vous prétenter Pabord b rage des battieres infusmontables.s mais éufin *, dace i porters: dinteripiioas as giand livre. Gee :
des: Ce eae eer, an vous aves | cord dtec lenis vous; la vature ,cliesméme a-ape ties’ grates vinvere’s che Gu Lule morg 2h JOP i |
petedserdts. opten Maberd, Varticle, qui ‘ ite tek ant a as sie ie Sat ee Ber i. ‘ if
aM 3A ee . ‘Pp geeky cle, qui yous cit | Piunt kes obttacies gui arteraient liue courte vieto- [Paunée 1793, yieus dl), yls |
Beg gh? ai pet, ae tp 4 , . 4, 5 FS i _. “
; ' Be” ak at, : ‘
q le o {
D i
¢ Ie i ahs
a i = i ‘ 2 A, x
" pa ; , ;. oa











£























pEPUBLIQUE FRANGAISE

mc A Fanchet «. miniflre plénipotenticive de la Répu-
LS pique Fratigaife pres les’ Etats-Unis, an commiffaire
To dat ‘yelations exléritives..— Philadel, hie, te deuxieine
2 pyr fanculotiide , denkieme année ae la Répubique
« Frangaife, ne at indivifible, ee

* Gitoyen , je Vai deja prévenn , dans une de mes
diptches « destnat wuvres:pratiquees par: dé-grands
vprittaites américains, pour attirer ici les. Fiangsls
ot vendre Alun prix ,, qtelquefois wentupie ,
Herteved doue: ils we.peuvent feur affarer La pot-
; OgROh sou qui font abfolument hors d'état de
wf fygentr a leurs “promicrs befoius. Jer te m’éiendral.
pastor fe danger de tolerer’ parmi nous de pareilles
oO fdpobnerids yp maigig je crods alfemiet de Res crendie
’pobliques , pour que nos coscitoyéns ‘feient, fufh-
mmentaveitis des silqnes quils courent.

Je Weavoie. ci-joint ta copie Wane Tettre que je:
‘pjens da tecevoir et que je ce prie ie communiquer
30 gy Comite defatur public, pour quil.en faite Pata ge
> J guibevoira douvenable, OL





4 ‘























, é Georgie, ome de Gréencs Greensborough ,
‘Ge @qaodt 1794s Pb
BP ee

eur, "ily a dans ce -pays une foule de vils
“Specalacenrs qui orpottent des terres ou atides et
Pie te en Cate de propriétaires légitimes.,
iW qui font hors-des Em'tes que les Etats-Unis: fe
fogt données parstes deraiers, traliés avee les La-
_ Gens yet prepricigires pretends obticnnent eepen-,
oe dapedas plols et, grants, on titres: attellés' par ‘le
wveineyy ot les auties: officters de MKtat y. pré-
fe aveet eHet 5 mats. 18s fois: dé -cet Etat’ ont
wvi-4 ce: que.des granis sbtetins an frande,
aa tome eis devant expliqué » -feraient de Aulle
Gey bopoheirs vendent leurs prétendtres ‘terres’ a
der marchands: qui. tes. revendent , A’ce que jf'ap-











: Bey a





i

inliiles frangaifes’ qui ont déji .paflé, ow qui ont
; Vien W émigrer dans ca pays. : :

Mi MOA Te fait. Les. fatates confegnenyces de ce dé-
ile ‘dinignité, pout ces familles , fe développent,
itesemémey. ee 3 he :
v= Sr vong juges utile goe Je contenn de cette lettre
ASE prbie avec men non) en ‘aiginis et en fran-
“4 gay def ¢t.en Burope, j@ n'ai pas la moirdre objec-
ooh D faire. ag Sho

- Mdtré was-oldiffane fervitenn , Jonas Faucus.

Ati tegen, Je By Fanchet ,,
| ie BeatseUn's el Améyique. }

‘ +







eurcopie cor:forme, J. B. Faucner. |

‘ ‘
Myre he atin 8 monte crn Rates trade an



be £ trait use fenille anglaise (le Morning.
oN raid) dw ag novembre 1794:



4) De Charlestown ven Amérique , le 9 octobre.




cali
“Oi balment qui vient te hedvelles fuivantes : | Oh & ‘
“he ceed Saye Peo . sa Es

Pllinne -Lacque , gouverneny géuéral parcintéia, au
a eee ful dala Répndlidne Fi anggife & Charleflvan, —
‘ Povisde: Pais ale Qfinclivor , Can de la Republique
fRtanpaife ase st indivifible,

Je ne: fawrais vias exprimer , Citoyen , la joie



a prt tens avons éprauvéer a la reception de votre}

4] nitre ‘ Tes fecours que vous mons avez fourmis cw

“Mumtions de guerre redoublent, fi'ccia ef pot
. Boles ct notre adic et note bravdure. Que] gloricur:
yl Milage xe ferons-nons pas de 4000 livres pefant de
senate ne’ Yous tiovs aves eniveyé:s par Le citoyen
OO Ee Hoy : : o

; Ue brave ‘eapitaine’ Hetvieux nouda épatpad na
o nillier ds plus, et il ch désteming a nous rendre 1048
Ms tories pofibles. - he 4s ‘
a MBqde répablicain qui, fe rend dans nes ports
. Peduy for-nous effec te plas eaconraccant. :
oa Arive ce gal pourra, nans fommes réfoins de
gene, om dle. itous ewilevelir’ fous les’ auiees du
Bos ered Pais. Creyaz BN ve ferment; aflured-nod amis
mate a reaplirons 3 qual fit publié . afin da
Webi tMge tous ceux qui haiffent les Ré-
PW hliging ee
a tts Agate le Monde qu'il né tongue tion
. tonniad ersony avs toldaeg que j'ai Vhonneur de
gga BME que quand maaertent news mangne-,








"4 MOUS Be pétiriens wa sic detruj ;
4 aaetns, . Be eas’ pas fans avoir détruit nas

‘Je. wajouterai wlae ot: Pi at 8

i i ometat. plus tite. Nous oppartenerts dla

4 qag
tens

: i mouriv pour elle, cell irismpher en”





ae fons fefant pafer-tows les fecours qu'il vanes

ee NVOVer, vole fe Douves que. bien
WR Signe | Eriznng Layaux, e ; q 2%
. og
te 4 wi
eo 4 ‘ iG i as
nets eee :
ah .



Sextidi 16 Nivdse, Lan 3-dt ta Résubligue Francaise une et indivisible. ( LS Fanvier 1795, u- st) |

oprendy, AM: Robert: Morris ,*et celui-ci a des f

ambs ffadeny- fiangais ,

RATIONALE, ov LE MONITEUR UNIVERSEL,

cag? > 1

Roger, aide-decimp dts général Vavaur 4 “a Preffin+t ,

POLITIQUE &

| Offieier “au Setzieme regiment d infanterie , depute vers
fe coufel a Charleftown. a ee ee
é : ce

Moa cher ami, je pratiime qne eertd lettre. te.
touvera a Cha lelvwa, d'antane plus que das

ta derniore, dates de cette ville, tu nous Hiargpals

que @aprés lo veeu du conful ta’ allaly te! rendre. a

Philadelphic J pour y conféret aveé le ininifire Fane,
la République, et pourstui.

chet, ambaffadeur de

faire favoin, quit. ree. encore & Saiue-Domingue.
nogsbro de républicains, tous ' dévouds a, las eande-

€

générenfe de Is Liberté 5 ta nous a aufli marqué que

pour nous rejoindre ta Cembarquerais a Charlettéwa\. :
Ainli, potmt ‘de doute que ceite lettre ‘ine Uy te

cé4tre. +

as,

‘Qne j¢ Vapprenne done que tout ‘ce. qui noits. a!

été expédié en coaféquence de tacmiffigh
4 cet effets que tout, dis-je , ek at
pore. ape oe ey

“eh treptife
ivé



- Le premier qui parut fur wos edzes fae te capie:

taine Horvieux. Je ne faurais Pexpriaer }s joie avec

(laquelle dows avons régule digne. repubiicain’ Gar--
vin, ct @asires artiverent. peu de jous aprés. La!

mawiere dént céloi-ci nous detivia.les ‘dons, patrio-
e + 4 « : a ot
lignes énvdyds par nos Freres da-Chiarlellowy ‘excita

entre nous dos feafations que lés Saus-Guiotics feuls
{fevent appréciess .#t pdur edmpletter cdtte bonne

fortune, il vous ‘arriva dn wedine tems’ 1 Goa biile
do farine envoyés porle miniflre Faueher.

~ Juged du, plaifr ee de ls jolt que seffent’ te gar

non, {a9 couptar eve ardeui ql y comwe tu
ais, eft ie préfuge des vicroiies que uous’ te pre-
: ; ’

P wettons, © ° ?. ; re
Oui, mow brave Sans-Culottz , avant. que tu

psives arriver, nous auions dépi alétiuit “uu grand
vombie de fitellitea de ta tyransic 3 je fens 4 cette
penfac tow impaticnce d'éire at milieu de. nos 3 fois
afuré que nous le deficons gaff. -\. ors

“Nous réngegeous’ A cteniercier Giucérement pour

nous tous tes Sans-~Cuisites de. Charlellowa 5 distlear

qien nous, fefaat. peller dea: feceurs its fervent hi
République Frangaifes a

at

‘CONVENTION. NATIONALE,

'.. Présidence de Bentabolle.

SUITE DE LA SHANGE, DU 13 NIVOSE. i.

tant du Penple Relgave, — Aw quarti¢r général &
Bois-le-Due , Le Q nivofe Van 3. de da. Républigne
Eraigaife une et indivifale. .

Le général en chef He Parmée ducNord, an repréfen.

Le Comité de falut publié avait preferiz, citoyen
Teprétentant:,.de-ponrtuivre fa cimmagne par la
prife de Grave a celles'de Pie de Boniniel et le
complencment ‘da blocus de Breda. Je ‘te rend.
compte que, par le hafard le plus fiagulier, le tout
sdft troucé fait le méme jours nous le devons &la
rigueur de la “feilod , davoir pourvasau defaut de
moyens dc franchir lea barri-res: derricre | Tefquelies
Pennem) était retranché, en glecant fur beaucoup
Wétendue les flenves du Waal.er Moule, fur lefquels
i nots eft été iinpoflible de jeter des ponts, faute
‘de bateaux. Fag ne "a : .

' Nous avons profité do moment oii la glace a eu
affiz de confiftance pour “pafler fans rifgae eles
troupes; et le 7, au-mitin, malyresan troid exceffif,
Pavmée a attaqué Pennemi far une érendue d'en-
viron' 1 lienvs, depn's Nimegue, jufqu’au-dela de
‘a vivierdide Neker, ci partout elle a éié*vic- oricnte
fulory fa coutime. pe Ft ,

Listle’ droite , depuis Nimégne au fort Saint-
André, sell boinée 2 oBlerver les movuvemens de
Peuneml, taudi¢: que le centre: fe rendate niaitre
de Pile “de Bommel et du Lavgftraat, et quecda
gauche ferguit Ves ligne’ “de Bieda y le pefiagée de
ta Menfe devant Pile de Boumel. s'ef evécuty fur
trots-calonnes., fous las ordrea.du: zénétal Dacndels
et du ¢ltoyen Soctifier, chef de brigute;, des ci-
toyons Crals et Mevcier, ehcfs de batsitlom dela

# brigade dea Lombards4 fe prewi¢e. vegut ung légere

‘bieffure. :

+» Les difpofitions ont #té fi bien: prifcs et exSen-

tect, que, malgre les formidabics retanchemens
dont Pennemi avait hériffé les dignes et les villages,
des troupes. ent pale la Meufe, fe font cmparees
des differentcs batteries de la place dz Bommel et
la fort Sajnt-Aadré,” avec la rapidité et le com.
tage ‘dont, Parmée a doandg. cut-de ‘Preuves 7 et
fans avsixevec eller une fede picce'de canon, elles
en ent etlevé uve féixaniine a sennemi, des che.

.vawx, des bagazes et environ Goo prifonuiers y fc

nombre de ces dertiess cbt éte besucanp qalus cont
dérable , fi tes troupes qui devaient fire Luttique

du fort Saine~ André éduffent : uo arriver s Lheure

pieferite. L'eunem! a copere f1 revraite du fost en
jaitfant ccpeudaye tome fon anitleric.

Le général Oilen qui avait éte, charge da Vattsque
du Langitrait, y a parfitement séefli, quoiqu'il.
od: que ‘apis bataillens , bo seas le g® da, is

'

» t

wy
‘



*

*

| 176 demi-brigade ‘ct le 5¢ des cNafleurs a’ pied 3 ifs

Pout -emporé les’ forts at retranchemens dé Deore

verea, Kapel .et Wealpick ‘avce une ardour, ine
croyable., yp ont pris Jo picces de. canun,. des
‘tiunitions., de’ -bagiges et qnelqnes prifoanicrs.
Certe expedition eft Cawant plus brillante. qt’elte
oft faiié ettti¢rement for Ia «glace des inendae
tous. : ee we .

_ Le général Bonneau quis dttaguait ea méwetems
les lignes de Biéda ,, n'a pas ei) on fuccés moins




ment avec environ 200 chevatx:
» Le géuéfal Lemaire qui: fortiait Pattaque de ta.
gauche, était, chargé-de prendre les lignes, 4 revers ,
cn fe ‘Portant ‘fur. tes peftrs d'Oudenbork et de
“Severberghea dont il seit emporé. Ila fait envirom
6q0° prifenniers’, enlerd denx pieces de canon, un
‘dfepean) des bagegei et: eavieon roo ehevaix. HU
frelgiie dove. de ‘cette: heureute journée la prife
WPenvivon.1go, boitchescd fen. 2 ‘1,690 -prifoniiers y
f 2% drapeaux et Seochevaux, op 0 8
Gette victoire até fuivie de ly prife de Grave
‘done le général Salm /a- regu Jeméme jour la capi
tulagion , qui fe borne aux honnenrg de la guerre
ponr da. fertie dela garmifon, qui va etre -codnite pri-

que. malpré le feo terrible qu'a fair cette place depnis
environ un mais tur: les trotpes qui en fotmatest
le blocns et te bombardement, nous n’avons ou que
trezé hothvoes tant tags que bleffés,
1 5 . % *
Pious avons trouvé dang I¢ pays de Pommel ‘et
t deus celui de Langfraat beanconp de reflources en

oe
| forage dont:nous comnien¢ons 4 cprouver las pénts
i

sie, .¢f nud. voila iwsiatedent abfolumest maltres
rou cours dela Maule dont: la yavigation ef indif-
i penta. bd Papprovificnnemest de Parméey va Vim
potibilité de te cortiauer par ehariois.
| Apiés avoir donné da jules éloges’ 4 toutes bea
Ptiouges, jo ne. pvis vmdmpécher de rendre tne

oe

mandées; tous: ont coopéré any fliéeds. par leurs
tees a

taleus etsleat: bravoures Les generanx Moreau ef

Soyviae gut participe aux .atpolitions du plat

4

Vaitaque, et ce dernier a. oublié , te jonr de

pasne , gail eff privé: de Pufoge dane jambey it
sell frit condeise dans Piie de Bommel , et a fecondé
Yardeur et fa bravoure > 2¢ festreres darmieds
Sslut et fravermité, Signe Pichecrus

Capitdlaiion farte an comreindant de Grave, pour la
red ition dela fortereffe , par le genéral we brie’
gade Salmo ey

Art. Tet, La garnifon auta‘ tea hounecurs de la
guerre, et fera prifouniere en France,

HI. Elie fortira, le 10 nivéée prefent mois, pax
da porte de Bois-fe-Dacj et, apiece sire rangée cn
{ baraitle devant. les troupes frangafes , elle depolera
{tes armies er drapeaux, et peeudiafaiowte fur Auvers,
en pollint par BoisedeDud, we

HH. Les troupes de la République fiangaife ocen-

peront, fi 6t le capitulation dence, Veuve ge dcome

et laporte de la Meule. ee

AV. Les mitades reftés a Vhépital de Grave ferone
tfailés comme ceux de larmée frosgaife, an cumple
des Buts-Géneraux de Hollaude; il reficra. pour,
{ites foiguer un on donx chiruggiens de chagre COVfeS 4

foivent le nombre des malades et foriqu’ils feront
i

Â¥

gnéris, ils fe rendront én. France, fous ‘efeorte » te
lien indiqué pour ha garnifon.’ : ‘
Y.. Udera nomoié deux commiffaires dirs troupes
frangailes et ut, officer Pardlleve, anxquels on res
mettra fidellement Pérat de Patdlerie’, munitions de
auérrevet magutins. ; ‘ :
VEL Les effisicrs., fous officiers , foldats confers
verout leurs «ffets 3 les Ofliciets , lears. chevau jufqu’d:
Anvers {et ia tis fesout remis dans les dépois de la:
| Republiqds Prazgaile.

Vi. Les frromes. et enfins font exeeptes de la
capitulation, et retuermeront en Hollande feu la
fuuvegaide dés Frangais, qui les gotiduirout 4 Nie
ineguey it fora: accordé pour elles, leurs enfans vt de
trauiport dé leurs bugages + des voitures. :

VI. Les bourgeots ayant demandé ta coufervas :
tion de leurs propriétés,, & we point étre inquiétes
pour les’ fentimens quils ont manifefles avant sla
prifle de la ville, ih a €:¢ fépondy que les Vrane

gais fe font un devoir de relpester les propricics et of

note deve que tes bow geois et eptneprencnr
ville ont a prétendre pour des lvraifoy
avances faites A da garmifen ,.9 été répoag
regardait le gouveniement hollardais. ,
mm. Le commpandavt pourra etiport
qui coucernent f1 comptabilitd cnvers
plats ‘ct achives ‘de la vilix
miffaive de la Republique
XL Toit empioyé au [c%
o'anra pas porté lea arares ,
Hollande. 3 A
“RELY. fera envoyé denk
pour, tatitier 1s préfeate. cag

les opinions. . ;

IX. Le commandant de la place ayaot demandé
af

| emis quelqne ckofe auquelyy



complet 3 ila enlevé a Vennemi 18 bouches A fatty -
400 prfonnieré , un drapean et la caitfé duu régi-

{elonniete Ve guerre en France. Tt eft ‘remarquer duifl :

juflive particuliere aux géréernux geri fes ont coms i

Padiaive , comme i}.la Laie peadast toute ty cara s+









Â¥

































+ -

i = 5

# Png ale: my as ay oe me deed
witeetade belots dexplication , il ne fera jamais au fairs por, Vappeler 5 mais dt a ne telie, fathleffe
délavautage de “la République Frengaife. {de vie’, qu'il ne peut ‘travailler 4. Ja lumiere , €
XUL Ua chaffeura cheval du 13¢ régiment ( bis), | vous favex que les féances du tribaual font fonyent

\ délerté pendant le flege de.la place , {era semis | prolongées bien avant dans la nuit.







entre fes' maalws des Frangais.., 06 9 2 ek
KY. Le préfente capitulation ne eoncerne en
rien les émigrés frangais qui peuvent fe trouver dans
ae Ja place. "> sy "
us . » Fait. et arrété
: fouffignés , an camp
3° aunée répoblicaine: oP
Signé, VONLELIWA, major s¥. VONNOTZ ,'capilaine }
te général de brigade , SAM.

Botirdon de POife. On trouverait plus difficilement
-na-plus honnéte homme , un meilleur. patriote 4'
un juge plus intégte sje crois que fa: modeflie feule
'Pempéche d’accepter ectte fouction importante, mats
jon deit fo- dévouer pour le. fervice de la Repu»
blique. Jinfifte donc pour que le citoyen Mouricaule
refle & fa place qui lui cf confiée. [oe ae

Aprés ane légere difcuffion , 'Aflemblée paffe a
Vordre do jowr,.et Ia life eff adoptee ainfi qu'il
fait. | ;

‘Ta préfeute capitulation entre nous
fons Grave, le 8 nivélte,
’







































































» Pour-copie conforme; BrLtecarse. :

La Convention nationale, far la préfentation du
Comité de légiflation , décrate:

Tons les citoyens défignés ‘en la lifle annexée
au ‘préfent décret ; pour compofer le tibanal reé-,
‘volutionnaire, entreront chacun dans les fonctions
qui-lui font defignées. .
: fa 6 i des a

La Convention nationale declare que Parmée du
Nerd ne celle de bien mésiter de la Patric. |,

On demande limpreffion du rapport de Carnot
avec les pieces dont il vient de donner lecture.

Bentabolle. Je domatde ta parole a VAfferblée povr
parler contre Vimpreffion da rapport. { Hi quitte le

‘ Bech d ommiffion, dminifuations ‘civiles , po-
fauteuil et monte dla tribune. )

fice et tribunaux’, eft chargée de prentire les me-
fares néceflaires poar la prompte exécution du pyé-
fent décret, qui,fera imprimé dats le Bulletin de
reorrefpendances * sp

4

Bentabolle. Je crois qu'il eft de’ mon devoir de’
sa’oppofer a cette imprefion. La Conventien ne doit

oint avoner ni proclamer:a. la République des ex-
~ preffions efcobardées quine font que le réfultat de

Popinion @un individa. La Convention ne doit
avoner que Jes grands principes de la juflice et de
Phumanité. Eh bien, dans.ce rappert, on donne a
nos foldats une épithete allreute. (I s’éleve. des
murmures dans lextrémité dela fatle, — Us font’
converts par ‘bes applaudiilemens de la -plus grande
partic des merubres. } * 3

Lifle des ciloyéns préfentés & la Convention nationale ,
“par fon Comité de légiflation, pour le renouvellément

du dégret du oS frimaire Bernier. — Noms des juges
st jurés ; demeures et élats “actuels des candidats.

Préfidernt, — Movricault , demeurant '4. Paris ,
cowmiffaire aational du tribunal du troifieme arron-
difement. , A)

Tallien. Ce font des calembourgs 4 la Barere. : Sos :
Vice -préfitens.'-—— Liger, prifident ds tribunal

eximinel du départemeut du Loiret. |
Prévét, ‘préfident du tribunal criminel du dépar-
tement 4 Riom, ~ 4 :

Bentaballe. Je ae crois pas que dans le moment o8
la Gonvéntion.a mis. les vertus:a lerdre du jour,
( Quelques voix. La vietoire.) lorfque la Convention
a fait la sevelytion du g thesmidor , pour ancantir
la terreur que Robefpierve et ‘fea coruplices fefaient | i
peter fur toute lu Républiques ce n’ett pas, dis-je, ptribunal du dif
dens ce moment qu’ow doit donner, comme un titre [u® 101. *
hotorable 4 nos foldats, Pépithete de -terrorifics. | Godeau , agent national tle le Commune de Me-
( Vifs applendiffemens. ) Ibeaifle daus le rapport une { zieres, dépattement de,V'Indre. a.
‘phiafe plus blamable encore. (Nouveaux marmeres Bertraad Daubagne, demeurant 4 Paiis, piéce-
de Vextsémité.) C’eh done-une tactique, pour m'em- fdemnient fuge du difirict de Nyons. -
pécher de parler. ( Plafieurs voix. Oui.) On dit daus _Favard , commiffaire national piés le tribunal da
Ce rappert que nos foldats, aprés avelr vaincus , ue ¢ difhict ,d’ifloire, 2 : : i :
chicauent paint leurs chefs fur les woyene qwils ont 4. Godard, admiviflrateur da département de Seine
employés pong les faire vainere. Je foutiens que ce ¢ et Marne. a
principe eff contraire a la libersé , perce que lorfqne | Devillas , préfideat de tribunal da difrice de
la Nation remporte, des victoires 4 Poxtesieur fur-les | Saini-Flour. ; 7 we
cnnemis de la République, et a VPintéricur fur le. Gaillard-Lecard, préfident dui uibuhal eriminel
crime, ce n’eft pas aux chefs, e’eft d la Nation en- du département, de PAifne. .
ticre quit faut atutbuer ces faces. (Nouveaux ap¢
plaudiffemens. } a :

ict de Nontren, ruc de Cléfy |














Grand ( Raimond) , ex-préfidént du tuibunal cri-

minel, demeurant 4 Briangon. ;
Debregeas , acculateur public pres le tibuna

t

* z

érimivel de la Dordogne. :
Aceufateur public: — Judilly » préfident. eriminel,

‘du département du-Lot.

‘Tallien. C’eh un rapport 4 la Barere.

f

Une autre voix. Oui,.c’efl une carmagnole.

?

Duhem. Je demande Ia parole.
Subfituis de Paccufateur fiublic. — Chautrier si juge
du tribunal du dithict de Beause,
Cambon., juge au tribunal du diftrict de Pont-
fur-Rhéne. | v :
Aidene, défeufeur offieleux , 4 Paris, rue de Ia
Juiverie , 1% 9.

Tallien et Guyomard. Je la demande auf.

Bentabolle. Ui s'enfuivyait donc que des légiflateurs
pourraient dire an Penple : ceim’elt pas toi quia fait
ja yévolution. Ul .s'enfuivrait que certdins hommes,
ayautemployé le crime pour réuflir,, paurraient dire
au Peuple: que Cimportent les moyers que nous
avons.cmployés pour vainere, nous ve ven devons
aucun compte. Jignore file rappert do Carnot eft
for ouvrage particulier, ou sil a éié approuveé par
le Gomite de falut public, mais je demande qu'il ne
foit pas imprime. ‘~ ° ;

Grefficr. — Pavia, actnellement ‘rempliffant les
giéines foncticns.

jurés. — Bouygues ( Jean Baptifie) , ci- devant
avoud , demeurant 4 Gourden, département du
Let. . : .

Piers le jeune ?fecrétaire du tribunal du diflrict
de Sain-Omer. . i
* Adam Vainé, ex-juge militaire’ Metz, — -

Ponterte - Efcot , maire de la Commune d
Bergerac, ‘ o , :

Hélonin , médecin, jage de paix du canton de
Dauvon, y cemeuraut., difttict de Vire. > |

Dubus, ‘taillear Phabits, 4 la Neuville-co-Hetz ,,
diflsict de Clermout-Oife. :

Hullon, ebénifle, juge au tribunal
Bar-fir-Ornain. as .

Reichf Painé, membre du diteetoire du diftrict de
Gelmar. ve. .

Brunet, défenfeur cflicisux a:Paris, me de la
§ Loi, maifon de ls Souveraineté nationale,

Oart’, juge de paix & Tour-la-Ville. Sia

Verdufan (Abbadie) , habitaut 4 Lourdes’, diftrict
du Gave. ;

Gabriel. de Saint-Horent ,
diftrice de Bouffac.

Laporte , jwge aw tribunal du
ogne.
" Vannier, chef de bure
de Bourg-l'Kealité.

Lerade’, horloger 4 Compiegue.

Tournier Vaihé , ci -
diftsict de Murat,
2 Breland 3 demewrant \Raze, diflrict de Vefoul.

Vignalet,. ej-deyant prt dden! du tibuualdu dif.
tet de Paw. A ss

Rouit Borel (Bruno)! juge | i

du sitoyen Mouricanlt’, pros { de Forcalquier. Bae te os
Hribunal, ne li permettia? Brillat, marchand et cultivateur
fection , & laquelle a’aillenrs | Payrat, maire de Vernovs:
wai fon patriotifme four bien 1 }'Ardeshe. ; :

Carnot. Le Comité m'avait' chargé de faire ce
repports jar eu A peine quelques influns pour te ré-
diger; favoue que je ne Pai point communiqué de-
puis an Comité. Les phrafes dont fe pliint Benta-
bolle pourraient, jen convicas, avoir quelque dan-
per. Javoue que les gouverncinens doivent répondre
ce toutes leurs actions et des principes qui les ‘ont
divivés. J'appuie moieméme la queftion préalable far
Vimpreffion. — ¢

du Wiltrict de

La queflion préatuble eft adoptéc: — La Conven-
tion ordeane Pimprefion des pieces.

_ Lelournenr de la Manche: Ut eft précteux de faire
obferver & la Coavention que le récit qui vicut
@étre fait par le Comité, porte un coup funette
Ala malveislance qai me cefle de sagiter pour faire.
croive au Peuple qué le gouvernement ne_s'occape
point de fes approvifioanemens. Ite bon dg dire
aux citoyens de Paris que s'ils ont feuffert quel-
ques privationé par ta rigueur de la fiifon, c'eft:
Wlarigueurde Iz faifon gue vous devons atijourd hei
‘les triomphes de Parméc du Nord. U n'eft point
de, pattiote” qui ne shonore (s'il eft permis dem-
loyer wigs expreficn tiivisle) Wavoir foviflé dans
quand il spprendia que dans te méme
es. Marmes batiaicnt Vennemi fur le,

pplaadit. )

juge du tribunal du

UAicice de Lan-

i * €
au ou directoire du diftrict

mbre du Gowité de légiflation- prefente
‘des eitoycuggani doivent sompofer le tri-
volutionna



a Bellcy.
depattement de
# ‘ .

. 4; ‘ A Zt Z : $i git 2
. jet : 3 bods ; : ete

- des membres du tribunal yévolutionnaire , en exéention y ?). ; : : Roe :
totes capables , humains ct bien intentio



Juges. —- Mazerat, ex -commiffaire national du

Let arréta l'énergie de fes habitans :

fort, qui décida qu'il était ariflocra

e:

1 public.

devant admiaifrateur du.

| mobile de nos actions. Nous veno

4

fe 14

Cadet,
de Joigny.
Perrault , motaice & Saint.
" Rubat fils , ‘
Micon.
~ Tallairae ,

défenfeur officienx 3 Charny
A io ae 2 ro &
Chanond,

membre da tribunal du difttice de:

“Richard, préfid confeil, du difvie ia
gfe ard, pr , ent du confeil, du difttict. dQ.

dif, wd

agent national de la Gomme’,
Bioudé,) | eee
fy

Lapeyre', place a Padminifration du parley’

de Vauclafe, !
. Felorme ,
peletier. Linge
_ Gueronlt, ancien profelfeur
collége dee Graffins 4 Paris,

wl

de thétoriqne ay

.

Lebrun , défenfear officienx., demeurant A Vay. as

giracd.

Le-repréfentant du Peuple }. Marie
" tement.de la Céte-d’or.,. d la Convention

nivd Nalidnaly .
~~ Da 8 nivife, Can'3 de la Répadii nalidnals,
indivifible. ek Ne publique

Lins . Pesca Pee?
Citoyens. collegues , ma miffien dang Ie départe:
ment de la Céte-d’Or finira le 90 du courant: tg,
paruraa le 21 pour me rendre dans le fein de le
Conventions = : me

Wy gota. oad ne Bans, ae ", oe
Un feerétaire lit les lettres faivanted ; ay
Gales, dans le ipa

Je taifferaifA mon fucceffenr le. dé

4 : “a
med ‘ elle partoracit: trad.
quille ; les antorites ‘couflituées co een

mpofécs- de ‘pas
Sa préfence feule fufira pour conteniy |

: sey : 3 intitle.
gans, qui, feémblabics en tout, aux: anciens ariftee
crates, difent que la contre-réyolution ef faite ,

ee

parce quits ne font plas en poffeffion de pill

Wuffaihiner , et fe flattent quele regne de la juice ee 4
peut pas tenir,iparce que la joie ct Punion du Pey e
leur paraiffent des infultes 4 la‘ libexté, Chpeathe,

la Conventinu ne permettront plus que les affaGigs:
tiennent’les rénes du ititade.
ralfermit leur courage.

commumiffaire civil de la Sectiog ke

une efi |

via

Signé CaLus, repréfentant du Peuple. a

y ae

les Hons‘ citoyeria favent qué le Peuple. Francais et)...

gouvernement , ed cette attitude +



‘Linfertion ‘au Bulletiv et.le renvoi au Gomiéde 9
‘fureté-ginérale font décrétés. , pe

Blatel., repréfentant du Peuple dans les ports de'la By : a ;

chelle, Rochefort, Bordeaux , Bayoune- et ports adja‘
cens , @ la Convention nationale. — Rochefort; le p~
niléfe , un 3 de la République une ch indivifible,

- Comme partont , Rochefort a eu {es oppreffeurss,
comme partout, la terreur y a comprimeé les efprite
Pordre: y rensit
enfin; la ju@ice reprewd fes droits , ct le Peuple.”
refpire, bi . eS,
Je vous faits paler un arrété que f'ai-era devoir
prendre rélativement au citoyen Guichard , enfeigne:
de vziffeau entretenu , deflitué par le minifire, fur.
le certificat dun comita’ d'épuration créé A Roches,
parce guil

5

a

avait fervifous d'Orléans , fdr la frégate P wwbiufeadey: Bo

en qualité d’afpirave de Ja marine.

Tout le corps de la mariue ,. toutes’ les ‘antorités’' |
conflituées de cette partie rendent hommage d-fos-- 5°

activate, 4 fes taleus et a fou ele; tous demandert
fa réintégration...... Les befoins de la maring le.
réclament anfli s je n'ai. entesidu’ aucun fait contre; ©

2
‘

lui; fa famille , quileredemande a grands cris, jouit

ici de Veltime geuérale ; jai cra devoir le lui readte -
provifvirément , en lantorifant 4 réfider dans Roche-

forts Jubandonne le see a-votre fagelle et & vow:
juflice. - ee Ae
«Salut et’ fiaternité. Signs Bruren.

P. §. Ov annonce 4 Vinfant que deux des prifer.

. . : af *.
faites pas le Spartiate , fout entrées a Bordeaux ; jet
attends la confirmation. ? . :

Cette lettre eft “renveyée au Comité do falat

On admet Ala barre une députation des citoyens

de la Section de Unite.

Dorateur, Les bons citoyens do la Section de
PUnité paraiffent de noaveay’ a-vetre barge , att
ce couraye qui-caractérife Phemme libre; Vamour
de la Pattie, le falut du Peuple , te refpect pout
les leis ct Ja Conveution nationale , feromt toujaltt.
5 as en conte
quenee vous foumettre quelques réflexions que
Vintérét de la République nous fuggére.-

Citoyens sped cgudie , conformemont 4 a
décict du ti-frimaire- deraier , la Section de PUnite
seft rendue cn maffe A votre Comite de furett |
générale, elle y a dénoncé les. affafius des ¢ ct. -

3 feptembre, et tes dénopciations font revétats dt,
¢ nous
i

fignatares d’homuies probes et dignes dé foi
demmandons a la Conventi
pas alarmant pour les bons citeysns de soir a
coic autour deux tons ces hommes, de fang vi :
de Vimpunité et menacer A chaque infant dt ee
revivee Ir dyltéme de terreur quia plongée la aL
‘dans Je deuil. Légiflacurs , Ble regae tant de ve
le regne de la vertu ct de Ia juftice pouvatt
illufoire par um exces indulgence, ‘ii
nen doutcz pas, fera bientde de nouvea¥ qn : 7
Citoyens repréfentans , depuis le g therm eit
République ct Ja libersé ont couru de, Set:
dangers,, et lea, partifans du terrorife, of sake
cose proférer le now déteftable de roi et de rey

volt, ee:

ch

A ok
‘Be bat,

“mand
2 Peta
de pe
Wo
of nti
i
bitte’
ets

‘* 4 weal t
on nationale, il och.



ja liberté: tm . :

te

A saga |
geet

at Te,
oo RRS
a dat
bh poe Noi

Ger
Po dation
Peat
was toyoni

a

geet
> grand
cemorts
so M 5 Ger
“Shaver
we ated
tolre,
cia
. a Ike
1 ober
Seah
peer
to Le

oy

f

ae



~ fappo

Vatete






cours

dn’ he

¢

La

!

AL
feron








a v 5

s yinie A Tour: fines oni ta conjuration dy
qudos avait pour but de. retablir Ja voyauté /
we factiowx i HM PULIS- $ agit¢nt.cneore 5 nows
eta-tondci ly projer de maffucrer aux pri
époqus ? nigfa- tron le cobjuration.de






é
Small
se ‘A. extte

te



of Mec guira-t-om ‘ed: doutede mouverrent des bone

¢ .
Yc grtifane:s Ge oh cane -ce iit
Po Fagtieun 2: et viendra-t-gn pons dirt que ce ne font

: iyi por Pitt et fes-agené? Légiflatears'; vous fau-
re ‘yeree-taPatrie , vous et avez contiacte Pengayement
oofgenvels ‘vous - punires les affafiins du Peuplo, les
1 "Abyaflateurs ‘et les. fripots » et vous ne fouffrirez :
of ap que. les citoyens pailibles sient a redouter de
Bb. penvenit Ja pertecntion et les peignards des roya-

J “fides et des alfafins , de*ees monllres. qui ne dyi-.

& ant plus trouver ni protection ni Patrice. Se gilt
7 Aégitlateurs » un objet important mérite toute.
=. “pire vattention les dernier evéenemens nous -ont
-s, ufifaoment prove que la reélection des officiers
a “Ap touseoliteiers, de la parde nationale: de’ Paris, eft"
wile ef indifpeafable 5- 1a fareté publique , le bow
‘ordre et fa juice exigent cette mefure. Ceux qui
‘aos commandant aujourd'hui, ne font pas dirce-
“went. tes lus,du Peuple’, parce qu’ils out été
‘@. - fgets dune épuration quifoovent nous saviflatt
notes. va 3 nous defirons conferver ceux dentre
ww waritent hotre confanee ;,et en éloiguer

pagum ee i ‘
Po eux qui Tont légitimement perdue depuis long-













word "



Poo | fbeRduflant auffi que vous prononciez fur la réor-
: ‘gollsion des antorités conflituées » Ge smauicre ad
Poo "tn dloiguer. lee ignoraus et les fripons,

* Gitoyens tepréfentans , nous vous déclarans 7 en:
oi préfeute dela France entidra , que jamais nous ne
." gbmapoferous! avec * Ieg’ principes. Nous. vouons a4
‘BL Yeségridons publique tous les tyrans et tourgs les
“Hh ayranuies ¢ guerre 2 amore aux royaliftes ~ aux affaf-
ER © pect aux filpons, et uotre dernier voeu fera tou-
BB jonrs.,, jufqa’d la mort, pour la Republique une et
- “ppdivilible , et pour la Convention nationale. ~










Cette pétition-eft renvoyée at Comité de légis-
gon 8 ue 3



“eGalal-Martin, an nom da Comité dos fecours. Ci-
< TD je-viens au noin de votre Gomitée des fee
¢gure publics , foumertre 4 votre fanction un nou-
“yeavtravail “de Tiquidation des penfions cucs a ua
> wgrnd-nombre: de ‘ci:oycunes. dont tes mais font









yf Gette honorabie lilte eft rerminée par le nom de

ay elinp: de’ Phounent , apres aveir fixe la vig-
Mp Sy Blpagne,

Me. .°. WeR glorieux fas doute pour la veuve de Di~

Robert de fe voir. inferise pari les eitoyennes qui

BB war befaiivde vecourin A Ja bienfaifance uationale
“pout trouver: des refources contre Tindigence. |

1, + Le témoignage noo équivoque di défiutereffement

, db hérod que regrette ta France , donne un uoa-

yo ovea thitred la gloire “que Jui owt méyvitée fes ver-

oft civiques et guerrieras , fos victoires et fa mort ;

atde! déctet. qui proclamera cette glorieufe pau-

A fatnétivire. ‘
}.: « Woled te projet de décret.
} i La Convention nationale, apré: avoir entendu le
. fapport del fons Comité des fecours. publics , dée-
artes 2
ep :
J Ast, Tet, Les veuves des citoyens:morts en défen-
“Be Meta Pati, on fefant ua fervice requis et com-
‘ mandé auc de la République, dé.ommés en-
., Teat'ainené au. préfenr décret, recevsont, a titre
., de-penfion alimentaire, la femme de rit,oc6 liv.

th peels » Maprés les propsrdens indjquées audit
» Rte!’ 5

@.. IL. Les- ponfions aceordées anxelites veuves Icur
a ferout payees aux termes de Marticle Let du titre I
Bo Se teelovedu 23) praicidl, par tes commillaires:
— ian idribureurs de leurs Gommunes on Sections ref-
| Betlives, A partir de fa date. de Ia mort’ de leurs
A Bs, feud imputer fur le montant defiites pen-
= Hows les Souimes fufceptibles “de retenuc, qu’elles
Npront pu regerede d-compte. fg



Me Laat

WL nutxé au piéfent décret te fera point
Bs Ataprinié, ra :

. c
, . .

Posy Ce decree elt adopte.

Py 5 itn Martin 9 at nom dy Comité des fecours publics.
Be Meyers, ‘par da Idi du 16 mai 1792, relative
_femaifon’ natiqnale ‘des. Invalides, il fut accordé
St penflods aux"veuves deg militaires admis dans

bale
ee maifou. ee , af
pt SMe ma @uy retiy ‘ rc -
lives > Oujretirés avec da penfion repréfen



>be ‘maxdtnium de ces penfions fut Gxé- pour Tes
Risse a J00 liv., pour, tes enfans 3 36 liv.
io gS Mminum, &5e liv. pour les veuves, et 24 liv:
Poor les enlans. - + sg RS
ite ps we termes’ de la toi, la premlere’ne doit
. oY Falla nce lorfque I’ Etat commencera é béxeficier
tae eet one nombre des invalides. | : :
oh bieataie ‘let Moyens > que cette condition rend
Po tring 6 ae Ou ite 4 ces veuves et aux
Hee Aout elpoi Ven jawic janais , puique, pat





Ta'cleesnRanee dela guerre fi gloriaufement etitre-











dobtelie tevolutiounaire:, Ics: rcobins dalore 2.
deb: ateliers 4 “égerés” et fédnits’ par “des.

Odes inancouvees contre-révolutionnajres fous |

Lemotts au fervice’ de la Patric. {
vi 1 . Pa) + tae . 1 + > é
"a-vedve d'un dew géenéraux de la République ; mort | moins de douze any. ou infiimes.

tolre.{ous'nos drapeaux, ec vid fuir es fatelifies du} préfeater le projet ‘de décret fuivant: ,

-"spetdyfera le complemeat des houneurs dévernés- talves retirés avec. ta peufion reprefenitative de la
: maifon nationale des invalides, @gces de .cluquante

Wntoas g den., conforméniens aux aifpohtions dey a fa maifon‘wationale des invalides, ou fon brevet de

y “eloi du 4 juin 1793 ,- vieux pyle, et de celle du penfiou repréfentative.
WJ ptairial. dernier; laquelle’ fommme fera :

i 5 : y Pip, ee

eS * ho

“avec les parens dés émigrés lo portion qui teeient -
prif’ et foutenue contre les ennais de notre Liberte; { AA République dans les heritages. Le teqdeflre inis
le nombre des braves guertiers 4 qui in Pauie doir | fu ‘les biens deg familles feta levé imméediaccment
une honosable retraite, a tellement anemeaté, quit} apres’ ec elles ferent, mies ew liberté sil n'esilte
sécoulera uu longteass avant que PEtat. puille d'antres caufes de detention. *
fionuaires. - Ala Republique, tera vendu Lous “délai: te Comite

Cependant 1e8. citeyenixes pour qui’ la vicilleffe ; des finances propofsza le moyen de le reumy pout
ef can tite: de plus 4 la biewfailance nationale , feu faire dés;ventes publiques, de la uaniere be
font plongées dips la plas extréme indigence. En { toins difpendicufe et fa plus utile. ‘
perdant leurs époux, eiles ont perdu, tous leurs| XU Mt fera ‘dreff incelfamment par’ fa Com-
moyens' de fibhftance’s ‘elles invoquent a grands. miffion “des teveuts nationadx , un état des hichs
cris cette joftice , cette huniauié, ce’ refpect pour qu'il e-utile de vendrg avec célérne , de meme gue
le malheur, dont fa Couveation nationale femontre jf! des batimens et mailous son lowes , gut furekst«
‘chaque jour fi pénétrée envers les infortunés , parca} gent ly République de frais de garde et de 1épa-..
lefquels tes fainiiles indigenies des militaires tiennent rations. . reo s
Je premicr rang. ’ Sh, Le. Gomité des fiuances préfentera fes wuts fur

Sans dante que les veuves pour qui je pale, les woysys @en acctlérer Palienation , de maniere
winfpirent pas .un intérét buff vif yue celles de {qu'elle séleve A uw milliard. dans, le courant de
mos. inteépides défenfeurs ; les maris qu'elle: ple. Pannée. ; sie 2
tent vont pas été Tes foldats de la Patrie : alors{, XIV. Le Comité des Gnances fera tnceffamment
“iL wexiftcit de, Patrie ni “pour eux ui pour nous; | ha rapport general fur les lois ‘pertant peine de
il ment, pas eu le bonheur de combattre et vere: déchéance, envers tus evéanciers de la Républiqae ,
fer leur fang poor a caufa de la tiberté; ils: afin que: la Convention nationale foir. A méme de
vont fervi qu’an roi, ils n'ont obéi quiaux ordres | modiher celles qui lai paraitront crop viggureufes:
dup maitre ; mais en bravant la mort pour. lai, J XV. Le commiffion, chargee de réviler Votgaui-
pour fs caprices , pewr les fantaifies’ de fes. mei~ fation actuelle du gouveiicrignt , fers inceMsanuent
treflés , ou de fes. favoris , -ils croyaitnt combattre

pour les intéréts de ly France, et ils ent par

fon iappost tur les moyens Ven allerer la marche ,
de lui donner teute Pactivité et la force neceffsires,

fear valeur foutenn ‘antaae gu il etait: en eux, la

gloire du nom Frangais. 5 “a

et far les ééonomies er tes réYormes que Miuterec
public er la ponctualité du fervice follicitens , foit

Les récompenfes que nos derniers defpotes leur dans -les commiffions adiniuiltratives , foit daus Jes
avaient accordées par des matifs @orgucil, dam- attiibutions gui leur. foat conti¢es.
bition et de tyratinie, yous Tea avez confimees et
giugmentées par on motif de juftice et de munf-
céce nationtie , et ce principe yous-dicte d’érendre |
A leurs. veuves eg a lenrs etfans une partic du,
hi¢nfait, -- . J Fe ;

Les lois que vous avez portées eo -favear des
familles: des défenfeursode la Patrie ne ivar font.
pas applicables , et. votre Comités ne ‘vous propo-)
tera pas de les faire participer aux mémés avau-
tages; leurs maris, conime je vous Vai déja’.ob-
feivé , ne leur nt pas tranlimis duulfi grands. droiis.
a la bienfsifance publiques. ‘

‘Mais il penfs que ce ferait les triiter aves trop
‘de parcimonie, que de les, réduire dA fa penlion que
PAWemblée conflituante Icur ‘avait efignée par ta
loi du 16 mai ij7gr:.dl penfe que, pour -étwe
jailes a lear égard, le, moive ‘que vous puiflicz
fuie geet d'élever cette penfian 4 150 hiv, pou
les veuves, ect 4:75 liv. powr'les-@ufass agés de

i















Lequinto. Tout le moude fait que fa grands. emits
fon du numéraire, quel qwil foi, en diticas
péceflaitemeutia valeur, et quae pour reheailer cere
valeur, Gl me fuac que disinuer la smite syut cf
eu eiteulations vous aurez donc atteat dans oun
point iuportaut le bat que vous defies, - fi -vons |
trotvez & faire ventrer au tréfor public une graude
Fquantité d'affignats , @une maniére wes-prompte,
dans-‘bleffer ni leg intéséts publics, ni ¢eusx des pare
‘tichliers, et fans violer les droits de la jultice. Qr,
eefi ce qui eff tres-facile 5 vous avez, pour cela,
guawe urefures 2 prendre.

-19.. Beh Maccerder use prime de dix pourcene
aux-acqudreurs de biens uationaux qui ifideront ea
enier Jeuts s¢quifidons ‘Uans. le eourast de cene’-
année, je vex dire Mich au prewier vendéminire —
prochain. €e moyen velt tiv et ledacrifice que fem
blera faire la Nation n'cft inéime .qu’apparent, cat
fans. cela les acquérenrs me payeront qu'en ax
‘guaées, “au termes de la lot qui feur aceurde ce
bénélice. Deillears, les heackess immenfes que fa
Nation fe. proeyrera par is plas valeur ds fon
“numéraire Piademnifers an cenurple de cette pees 5
elie ne fe nuira dene par A ele-méwe, ete cli tera
évidewment le bien dre Peuple. | : s

29..Ul faut enlever le droit Venvévifremeut fir
les ccilions des bigus des évalgré. 3 quotque ce drat
te fuit que de deux pour cent, Vespérience a
prouve qu'il génait Spiseee de dpéculatenrs gui’
wachetaient potut, parce qu'il fallaic trouver fu le
charap ectte foanne- A débourfer. %

Un homme trouveane ceflion de cent mille frances,
par exemple 5 il fait quil s’arrangera de mantere 4
procurer des reflources pour “tes palémens , aux
-épeques preferites 5 weal hui faue a PinGlant .véme
de lacquifition, débourter 2 ogo livres ; al ne les
a point j il me fait pas valuir, et le défaut de con-
currence fait’ douner. Pobjee A ua prix mediocre ct
fonvent a wil prix..o -, -"

Quelle raitora @ailleurs y a-teil de faire’ ane diffs
rence entre les bieus des érmigrds et ceux des cl-devant
moines P Jes uns et tes autres ne foni-lis pas ,éga-
leinent bigus nationanx , et ne slapergoit-on pas.que,
tes ditferencier, c'eli jetcr da diferédit dur ceux des
émigrés ? Pourquoi la Nation avrait-clle le tort. de
coueburiy elle-méme avec Li malveilaues , A dépre-
gier ainfi fa propre fortune? fe

3e, Lt faut proregen encore jofqu’an 1e¥ yvendé.
miaire,, Ja faculté aceordée par, da let du meis
“Maeit.17g3 , ct dont le délai eft expire hier, be
fadulté de fournir une moiité @inteription fur Je
grand livre, aves une woitie Paffiynats ayant cours,
daus le paiement des biens: nationsux de quelque
efpece que ce felts. d condition toutefois de folder
fou acquifition ‘en entier dans le courant de cette |
anuée’; vous accatdercz aufli méme fur cet objet
Ja semile de dix pour, gent,
" Wt ne-faut pas cratndre que emploi des inferip-
tions au grand livig diminue la renincé des aflignats;—
au contraire, car cela fsedlitera [es ventes , eb beau-
coup de perfonnes fe liqnideroat om eutier dans
Varnge, qui, fans sela, ue le feraient que dans |
Vespace ce dix ans.

Gette proroga'ion pour l'emploi ly
eff Vailleurs de julllce vivowecufes. Ea"
toi du mots Qeott 1795 ,- la’ Gonramtio
ioures- les iuferiptions pourralegy Cire
tems oppottua, pour laiffer 3 "ipmm cu'n Gas
inferits la faculté de fice Pemploi de lear Same
daus de délai-preferit; or, cela b’a pur ave,
‘puilqu'il eft de fait que les infeviptions we
méme pas cucore'totalement délig mS

Les rdifons Véquité concours

: : pwatc et Tintérét particulicss 4
. Arte XI. Pour rendre promptement 4 Pagricidture © inclures que je propote pour Pag edu Benp eg
les bicus des émiarés et des condamnés, es mémies, en operant, par la prompte renmee des alfiguats,
Comités préfenteront fans délai le mayen de régler la baffle inévitable de toutes Ins denvecs, -



eft’ dzpres ccs vues Qn'il m’a chaigé-de vous



La Convetition ‘nationale , aprés avoir entendu le
rapport de fou Comité des fecosrs, teladf aux,
peafious qne In lot du 16 mai 1791 seconde awx
veuves des Invalides ef des autvey wiililaires rétivés
avec Ia pentiow ‘yeprefestative de la mallow nationule
‘des invalides 5 voulant faire jour ces choyennes des
fecours qui leur avalent'sé proinis, ct les augmenter,
décrete : . . ;

Art. Tet, Les veuves des invalides , ou de mili-

aus au mois, jovirent de? Ao livies de penfion
alimentaire. - # ie

U.' Les cenfans recevrant Ja. moitié de cette
fomme jufqu’d Vase de denze aus accomplis.

Ceux augdeflus de cet age, qui. foot infiimes,et
hors Wétat, de travailler, en joutront tant que du-
rera leur iufiymite. si ree aes

Ill. Uctdites veuves et enfans feront tenus de
produlre, outre les pieces exigées par la loi du
4 juin, Vacte de mort da miiiaire ct fa réception

- CGe‘deécret ef adopté.

#

Ssladin, Organe de la Gommiffion des vingt-nn,
je viens rendie compte dla Convention ‘de Vetar de
fes opérations. Noamée le 7 au foir, elle s’eft af-
femblée leteudemain; organilés des ce.moment ,
elle a écrit aux trois Comités pour tolliciter la re-
mife des pieces relatives aux quane repréfentans du
Peuple , Coliot ; Billaud’, Barere et Vadier. Le 10,
la Commiflion aregu du Comite de falut public une
lettre qui lui annongait qu'il avait été nomimeé des
conimilfsires, pour: recherchey ct inventorier ces
-plecess’ Lé az, Je 12 ct le 13 fefont paliés, et la
Commifiion wa rea recn.” 2

. André Dumont, Namare par te Comité, de falut
public pour aventaire donut if sagit. je -déciare
qre déja cés pieces feraiest rvemifes, Stl ne sétait
eclevé une qucfliou incidente ¢ celle de faveir fi des
arétés fectets , pris par Pancien gouvernement, de-
vient en faire partic. L'.thrmative a été arrétée, la
difficulté clove. La Conimillion ne tardera pag a
recevour les pices. (On applanilir. )

.
OT re cae on emememeaamened











‘On reprend Is fuite ‘de ta difcufiion fur le projet
de décret préfenté par Jobannot.




Pe

uae?
iy }

ci aved. Pintéree
pre MRop cr les:






Lee articles fuivans font decrétés fans récla-
metion ¢

er een tere Armee pee ee eee artis ar

eran

Bs

béueficier_par la ditajuntion.de-ceneclalfe-depen- | — XML Poutle-mobiticr-des—émigrés sap pan enint— ———— ————:

t





Be eee ee

Sa Gas Re















t A ae er

Veo

Corneille; calle 14. mine
e que le-nom dan

.
4

ng r
- + Fs

Let cblervitions de Lequisio font remvopdes aux |petite, Bile. de Pierre:
oiiies. . oe oy sb gui, amayane dantre héritag e .
‘ ‘gfand. homme , alla trouver fur tes ‘bords du: tac,
de Geneve ¢ dans ta maifon @un autre grand hépime,”
et. Mutyle hofpitalier et-le bienfaifance recpectueules
Detenve-quatorze:mois fous le regne des Vasdales, »
elle,wa' point de lit pour réfofer fa i#@; ce font.ces,

7 | Bcfoy propofe yn projet de décret pour. qu iL
_° + me foit plos serens de -einguieme fur les rentes
+ --que_tloit_la Républiqne , attend gu'na_cinguteme.
e no-dija dté rctenu fors de Vinfcription, av’ grand




3 dere, Re Bee tei Be yy ' bypropres expreffians. Voliuire -w'ell plus 5 ‘vnais da
: ; * @ambon. Tl eft faux qu'on ‘git fait une double | Genventioa nationale’ eyille, et cette femme et le

te |... wetenne fie idutds les rentes. Cattel,
J idifentte reis. fits dans ty Convention, Elle penta ,,
ate comme Ig Comité. dés finances , qvil fallait faire
: ‘arse difliection entre Jes rentes qui aveient été
‘confituées fans retenné at celles fur lefyugiles une
: getenue. crait adja faite ATInMant de leur creation.
a be “ “An forpins, je ne m’oppofe peint a- ce que ly} Pp ‘ ae as age a
1° propofition de’ Beffroy ‘foit renvoyee a: Lexamen'da| cévolation devenir ‘un oaean fans “FIVE, | OW plutée ,
' Comiré', qui. u'a jamais woulu faire terg- a>; per- 4 UBE ner, de fang. Novs evons €te pe:tuadés ‘ repré~,
foune. - a? : ni es fentana,,’ que vous {aifivics.avec avidire cette occalion
mA ‘Ade iendre un hommage de reccnnaifaace 4 auteur.

7 BGs . Teg ik 4 ‘4s
vertngqux de Barnévels cet. de Guillaume Tell, Hl n'a,
jeinais €c@ fouillé par leg ‘bienfaits dela tyranaic’; ,
eel tut qni: vous..recommande, fa vewve 3 et la,
piere qui. monte du fand de, la tombe d’an ami’ -de
la ltbeyté’, fe fait. tonjowrs cnrendre au, catur des,

te § vépréfentans dui Peupletbre. PEE oe dae
e Nous avious’ @abord-pideé {ur la life quénons
“devans veus'préfeuter, fe célebre Thoinas Payne j
déclaré. citeyen frangais, par un décret que je m’ho-:
nore Vavgir, provoqué dans ane péidion:, vers la:
fin de la légifluure , il fat porté depuis a la Cons’
yentiog, pour yreprédimicr le Pounle-Hraucais. Un’
capiyce dos.tyraus avait exilé , comme, étrauger , di
fein dela roprefentation nationale 5.vons aves révaqne
ce décret inhofpiislier, et nous nesoyons plus en
"Thomas Payne nn homme de genie faus forte .4

siete wedte “prolparite do auteur. Mes Horaces. o +. ao
La-derniere eft ta veuve-refpectable de Lemierres cet
cbomme vraiment: républicaia, qui, fous le detpo~
tifme de Louis XV, ofa préfenter for un theatre
alors aflervi, lu fondatenr de: Ia liberté helvetiqne ,”
et je wartyr. de ‘Ja ‘liberté batave. Ll eft mort:





re —**) Levenvol eft déerété:

Bailien! presotce ua difcotira &. tx feith daqvel
' Al préfente des vues tendantes & Pérabliffement Pine
: : _' Commi®on uniquement chargée de laliquidanen des

detres des émuigiés et condananes.

ig ne a 2
La quefiion préalable einvoquee et adoprté

Canton. Bepuis que la Convention a aeeret’-
qu'il lui ferait fair um rapport for «les meyens de,
meter des. affignats de la cheulotien 5 da yaalverts
Jayce chetcha A répandre quit ya dautre moyen:

© ' gue Ja démunétifation, Eh bien 1 je demance que
PAfflemblée fe. prononee. et quieile déclere -qu'ete
fc déwonétiivva point les allignais.” » ed








aApres quelques ‘débats, cere. propofiion vel



































peuvre ct. confumé.de: chagrin ,,, forfqwil vit. fa)










prigté wattonale’s les emeowragemencauy, oi.
foat ane dette publique, Releeen fe richndd ahs
leurs. debsis 5 et fi un gouvernement ny raleoabley
fait long-terms la guerre, préfenter-te bea lear. 7
@olivier au nom-de ta République Framgtet®.
laiffes. passplus long-tems les vils partion tat |
royantéJinfalter a leur decadence, et leur ee.
emphafe les noms du fanguinaire Octave ae
echiavélifte Léon X et de Vorgueilleus Lowen
Ces defpotea fans doate ont vouly, ie Suis XIV,
leg teiences ev.tes arts, Se fire ‘pardganee Feat.
reurs deq profctiptions ¢ lek eriines du yeaa
ies mathores des Cévennes; isis ‘ils ey te oo.
aprés-cux qu'une renoutinde: fétrie pars iin oi
ml eta et re lausitrs’ couverts de fins pa laary
ov, il nef pas vrai. que tes le iene
de Ja protection bs : feu homige, Latent eeite i
primés par lo tyraanie ont les proporiions dete re
clavage siils reflemblent a- ces chénes rachitee’ ;
dont fe. feuiilage pauvie et les rameank esuihey fa
ta terre repouflent te veyagent fatigud gui: ch i :
un abi contre Porage. Vever A quelle hitiseg :
core inacceflible dux "Nations ‘modernes, ty ath yon
Véloguénce, et-tous les. arts: Pimivation Re ey
élevés dans lys. Republiques dela Grice. 4 oi
‘inthe, & Steyone, 4 -Syracofe, et ‘furtoni' aa
Athenes, dans. cette cité claffigne: ct’ notrsfe pS
geands hommes:, ot Péviciés , forcant de Pstalec 4 -
(hidias cutuait entendre tes legons de Socrue : fae
Voraseut Eichiney cité devant Vaflemblée' da P os ;
ple®-admirait Démotihene toniadt contre ty) ak a
Platan venaoe dinlruire {es howibterix' clever de
les Jardins, @Acadéwus , £2. rendait Gueelgiean
thédire pour y décider titre Euripide et Sophoc
ev dégerner be par \du' genie: tdlles ef plus ime:
fautes. encore, doivent éitreiun jour Jes défi de Q



‘i










Eine





































décritée. a! ee maiaur colleyue chéri de thus les amis de Vhumanité; [4a République Prantaift. Producerice Phomnesd
’ La fiancee ended a heme. "3 : un colmopolite égalaneut perfeenté par Pitt et par He chutes, cle a befvin dune immenfe indifile, »
i . ar Robelpicrre’;;époque’ remirgzable dans la vie de | Vous les beaux. arte dai font aéceffeivesy il aces 5
SRANER DU 14 NIVOSR yee philofophe:qui oppofa les armed du feus commun pent le loiie, ils churment tes chageiua, ils ipa” eg
5 4 eee ef: >, 8 pan glaive de la tyranuie , da faintelé des. droits. de deat Tur la vie “Uy foonte de bonheur dont Valpdce vs
Chénker , en nom du Comité d'inflruction publique, Phomme au machiavélifme des, politiques: dangle. humaine ct fufeeprible ; et tout ce "qui rend, beds’
“Cheyens repré(etars, vous aves jeté ga. conp- | terres et qhi, par. deux dorits immortels, a bien dvevx bes hommes réunis ea corps focial , fir effems
Wail tur les feiences et fur leg -artsy vows. evea'va me dw: gente homain , ¢¢ cotifacre Ja liberié dang paiellement partie du dooiaine,de dadiberté. 0 50."
do Republique loug-tema deminée. par dauhitienx. Hles deux mondes. aa be a ag 8 : Joe ak fw a 2 2 ' wie é ens
SD, voaiee: pea a pan dane’ age lroateufe Leg derniers con{pirateors vhomaies fas talens, | ae ee fonveut satereguigy ‘par led pl
5 bavbatic, qui bicard: cat’ reffulcité Tancter. defo. | 4s vais cnproportion de fei ndllice , oratanis . PREM eee La futile demain ce
tility ,’ct vous avez dit: Cet dpprobre ve fabfitera | sourmentés de la ‘manic de Peluquencey et fachant | : La faite detain}...
is.3.Ja Maen Frangalfe. fera’ fibre et. éciairées ad pein écrive deux. phrafes de fuite en daugee N B. Dans Ja feanc ve php oe se
; rchie de Vabtaraité verra beifer fon fceptre frangaife , avaient cong une averfion mortelle contre f°, ay cat enact du 15, Ia, Convention a.
Eanglant ; les belles-leitres reprondiont, feur: éelst ; fes hommes éelaires. Hs accusillaicnt exclufivement, pros es é 4 Vappel nominal pour le renouvellement: 4
lee arts confclateurs geleverant lear téte. chavce:’ ils publiaient.. aux frais de 1a Nation, les pre- ares cet ey meeRan ee: de Comité fe fatut
fautey car on fert “fon> pays o en: Veéclairant 2 lee duations igueminicufes de quelques écrivaing tere ee be 1 f ; Pe ae ake pt .
hiomames qui font faite un pasa la raifon publique, “Sema as , dl-gornears dnibéciltes ide Potigarchie gite f cs a yo Sh EES Merlin ide Dow, he
font auBbles défenfeurs de ts Patrie.: + 4 Pou appelaitdémosratie, efpius plats eacose que leurs Pen 2 etanty a gee thee wee
Déia depuis loag-tems vous. aviex aching une | pratecteurs, Dans tous les tems, les honimea qui P aDURE ESE Sep nEe par Mazec . Bréard: ¢t io
: famae de Yoe,o00 liv.’ anx hommes Isborfenz et | OMF opprimé Te Pcuple, ent ant pertécuié Ja raj. | flies i ; oo ee ee
days fortune, gai cultiyent ecs arts-utiles. qae Per- jon et le génie. Critias était. jaloux de Secrate, |: “uh % a aot :
gueil appeleit métiers.; ravia, vous avez fenti-que les | Denys de Syracufe de Blaton , Névoa de Lucajo et 59 a aut eke
foienecs’ fublimes ,’ que les arts foadés farte bean [de Senéquc. we 8 Bee - > @RAVURES |, K
ideal, et dont Vobjet eft Pinitation d'une nature, _. Navons-neus pas entendu a cette tribune, Phy- | wy! Pen ee ee eee
Méice-ava'out wide belgin Vencouragement, et ue: pocrie tt dsfolent cictateur accufer ba plupart des Fofeph Cange , comzaj fonnaire de Saint-Loine, i
devaient point infsirer-moius Viatéret ang Teg flay | SeF8 dg tates de s'étre déshonorés dans ‘ta révo- ee : Searbourg , département de la “Maurthe, a
tenors doje einude Yociété civiles Eo conféquance, {lation ? Sans -doute ils’ fe feraient déshonorés 5 1753, pemt dapreés natiie ,. par iLegrand sot grave 4
vous avin idécrésé , le 27 veadémiaire dernier, qu'une | i. renongant 4 toutes les idés foclates ,, fi ,.) 8” P. Beljamb:. Peis do fous. A Paris , ‘cher Bel- oa
nouvelle funnte te 300,000 live ferait, répartie entre | foulant ane pieds tous Jes principes foudamen- jawbe, ruc des Petits-Auguitins , preg celle dui Cor”
Hes gens de lectres ‘ct les avtifles qui-mésiteat par {tux de ly. politique, ils wayaient vu la révo- tember nee Fate aia po
ears tbens et ta Riuation actuelle deleur fortune, j{utiom que dans un “homme , et Pégalite que | Cette gravure a été prefeatce A le Gonyention peat?
= Yareention généreale de fa: Gonventiod nationale. : fang la publique fervitude. Hen efi , je lavoue: , | 14? ef a accepte Mhowmage. 8 Rte = AU he
; Vous aves: décréeé que. vorre Gomité diafritctlon | mals cn petit pembre, et prefquc tous fins meyens, “Ss ne Oe
: publiqne vous préfenterni¢ Vétae de ces citayens. Je, il eneft qni out embratié avee furcurVidote expirapte | 6 a , cS ao
views, em fou nom, remplic adjourd@ hur vos vacs de la roysuté. Ce u'elt pas eewx-ld quill faut excufers LIVRES DIVERS ;
bientefvates. ey Sat ye perifient reus les tuettres qui, én coirompant Popi- ce eae ey tee & ean
En. difcatant lea bafes de notre travail, nous avens | WOU » feraieut fervir leny plume eoupable a rétabliv, Code des. fucceffions , du Reécucil de tons les déerete
pent que Pinégalité d'age , de talens et de travayx |/Um roi parmi neus! Mais we plagons pas au rang [qui ont ‘para jifqu'd ce jour far les ‘faces ion A
devait néecllairsment éravlir quelque inégsliré dans de cesiefclave impurs-, des littérateurs , des artiftes | tefluméns , donations , partages, fubflitutions. et, auttes ff
les récompentes. Do refle , n’époulant ancune-pafion eftimables: qui, ‘dans le Glence-da cabinet; accmus 'uctes civils qui y ‘ont rapport un volume Ins@ A,
individuelle, nous avons placé for Ja méme lite tnmes, pour ainft dive, 4 converfor ayec’ Ar‘Bide | de 392 pages, avec table chroologique ‘et alphte tae
Aes bomunes deamérite que tes quérelles litteraires , ¢¢ Caton d’'Utique , avec Démoflhene et Cicéron, bétique des mutieres. Prix 4 live broché, at lit,
avpicnt long-terns divifes. : 0 “anes {wont pas aduiré Vhomicide auflérité'de Couthow , } 15: fous,’ frane de port, pour tous les département.
Vous cotendres un graud mombre de néms céle- | ou l’tloqnence’ meurtriere de Suint Jolt, et qui wone | Se trouve A Paris chaz le citoyen Rondénaci,
bres. er c'eft vous offir une prenve affligeante du'} Pu reednnaitre le char de Ja liberté. dans ce} tom- depot des lois plice ida Carroudelis "8 ao Ee -
ASaifcment houteux of des~ Anpides oppreffeurs berean fanglant oi Robelpierre faifait trainer fes | - Cette édidioa contient une explication, an frst Mt
de lai République ‘avait condanneé tout ce qui olait victimes. Mereus Brains n'était pas uu {eélérat, lorfe | de commentaire, de lois des 17° nivdfe,.98 ah’ sa
vale, Did: TepRlalons Quelques littézateure smoing | GG, périffant’ a Philippes et voyant la yictoite] 93 venibfe, ot g fructidor de Van g. Lautearjle | es
(Eoanns ont travailté a wne maniere. moins. uiile. 5 injuite des triumyins , il doutait de Uexiftence de la |.citoyen Verneuii, la foumife avant delaipublitty ie
pal “dantres , jenwes encere., donwent. ded efpérances | verte. dent fa vie enticre offrait le modele. , ; aux repréfentans ‘du Peuple Cambacéres ct Berliers : oe
anf Ga de glee TNO SHSM | pa andnr gue de Cave med ta eben du Goede gone
ee eee & ates. trowveecg | votze pons veuger les lettres avilées, les atts degrades |. Rae Rae E J
dre nuns de trols lerames qui ‘novs ent paru iné- | et abatina, il vous ‘appartiont, repréfentans , de _ceentendeimedsmmntnrtet tracts 1 oe
Teta y duse wraniets éclaante , lea regards: bien- / leur accerdet des-confolations et un ap ieee ate Be BE he a eat af wt ie :
A) as veils ae la Convention nationale. Lune cf ia Le déetet dove j viésis Foltictier exeedtiom,, n'a |. Paiemens dla tréssrerte natiosale, |,
eéicore Dameinil,- cette arcifte octogeuaire, dout | dans-la penfée Sei? Sige ieee y : : ‘ AY et
i patiivaliec, Feels fa répatation., en a reculé les | bligue, nj oferat aie Gi cee “Aibike sGaiercat: Fy pee A st ice
horurs-de la déclamation tragiqug, et dont le gé-| qu'un prélude a des bicufsits folides et durables. touts’ dnfeciption®! ot Celok pony’ 5
+. win’, contempurain de celui'de Voltaire, -ewbel- | qu'il eft pemsde re ; et durables , | portouks Vinteriptions: au grand livre. Get ee
“Bhai £ stcae shell wavie, La feconde : sits ae ee ce ee Riis dont les. Tes tentes viageres , eft de huit mois 31 joo *f . o
ts pote og fa cae i Patties: Las arts font une pro- [Vane 1795, vieus ityle. Be erage nn
. : S a a , =e : PE ae : A ein arts . i nett ool ih Scarodcnn heat 4 : é “ees ia octane ele : ; 2
i Monitour fe felt itevt! ® 18. Dh “an spa recat a , a et . ee a te : A
» RP ras cea 4 eet a ' - ao e Tae ee ot Berek » frane de port, sm citoyen Atwty ,diz-etouy de ae journal, qu sale ;
look | everett ios Sonunencertant de ounce mols. UW -aut avoirfoin de fe ioscan el ontie Bier Be oo ae be te Oe es aul ay
. 2 ae. fer ‘Thennt ine ; f : té Ch argent ; Bee oe ee a .
| peace fe Ss alek oe oe ee a i iby oH du = share les lettres qui renfexmont dea aliguote, aa nee ao : : ; ge
7 en oes : are 4 Feuille, au Rédacteur, sas gehpsitevigniat AS depuis demi heures din matin jufqu's peal qraeed du Coir oe "
: ee . eeictereantceitcnr tiie tt erventtinen inmates inderikd eesrinina i sbi we . "og tat eon zu 8 E
; be eas PEERS -s MO@NLTEUR., tue des Poitevins a 3, : »
; e a3 BS oot f ae . é ae ‘
. 2 4 ’ s ‘ a. Ws os ae 4; : : ¢
: ah t 5 : a a . bene 4 1 ee
s ar he : %
‘ it ; ,













y
*,

f Vosioe : 4 | dembree

' z














arte vaitte ef mesiacée de la finiine, deratore
A ite ‘dont ve": cpetivent wanquer de. fe -glorifier
Jos generaux de, Catherine 4 les vivres’, les detivecs.
de: S miei néceffité y forit Wau rarete effrayante’
“Ja dilette des, iguunehe y oh au ee gee cells,
aes fobfiiances. x

Ye prince: -Repnia yient d’étre nomme ‘gouverncir
pinéral de Lijhuante evde Samogitie.” ,
“On a établi dans ces: speovinces | uo gotivertiement

siavilon eo :
, prince ‘Repnin fera fa réfidence A -Giodne.'

Oa fait aujourd'hui: que te confeil national, dans
5 de fed dovnieres feancesys avait arréce quwavant

r reddition de Varfovie , Paumee polonaife | foxti~ |
“'yait de ja: ville , foustes osdres du général Dom-

bw i fos













de coupes qui ferait une nouvelle divertion dans ta
rifle mériionale. :

On fir-aufi que Woavsraeaski forite ae Varfo vie
rast Ie eqnunnade de Prag. UH avaie ch, nge wn
Se “carps dc cavaienie d’enlever Stanifles 5 rnais toutes:
ce ‘lee: iacs. ‘du. ehdceau. fe trotvereut fermees st les]
ulles., gigrant deja le rivave de la Viltule,- du
ate. ‘de Varfovie, ¢¢ coups fe trouva force de ve-
nde Tarmee polonaile » fans avoir pu exécoter fa

uifljon i aan ea & :











“La plopare des oficiers Polonais ; piifsuatets des.
Thulliens. 4 ont été rela. hés dur leur parole. 9



ie goliverneme! at fruflien parait adopter an fyf-
thine dé, douceur “et ‘de moderantifme ‘a r égard des
Bow Talurgése! BM :

vordie. équettic ie Gourlande a- demandé la con-
peation des Erats deta proviuee. Be. a

ALLE EMAGNE,

| Vienna , le 6 décembre.

Cent de Vieniie traite avec une: rignetir ‘exe.
deme ceux de fes. genéraux qui ont éué obliges | de
Heéder- ata valeur trangaife,. Eile. acdonné ordie Wexta-
woo nate la condulte «des ci-devant commaudaus de
Ss Maluneieniies et de Condé..

Le: général. Notitz Left chef de da commiffien
“pommeée d.céts efter; ila poy affctfeurs les géenéranx }
a et Stersibab. ” Ben F
















too te
‘a de coumupication : de Theiff avéc le-Danibe,-un
‘ acir6i qui - dott durer 25 ans. Ce. canal poueia lé

nein de Vempereure: BES
4

Les: severus de I'Erar- ne‘ ponyant fuffice., aux:
“endrimts. dépentes de la guerre; ila été queftion de:
ayer en “coupens | tenis. tes. fonctionnsires publiés de |
Wy Gout inperzle 4 mais ce fyfléme a *ffrant’ que
a det avaiitages tés-bornés , on delice y fubltituer

ip’ empruat, pour Te “eonmpte des Mats des pro-
ae evinces. . a





i. La cbitvocation oy “Theats ‘de Siprie' a daja ete |
i midonedge poui. le 18 qe ce mois, 4 effet de délis

- béser: jue cette propofition. oe ae



Ds: fromtere de, Servie, 4 $o- “novembre, ;



$ t ir
oe ea fu: a clare parmi les hordes de coliqnen du Den,

2 eles diffésgnites peuplades. qui “habitent le Cancale
“4 op Mae Infurrection. contre le youvernement ruffes-O4
: affiire quttloysa parmi les infurgés des hommes
“expables dot gauifer un; mouvement de quelque in-
“spotiance’, et. qwoua deli chaifiun chef pour com-
“ mander les: troup ea qui fe réuniront a Evzorome:



Bet
re





On appred de -Couflantinepte que tous les pachas
€ ont ett ordfe' da ‘complettor leurs - divifions
are a former de’ ‘nduvelles. 2

Le pacha de. ‘Seatari s'eft de nouveau mis en
“SGarapagne yet eccupe pluticurs. cudreits, quil a
fouzaite a la goiieatiive de la Paste.

eles © PRUSSE.

He Fay : X

| Brandsbourg , le 4 a: ‘cembre.:








: a cour de Bertin a ouvert, wi “emprust indéfiat, |
ay “fous, la direciion da miniftre Sirucuzéc. Le motif |:
EaRVene, de cet tmprunt cf Vewbarias. que caufe dans
Je townlerce, 1a trop grande auantité de petite mon-
«Bale ¢n circulation dans les poll dions prvflicnnes.On

2 AR porerean intésée ag peur 100, pourront étre de.
a ae 9. 100, Soo ct. 1,000 ێus, rembousfables fix
= ; i ae alse Cotte. mefure a pour ohiet de

*
we & 3 i

eB



ZET. TE NATIONALE,

fance’ dang les prépariife osilitaites. MW ne parait pas

Ua, pillion’ fle Hailes avait €ié promis aw éorps |.

Op vient Waccorder . aux entreprenourt “dneanal [.

} Toulod dans lee ports Biita: suiqnés , lors de [a teprite

« Beseceyra gue de Ia monnaie de cuivre. Les coupons f

“ . .

ou ia MONITEUR. UNIVERSEL, a

na
























spregety



"| Renee ‘la maffe aa catre matiaie > daire la p guerre
a néesfiid des. emifhons trbs-coufidévables’, . aink
que Vauunance ieatyainde de Pédine .

“ANG G@LETERRE a

4b ondres , » be décembre. |

a

Le ‘ns #Yoiek, attends depuis fr longtems , oft,
enfin: nani te.O 5 on. eft tonjours trés-partagé dar les
mutify de! fon‘rctourt Les winifires ‘ "aflemblerent le!
méme four en fa pretence pour soceuper de dépéches |
de Pambalfadeur Anglais, ada Tate et du- général:
Abeveromby, ;

\ ara

‘Les fonds’ piblics. Wienhent Sapistive uue ‘haife
dus" au, vedeublenent d'acivite que le gouverement



qu “iL veuilte say pe: ter Vasinge- da ‘Goatinent: peur,
Pexpédiion projettée coutre tes edtes de Fiance :

cav autrewent i we fe. ferair point emprelle dy
envoyer des officicrs ‘pour vemplacer ccux qui ont
été wwés. Celt le general Avercromby qui aura le |
commandement dé cetie avuséd, le général Erskine ,*
qui cu etait chaigé én fecond j devant reveuir ince!
lament en Angled. Ky

Le greflier des éxats-génerdx n et ‘point: emcore’
partic Ti pasuit qu ‘ila demansé do nom, des, etets~
généraux uo fecours pécuniaire confidésable , ainfi
quun corps nombieux de troupes, dans ua. coaleil
tenu le 4. Le cuiniltece commence &, mien fentir Lae
necefiite dathérer & ces. .prappbtions, quik: avait,
Pabyrd vejerives. are

Le, vaifleaw [América , de G4 canons, vieut athes
tera Porfaguilt, chaage Wun million ét dedi
en elpectss ainl touces ‘les inquietudes a cet a
dont diflipées. - | 5

-Vawiral Waldegrave eut tt hier un entreticn avec:

le comaifisire de (Pansirenté y pour. rendre
compte de {es cbfervations fur la fituation, de,
Pefcadie Britannique dans—la Méditerranée dot il
ariives

_Lord Howe a donné fa démiffion du commande-
Pméatde la g graade flotie dent Paiste! Hood va fe
‘charger.

~ 1

Dug. Les: minifires affectent de répandre que les
préparaiifs militaires qu'is foot, font deftings a faire
prendve.e-fin en grand 4 Angleterre. lessdie Vag-
-gteffeur, en effectudns’ nae. defcente fur les céles

de. France. 3° anis erdoring well la dupe. de-cetie:
forfamerie, et les-bons bourgevis de Lordres et de
fa .cité.de Weliminter ditent. que MM. Piet fera’
beaucoup wieux de-réfurver ces troupes pout garder
les cétes de ta Giande-B: erigine, quvon ne lui en
dem:nde-pas :davautage , etiqu'vu-te dilpeufe du'rdle
de conquéianc, pourve. au iL vempliffe celui de: finan-.
Gicx économe. ' 2

’

Lt ‘elt ‘pourtant certain - -quign: leve ou qu’ on. eflaye
wHervilly + -qui commande pres -de Southampton

pret: pour un embarquenient ; y e'eft peut-eire en
Corte‘ qn on envoie ce corps remplacer ‘les tiowpes
anglaifes qui- perifent de wialadies car it fevait auf
trop) ablurdd™ - @atoit réeliement le projet - de:
‘débacquer’ fur lescdtes de France . quand ‘Othe ne
prat plus compte fur la Venég wi’ les Chowan.
Aurelie, le corps d Hervilly n'étant pas complet you!
hui « pernis dt recruter dans: Tes autres. | On: ‘apnence”
anf que celui de’ Coudé doit pailer ‘Aladoldé de la
| Grandu-Bretagne; et que ls gouvernement fe propels
“Pocheter tous ies baiimens de guerre venus de

de ‘cette: place, er de’ dilibaer ile prix. ‘entre
les @ffiviers et foldats quis ont énsigre fut ‘ces
vailleaux.’ . :

“On prérend aujourd’! hui que. le parlement, ‘ne
fera. ‘pas, ‘ prorege: jefqe’ au 24 janvier , comme Te.
bruit ep avait courn; les. miniires difent | meme
que’ ce. bruit, avait été» -répandu,, “par des malvcil-
lans.. A la bonne heare Lon, eu” aura plutée cette
importante felfiog anendue impatiemment par tes
“Anglais: et par ‘lose étrangers 3 il y ferd quefiion, de
Ya piu stion ‘Gu cabiact da Sain ~Jamnces , ‘par rapport
a veux deo-ta coalition, dau vouvel empiunt, sink
que Pane auginentation fur la taxe des terres, de:
la-demiande de la givautie nationale pour Pempront
ouvert en Augleiee pour ie compre de Pempes
‘repry et. cubn,- de la refarme parlebreniaire,
M. Thelwall , le deaiee des accufés , vient d'étre
acquitte a Londres, etle peeprictaire du Northornilar
a Dublia, oN el





CON VEN’ NPE LON NA’ Yr IONALE
Présidence de ‘Bensabolle.

“Suir & BA SEANCE DY 1d. NIVOSE.

Ehénisy propefe fe décret et la hie fuivante ¢

-s La Convention mationale ; apsés avoir enteady le4 Méinmp phofcs a Ovides -

Â¥
















‘yendéniidive -derie;, ta treforesie nationale tiend sa

: wtruction, publique . que, Gavae de Joosoed livecs s |
pour été sépartic conforméement aPetat ee :

A sqnetil , sutcur de VE fprit de fa, Ligue de tit é

neille.

ays Piet

|e lever viigt régimens , ev que Véemig-@ frangsisf

nae legion de Toulonvais, a regn ordre-de fe teuir F

1» Gneroult paetsitonr de la ‘iedevant Univedid de

ou vrages. * t





et come ein I

OD eS



rapport de fon Goals ey nftruction oti de

ST ELE: s s

‘Art. Tee, Bn egécution du décrer ‘rend ‘le 27

ila difpafiqion dela Comuiillion executive de Vint

Lrois mille hdres a sagt: des cites

_ Adanfou ’ wputucalifle. na

de ig FF “hike. :
Bitaubé, iadacteur d’ Homere. % =e
Bolfat,. geometre. , ‘
Brequiguy , auteur Jécrits confidéxables far tHit- :
tobe de Frances :
Rriffun, phyfcien. iv iniy S A rae cS EE:
Coufiu , geometre. © ’
Cameille WAugely , petite: fille do peek Cor-



Cote, wAiaseates 4
Delile, aoteur de le Traduction en vers des Gbore

is

Delite-deSalle auteur de la _Philefophie ‘de Ie
Nature. i , eG
Ducis , auteor trhgiqne, ; '
“Dumelail, ( cheyenne) actrice tragiqnes
Dutheil, wradncteut @ Efchyle.

Guignes , favant- en Ititéracure onientals.
Gailleed’, Lillorien. Ce . = aie srs
Garnier , hiforien. s rte nl
Herman, de Strasbourg , ‘naturalille, -

‘Jeaurat , alfonome. ;

Laharpe, Huerateur) |
Lalande , allronome. :
Lamarck , naturalifte.
Larcher ,+iraducieur WHérodole.,
Lebrigand.

Lebrun, podie lyrique.
Leutiene (laviuve de). | 4

Marmontel, litte:ateur. Tye 8

Mauduit, geometre. . 2

Metiier, silroncme.”

Montuciat ; auteur de VHiftoive des ‘Mathimatiquets
Qibelin, de Swwasbourg , _bibliographe. i
Pal ffot ,. liutérateur. S

. Pingrée, aftronome. '

“Pahdinek des Sivy , littératour. . ee 2
Pyugeus, Wucpatcur. i
Richard, ‘naraatitte,

Ke chou; deta ci-devant acddémie des {clencad,
SsineLainber! f aurcur da “Podme des’ Saifens.
Turpin» hiloriea.

Valavoat-de ‘Borate, naturalifte. '

zy A
Deus mille livres a chacun des cifoyens i x

- Andfieux, " Hneateun ; ae :

Beauchamps , afionome. ,

Beanrien ,, autear de l'Hieve de la Natubes.

Berthelemy, peintie. me Ae

Blavet , traducteur de Smith. ‘ fie thao

Brea, pelutre..
> Cal hava, linérateuss

Gaahint, mauficien.

Collined Harteville, poéte comigqua.

Deamaud-Bacwlard , litteraceur.

Doiergze, praramiainen. NEG
Dean de la Maile ; traducteur de Ticines ‘

a



Fiancois' de Neulchaieaw, litverateur.. «
Foucoa, feuloreur, = ee

Fria eri, muficien.

Paris, cot! : : ‘
. Guillard; spodte lyrique. me
Haadimont (d’), madicien. Pek?

* Lacratelle auteur d’écitts poltiqueas; . -

Laugle..( de), sbteur Mews ‘Vuyages en: Bpagre a
en Saiffes

ae ( Anibine auteur de la “pulahce nati
velle. ok yore

Lavacat:,. raécanisicts ; 4

Levéque , autewredol Hifloire de Rufir
» Mazins, mathémadiicien. ; ey

Mentelle, gtugraphes

N vard, peuities le 83

Pay, poetee ee

Pater, bibucgraphe. + OB eg ties

Polletice $ ingémeur mécanicien.

Pétivt., auteurs d'un Traité fur opinion publique

Peyraud Beaofful , literatcurs

Phippon , auteur del’ Education du Peuple. Se

Power, b. ‘liogra, he. :

Pindhou » peluties 7 Lo

Qui vgrdo , grevieur.: . ee ai *

Ramey {ctilptevr. : ,

Renard, architeete,
“Reuaud, peiane.
“Reif de? le ‘bretdnne aute

- F 4 t





“ ‘ ‘





Rez ts bibs fogriplie. a3
Roubaut, autety des SpnanymeeFrangaite

Rouftel médecin et hor elettres, 2° :
Senve (de), fealpieur 4 .
Saint-Aage, auteur de




paduction en. vers da -,





‘ ar a , _
0

Sélis, profediur de 1a ci-devant Univeriie de
; P tris.: . a br ae 2 .
Suvée, peintre.,









































t
i

s > Varnet (Gale J , peintre. RGR a tees ge
Millers (des), de Commune-Afianchie , antear
1 de piulienrs ouyrages de phyfique. 6°",

beg eet oie ae Ge
Quinze cents Tioves & chacun des citopens ,
4 ee BE cata a . e

og be
. Achard (de Marfeille), littérateurs...
, Aibaatfe, muficiens Bad 59
Avtand litératears oy eee
‘ Autiflicr , deflinateus 4 Rennes. '
Bambini, maficien. ae he we
« Weaulies , autear de plufiewrs -ouvrages poli-
tques. A ot Oe at § dye
Brun , auteur du-Zriomphe des deux Mondes.
Croulet, auceur d'un poéme fur la Liberté.-
D'Agarg,s grammaicien. © Eas,
Deshauterayes , traducteur dC ouveages oricntanx.:.
Gaudin, auteur,d’un éerit contre le célibar des
: prcires. ne. See :
'- Gauthier, peintre. ;
Gérard, peintre. - De a4
Griffer, uaducteur de plofieurs ow rages anglais.
Lamontaipic , listérateus. :
Lanenville', peintre.

!

,



me ti a *
- i Genoir de, te Roche, auteor de “plufiears éerits!
4 révolutionnaires. : .

‘ Lefoonr, (culpteur, . -. ay i

Liotard (de:Grenoble ), natnralifte. Oe ee al
¥ Luee, auteur d'une tragédie de Mutins Scavola.’

Mandar (Théophite), taductenr de. ‘pluficurs!

Pages , auteur da poéme de la France’ répu-
“a . blicaine. ‘ ‘
Sablet, peintre.
Villars (de Grenoble )
Viller, peintre.

Le

> natoralifie.





5
2
i
!

OO Ds aP orn H eee <

Art. IL, Les Gomités d'inftructign publique et des
finances, réunis , font chargés de préfenter , fous,
deux décades,. un rapport fur les.pealions qu'il cou-.
vient daccorder aux geys de lettyes et aux artified
dont les-taleus font utiles a la République.
Divers. membres fons,des réclamations en faveur

de plaficurs favans et hommes de lettres, eutre autres:
pour Uilluftre et refpectable auteur des Voyeges du jeuad
Anacharfis “en Gréce. -
Chenier, Vintention dn Comité, 1's ‘point été dg
donuer lalla des {enls hommes, dignes. de [atrention
de la, GouventionAnauennle s,, mais. feynlement: des
hommes de‘lettres qui, -par leur poftion., ayaient
des droits plus preflans aux fecours décrétés par 1d
: Cogyention. x

ae

étre lafeule. Mais comme le rapporteur I'a: dit, jé
n'ai vo ,-dons-cette life, que desinoms dont la
poGtion exigeait une’ attention particuliere. -Jé
n'examincrai pas fi quelques-uns d'entre, eux n'ont)
® pas quelques reproches A fe faire en politique; ils
font malheuteux ; il doit fufltre-A la Convention dé

- cette confidération pour adopter le projet de décrety
Je demande qu'il foit mis aux-veix. ( On applaudit. |

Réal. Tl eft beau de.voir .que.le, déeret’ qui vous
eh propefé n'a fait naitre de. reclamation précife ¢
que fous le rappert.qu'ua igtand.nombre dantred
favans ou ariifles n’Giaicat pas eompria dang la Life
honorable quivows ef préfemtce.. Limite par ee

wardifiribuer , vetré Gomite Winfroction pablique Ws
pe vous préfenter a Is fois tous les citoyeus digned
de cette récompenfe nationale. i fera facile d’y
foppléer. . we te et gob te tte E
- Hatez vows. de rendre un.décret anffi -henatrable
«pour. Ja! Goavention aatious'e., que peartes favanj
et les artifles qui en font l'objet. Le choix fait pav.voa
- Gomités,: ne yous permet. pas de. dowter que les cis
toyens portés fur cette lfte ne foient tous auf res
‘ commandables par leur civifme que par, leurs.talens:
Jen jage par deux -citoyens demon département?
Tun oft Villars, médecin.et naturaliftle a, Grenoble {
Pautre eft Liotard, jardinier-bethniffe. Leura talent
et leurs vertus civiques ont pu feuls.tes faire diftine
gecr dans lear retraite ; tows dewx furent les cain:
pagnons de J. J. Roufleaw, Loriqw'il fox herbetifet
fur les Alpes. Utes honora Ugo iat Vautre de fon
eftine évde.fin amitié. Jen. conclus: que le mame
efprit a ditigé les autres choix. Je demande qu'on
moctte anxveix.te projet.de décret. ‘

La difcuffion,

adopt¢.” ;

oft ferméa vet le projet ‘de déeret eh
: Auas au “age

Yiraprefion du rapport

La Covyeatien ordoane Fon
ae Shéviar.

Bel ght, quelque.chofe que ‘les folljculaires
Pinfmertre fidellement, ce font Jes faits



jai dans un journal, des détails qui ne tendent.qu’h

Ghieon fait que. degs Ja. feanes, diavans.hier ,
Legendre. dit,,em pant d'un’ homme qni-avait die
“folliciter dans les prifons deo, dénonsiatiouscontte

Tallien, o'cft le coufin d’vn de nes;collegues que jc

ue nommera; pas, parce quill eR fous le poids



ye Lava ase i bie Tkeeae, 6 ae Salat bees . <0 me
d'une efpéce daacyiation. “Le. jonraalifte. s dit “que
Legendre ait-dit que Geajone.:..

P: La Convention paife 4 Vordre du joer,

ag ee teas BALA) Ae naw ; i
Tallien. Et moi avfh je préfenterais quelqueg}
oblfervaiions 4 Is Couvestion, fi cette lifte devait J

aqni ineplyeat Les repréfentang du Peuple. Je: trouve

avilir la Couventipn dane ploheurs de fes; membres.

ye Beg fs ye

‘
’

faded

’

ce couia était’ raol. Je ne me -rappelle pak que

fa eM BAe Leh Baa Pe iy ee 7 -
Pliers voik, Lorgre du jolie!
* : BL igs BS ae 3
Pee ue : : Soper { told
Levaifeur deta, Sarthe patle. dens le bruit.
| Plufieurs voix. Préfidest :, “maintiens Vordre du
jour; s¢f ane: tactique vpour empecher qu'on ne
soccupe des affaires générales. ©
‘Lordre dujour’ «ft, maintenu. ~

eee 4 te

Harmend. Citoyens, votre, Comité de fureté -pé-
nérale ne templirait pas te veu de is Goavention |
nationale, fi, fe borngnt au deveir pénible de fa
police et de la furveillanee cogccitive ‘centre les:
malyeillance cy Jeg, eynemig: dy repos public, il fe
Permpettais de condamner ou de lgiffer les agtions
vertyeuies dans l'oubliqui- ae devrait appartenir quiat
trime aad oh 4, ere yy Ai, ay Ee pate SES gts
_ -A pring Ip inalveiltange a, &4¢ inftynite, do ‘décrer
qui a {upprime agence dey lois, que des, éimil>/
ates, pertides . fe, font, intraduits dans’ Vatelicr;
nombreux, apache a j¢ette agence 4 “et e ‘
infippatjons les pips .coupables, als opt.sherché, 2}
Provoguer, Jes sefpectables onyvrjers de cos atelier:
a unfoulévement contre la Convention pationale,/
ea leur djfaut : Vous Je voyea, Gitvyens , ce que:
vous devey atiendre de cette Convention natidaale y
au lieu de s’occuper. de l'amélioration du ‘fort des?
onviiers , elle fuppriae la fouleseflaurce qui vous:
reftait, dans le moment od le prix ‘progiefif des:

+

f





4

" guvages anglais. J denrécs menace de les metivehors des facultés des,
", 4 Mariette, peintre. Ye OUVEer a, 6 ark aa ss Pein Senha
Martin , feulpeeur. j La Convention devine 1a téponfe ‘que ces dignes:
Mercier (Saint-Léger) bibliographe. ‘| ouvriers one faite a ces pesfides, émiflaines, Eh bien , |

-ontrils répoudo , fi none, fuppreflion, eft un facti-j
fice popy news, yous nous en confolons par Lidée;
qu'elle eft utile a la Républigue, et qu'elle eft. le
réfulrat Pune économie néceflaire pour le tréfor,
public , et nous regretions de na ‘pas avoir ua facri-
fice plusvutile 4 faire a la Pairie , ‘parce que nous
fommes affurés qu’elle-ne-nous abandonnera ‘pas , eti
‘que mous trouverone 4 étre emplayés ailleurs pour:
fon feryice oy, pour celui de nos coneitoyeas. ;
.. Giroyens,,,. quaique cette, seponfe , folt’ dans Ia,
clafle des devaurs des bons citoycus ,. et qy’elle m'ait
point étonné vore Camité, de fureté geeérale, en,
Fapprenant la fource refpeciable doa elle fortait y
cependant il a'cra utite de fui dooner la publicité

qu'elle regoit d-ectte tribene, et de vous en deman-!

Ma

der la meation henorable daws to Bulletin dé Ist
Genvention, dutant pour rendre juftice avx -digues’
‘artiftes qui Vont frite.y- qhe pogr avertir tes malvell
lans etles agitateurs, fur ‘lelquels votre Gowite ac:
cefle d'avoir tes yeux ouverts, quits doiveut rénow-:
cer dlesr criminel efpoir. ; ea, aa

Linfértion an Bulletin eft décrétée. '
“Lakakal. Je ‘viens vous parler , au nem de vos;
Comités , réusis, dinkruction publiqué, ‘d'dgricul-
ture, qt. desarts,, du patriache dos fciemces , dul
vépérable Danbenton..; ¢,.%." :

1
‘ . ‘

Cet, infatigable phyficien, qi a fgrme les collec.

tiows. immenfes du Muféym’ Whiftdire naturelle })
quiles a foignées et démontrégs ay public ‘pendant,
53, ans'..aempleyé une partie de fa fortune et
‘plofeurs, années de fa. vied faite crodire for Jo foll
deta France’, des. lajnca auffi fines gne ‘celles dE
pagne, dont limportatien codte chaque année ‘plu-
ficurs milliems, 2.
. Ges, moyens ., @amélioration: font prouvés et
confimés par..25\.gondées. dexpérience 5 grand
nombre de. eitoyens, ont mis en pratique ayec fucces
leztraité. des. Montens, donné, par ce naturalifte
eélcbre. |. . ea igittay nig MEO, a
Get onvsage important vient d’étre retouché par
Ranceur,, et-entichi, de, nouvelles experiences , faites
}afabergeriede Menbard. 0 i

Appauvri par le bien ‘inéme’ qu'il 9 fait’ aux
feiences ct aux arts. rédpit par la révolution 4 ane
fortune tras-bernée’, Daubentod ne pcut ‘pas :fuire
da dépenfe de Vimprefien de fon odviage i cepen-
dant Vintérét de l'agricalture le réclame; et la juflice
demande de la faire teutner au profs de Vauteur,
Kl ef. an effet: digne d’usi¢ Nation qui-couvre d'ane
protection éclairée les ‘favans utiles a lear pays
de teur faire, troyver ‘dé prix Ge ledrs travaux dans
-fatize travaux memes 5
décret fuivant ;

Vda ep ek akin Peake a rs t ae
La Convention, nationale, oni. le rapport de fes
Comités, réunis, dinfsuction publique, agricul.
tare et des artsy. og yi ew |
: LDéerete que, le troié fur: Jes Moutons; par Te
citgyen Daibenton , fera.imprimé et tiré A deux
mille -exemplaires , au profit de Pauteur-et aux
frais. de. la Nation dap les fonds mis 4 la difpoGtios
de la Commiffion exécutive de l'inftruction publique,
qui. demeure .chargée de Dextcotion “du piéfeut
décret. eth 7 eee tt es

by ‘ 47g Bib seu

Ge projet de décret eff adopré. .

é *

‘Le méme- njembre ys au nota’ du -Gomité ding
tructiqn publique » propofé a la Convention. de
déeréter que lindemnité promife aux éleves del tcole
mostnale, leur fera payse en. raifon de In diflance
de heur domicile, ¢¢ de “la ‘diffescuce de teur
ages 3 s :

, oS jee

















































flee principes, purs da republicaiitias ;
pdoue adppter tout ce qui peut ajourer

1.

res. les :

it

ad

—_

_. Nous vour propofont'ed contlquence le'projet de :

jun ale pour s'y xallies au pour ¢n BF

be ‘
Hts t th ot
be - 3 4,



t, Maures, Chtoysns, nous avons doulw. uae df
cition publique, pour Former: thus tik eitdyert ain; ,

s Hist devetz. ae
pete ae Oey , v ra te do : ray
projet. Auth jappule fe prdjer dedictal SiGe pe
eqpendane je Vinvite 4 mieux indemuiter ceuy q.
péleves qui de foptdéplacéa,
Je somnais un citoyen. qui adgja profelle

‘citoyen, pour venir aux écoles\ normales, ¢ git







eee em % fps

fon pere , his {gi tufans: eh Poutio , ea ” ae
femme chez un aoii; ec ilenta gue 1,900 ly, et :
4 Ges nouvcank écoliers ne font cércainenient a |
affimiler. aux, jeunes gens, qoi , éranc ‘fate oi oy i

vignuent siafruire. fous dgs homrues conngs’
leur mérite, ‘et regoivent,en méine tars 4,9
Joppuia'te projet de deeret. ~

at
woke.
Garnier , de Soiutes. Ce décret tiny Yiwu, ¢ FB
parait jufles Ut faut’ aiinguer ‘ccua des ee 5 ee .
‘fount proche de, Paris, d'avee ceisk: qui, ‘ch fae va :
floignés; car il eft clair que celui ‘gui demieure 4 +
90 eves, fed beancdup moins de frais pour veuir 3 BBs
que eclui quia fa véfidence A cent; niaia,je wadopit
‘pointe la différence que lou met entre lee Aves; sd sat
En effet, Véleve aye de 95'vas) nb et
‘autant “de “dépentes que celai qhi aura: So ap:
‘Le cordohiior fyi vewdra-t-il bne \ pave ie fort
‘Wers* moins cher ?: Si tlouc ‘les ‘dépenfes font eaten aoe
Jes indewnités doivent Paue duffi, Jo demandéWot
qu'il ‘b’y ‘aitde Uikitiction ‘que: diiii Ya dived dg
het. Gyo as Me We ek, 7
- ” Mathieu, La plopart des éleves qui viennént ane
‘écoles. normales, ont éja ‘bien mésilé de Te stey. |
‘nefle , puifqu’ils ont déja conlscré leurs velar:
foi inflruction. Sans douté qu'ils's'¢ii vetournetont, 3
aprés te cours , forther d'autres inflituduts ‘an. ie a
ey!

‘leur ‘pays. Sia see cite eae

_ Je deitiande douc, que ts 1 200 liv. qui le ;
fout accordécs “par in, leur folent, aceordées ‘pede
te temas que darerale cours del'école normale. >.

Ainfi, fi le cours: dure quatre mois ou fix mols, 0 9
Lle 1,800, liv. feront pour ce tems, et uducpor i 5,
Vanaée entire. : Bh ne eeUate all ey
| Si le rapporteur adbpte inon idee, je deminde . - ‘J
qu'elle foit mife aux voix furle champ. 20

Le yapporteur. Je demande le mainiien ‘duptojet 7 eo
‘de‘décret’, et te roavoi de la propotition de ‘Mathie Be a
ao Comité des finaugéss:) 6 oO http ba

Maure. ‘La:perfonue que je connais a'dépenfe;;. fa" e
Goo liv. pour venir. AP ah S ‘at set ea a

Mo... Si PAfemblée accordait'anx dleves 3'liv, 4
‘per, licue , [é Comité aurait de moins on travail! ca
confiderable, qui fui-dediandela‘un tem# ithai® ee vi

ay Tare #3 ‘ {abe atta, :

Gambon. Examiner déjd A quelle fomme pourront..” |: a
rmonter jes frais de voyage., ct juges. A 'yous ace 3. oh
cordez ewcore davantage.,. quelles feront yourdé. 4 4
penfes. Jo douiande Je renvoi au Comite de ’ 4
finances... boo A yg ot de a Re

Le rappertenr. Toutes ces dépenitts fetaidnt'prifty | i. E
‘far tes fonds. mis-a fa difpofiiion du Comité dif 4
traction publique. . SEES %

Escorites’ Je Aiinaide’le terivo} du tour ta. Comite.» 14
‘des fluantea. tide Rte ee ae aM
“Gette propsfitisnelt décrétée. Pe Satie oe ty

Milhaud , au. nom des Comiiés militaire, de faut "
public et des finances. Les gatdes ‘vationsles mifis: %
en réquifition pour la defenfe des places qui font.
wn fervice, extraordinaire., et qui, r¢mplacent-par i 4
lewr gcle iufatigable des garnifons nombreufes, ont. “
‘réclamé atprés. de la Couvention nationale ‘conus oN
Particle XXXIV do titre VI dela loi du 9 thérmidar, mt
quine Ici ‘actésde que 30 fous pour chaque jourde v * 4
fervice fealemeut, fans diflinction de. grades on ds 4 x
fonctions, et fans fourniiure. 9 ty ol

- Les awtorités conflituées’ des Comtnuncs frontiers. A
ont inélé leurs: voix a celle dé leurs coucitoyen s- at
et vous ont adreflé de® concert avec .cux des pétle tt
tions’ preflantes fur l'état de détreffe , et pour sini can
dire de mifere of leurs freves d'armes ont edacdole a
parun fervice aufli penile que difpensdicurs | os" aa

‘Les- gardes nationaux de. Metz qui font abliges de: i i
fouraix toutes les nuits des hommes a un pole eloignt : at 3 . f
dane liewe et demic. de fes murs, pour: garder-tm, *y
établifement public, depuis, que leur falde.2 wf. “4
‘réduite 4'30 fous , ont preferé de mottre au Monts ’ 1
‘de-Piété“pour deux cemts mille francs effets , plus |
.tét-que de imanquer au fervice que la Pane il ie
a'etix. : Bos yt SB he "

“La garde nationale de Sirasbourg » qui dient Ln %
juts fur ‘trois, eft, par la. pofition’ de ta plachs 4
Fobligée’ non-fealement 4 un fervice iutévigur 1 a
‘confidérabl , niais encore elle “fournit te 1
Fults’ wt batslson et one compagnie de ST gon a,
[qui vont bivaquer 4. fix lignes furles bovds do RI Nee ad P
et les redoutes queile y. occupe dans les ie a : “
avléricuss u'étant qu’d la portée” de Ia cart ann “
Venueti, fes patrovilles ct fes bivacs font tet ‘I
expofés au fen des batteries dé la rive oP rte
ces gardes nationanx , qni vraiment nee ree
‘leurs murs pour garder cette partie capwar ig We |
vegoivent que 30 fous. par jour! ce quinn ae | :
pare pete réparef’ Ia perte de ‘eurs” habits, ef
‘leurs fouliers, vgs el” Roepe 3

Quels. font tet boulevards-‘ot avs weinées si , ;
quefois trahies , mais jamais: vaiucues » trpuy

tagee..





Section.

Form No. 11

17
Modification and Adaptation. —

SECOND SCHEDULIE—(con?'d.)

tives of The West Indies in pursuance of the
within Writ is/are

(Insert name, address and occupation of member
or members elected as stated:in the nomination
paper) no other candidate(s) having been nominated.

Dated at this day of
, 19
Returning Officer.” .
In place of Form No. 11 the following Form shall have
effect— .
“Form No. 11 Section 54 (2)
Noriricarion or Exection,

TAKE NOTICE that a poll will be taken for
the election of # member/two members for
the Colony to serve in the House of
Representatives of the West Indies.

The poll will be opened on the day of
19 , at the hour of

in the forenoon and kept open till the

hour of in the afternoon in the following

polling stations established in the Colony, that
is to Bay :—

Polling Stations:



APO O SEERA EEE HEH EER ERE ETE ED ESHEETS

Deere enna eee eanerenesestetneunnsene

Same eenser ena sastadasenaseeseretere

Pew asoteseseeravensnseowrasesessese

aeecaee Aer eonesesersansaveteseoreae

FER eee OOOH ETHER ERR ETE HERE THERES EE



18

Section. Modification and Adaptation.
SECOND SCHEDULE—(con#’d).
> The Candidates for the said election are as follows:—
Candidatesi— esau saeep iat aecrieecn eens tee

The number of votes given to the several candidates

will be counted on the day of
19 , at o’clock in the
noon at of which all persons

are hereby required to take notice and govern them-
selves accordingly.

Dated this day of 19

Returning Officer.”

Form No. 12 This Form shall not have effect.

Form No. 12A _ In place of the words “ electoral dis-
trict” the words “Colony of Antigua” shall have
effect.

New Form The following Form, which shall be inserted immedi-

No. 12B ately after Form No. 12A, shall have effect—

“Porm No. 12B. Seotion 39 (3)

Oatu or Deputy Rerurninc OFFICER.

I having been appointed
deputy returning officer for the
polling division do swear that I will faithfully perform
all the duties of such deputy returning officer in
accordance with the provisions of the Antigua Con-
stitution and Elections Ordinance, 1951, to the best of
my ability. -

Deputy Returning Officer.
Sworn before me

; ”
Date............ esdueite Picts S*«C vaees Ghee sstuseoceas



19

Section. Modification and Adaptation.
SECOND SCHEDULE—(eont’d).
Forms Nos, 13 In place of the words “ Electoral Dien ” the words
and 14. “ Polling Division” shall have effect.
Form No. 15 In place of Form No. 15 the following Form shull

have effect—

“Form No. 15 "Section 60 (2)

Directions ror Tar Gurpance or VoTErs.

1. Each voter may vote only at one polling
station. Each voter may vote for as many candi-_
dates as there are seats to be filled but may not
give more than one vote to any candidate.

2. The voter will go into one of the com-
partments and, with the pencil provided in the
compartment, place a cross on the right hand side,
opposite the name or names of the eandidate or
candidates for whom he votes, thus X.

For example:— supposing at an election in
which two seats are to be filled John Jones,
George Smith and James Wood are candidates
for election and the voter wishes to vote for Jones
aud Wood, he iust place a cross opposite the
names of Jones and Wood as follows:—



EPSRC REP te Sy CAEL RON ENT AER I EH



Jones, John
North Street, x
Shopkeeper.

psa



Smith, George
Church Street,
Carpenter.





Wood, James
Redcliffe Street, xX
Tailor.









20
Section. Modification and Adaptation.
SECOND SCHEDULE—(con#’d).

3. The voter shall then fold the ballot —
paper so that the initials of the presiding officer
and the numbers on the counterfoil can be seen
and. the counterfoil detached without opening:
the ballot paper; he shall then return the ballot
paper so folded to the presiding officer who shall
in full view of those present including the voter _
remove the counterfoil and place the ballot paper _
in the ballot box. The voter shall then forthwith |
quit the polling station.

4. If the voter inadvertently spoils a ballot
pauper, he can return it to the presiding officer’
who will, if satisfied of such inadvertence, give
him another paper.

5. If the voter places any mark on the
paper by which he may afterwards be identified
or if-—~

(i) at a general election he votes for
more than two candidates, or

(ii) at a by-election he votes for more.

than the number of candidates to be - «

elected,

then his ballot paper will be void and will not be |
counted. ‘

6. ff the voter takes a ballot paper ont of
the polling station or deposits in’ the ballot box
any other io ver than the one given him by the
presiding officer, he sball be liable on summary
conviction TO imprisonment for-three months or
to a fine of two hundred and forty dollars.

Form No.17 In place of “ GENneRat ELECTION 0.0... cccseesee: coos eas
Electoral District” the following shall have effect—

“ GQpweraL Evecrion to House or REPRESENTATIVES
ov THE Wersr Ixpiss.”

Form No. 21 ' This Form shall have effect ag if “/candidates’”’ were _
. inserted immediately after the word “ candidate”



Section.

Form. No. 22

Form No. 23

Form No. 24

Form No. 25

21
Modification and Adaptation.
SECOND SCHEDULE—(conf‘d).

In place of the words “a member to serve in the Legis-
lative Council” the words ‘a member (members) to
serve in the House of ee nes of the West ~
Indies” shall have effect.

‘In place of the words “ this electoral district ” the
words “ the Colony ” shall have effect.

In place of the words ‘a member of the Legislative

Council held on this Aa yin: hesevececss yay sMiolarsecunns

electoral district” the words “a member/members of

the House of Representatives of the West Indies held

on thisday in the Colony of Antigua” shall have
effect. :

(a) In place of the words “for the .. wirenirea tit ontcaals
Electoral District” the words “ “ for the “Colony of

Antigua” shall have effect.

(6) In place of the words “of this Electoral District”
the words “in the Polling Division of......... seats
shall have effect.

New Forms No. The following Forma, which shall be inserted
25A and No. 25B. immediately after Form No. 25, shall have effeet—

“Form No. 25A. Section 76 (6A)
STATEMENT oF Vores Po.uep.

gine daiead thet hla cla Steua Cad Nome Res Polling Division

Names of persons whose Total number of

names were inserted in votes polled for

ballot papers each such person

SPORT REOH EO HER MDE DEFOE EH ETH ETH E®

I hereby certify that the above statement is correct.

Dated this day of 19
Deputy Returning Officer for the
whontuicnlGeeusaase dese eaueanieuss POMINE

division,



22

Section, Modification and Adaptation.
~ SECOND SCHEDULE—(conf’d).
Form No. 25B. Section 76 (6B)

STATEMENT OF Banuot Pz pers Counten.

sestvesesrsessersvssssessee Lolling Division

The number of baliot papers (other than
bullot papers rejected by me) counted at the

election held on the day of 19
for a member(s) of the House of Pe DreecOMaives
of the West Indies is......cccceeeseceseenseseereees ‘
and I hereby certify that the above statement is
correct. =

Dated this day of 9,
Deputy Returning Officer for oe ees sreseenese

polling division,”

Form No. 26 In place of Form No. 26 the following Form shall
have effect—

“Form No. 26. Section 79 (1)
RETURN AFTER Pont was BEEN TAKEN.

_ hereby certify that the member/menibers
elected for the Colony of Antigua in pursuance
of the within Writ as having received the
majority of votes lawfully given is/are............

DOCH CO ERE HAE HRA OO HERE RD Eder EEA PROC CARES E HEE OES Eh regs FOR ORe eH CHRO wer eeR eRe eeEeesesED

eee eee eee eee ee ee eee eee ee ey er enetane SCC aso ase e Ree HOHHEHeneneseeases

(name, ad: dress and oceupation as stated in
Nomination Paper).

Ce ee

Returning Officer.”



Printed at the Government Printing Offics, Antigua, Leeward Islands.
by Ear Prieotr, Acting te Piintor.—By Authority.
1957,

A, 18/56—630—12.57. (Price 28 cents.)



ANTIGUA.

STATUTORY RULES AND ORDERS.
1957, No. 40.

CUSTOMS DUTIES



Resolution of the Legislative Council of Antigua dated
December 20,1957, made under section 15 of the Customs
Duties Ordinance, 1927 (No. 11 of 1927).

‘



Wuereas section 15 of the Customs Duties Ordinance,
1927, provides that the Legislative Council may from time to
time by resolution increase, reduce, abolish or otherwise alter
the Customs duty leviableon any goods imported into the
Colony.

Be iv rKsoLveD by the Legislative Council of Antigua
that the Second Schedule to the Customs Duties Ordinance,
1927, as amended, shall be and is hereby altered and amended.
by the addition after item 11B of thefollowing new item:

11C, Articles imported or taken out of bond by
and. for the use of the Governor-General of the West
Indies, or imported or taken out of bond by any person
and purehased by and for the use of the Governor-
General of the West Indies.

~ Passed the Legislative Council this 20th day of December,
1957,
F. A. Crakk,

Clerk of the Council.

Printed at the Government Printing Office. Antigua, Leeward Islands,
by Eagx eraorr, Acting Government Printer—By Authority.
1957
A.0.47/229 —510—12—57. {Price 8 cts.)



Vy do

mbcatftd, prometiait. dea furrty insy. ae a 4
foi de la folligito: pourPcbreir bes OY nif
font empredes A Venvi de dépole: can an
fancies of leurs procedés particylicis pont Ot Cok ©
“pofitien. dn fel marin et extraction cede : :
Tas ‘Gowmifion, chiugée de les ex mines + s -
"pete toutes les expériencas et toutes les ma iP ;
ations ghubaut een ofertes. Le rapport en @
été imprdme et difiribue. 1 Be :
ae De ploficars woanubicpares » confacrées a ie
"extraction , font propofecs , et bhentdr pane
i Jaboratoires: verferont dans le suineaye eee
qni doit remplacer es ufages de la potatic «
Ja pénarie i A Ape ta atres
‘ es recherches également Boule: b. 0
sist far cL bbaesien ‘du favon ba sate ae
fiande qui ‘fe font introduites ‘dans . preneno®
at Jacvente de cette denrée , feront bien : Som:
pees. Une infraction étendue va tira Ince sn
poblige far cet act important | et chaque shores
oarca facilement préparer pour fes hatoins as an
tité de faven qui lui fera néceffaire , we :
avitre aia moins, dans eclui qui cf mal tet
Tes défants qu'il était jalquiici fi tucile de bu
gicher. .
Dee objew qui






























ot éré- ordon-

gu: premier coup-d’ecil paraiffent:
trisepetite , deviennant fouvent dune grande nb
sance pour les hommes. qui soccupent Ce sons o
efoins d'un grasd Penple ; tel eR Te cas ane
gécenverte légere. en -apparerce, mia's Pane utili e
-pon meins réetle pour les arts-, dost je vals NG
quteetcnir, On ‘fait a combien d'ufages aninsis s
fe fort de In Patrie eft A tows momens incre be
Ja crayon noir , vulgsirement nommt wine de ee
aft confacré. La matiere gui fe forme a p
encore @té trouvés en “France, au apeie ans ie
degré. de purete at de fi:elle qui Na rendent ie
-gieufe porr prefque tous les arts. L'importation oo

-erayons d'Augicterre devicnt exceffivement difficile!

depvis plus de fix mois, et drilteurs il ees
our la République de trouver jes msoyens de
-pefler de fes ennemis. Un artifle , fur Oe ene
do Comité , 2 imoginé de eampefer ene nouvel
selpece de crayon avec le carbure de fer de ues ney
tagnes, et quelques matériany communs aUxgses
atl al 3 r 5 bien, bro é at de mower
eméle apres Pavoir bie Oye s Geiel .
par des procédés particuliers 4 ce crayon artsiic a
dans fa. couleur, fa coufNavce et fom grain, de
ganiere 4 le rendre propre 4 tous Jes _vftges ried
Gbles, ot & lui donner meme a cet égard une | oe
~ gierice bien prononcéce fur le crayon sag Le
Gomis a cru devoir sucomrager Vanteur de cette
Mteonverte , et le mettre oe le cas de former un
. ch, gran :
: eat Aapouane bet hy enya ep UTe | ark-luit
,-o- gees POUT Vioncre par les arts et les {cienees tous
das obftactes, et pawr reporffer tous les dangers
avela-perfdie, ignorance , Vinfouciance et Jes
prépegés avaient aceynulés contre le faluc du Peuple,
‘me derait qu'wh récit infidelle ct ferile pour vous ,
¢@prme poor. la peflerité & je pallais fous filewce
Jes entraves fans nombre , les difleattés de toute
efpece: quela marche du gouvernement épronvait de
teutcs parts pour réalifer les cfpérances données par
be génic.

- Noa, [a Convention n'a jamais fe encore, on ne fui
jamais affes fortement dit ce qu'a coaté d'incroyables
travaux , de fermeté et de pénibics eflorts, execution
le toutes des meluves néeeflaires pour faire réullir
soutes les idées-heurenfcs , tontes bes. conceptions
gtandes dont je viens de lui préfenter le tableaw.
Tovt manquait 4s tois , hommes, matiercs et tems;
il fallnic vaincre chaque pas-la réeffance méme de
kn nature , [mertie:de In paveife et.de Minfoucianee ,
tes obfizclas de la malveillance; i) fallaic faire fordy
Pabowdanse du tein de I2'deétrefle et su milicn de
srille gang trouver dans celle ‘le remedé conyenable.
3 feliait que le gouvernement 's'organisdt. tui-méme
peu a pea, qu'il format [es admidifrations et les
agens.iqui devaient coopérer a fea travaux; quil
aSayat leur macche,-qn'a reviat fans ceffe fur tai-
mime pour fe téfermer, fe répulacifer , s'trendre
at us c'arréter enfis dans feg foins cou8ens.que torl-
qu'il anrair obtenu ‘lesifuccds qu'il cherchar. Gette

méthode dorgierfation qui feyle pent faire marcher
he gouvernement ct dont le régularifytion et le con-
plement sc peuvent s'opéier gud Vaide du tems,
de la eonftauee. ct: do la Rabilicé dang les privcipes ,
elt fa veritable et la feule. fulucion ‘da prebléme, de
Padminificatinn. Une grande paitiance gait 12 conic
por la Convention “nationals aw Comité de falet
pablicc Toute Is fortes du Peuple. desir dear’ Les
“maine, tous les bous chioyens sépondajient fur tc
‘ ghamp fea defira$ les mechang méaie , foreés de

Giffingler, davenaient utiles:a Ia chofe publique;
at taodis que des montires cherélisient A ev.ebufer,
an disigeant contre le. Pauyle lnimdwede mane guy
he Beuple lewe avait cédée pour ‘un saoment-, une,
portion de ce popvoir efiployte par des hommes
avi pure. quéclaitds, a auvées la France ep ni
foarniffant prempiement tewt ce qui Pa conduite A

be Rictoiwe. a
Ne eroyes pos, Legiflsteurs , que les fruits de
tant da travaux , de cint ge veilles, que les produits
de tant de découvestes heureufes -n’aient fervi Ip
Republique que pors fa défeufe. Ou ne voue a point
dit eacore mng verité quil c& tems, de proclamer 4
cee wibune, weit que fans fimpéricale adcchite

d'armer les Républicains, fins?
des, horames acts ites

eles confpiratenrs fans ics fe
ea setpeeies pour auelans ia +. pares quale
fentaieut Pimpefhbitine derven pavers | :
jen arty, et avec! eux toate La profperste
étaient perdus pour fa

2 * vide *
mandé dans Vaffrevx tecr jen ree
erdonne & leurs vils agsn9 sépnudas partout 5 |
deiirnction des monomens acs,
Vincendie, des
»prodeription-et ee
le tavage et’ la déprédauion anitufac tt te
ssvaieut “porté icurs abominables complots jutques tu
‘be plus : re
pour en, anéantir: tes produits, SainteJut ee
-tement quik fevait guillotiner ceint quit convert
an’fillon: de. ble en ane culture
qu'un tribunal cruel a“ :

antée’ yait au fupplice ,.
plantée’, envoyalt.au tepp 1. ¢ 3 1
avaient diabli des prairies actificielles.s coud! ane
fous le prétexte de-detlécher les marais inutiles et:

-ceiait en maffe les lboureurs dans

‘chines et lea meubles préciens
| taicnt fous les préceaces les










pour fournir promptc~_

e : 7

if {430}

oa




















jndifpenfable befoin
dont te Comiré weft entouré .
perdre de vue avarent.
leg fciences,
publyque
rances “e cit

‘a apt: des tyrans fabeainaites av
eee 6) ‘ et dé leur confalence , et

filences. et. des atts s
bibiforheques et des collectrons 7 in
fe ciaffacre des favans et-des art files 4)
5 des manufacqures; 154

ertandis que}.
Jot difait have’

faceé des atts, Pagricultre ,

nouvelle

des hommes qui

daugerevy que votre fage décret avait prot eS
enlevait par des defléchemens precipites: . Bs aoa
des beflianx , Parrofement des pratsies 5 erie :
des canaux: utiles au commerce ; tar dis qu’on Incar-
les canipagnes »,
les Communes des. villes’, -ot les ails >, tes tee
et les fciences. étaient cultivécs , Fiarent agitées par!
pelgues aaats ‘
b latent les tableaux, les livres ,. biifaient les tee’
, arrachajent et mpti-:
plus infenfés tous. les
chefs-d’euvre des arts, et fatfaient enfermer he
ceux gui les. aimsient a des produifaient ou cher
chaient a les folufivaize A leur barbarie. Z de
Votre Conité Winlluation publique, temoin -
tous ces -maiheurg , pouvait a peine eee +n
funetles poet 7 faifais avec foin ‘enicver a
xeguids des Vandales ee :
‘erie et des fciences quil réfervait pour des ie
plus heureux. Pasalyfe dans fes effuris:, Tepoue
salemuie judque dana:votre fein 4 it vunlait hotels
Atablix Ventergnement’ ct -faire jovir » par les. ese
q:vil vous propolait 5, le Peupie de Hastie op qe
veclamalt Iwiens€me en vain. Quelques memDdres Ge
ce Comité, eppelés par celui ue falut pete
coopérer dla rechevelfe des moyens de deten = oe
je vousai trace Uhifoive , -fcutarent biemtét que ie
nouveau travail avait des sapports immed:*is-avec
Vinflruction publiques que puifer davs tes see
des {clenees et des. ats.» pour. OuThat av, Perple es
armes qui $b SEOCRY Stour Gedk cous Tes kom-
ines infruits,, c'erait les défeadre de la proferipyon
dont ils gtaient mepaces , et preparer en méme~
tems des matériaux qui devaientfervie 1dt cu tard 4
Viafcuction da Pepi. Foxtifies daiscette idée par
ceux des meubres'da Comité de faiut public qui
étaicnt aharg:s.xde fa guerre, des fubfiflaaces et des
aumes, ils ne wirent dang la souvelle fonction
quwils-rempErene pendent quiaze. mois avec taut
diardenr, et dave les fucses quils en ef dtaiene,
.qwune bufe fer Jaquelle ils pourrdicnt ide ou tard
propofer déever us monument durable peur linl-
iructiuu du Peuple, , su »
Cette idée foutiat leur courage eg ranims leur
andear. Cet pendatt leurs veilles méme , c’eft du
feia de leurs recherches ; -c'eft dans lés entretiens
qu'ils avaieut fans cefle avee des favans et des ar-
tilles que furent congus: tous les projets que’ vos
décrets_ont fauctionhés depu's; cclt sinh qvont
ere inftitues les premiers cours févolutionnsires fur
tes falpéwes, la poudre ‘et les canots, dot vous
connalffer les fuccds, et qui ont forvi-de modeles a
plufieurs autres inflitutions; c'eft a ce foyer de lu-
nieres que le Peuple Frangais dolt set técole de
| Mas, ct Pécote normale, et Vécole centrald des
'tuavaux publics , ct les trois dcale: de fanté. La
“Commifion dagriouthure , domt Ics fonctions four
whe vési able fource de bienfefance natiduale , par
‘ted coufeils , Sea tumieres -er tes cncwura

feta ce cette réunioa.'On y -a prépart’ encore on
trawail- complet fur Vexécution ff difficile ct fi peu
avancée de vou décreta’ fur Ica poids’ et mefures ;
ce travail vone fora préfenté incelainment on
‘Cowie Pisirucion pablique. ;
‘Ajnh, la préparation dos armes, qui téenait 4
.prelqre-touces les counsifances humaines., et gui
en exigeait la concentyation dans on deul toyer, ell
devenne: le. cenhe: de” mouvement autour: tuguel
-Pautracdon publique devait enfia s'organifer ; dé

ce centre la dumiete des fclences a été portéc dane |

tous les aieliers + leur! mubtiplicié « sépanda Tink
trvation daus royted les ¢tafles 5 des matériation in
Pmenfes ont é@ prépaiée pour tonies les partics de
Mutiuetion publique, et ce grand et beau mouve-
ment, qaivell tufceptible dune accélération fi rae
‘pide, seh sae apres in chtiec des tyraus,
avec une activité tel

Kble de jeter tes fondenseas immeriels de Minfruce
wie vs Reuple Frangais. Seed ,

» Aah, comme dans le ff

dépend de ta feule fotee devane eee
fylldme. politique, tows a ét
a la defeufe de la Pauie.
tons Ie clptite ont AG-entraings depuis deme ans ,

are {

Lat ote-de ce point
fondé fur le julie emplot des connaiffances hunting
ategu fon impériflubic energies Peeing,

Center ce tabledu de. fou, indeicur
consufier-la fenrce ot ila. puila

tienfe de- fes travaux; c’afl par une
Vays rechévches Javautes qui out ee
fein , que Vagt dont je vais, maintenspt vauseotees
‘tenir a étédécouvert 5.10 tient dé pres dan ‘sae

; tandis ts

a

it divigeait ta main enfan-_ .

feglérats énerguméscs qui déchisaient, ety,

les. monumens des arts, Z|

Fetait Savailler. end

na 2 . gemens fans. dche
quelle sépaud déja ditis tes campaguen, eff fortiedat ge quatre ans,

4, quil nous.a cufin été pot { mifion.

; attractiog , dans votrefen @tre déliveé fous aucuo prétextes ry ite
é lie 4a ane leule caule, | pafler de ce, corps dass un auttes {oir pout ¥ os
Graft vers ee poind que} admis. i

a

que lavie du corpe politgye,

ee ba % s Sot Rags
Le Comité de falut pubic in’a antorife A vow see
> afin. que vous
BNE portion glo.
fuite tomiding
faites dans fog

de connaiffances dont: application aiaue aide vetre
Comiré dans fa marches sbdepead des memes idtg:
if était appelé par un méme befoin etl promt
un égub faeces. - | Shack
- i {be faite dencin.)
. SUITE DE LA, stance DO 17 -NIvést. |
Goffuin préfente enfuite.un prejer de décrer og
eft adopté ences termes: s re ey eee
La Gonvertion nationale, aptés avoirieniegde
rapport de fon Comite militaire » sonfiderant que
‘la gendarmerie’ pigs les” Pibunaur et.les mirifors
‘de “détention ne. pent fifire au fervice ° pévibie’
dont elle elt charger, gis ta fureré publigne exigs af
qielic foit alignentée e€ recor gavifee convemble,
ment, décrete se eR

TITRE PREMIER ©.
Gcinpofition et formation.

prt. Yet. La gendarmerie pres. tes triboomay
et A ta garde des mailons de dévention du dé
partement Ge Paris, fers portée 4.736 Rommers
favoir 2 , fe eh
Un commandant en chef,un adjudantemigr,
nu quattier-inaitre-qélorier, 5. wapitaities, 5 liege
vtenans, 3o fous-lientenans, un ‘oflicier de fanth,
a. adjudans fous-officicra 35 maréchauriledogis ea
chef, 20 maréchanx-des-logis 80 bsigadiess Gos
gendacues ,. 5. tambours.
ONL Cg eorps tera divite en
“TM, Ghaque compagaie fera
foits - a i te ms
"Un capitiine uty leutenant, 2: fouselientenias Fi
on waréchal-de-togis en chef, -4 mapéchaunedte a
Hogis, 16 brigaiiers, 180 geudarmes, wn taba
IONS. : vg mee
ay. le a armée connue fous Je nom de guide
de Bicétre ct de la Salpéuriere, ef fupprlates.
elic {esa inearporée, faus délai y dans bande S
meric ‘pres ‘bes “ribdadax. ‘Le citoyent gil ew te
Vorgatifation et du meuvenent der srmeiss *
| V. Les Sous-offieicrs qui favrout Sire ct beting;

Pf ua
cing compagaics,
compofee,, sinh qi

>

feront admis aux places de'brigsdiersetdemuéchue ,
des-logis: ar, ie
_ VEL Les officers de cette garde ‘fupprinteeom™

ferverant leure rangs dans la gendarmerie pis ld
tribunaux. = + : ‘ ee Pe he

VH. Genx des officiers , fons-officiers et garda
de Bicétro op gendarines pres. les. truss, git
leurs infirmités ow: leur age eapécherone desive,
tinusr wn fervice actif rgcevrgnt lear xetcali¢ sane

formitineat aux lois. wo
me TAPRE PL Se oR
Admiffion , rang et avansemint,

Art. Vt. Les places. dofficiess et. foussofisien
qui, fe -trovyercpe, vacoutes duas Ja genddimeriey
ferout semplacées fur le champ, et donices. Qa”
pretence aax offlciens et fons-offiiers edjoiiuda v
diviéons de gendarareri¢ 4 pled, amalgameécs pat la

Jot du 22 -pratiiol, BO Eater Stet dee |

Tl. A Pavenir, if ne fora regu avewn gendarme

pres les tribunaus qui wait’ vii g-cing as accone |
plis , qui n’ait un certificat “de civiline, et Quigg
fuebe the ev éertre, qui walt’ tai un dervice atl
¢t non iuterrojpa dans la gasde fadunale depoll
Te gompmencement de ta révolution , ot 60
dans us régiment pendant le lapd
“fans qu'il pu fife y avoir plus de trait: |
ans-Wivtervalle depuis Ja dace de fon cong

Les militaires bietles hanorabiement & le gent.
ne faut poiue affujettis aux conditions éiedatlus, il

PU voUeT trout regs de préference , vilg (oat jugee PEE

commiffiun de fantée , érre encore en, tat, de
vir. Ul ew fera de méme des geindarines acti |
ds complet des divifivis 4 pled ainalgomnés pt
loi du 22 praitial. . A a high
Nul n'y bia admis sil vada taille ‘de cig pel
trols. ponces- au moins. ’ le
lil. tt fera ouvert ua: regiltre Vinfeription is
Gommifien de Vorganifation et du mauvement i
arméos de terre , pour tous les ‘citoysns aM it
niffant les conditions ci-dellus preleri.te ) ie
ront entrer dans ladite gendarmerie. Les ped ie
gendarme ferovt a la nomination dv OE ee
falut public, far Ja préfentation de ladite WR"

“petbungnt coat
{omy avancemnet
quire pli
fult. pout: aid

IV. La gendarmerie pits les
wacra. 4 rouler fur clle-méme pout 1/8 ™
Lesletires de paffe font fappriméte + il ney

« . 4
ra J fs
V, Ieorfqu’ll vequera uae place de brigadie






forvien i

. Pacis



* “ghoix
pale 'p
ea Ca
i Aes cit}
Badldy
pation
XD
+ major:
Je pie
a cephai
XX
favssiiy
2 XX
s at tc
‘ leuk 9;
| Welyetr
_XXI
~ bibung
‘ de Cony
oR)

he toi,

oRXY
pra 4
ge fic
Bealls.
er

cXY
k prad

* ; And)
ie bier
Rad |

4b tetig
MY
te Cow
4 bow
Qu) pew
Mique,
My
tHe fay





vr

oY gat les *maréchinx-des-logis, et uammeér par le cota





it



a ee a goutell dadmninittraion + Qui voumeront eon: | particuiier, ,

“NE Les places vacantes de four-leutepans: fe~:

t




lgra -wacnnt , infayha y dies Be pee poeress :
aealler.« figné ds lui y Je now de trois de Hee freses j bV. be commindagt. thcevia le meme ferment’ de
gators de ladle compagnie; ee ferutin fer retuis) tous les officiess et! {
* oe eebhué su cpiaine ,, qui eu tera Le dépovillement en préfence > ct cong]

~ ga prtfenee dog sures”, pficiérs te la compagnie! @adminifadon ,

pinglal

é fiepiaes ances did confeil





“gedamcot a Pesploi, vacant parmiles trois gar | Ve Le: pen-tanm
Yarrnes’ révoifant le plus de falhages, 5 :
YL, our reiplir uae’ place

4 ts? des mariehans-desiogis du corps propole-'Hfera fsitymontion aubus de fa c#umilfion.

“oo pant ging rigadiers , dout es ndénas Ceroutremis aa] VL “Toutes legranitr dione, et prellavens de



gqaimmadaity. yvt, -concurtemment; avec tous {ferment daront: ensegifviécs dans fe debiétasiag du’


Py eficiers; wumiraeca for cette lille d Pemploi | cory
i ° : VI Le

oyaetat.



| gent, damdees’ ase ‘adjudans-fous-efh Hers et ang! gauifation le la fullice mbitstes -

“phage gendertee:, deta compagnie alate Inqnette des compagnies , 2 préfeace d'un comm fre des }

ona-oficiers deta divifion , 4
qui Ucndia’d cet efit um regiflre:
e oprérera le feraient entre | les:

Prages. fnaiees thains du’ coysmandagat, cn préfesce.du capiaine,
de maréchal-de-jogis fide la compag ale dost ideven Uyhe pe rties il eu)

coufeil di, @i'ciptine ‘fera érsbli Ws prds |
fe titre Ide da lor du 3 pluvidli, rélaive a Vor 4-

*“mardehariasacacle gle por Panciennete te grade
gipar te whoike: Pancieanere aura’ Te preuliee:

tant.



HR,
> :








de Glut pub ie en nomemciagn.



- swhedraiene !
«et les appabatémens de dicmenont. | 2
OX dees foutfeutenans cf lieutenans parviendront
“par leur J out @atcleuveté aux grédea de lieutenadt

‘net de caphtcine. ” P















@inctemene, fera nommé par tous les efliciers
Buc daler de -coxfeil glad auaillration.

GML nomiuaddps eu qierticr-meaitre-téforier fe
féra-pat He coated aPadmisisfy ation.
“RUB Les acjudans fous-ufliciens feront pris par-






mavdiue, deux @ipitiiues , trois lieutenans , trois
fpus:lieutenans et uecf acl dee: dop sseau!y,
-cabog tes iplus auclems de commiffien oo d age poor
ebie qi ahroutle adie wins “de Tetvice:









beveie da fevutin etd ta majoriié abfolue des
Siero a
SV. Uera fairaotanvade ferusins partiontiers quill
fauis de cuntidats a propofer ow a-nemmer.
Mo XVE. Le ecmiuandant ea chef de ia geudarmerie
opr des triburaux, dora mommeé par lasGon-eation
“Rationale , fue la gréfentation du Gomitéde , faint
ebliga ve , PAs oe she : a oT I =
“RW La foi de @ ithermidor, relative au cole
- (de yomiyation , eit applicable Ala geadamerie piss
oo Jetabanuure. , open ni “abe
oes AVM Le’ moiti¢ des places de imaséchaux-les-
logis et brigadios fera dounze ,. pew! ceue pre-
“fee fois feulement, 4 @arciens. militaives , av
*‘choixdu-Comiré de laluccpub.ic ; Tautve moitie fora
pale parmi les brigadiers ot pendarmes acuidlicaent,
(2 Wractiine de ferviee prés les cibunaux , et pam’
des citpysua compefnt da force aninde pes les
\ Bailbus de Bicétre ct de ta Salpétriere. Cos nowi~
“ Bations auicint Heu-davg la Forme ci deflus preferite.
XIX, Le commandast: en chef , Vadjucane-
\ Major, te quartief-imaiere aurout le rang, {avoir :
le-piemter , de chef de batailion; le fecoad’, de
./ Gpbaines ct lefvifieme,, de Ueutenant. | ‘
XX. Les adjudans-laus-officiers auromt be tang de
fasiieutematt. ©” that
_ XXI Ladjudant m jor, lesadjudaus-fous-cfliciers









| Wendront 2 vaguerdaus les compogits. ;
" XM. MM tesa attache a du geuderaerie prés les

Mibu ua feetéues- grees, a la numinaios

. Se-esmmandipt ea chef. &
-XXHL La plsce de commis-greflier ,
h foidu 98

créée par

; B juillet 1794 (-vicvx flyle }- ell, dop-

vee pumée,

XXIV. Lichicier de fanté fera choifi. pat le con-
fel Pudminifiadion’, fur ia preteutaion d'un acte
woe et de capacité figué dé la Commiflion ge
Ange ee |
ae AX j A ; - . |
ORR. Les maréchauy-des log’sen ehef feront pris
i, pari '@s marceltatixedesdlogis , ct sommes “par tous



#8 icteap ingillinetement. Us deront chargés' des
see feivice; de diliribution ‘et de compta-
Bilii :

ide leurs compagstes relpectives 4 le plus

: sa te grade fera. des fuuctions de porte-diae

Â¥s prade de taubou-brigsdier.
Saye 'FAITRE LiL
Orie in (érieur,

a Ang Jer, Let leteres de fervice des officiers , fous-
meat ey ceuddimus’ ferumt delivises par la Gom-
Hod de Tor sunitation’ct- dy mouvement des arinces

teries pe beg nate =
Le bo ue cemman dant en chef prétera ferment de-aat
en 5 miiliteree » der y curptoyer, fibeant fa le 4
OO tépublicain ct boave nialtcaneé, ae tout ec

Siete Whérelice ia fureté ot da tra. anillité pr
i ; . eee

1 le ore, ity
vd I fe plus .cucien des Gopituines tle ta divifton
Se Rog

tefuite acconuaicce duccellivemeat a la tee

hy i 4
: it , th

o oe '
¢

t

EER. “Lortge'il ‘si gira de doaner, parle choix,
" yae plice de fots-Heutensne, tous les’ maréchana-_
sturdy gis 2€0 hie am abet ont bait) marech inx-dese
ogis, ayant uray Cexcicics févolo duns ce grade, ;
x ohciets cddpivoorecite tilled trois, efle Comine |

Leg Hettendus de ha gendarmerie - pres les

XL Madjadant-major , pris parmi les lieutenans

oatle qnacticr-moire cont le diwit de. yreudre , a,
Heurtour, lee places ou giades conefpondans qui :

AXVE. Le tembcne Le plus-ancien de fervige apa:
HPinent des fecouts accoydes als efenfeurs de. la

buna.






' VIN Le conte @u-huivh ation fera ciabll’ eon-
forniément aux

deruier. t : :
IX, Le quartier asitre fora chareé de tons ‘les

Pautenisé dy confeii ‘d'adaiiniAvatiow et du com-
mandant en chef, auprés dugned it fare teu de

greMer,

; X. Les offisiers , fons-officiers er gendarmes confer- |
bib “et de be garde doppriniee de Bicéve et pVerom Paritorme dove ils out fii ufage julqu’a pre-
i fleedn Sadpstiere.y. qui par le préfent décret de- | fint a Vesegtion du chapeau bode, qui fora rem- |
{Ouslieutensus , Coaferverone leur rang

tpincé par ea chupea usi, aver
ghouppe tricolare. , : :
OM. Ub fera pale, tous tes deux nivis , une
revae de commuifaire des wuerres, lequel affil-
‘téra_ au. .confeil d'adminidvation Te plus’ fouvest
poles 9 e- '

guaics blaneltes et

























de detiituiicn, a moins que di ssaifuns ¢ é-lévitimes ,
eter fides tees parte coufcil @adasiuiftistou , ne
hes ew empéchent. 0

pour leur ferviee ,
moise « i

dus Pordre .et des’ dévails da ferviee de cette gen-
darmeries LAR fy Ohl tee 3 ,
es TI FRE Lv.

Solde et traitemens.

Art. ofer, A comptet’ du premier nivafe préfene
mois, da dobie des offidiers ,. fatts - oficiens’ et

favelr + <- ;

a

_ Les frais de burvecu de commandant cn chef fecont
ren benifes tous les tous mois fur @ ata, certifies , or-
Fonmineds par un coriedfaire des’ guerces, et appuyés
de quittanees et picees juftificatives, © ,
Us ve ponriont, daas-aucua cas, excéder 150 liv,
par bimfire. zip gine OM
MM. Le ‘cofernement des fou:-officiers et gendarsies
‘fers fourni eu nature, & proxipité des. priucipales
niaildns dar és, conformément a laloi du 18 octubre.
I;gt ( vitux flyle;, par le directoire du departement
ce Pais, , 3 7 ’
ILL, Les officiersferont logés dius one-des maf-
fons rationales acjacentes'an Palais de jaflice 4

«

un officier de chsqué compagnic aux. différentes
ccafernes. 7 a : aie oguilt ak

AV. Les fous-officiers et gendarmes feront habillés
et éynipés aux frais dela Republique , pour ceus
{ preuiere: fois feulement, foivant ie mode, preferit par
Htea leis revducs a cet gard pour ies troupes de, fa
Républigue. -

de 39 livtes qui étaikuc accardées a chaque fous-
of» ¢ et yendarme, pour leur tcuir-lisu de ca-
feriement ce fdervic a Pentretien de Vhabitlement ,
ecferont. d'éae
vanvéle, es
we Vi. La loi duc gi plovidfe, rcdative au paic-



Parie , ¢f applicable a da gcndarmeric pres les trie

Vil. Ut fera fourni deux sasiors de fonriages ae
commandant en chef yet voc retiew a Padjadant-
major: la-delivtance nen fers, feite que pour les
chevans clfeciifs , fons les polis portécs pat Pardcle
AM de time V.de ta duide @heruider.

Vil. Les différentes luis fit la gendarmerie fe-
rent-extentées as tontes tes gutres difpoltions
qui wauruot pas éré abrogces om moudilices par la
preferte. a i

IX. Weaéeution en cf fpécialencnt confide aux.
fuizs db la cons nifiicn de Mergen fativn et du mouves
ment des stmées Ue terres wo

4 ‘ =

dilpefiiions de la Loi du i vemcdfe:
details’ de comprybdiirée et de ditt bution , fous:

rehder, atnB que ies -adjudans- et le fectétaire--

MAL Les cfficiers , fous-afficiers et gendarmes , f ~!
ront tenus de faire lenrfievice‘ea po rlcnue .luus peine-

“XUL Les coupapnigs alterneromt’ réguliésement |
fe premite jour de ‘chaque’,

MV. Les covfeils de difciptine et -d'adminifirs- |

‘tien séuinisy prdeaeront ~ficefantiment’ au Comité
. . ° * eee . A a ” A . #
RIV. -Toujes ces vominations amoot licu per | eilitare , pour dtre-approavé par lui, an réglement

“peadaraics. “derteardra, Rxce “aby git fait

Ao commandaaten clefy. 64. 2» 8000. 1,
A chaque capiiaine, 2060. 6 1 6 3G00 ©
A chaque Hey cuamt, 2 6 2. 6 6 et B500
A chaque foustlieuteniaut , ~. 0 6°. +. 88007
A Vadjisantsimjoryse 2a... 5800
Au gq arere maitre.) 6 4 6 8 ee ROO
Aux adjudans-fiu--officiers, 2. 6 4 000
A cheque marecha'-des-legis, . . .. 1600
A chayue bigadier, 6 2 6 se + 1400
Achaqat gendarme ct aumbow 4... . 1150
A Vollicier de fanté, 2 6 We ee Soto
Ag fecretaire - gicfier , 6 6 2 we 1500

néanmoins it y aura cea tote tems, a, pate fixe ,

V. Lindewmnité.de 8 livees par mais, et la male |

payées, asompter du. premier

| Boilfp~d Angles au nom Ms Cojnites de falut public’,
de. conimerce at approvijionfemens. Vous aver Gejh”
fend, Citoyeus . qu'nu des pius grands vices dans

fes refforts et Pimmentitd {groves ae doivent en
-opérer Faction. de am ad Sa a
Dabs Porgenifution politique ; en effet, tout ta,
qui n'etipas udceffaire , cit: delsilraux ; Ta réfiflance
fs'aceroir parle frettement, ec le plus petit-rouage o.

Afans objet , ratentit fa marche Wane machine qui
ne dauraitéue evop sapides Le moindre mal et
Pacerdileuent Mave depeufe qui a'a pas Puritice ,

J couféquemment une fource plus ou mulus dloiguée
de diicrédit et de‘dénteinent. :

































































Vons ées.environnés d’abus, et mulde vout
{wea peut apeccevon Pefemble, I fe mubhiplient
4 votre iufga avee woe rapidité inconcevable , et
pendant qu'une des parties de Padminiflration avira
|vos regards, lagive devient la conquéts de Pigne-
vance ect de la eupidité. Ou dchappe aifement, fans
déure, A une, furveillauce qui ell divitée, qui du
moins n’a pas de centre commun. Mais en sedou-
blant cette furveitauce 5 mais en -orgapifant toutes,
les patties du gouveruement dune maniete fimple
fet wniforme, Pat le moins exercé peut tout eper~
cevoir, la rafon de moins étendue tour faifix et tout
apprécier.
Les sbns font poriés 4 an excés vérjtablement
eHrayaut. Yittout, ja dilapidation ia plus cilrénée
menace Veaghonitr vos relf-9 ces; partout, at Migeo+
rance, et la cornption le uilputent vos inmeuies
richeffes.: -

4

i

Avcune des parties d¢ -votve adminifiraiion ne
correfpond avec les autres. Rei des cOdunffens
saifent, tantét. une manicig iudé;-endayre, tastés
fous la direction d'un Scouse, tan dp -toas celle do
ploficars, dont la compdétence & cee égard nef
pes méaie dcfiativerneet répiée : ld des agences fe
difputent des attributions qu’elirs ne réclaaicnt que
poat les livrer aTivexpedence ivhal'le dei quelques
jeunes gens fins inAcuedon; sillcus, des bureaux
fans travail, -des commis: fans oceapation; partout
des E.lsires fams nécefiré , eu des empioyés fans intele
ligencet dixmille employés:peut-étre dans cette feule
Commune, doatita fouction la plus ‘hahiiueile ef
‘fa plus exactemeot,semplie, ef Pobfiaer, a une
senting beare , lee rues d'un de fes quarters,

a

et dans les pectacles s ct d’atler applaudir aw th: dire
d-tantes Ics anaxices Conte revolutiounaired que le
reyrtling y Talt-debitess fagotto heh eee

Si Pit arpu-concevoir Videe dé vomp faire une
goerre 4 mort, cell, quand 1! a pu -téalifer celle
Cétablir uo pareii fyll@me,. Vore danger welt pap
sux froutierés, it ef au niieu de vous. Vos ennes
mis les plus actifs ue font pas. ces, uemées a: Remi
defrites’ qui Extent devaut les voices, mais, cette
puée de vampires quisicus, devoxent, Cleft en traias
tenant avec des fais énormes un gouvernement qui
ne peut marcher. que Von opeérera ta odntre-réves
lation. De paycils défordies font intaléeables 5. feud
réfultat ef tons les viecsy. leur produit infatilible
felait Vanéancilfement de la République; c’e. par
cux gue motre crédit ech perdi, quenos s.ceurs
fe font dépravées, que Ja franchife et la boang foi,
que les. versus privécs’ ‘ct inorsles, que la frogslité , .
que l'économie, que Je feutiment’ des affections
donces ont paru céder fu place aw delir cffréné des
ucheiles, av befor du luxe et des fulix plailirs ,
a une dépenfe defordomnée, 9 0,

On disa qu'd ch impradent de dévotler toutes
nds plies., que e's. acergitre-wotre dilcrédit , en”
piépatant A pos cimends des cconfoladions et des
relfources. On aula Idft,:. car nos anripuilt, cone
uaideut micyx gue vows dos.maux; Hs embratlens
dans tous: leurs détails lis, défosdres—dont je vena
entretions , parce que ce font cox qui les qut pags,
duiis; vaus ne Jebr apprendres rien a cet égurd, cay
Hs faveut’ micyk ‘que’ vous ce que, vous foultics 5
‘et Hla fergient Mids pieda. pour vous demande: la
paix, sils tia cormpraieue fie les abus avad lelguc
ils clperent vous ruiner, 0
" H faut done tout dire y.car fi vous voulez guéric

ea # hag ge e ory ries nee
vos miavx’, ‘il taut bien aye vous foridiez la. pros
raillenrs , telle eft voire
nee ' : TT)






fotideut de" vox “bteffures.
peitiidee, quam moe de viv etus sous FEUREr f,
tele CM La eOufiauce qiThilpitent des omnes. dg.
rbied , quion ‘leur teat compte des" prem rs elfo
-qvils foot pons le proguire, et “que toa fe
fcorige-dés quiils tebeulent, * . mye aa
Ne croyes pas towmefis qne tout ce qué je vous
dis $1 ifoit des reprochits’ qué’ je-vous' adreffe, No ’
‘non, vous n’étes point les auteurs des aida dot’
vous pemilfcn sforsk pO ever ley cavilager fans bonis ¢
vous pouvez en failir Pendouble fons aucun remeridss!
Ls fout Ja fuite iuévitable de affreux fyfiéme qne
vous avez déwnit. Celoi qui voulais teat, onvahie
avait befsin de vous vagcabler foxa le poids des
plus monflrucux abus. I aveit beloih de eompliaes:
qvi: paffent sonfpirer avec ni, et le prix de lett’
cooplaifance devail étre la suine du Peuple.
Citoyens , vous-avea détruit la tyrinvie.au g there
oiler, détruiftz-en toutes Its codfequenees, Il ne
fuflit pas de changer les bafes dun mauvais
fyhéme, il faut chaoper tous tes véfaltate. Tous oft
donc A faire Pencore dans votre otganilation politic
ques tout eft deuc 4 renanveler’ dans votre adui-:
niftration intérieure , parce qujl faut que tout 7

$ eo Ms
Wea a ’



Ey

oe

nolvg governement actucl', eft [a multiplicihé de

{fa difpropaition avée fes refourdes nasionales, eft.

de. potter uo luxe efficyaots dats les liek pubiice *

“,







































dirigea ‘toutes les combinaifois des triumvirs que
vous aves frappés :fon objet était de concentrer dans
woe méme main tout le commerce de la Nation , de
vemettre & quelques individus choifis par la tyrannie
elleaméme le foin de nouriic A un taux déterniing
a@’avance tots les citoyens de la' République. Ce plan
“métait que le premier degré du fyfléme qu’on voulait
étabiir.. ; ‘ gee By

On -vonlait faire de ts France une corporation
de moines.” Le gouvernement autait tout diigé ,
teut ‘ddterminé ; if aurait ‘été fe feul commergant,
le feul sgricuttenr, le feul manufacturier ; if aurait,
fixe tous tes jours te prix du travail de chacun , afh-
gué fa ache et fon falaire. Ainfi concentrant toutes
Kés richeiles, dirig-ant tous les travaux, il aurait tenis.
tout dans {a main ct exeicé-vne tyrannie abfolument
incotwee far la Terre. C’était a ce plan que s’adap~

taiene Vanéantiffiment de toutes les Foriunes par{

Pusaffinat,de tous Ses hommes riches ; lé renverfe-
ment de toutes les villes de commerce, de tous les
ateliers, detéus les coinptoirs; da defleoction com-
piette de Pinduftrie; lenvahiffement de toutes tes
piolpérités , er cette difttte factice que vous avez tant
dipeine a combate encore aujourdhai. :
: Ge projet , fans’ Bovte > Stait inexécutable’, mais
ae nien était pas: MOINS celui de Robefpiene , a
Lainbiion atroce’ duquel ‘une tyrantic. fimple ue
pouvait fuflire. La Commiffion de commerce devait
éire, fans’ le“fivoir, ‘Vou de fes agens, et ce n'était
nialbetirenfeméde pas, le’ feal. Quoi qvil.en fott ,
Ia fuppreffion “du, aadimum et, dee 1équilitions for-
Gécs, les, abus, qi ont accompagaé fa marche , et
qui ve peavent tublider plus long-tems, vous com.’
inandevt impéifeufément en fimplifier Vorpanila-
tion , et de Iui donner une direction plus utile
Cevoeltiptus portr ‘alder dalervir Ta France , ce
n'eft plos pour faire’ un “commerce exclulif, que

wous'}a daifferes fubfider. Vous avez profcrit d’avance |

anvaufir U¥teAable’ fyleme , ct les décrets que vous’
avez tendus depuis: quelqties jours ont déja dé-
eult 5) par’ le fait; un ordie de chofes aufli
@bfardes” Os Tt Si a eo

“Vous



Vous avez quatorze” armées de’ tdrye"'d, alimenter,
ape marine a foutenir, Porig et quelques departe-
mehs.a approvifionner, des, troupes A hebiller et a
ahuiper,” dei ‘trau{poris” ‘de dentées' a effeciner. I
vous faut donc une adminifiration active, fimple ct
rapide qui poiffe temiplit Avect égard Jes vues de
Worst gouvernement. Celle qui exile ne le pene pas y
rail ‘elle ‘cf conmipliqués tt mal ordenvée 5 elle el



af ieee p Eade i ered
divlide ch hui agences dirigées par crug. commilfutres,
Sikh yet bey waa PR eyee * welt Bie 7, BT yg
et divilees elles-mémes en plus ow moins, de fections,}

Hi fofit d'én indiquer les titres popr fire voir ‘com.
pisieh confule et peu méthodique une pareille

fubdivifien. iP be '





















“Gomité de falut public,
: ordres. :



“heodmbre des agens fera propottionué 4
des détailyauribués ach que divilisns «7
| difpotée. de manicre a pouvair -étte iénule fans
: autre ;
lignes, qui ferviia A tappelor le sotat ‘des regettes

former le. refultat:





nombre qui dans les, d @érens boreaux s'oppofent.a
Vexpédinion des affaires..Ces difyutes de compé-
tence entre les diverfes agences, entre les agens,
et.les commilfaires.; cee encoinbremest d’sbjets en
un feal’ point; et eette ablence sbfolue d'ouvrage
dans plafiears autres 3 ces renvois intesminables ,:
et qui font tels , que. pour-favoir le. fre Punedee-
mande, il faut couvirdes. fournées.entieres de bo-
reaux cn bureaux’ et de couiniis en commis ,; fans

attcindre -& -aucom vélelta:, Toutes les opérations

font paralyfées, celles qv'on exécute font ddicufes;

‘ce weft que par des* violepees au-dedans de-ta

Répablique ct des. faciifices immenfes au-dehors ,
quc la Comwiffion nous a préecuré fe. peu de ref-

feuices que-nous avous:-ues. Un pins long effai
fersit ane fource irriparubie de -ruines. et de cala-
mites, :

An lieu de cette organifation monftrucufe, vo-re
Gomiré vigut vous eo préfenter ove! wutre qui fera
plus: active et plus fimple, qui réduira-de. plufisurs
mnilliers pout-étre le nombre i employés dans toute:
la République , et qui par conféqueut-aura té double '
avantaye de cotter iufiniment moins, et de produire
un effet plus cir. ; :

H propofe\une adminiftration compofée de trois
commilfaires charges de furveillér trois agences.,
celle des fublitances générales, celle des ‘achats..
Ces commiffaires feront effeuticllement membres de
Vallemblce géné:ale de Vagence A laquelle ils feront

attaches 3- ils alifteront auffi aux affembiées des Sec-

tions de feivice, et ils tapporterouta leurs allems
blees particuliercs le réfulrac du tavail de chaqne
agence, [ls tarout chargés des comptes dtendre au
et de faire exécutes fes

ed

Lagence des fubfiflances générales

fara les détails

fuivang: ;

1¢ Vivees de tere} 2° vivres a mer; 3° vivees.
drapes 3 4° Vivres-vianded ; 59 fourages ; 6° équipages ;
79 approvilionnemens dé Paris... “ee
Liagence de Vhabillement aura tout ce qui appar-
tieut a Vhabillement, équipement ct cafernement
des troupes, Ho ye
- La toifleme ‘agence ‘fera chatigée. de ‘tous les
achats & faire au-debors
blique. :
Petendue

Chaque agebce aura'fa comptabilité particntiere ,
avail qu'time ‘récapitulation de: quelqus

et des dépenfes de chaque partic du tervice ; ct a
general des dépeifcs de la Com.
mifhon. oR os Rn ws
;* "Tel eft, citoyens, le nouveswplin Wap-es lequel




et ap-dedaus de la Repu- |

de léviflativg ,
difcuffion rela.
sc fortemeur,

a douné Heu a nue longue et vive
tivement atx émigrésyda Convention
pronoucée contre ceux, et a décrété gue la Com.
miffien des émigrés fera jmprimiex la Life de tous”
ceux qui ont obteru aérre rayés He la lite Penis
Giation, quielle s'admettra avenne réclaiiation. de
ceux qui auront abandonné la Patsic, :

Trésarerte nationale. — Liquidation deta dene |
i: ! i i = :
: publigue + tagere, .
Lze eréaneiers de Is deite viapere font avertis que %
les inferiptions des lettres initiales H vT, Jet X desy.,
partics coullituées fur une feule téte, fats expec.
taivend farvie, poutront étre retirées primedi pros |
chaia 21 nivéle, au bareau établi a eet* effet, cue“)
Viviesne , eu face de la trefoveric. Le. paiement tera
chectué de faite 4 bureau ouvert. eek
eux qui viends ont relirer les inferiptions , ‘aus
toat doin éerire ab dos ‘du Bulletin de xemile
dout ‘dls igat porteurs , une déchaige congue en ces
terines ¢ te

y

Recu Vafertption ‘viegere de la fomme de
aunomde -, fay Peter eS
A Paris, ce’

a eo nen CNE Re Ree ee
GCEOGRAPHIE

Géographie de France, d'apiés fa novelle divi
‘vilion ‘G. 83 départemens , contenant des details (ot
Poripice, fes révoludons, [étae actuel’, fes*monus.
monsrprécicux’ de VAntiquité, lea édifices muodernes
les pioductions de Vinduflrie de chaque ville, les
onvrages et le caractere des’ hommes cétebres dans
tous. ies genees 5 feconde édition’, volume iu-18
Prix, 3 tive 12 f. “oo te we
A Paris, chez Laporte, ‘libraire, rhe Chriftine,
n®

‘i : hy. nt ' ue

Atlas moderne portatif, eenpoté de 28_cartes fax
toutes les parties du‘glube terreflre, et de wold
caries aflrombmiques, a l’ufate des colleges et, de
toutes Jes perfounes qui veurent ‘apprendre ou el-
feiguer la géupraphie; nouvelle édition augimentef
Wune feconde carte de France’, @aprés fa divifioa
ea 83 departemene. Prix “enluminé 10 liv. ¢ nom
enluinine, Solivetak | hae Bee atta

A Pais, chez Leporte, libraire ,sne Chrifline,
‘n®@, e EAE SP LOC > od

SUAS Su ie Ute gph nthe seen a cite ane we eae

bagtnes Mes, fobiflances générales , fubdiviféeien | 1, Commifiics fera otganifée ; elie fera débarraffée | “WW. B. On vend fépatément Ta carte de Ia Frances
sfois tee vang 4 pS eno Pakage des eutiaves qui enont trop fong-iems ralenti la }:daprés la nouvelle divifion , avec une explicaldye ”
< Des. fubitances. mailitaises (+s fubdivifée en cing | marche. Getts nouvelle adminifirtion feta chirgee {Prix @ liv. enlaminge, et 1 liv. 10 {, nop el
featians; Bay ta Pa Sad a ys Pas de fa fuite et de lexécition de toutes les epéra- | lumiuee. iy te 3

\ 2 e ve "

fyi ee gd ge EE GV Gy ok Bos * ao p i ! " '

frerine Siete = ices josey tenement cen scnrtemntcemen ~ bss TL TE TNE Mt ate com matte telnet Conn erties :

faun.; Le prix efi; pout Moris, dead tiv,





*.

L 4 4

“Pt Abennement pétic le Monitent fe fale & Parts a Me dee Peitevias , n° 28. Tl tant adccffar lea” lentres et Vargane y frane de

pous trois thoiv’; 48 liv. pour fix mois, ct go liv.
our année; (sana de port. L’on ne s’abonne quan comitiensement de chaque mote.
public, inféré dava ke numéro 301 de sotre feuilly du preasier Zhermidot de l'an 1



pour année;
IL ‘gut avoir fein. de fe

mreeane terete Aehe Rite Hihctraitat ttn Set eee tng = Gps

attire,



pert, au gitoyon Aunty , diy-steur-de se journal, qui far
#t pour leg depattesvens:y ae, a8 Mv. pour trols mols, 4g liv. paw she sole «|
contarmer, pour ln furees des cnyois dargelit ou d*atighauy A Varsdte ds Tame
» ob du motos de charger les lettres qui renferment des alfégrats, ‘i ‘

eevee kha a dae Wid gla ag ts ashe sh . ; : = oo : : : .
i faut 8 adsetier paur tout e@ qui sencerae in rhdaevion dela Feuille, ata Médteteur, ruedes Foiteting’, n° 18, depnis arathewen de matin jufqu'a neuf quae db feiss



Hy ee

ait toma 18
or 292. le
36 dey ie

j ‘ eb a 2
firey winter aren die yreniaaemonine “h eoaennntnes “ae! wee z

% ‘
nay Hen:



i
AS paper

2 ham egae ao fi » BR LAMPAIMERIE DU MONTY EUR, Ie des Poitevins , mid, tr te a nd
a ¢ 7 : We esa : és



J









5 ; “e
‘ = a
a Ss 1 2 : ’ = ‘ az a : : {
‘, | " pabefe Bo gh a
é j : 4 2 3 : 2 ‘ a . ? BA
“ny . . fu te ’ eg ae dak lee 4 i : H fi ft Se ak .
oorrefponde avec les. principes que wons venez def Du commerce extérignr, fubdivifee .en quatée tions“aucleongnes commencées par Padmiuifeaton
conlacrer , parce qui fsat que tout y foit em repport Pfecticns;, were pL Paetmeltes He n'y aura aucune difcontinuité dane te ;
avec Vhuwanite et la juitice que vows’ avez réelle- Des matieres generates , fubdivifée: . en eing }ieavice ret la plupart des etoployés srant les t@mes
twentraypelées au milieu de vous , parce gil faus fections 3 ued Bo AE a eg ey a ee oh. a il ny aura qu un changement de place, é¢ un odre
que lu vaifon feule , que te refpect des propriétés ee : Del habitlement , equipement et cafernement:; plus réguligrement établi. me SRP
des pefounes , que Pordte et que Péconomic sy { {ub livifee en fix fections AS ges an? } cJe he vous traccrar a: bet Pores ynifution inté.
faflent reconneitre a chaque pas Vous avez fenti ce { / Du commerc? exidrieur et de maximum geo * Neare des. boieaux ell ua objet ae Louverad,.
\ Dbefoiny quand vous avez chargé une Commiflion | — Des fubfilances: de Pariset des départemens 5 ment, qni ne mérite pas d'etre fiumis Avos dé’ :
formés par vo. differens. Comités, dexawiner sit] De la comptabilite générale. oo oo phévations, Pk ale eS o s
fallait ou nou.‘des Commillicns executives. Je ne a Chicane de “aes agences forme ane ‘efpece, de. f Boifly-d'Avglas casita Ae a ; iS ia |
devancerai pas fom travail, Ceft A elle quik appare | fous-miriftere. Elies “agifleyt: féparément 5 des ‘chy fs cWadopee aia quit fiite Projet de décres ynj
tient de japer fi la Gonvention, nationale ne dojt | et des fous-ovdres nombréux font attiches a chia. s : mis a ee cone i
pas tout admiaifire: elle-méme, sil faut des’ inver- | come d’clies. Chacnne agence a Ge plus des. corel. » La Convention nationale , apres’ avoir enitendn le ;
wédisices entse-les employés qui travaillent et les} poudats particuliers dans _pluficury points de fa ripport de: ‘fes Comités ‘de ' commerce evde faut : ‘
‘Gomités qui les. dirigent; vit eft. utile de Jaiffer ‘Republique 5 ce qui non-feulemetit Multiplie ; les.| public, déerete : sprees t. E
‘ fubfifler cette double bureauciatie des Cominés ct des ‘prépafés , mais encore établit un confit qui nuit) a yer, La Cormmitfion “de . a Od
Comuiflions. Si ce weft pas par un abus des mots | cilemiellement au ferviced - Oise ce odpiaiemehe as ECs elites Wine et appio.* ; 7]
qvon parle de ta re(ponfabilité des commiffuires , Maintengnt cue vons connaiffez fon ‘orgauifation | Tie M Ter exéé a idee t i ueprimée. a Wl
taudis qu'il eft de fait que les commiffaires ,, revétus infévlepre ,° vous faves pourquoi vous. entender ae, le Lae dé. Cofrmiiion e bie € Gonmiflisn , fous a Bey
dune refponfadilite idufoire favent rejeter fur les] toutes paits des réctamations' ety des repioches, HL. Cette Gonaatho Fray touneinens, . Big fi
Comités, en provoquant dans toutes les circonQances | Voyez comme tout cft incohérent ; voyez combien fublflauces et uae n fea chugée d'affurer tes
feurs'décifious préatables , jufyu’aux plus petites} ily apeu d'enfemble , et combien il doit y avoir Ge ie ne aa A ear See armees dé terre | |
fgites d'une injuttice et dune erreur, et couferver } peu d’accord., Une, agence détermine les jmporta+ ee Ni Vque ce tous les approvifionnemens | a
"pour eux feuls toutes tes jouiflances d’un pouvoir | tions et les exportations; une aurre eff chargée dex. | * IV. Elle ‘Niet 64 faded has G
qui ne lea founiet a aucun danger. ay tt z porter, tundis que limportation eft Papauage dune de fa Nac < ee i ee oe pour If compe n
Ce weft pas luobjet que je tvaire , je'viens , quelle | troifieme , et que la circulation intéricure de tou. co eee ant daus Viutérigur qu’ Fextéiear 1 ft
que fojt votre détermination 4 ce fujet, vous pré-] tcs les matieres eft Vattribution dela quatrieme. Use |, y Elle fern ec, pe De, aes Rgcr —_ . #
fJenter des reformes indifpeafables et qui ne fauvaient | ageuce doit indiquer Wot il faut-tiver telle ou telle vi § oe gh ee € troig commidsires, ee! “|
4 étre trep inflautes 3 je viens vous fonmettre lorgani- -chofe ;- une autre, expédierles-moyens Wéchange 5 Ke ae ee aires font les citeyens Lepayea , a
fation épurée de une des parties de youre adminifs | celleci, faire venir. du dubiors’s cette autre, faire | VE bu ea ae ee eee) ne hi
tration, wais teliement fimplifiée que, quel que foi} cirewier Jes matieres , taudis grre rveclle-la » fub- VUE re an * Sie ta ae agenets, = 3 Pi
le fyléme que vous adopiiez par la fuite , elle pourra} divifee en plufeurs parties, réparthe Its confoin~ Me f otek fut pul lie tera chargé de ld
s'y adapter et y devenir efleutielle. wmatioarg. 2 rp MeLeRmAver On Orgariadon Intéricuce, poe te ii
Je viens vous entretevir en ce moment de la com-{ Ces détails font faflidietx fays doute , tmais‘je (La file demain ; EF yl
miffon de commerce et spprovifionnemens de iaj vous en épargne beaucoup d'auires gui vous pas pecs 2 : se : ae a
République. (| raitraient: plus révolrans. Je pourrais ecrire un vo-} > oye pg Dane le ‘Hette da 48 HS ff i
Kile était créée dans le méme efprit que cebui, qui lume , & je voulais vous sioutrer les ontraves fans | écret , préfents ei re Cowits N projet de :







Re

f
5 .
a

‘le,
eo









Nero: Decadt . 20 Nivése, fan 3

POLITIQUE.
“CASPER eS
| | Antigos , de 13 octobre.

Lu Frangais_ sétant embarqués le 28 feptembre
: for de petits batimens +> dans Mintention d'enlever
“fa Guatleloupe aux Anglais + 3 avancerent jufqu 4u
ib Lfmantin , on ils débarqueregt. Bientét ils péné-
“erent dans Vintéerieur de Pile, et sempareent de
le baie’ dé Matheud et de plificurs autres lieux,
Po. Jmportamss ;

‘Des nenvelles ultérievres appreanent goe le camp
anglais. de Ja Guadeloupe , aux ordres du général
Grisham, a capilolé, et que ce général ct fon
amée yeiournent ¢y Angleterte , ne pouvant plus
> fayir dans cette guerre contre la République Fran-
guile.
“0h appread par une lettre do Port:de-Poix ,
ea.dase du 28 feptembre , que le général’ frangais
Lavenx s’eft emparé de Ja paroiffe de Borgue, qui
avait été vendwe aux Efpaguols. Liatiaque et la
difenfe out été vigourcufes. Les Efpagnols et les
Hiches émigrés qui les fecouraicut out profite de
J Agaule peur sembarquer, aprés avoir enclové leurs
qnone. Ll ef refté for Ia place 11¢ hommes, tant
eipagnols qu'éwigrés. La plus grande partie des
spinitions eft tombée aux mains des Républicains.

On apprend ‘de Saint - Mare que les Franguis :
aptiy quingé jours de combats particls , ont attaqué.
cite ville et en ont biilé une partie, .

“> Frois Frégatea croifaignt , le 24, dads Ia baie.

| Les généraux anglais qui fe trouvent 4. Saint-
j Domingue avaient ev ordre d’employer auprés du
ginéral francais Lavaux tovs les moyens de feduc-
tion. Le colonel anglais Wichlelogk lui # écrit 4
“get effet une lettre pl@pe dafluce et @hypocrifte.
Legenéral: s¢publicain a répondu 4 ce vil corrup-
tir par Fexpreffion des fentimens les plus pure et
Te glus énergiques. wi

ITALIE,

ee i Gines , de +5 décembre, :

ep




Le winifire de. la République -Frangaife vient, de:
hire Connaitre: ici, Panété tuivant du Comiré de
flut'piblie de le Gouveniion nationale, eit date
de 98 brumaice. (18 novembre av. &. ) “es

| whe Comité de falut public coulidérant les noies
L , préfentées “an nom du geavernement génois, ‘et
voolait: donuer A la République de Génes des
|) preaves’- nouvelles de Vaitachement de la (Prauce’
+t defo mmonr pour la jufice , arréte-‘ce° qui
fries. ain 3
> Art. Itt, Les propriciés mobiliaizes ov ithmobi-
lhitdy appartenantea a ‘des Ginois, dans Pétinduc
des prys quifont on feront eduguis par les armées
frangajfes , ne feront foumifes a aucun des sctes
anorilés par le droit de la guerre... .
“AL Das “le “cas auquel des propriétés appar-
tunntes, ddes Genois daus les. pays conquis par
{es armeées’ frangaife, auraient enduré par erreur
quelques “actes, legitimés . vissa-vis des perfonnes
_titemies , les dommages feront immédiatement,
Hepards, | “oo hea. Phe

ML La preuve de ces dommages fera faite par
des experts choilis par les repréigntans du Peuple
pe les atmées , et Vindemnité réglee dans ie pilus
rel délal. . 3
W. Le -prefeat arrété fera envoyé 4. Vagent
t ly Repu lique. Fratigaife 4 “Génes, au réfident
be Géhes a Paris’, atx repréfentans do Peiiple 4
Fatinde ‘Wltalie , et au commiffaire des relations
hitinntis oy oe eee

1
oo

‘

eter ee , a :

Ta cayoe ¢

GONVENTION NATIONALE..
to yp, Présidence de Bentabolle. ;
Yo ean a okey vite i BY ges aha
- du rapport fur les arts quiont feroi ¢ ta défenfe.de ta
oy thublique 1 ¢h far de nouveau. procédé du tannage.,
ae wert ‘par le citeyen Armand Seguin , fait @ la
“quienion fatienale ,~de 14, nivdfe, au nemds
ryfeald de falut public , par, Fonrcroy.
Obes. ehaudures- font am objet de premicrenécel-
| Wither geile ah fe Venilent préfentement les ‘euirs ,
at ates chanflures de fous ‘les citoyens’ de Ia
ine >, Re portant, qu'd deux paircs. de!
hi de a confoinmation de chaque individu, forme
Seitheg Sporife anouelle -d’un milliard. Nos armees
quaniiie ¢ foppofant qu'on ne leur fourniffe que la
Aoavette et fouliers fixée par Ia loi, en conforiment
“8 lacranuvaif Ae 40 millions: Leswarches forcées
dtrente ig quante des cnits glevent encore cette

ee tla portent-en ce momeut a plus de.
"00 millions, | PO" SORES





-



wa

4 o







































































bles proeédés de Scguin fuffent répéiés fur une cen-

connailleat , dans:les cutrs préparés fuivaut les nou-
| voaun precédés. , compacts aua cults prépares dans
a quelque pays que ce feat.

4





ov LE MONITEUR UNIVERSEL.

de la Republique Fronga sv une et uvtivindle.



(0.9 Janvier 1795, 0, st.)



Pout fournir chaque aunée aux. cheofftres de

‘f tous les ‘citoyens de la Republique, eu ne fappo-

fant toujours que deux paires de {yuliers par ch que
individu, il Fant’ envitou 1,500° mille peaux de
ents, 1,800 mille peaux de vachcs et, 10. millions
de psanx de vetux. Hf eo 4a

Pour chavifer annucllement inag armées ,. cn fap-
pofant qu’eltes ne confomment que ce gqei ef
porté dans les déerets, il fint 470 mille pesux de
beufs, 100 mille peaux de vathes ec un million
de peaux de veaux. 4 ie eee

Les chanffores ne font pas-fa feule dépendance
des enirs ¢ da ‘chanioiferie , la -corroirie . Thon:
groirie, la maroquinerie , Ja mégiffzrie, la parche-
ninerie, ta peaulferie , et bazycoup Wattres arts
june “grande iuportaitae » on ‘dérivent immédia-
tement, :

“Les arts relatifs A Pemplot, ies peaux doivent
done fixer Vartention des légiflateurs ; comme tous
ceux de, premiere néceflité , ile concourent trés-
effeuticllement 4 la. profpérité dela République, et
ils ‘pevvert nous donner dang Ia balance commer-
cale des Nations, wn avantage trés-coufidérsabie fur
ioutes les puitiaaces de PEarepe.

Pari les arts encore dans leur enfance, art
du tannage était un de ceux dont le perfection-
nement iapide était le plus defirable. Uf fallait des
anuées enucres pour tanner des peaux fortes, de
forte qu'on ue pouvait rempiir qn’au bout de dix-
heit mois ow deux ans, les vides qu’on éprouyait
dans leur fabrication. an fo

Le Gomité de falut publie fit pour errte amélio-
ration fi defirable ct fi preffante, ce-qu'il avait fis
pour les ats de la guerre. Par.fon arrété du it
‘brumaire, an @., il charges’ wn chymifte célebre ,
Berthollat , de s’eceuper du perfectionnement de Ja
tannerie , et il mit des fonds i fa difpofition pour
lui fournir tons les moyens Mexpésiences et Vefais
eu grand que cet importaut travail exigeait. Ber-
thollet, dachant qu'un fayage de fa conuaiffance ,
Armand Seguin, qui depuis pluficurs années s’oc-
cupait principalement. de récherches utiles fur les
sasts chymigues , avait eutrepiis des ellais fuivis- dur
Ja préparation des quirs , s'informa du’ point ot il
était parvenu 5 et ayant appris que les expériences
‘étaient allez avancées pour "promettre inceffamment
des réelultats hepreuy’, ik-et fit part aa Comiré de
falut public, et Pengagea a charger Armand Seguia
‘de.cominucr fon travail , et de de pourlaivre jufqu’d
fa ‘perfection. Ge citoyen, ahimé par la confiance
dp. Comics ow pacde defir Pétre utile a {on pays ,|
redoubla @ardcur 5 af patvitt eg quelques moid 3
‘completter {4 décotvertes Bien perluaae que-des
aréfultats dane .ucilité fi grande ne powvaient ac-
quéiir top d’authenticité , le Comité a voulu que



taine de peanx devant des commillaires duu meérite
et dupe probité bien conftaés. Ces commiffaires
ont fuivi les expériences, et ileft réfulté de lenr
rapport, qu'on peut, par les procédés de Seguin ,
tanner en -peu de jours les peaux tes plus fortes’,
qui exigeaient erdinairement deux années de pré-
paration ; diminuer ea méme tems da main-d'ocuvre
cules frais de fabrication, et ‘obienir des cuirs’
d'une qualité fupérieure a celle des cuirs préparés
par les anciennes méthodes. eum

Pour bien apprécier ces avantages*, il ne fera
‘pas. néceflaire de parcourir toutes les differences qui
exiflent entre cette méthode et les methodes an-
‘ciannes. Cette comparaifoh Tera pitfeatée avec quel-

| ques détails dans une note pintée 4 la fin de ce’

rapport. (1). NEGEES Re, EE, PA
Liavt da tannage- ancien qui durait depuis deux
aris jufqu'd trois, coufillait 4-débourer et goniler:
les peaux par le, moyen de la-chaux, de lorge’
ferméntée , ou du jus de tan ; ales énfouir dans

dix-huit mois-ou deux ans. *

.. Vart du tannage inoavean dé 'anx déconvertes de’
Seguin , eft fondé far une connaiffanee’ exacte de-la
nature des peaux: et fur celle de Ja‘‘matiere tan-'
naute ou da tanvid. Jl -confifle 4 plénger les peaux
pendant un- ou doux jours dans une diffolution
décorce privée de maticre tanuante , ot de tannin,
ct 'légerement acidulée par de Nacide fulfurique ;
fa fubiMance ‘quisfere de lien aux polls sy deb ile
tt le débourrement: ey effectue avec faciliré, Les
peaux: ranvollics! ev onfiéss dans -ce mélagge, en

plus ou moius fortement chergees de matiere tau.
tidnte, Ev’ quiélques’ jours , et aa plus en 15
pour les cbfts ‘leg’ plus forts ‘ cette tatiere peé-
notre par couches’ fucceflives juiqu’au ceatre des
peanx , fe combine avec ja -fabliance animale ,
et lui doune , en la fatusant , le caractere Pimpu-
trefcibilice et de folidise qui rend la peau propre
als fibricatién’ des foutices. EN

“La méthede de Seguin a-le triple avantage don
tannage plus prompt, mois cotlenx eb tellement
complet ,-qu’on peut apiencr le cuir au, plus dar
degré ‘de la folidire dépendante du tannage. De 1b
cette grande {upériorité remarquéee par ceux qui by























































des foffes en les ‘enveloppant de tat fec pendant’ :

font retirées , puis fulperdves dans des diffelutions |

La promptitude de cette méthode eft elle qu'on .
peut, en prenant les précaetious couveuables',
tanner les peaux de veaux en deux. jours, et tes
plus fortes peaux de beufs , en dix ou quine¢
jours. - : 5 a \ :

Cette nouvelle méihole a ercore Pavantage de
ne, pas employer d’orge , dout on a fait jufqu'ici ang
grande confammation daps Tes tanneries; dexiger
peu de miles de fonds, et faurtout d’utilifer Pim-
menfes foréts. dont on mavatt fu julquiict reuver
aucun parti, et dont on peut, fuivant les proeédeés
de fanouvelle méthode, explaiter le tan fur le Neu
méae, ca en féparant le principe prepre au lane ,
nage , rédaifane confequemment l'écorce A uo tress.
faible poids, ct diminuant par ce moyen les frais de

foit avantageux @exploiter les foréis méme les
nivins exploiables,

Ces procédés ne fort pas de ces idées problemas ,
tiques dont les refultats font incertains 3-ils fons
fondés uon-feulement furla theosiec et les opinions
les plus faines, mais cncore fur des expéricnces
multipliges et inconteftables, C’ef uu urt aux ré-
falrats dnquel on we peut ie refufer larfyu'on oft de
bonne foi; cet un att enfin que les prejugés ies plus
enracings, et Vignorance la plus ablolue peuvent
feuls révoquer en doute.

La théoric du tanuage eff anfourd hoi tollemcne
éclaircie ; les procédés de Seguin font dune telle
fimplicité qu’oo s’étounciait an premier abord qu'tis
aicnt été tint de tems inconnus, fi l’on ne favait
que les chofes les plus timpies fout les deruicies
auxquelies les travaux des hommes ariivent daus tous
les genres.

Getle fimplicité eff telle “que chiqne ciloyen
pourrait faire chez lui pour fa confgmuuation , plus
facilement méme qu'il ne tait la leffive , les cuirs ne-
ceffvires 41a fabrication de fes fouliers.- —-

L'adoption générale de la méthode de Seguin doit
‘néceVairement amener parla fwite dans le prix des
cuirs une, baiife nés-confidérable. En effer, Celt ua
principe decgnteAable que ja principaic cuufe da
renchériffemen: des denrécs derive d'une difproyor-
tion entre les demandes et la pofibitite de tonsuir.
rID fuit de 1a que le.m-yen le pius file de faire badler
le prix des marchsndifes, eft d’établir.ane grande
concurrence , furtout de faire eu forte gre la pole
fibilité de fabrication furpafle la quantité des de-
giendes. . .

Ui senfuit encore que le pea de concurrence qui
exiflait daus la prépatation ‘et la vente des cuirs,
4 -raifotr de. Vindilpenfubilieé Poue mife de fonds
dnd aw Ell I be ge ee Bee ahd, 1 ne ta. Ta!
dune certaine dtendue » devait negetla eeieae Wee a
duire un renchérifemeut tres-confidéiabie dans te
prix dep cuirs; car les tannéurs les micux fournis
en, marchandifes, en fpéculant fur Linitant de mife
eu vente, et en ne verfant danse commerce qu'une
} qnantité de cuirs inferieure a celle des “demondes ’
peuvent maitrifer ies encheres, et Cell sinl qv’elles
s’cléevent fouvent 4 plus dudoublede leur valeur réectle. ,

Duaus sla nouvelle méthode, zw contraire, la polli-
bilité de faire la méme quantite de pean, avec uve
mife de fomds vingt fois moins conlidérabie , mul
tipliera la concurrence des ventes; ct dés lors tes
maticres fabriquées fe trouvant cu plus de, mains,
et pouvant méme furpaffer les demandes , leur pijx
diminucra néceflairement, “fufqu'a” ce qu’enhn le
giin du fabricant tienne moins au geure de fabrt-
‘cation qu’au degré d'intelligence “yril y appors
esa. os a Gs ee se . a2 As
» Le tanaage nouveau peat encore, s il cfl genéra-,
dement adopté, nous procurer, dans la~ buiance,
‘commerciale des Natious,..un avantege’ .tcllement
confidgiable, qu'il mérite toute fa follicitude de.
le. Gonvention. i ,

Suppofous que tous les tanneurs frangais adoptdut
sles wonveaux” procédés:;la “fabrication “des peaux
‘tannées dams la République pourra, avec Ja méme
‘quantité de tanneries s étré dix-huit fois plus-cone
‘hdérable qu'elle ne-Paséed julgu'icis Aink ‘done, en-
‘admettant wéme que Je ‘déGicit ‘actuel cnire: la fabric
‘gestion ct da-confommation: foit: de moitié , Lexcén,
deut de fabrication , dans le ens préve j itera crore
{eize fois aul confidérable que ja’ confonnnmation de”
toute la République. Cet excédent exp orte pourtais
fervir a acheter. vou-feulemeut des'peaux ctrangeresy
won tanherait enfuite ,shhis encore “une multitude
wobjets: de premiere néccflité , dout-nous mangaons
| pour nos fabriques on nos coufommations’
La plus douce récompente des véritables amis
des feicnces réfide dans -lutilisé générale qui peut
réfalter de leurs déconvertes, ef dans Popiion
favorable “et méritée qu'ém congbit de Tens irae
vanx, nee . :
iLd Cosvention nationale , en accordant toute fon
eftime 4 ceux qui, dans'le filevée du c-binet, ton-
courent faus bron a la ‘profperté de la Republique,
favva leur faire. owblier des dégoits de tont gen
qu’on leur fufcite 5 elle u'igaore pas quiul fuffit qv’on
fale une découverte utile, pour fe voir alfaika fur
le champ par tautes les pathons , dont Vunigue but
eft de faire avorter fes Fras “fea plus précreux.,,.
Libiflcire des nouscauax, prosedés fur be. tannage
confirme. cette yarité , soame, tuutes les amphoations
. wh A . é ‘

i os



a Be

tranfport dune maniere affez confidérsble pour quil. -







ne . ae * t ” bi . ; “

, A ; Sat zi .
gui doivent obtenie ta reconnaifance de la pores Via Patrie s et aux cris mille fois répétés de. vite i de Panta ' a s’efl ion Je fuls ennemt attant
rite, et faire époqae daus Vhifloire des. aits 5? ils | Ruputligque! ils ont juré de pourfuive faus yore ee UG envedecicies a okey les fletiona
out été, dés leur yaitlauce, repoutfés pex iguvic > fees infulaises * et. de leur arracher Pempine de ay flac Se a cpu ique ; tuis je tiens
Peyoifine, ta eupidité, Vignorance et les prejugéss | Méditerranée quila ont wop long-tems aye ee eee ‘ we ae et Je etols que ce welt
@aberd on a nie ta pofhbilice Cone Yréparaioni | Ce ferment, citoyea préfident , ils Le ten es ae siguei deve es — va * paflions nous preffene,
prompte. Gonvaincu par evidence méme, on a deja-tous les ¢itoyens le cette Commune out eee de Bainiten Sateniveuls tock pF VEE Propotées ‘dang
duppolé une ues-manvaite quuliré dans le produit. | des preuves uot eguivoques de leur pa e18-| dela preffe. Lim Wate Cee hbené
Biewi6 on a oublié cette objection, qui a eve ren- | Refpectucux euvers la lot, ils ont fu fe pr ervey ae ee ‘ o wp ae Malt fon métier ‘en wedtant
verfée par les expésiences les plus directes et les des mouvemens gai cut agité leurs voifins.. Les Bie - p te : ae tlie qu on tua cite un pavs libue
plus décitives 5 mais on a prérendy que les prix de vaux maritimes fe pouffent avec fa plus grande actic ' et a i iais pacts celui: quia publig a
maiu-d'euvee et de fabrication étaient de beaucoup | vitg , Vordre rege dans Varfeval 2 la difeipling fur rayaee ee ¢ a ¢ Patteur. (Applanditfemens,}
fupérieurs dans la nouvelle méthode au prix des |Petcadre, ta tranquillité dans Ia vile ; c'ell le tpece | Je demande Pordre du jour,
méthodes ancienues, et on n’a abaudénue cette} tacle tonchant d'une famille unie par Ices liens do lap aeite propofition ‘cf décrétée an mifien des ap.

afertion que quand il a eté biew demoniré que “plus douce | fraternité. Les haines paretenlisee es plaudiffemens.
loin Wétre plus codtéux, Ie nouveau genre de fabri- apaifees : Pefprit de vengeance a difpara, la calom- ;
cation left beaucoup moins que Vancien 5 Pubord nie et Mafprit de pard fe taifent, et tout le mins Se 5 ene ee $4
en ce que la main-d’cuvve eff moins confiletedle ; efl: oceupé 4 xéparer par. te travail , les. malheurs on m'a ee re d’a ites a féanee: Phier. Ug
en fecond Jiew, parce qu'on eft moins de tems 4 de Van pallé. . : | de aE es eo: dit, qu'un Fapporteur ayaig.
fubriques; em troifieme lieu ,, parce que Is enir a une @relt deja les avoir réparés ,-citoyen préfident ‘ eS es ; sanrih si et fates moi’, et que tes
plus grande pefanteur comparative 4 en quatrieme que den manifelter um defir fi vif. La. Convention fe oe ét : argéa di examiner, ER:
fieu- enfin, parce qwon ve perd pas un atéme duf natioaale a étenda le voile de fon indulgence fur ae0 ’ ee eux es ent fa derniere fot de
principe propre au tanuage que sontient le tan, les erreurs de Manfeille , de Lyon et de Bardeanx : | quatorze ee + ces Gomités een mon
tandis qu'on em perdait beancodp dans tea mé-] une tache refte endore impiimée a cette Communes Tee 8 miter 5 OEE et ans et Bourdon.
thodes auciennes, Que la protection fpéciale de la] u’efl- i! pas tems qu elle foit eflucés Creit a la de ife de rendre ja tice a la vérité.
Convention leve done les doutes de ceux. qui font} fayelfe de la Convention 3 prouoncer ; mais je ne Oa démadde Povde Angaies

de boune foi, et impofe filence aux égeilies qui,fcisine pas de Lui dire qu’aucune Commune ne I’a a ; er
ealculanut mal lears iutéréts , defireraient étouffer } micun meérité. . Legendre. Je demande la parole ; il font atte

le wonvel ait, doat ils redoutent les falutaire Salut et (fruteruita. ad te: vrai. ;
«Hes, . iend, Jean-Bon-Sarnt-Anpri. Pons. Ul eft vrai qu’aprés deux féances dont la

La Convention. ordonne Visfertion de ves lettres | derniere a duré -guatorz¢ heures, les trois Comitég:

an Bulleti. ont été Mavis ala prefqu’unanimné qu'il n'y: avait:

ee ; yt ek oe ty pas livu a examen de la conduite de Maiguet. Comme:

_ Sur le rapport de Peres, au nom du Comité det dans ce cas ia: loi laiffe aux Comités la liberté de
legiflaion, le projet de décret {uivant ef adopté : .

,













































Maignet. La fievre quime tourmente depuis quelque

> { La faite démain.) |

2A tee tn area SSR NALD Ra deanna name et




































SUITE DE LA SEANGE DU 17 NIVGSE.
nant quills ne
affaires :

Lecomte. Maignet eft accufé des faits les lug
graves. On lui reproche d’avoir fait guillotiner”
foixante-trois perfonnes qui dormaient lorique clag’
a fix: fcélérats arratherent Varbre de la liberi’;
on lui reproche de ne s’étre pas contenté de ta
mert de ces foixante-trois innocens , ct daveir’.
‘fait briler la @ommune de Bédouin; on lai tem
preche encore dayoir envovoyé A Iéchafaud , avec
fom pére, ane jeune fille gui venait imploter fa,
juflice de Maignet pour Vanteur de fes jours.
( C'eft faux , s’écrie-t-ou.) Hier, Courtois uous fut.
de nouvelles pieces trouvées chez Robelpierre et.
‘Couthen 3 pieces qui prouvent que les faits im
jpotés A Maigect nefout malheureufement que trop
pwrais. UL fant done pevenir 4 um examen, de cette
Affsire , et c’c avec foadement que la Convention
Pa renvoyée hier... e ‘

. “a ; s

Duliem. Eile w'a pas délibéré.
| Lecomte. Plus. des . trois-quarts de VAtembite «

Â¥olg pour lo reavoi a Ia: Commiffion des. vingt-un.-
Je demande Vordre du jour motive fur ce décret.

La Convention nationale , apres avoir ontendu fon vows aint point parlé de cette’

Comité de légiflation dur la pétition de Jean Georget,

t ee oes ee temdaute 2Vannullation da jugement révelationnaire
— 4 Sigues , diftrict de ee ees ae du uibunal criminel da departemeus do Ja Sarthe ,
Var, le ag frimaive , an 3 de la Repu thes du 5 Floréal deraicr , qui condamne Anse Liberge .
rm , Pape ate ba foi époufe, Ala dévennion jufqu’d la paix ,.vt oufuite

collegues , vos vertus u’ont jamals brillé poule, Ora X 9:

witovene collnenes s ¥o : J au bauuiffement 4 perpétuité du territoire do Ia
Répeblique, pour aveir enttetenu des liaifons . et

Un fecrétaive lit les lettres fuivantes :

Defpinafly , vepréfentant du Peuple, a@ fes collégues.

@an plus bean lnflve quav en ee vous avez
{é pres de vous vos infertunes collégucs 5 notre Leg 3
pintende earl exigcait une juftice éclatante, | des correfpondances avee dos enuemis de ln révo-
Je vais done nvaffocicr bicutée a ved travaux im- lution, et pour voi aidé le’ prétre ous a
mortels, confacrer avec vous tous mes jours au obtevir a pafleport fous le faux nom de c Hemet ‘
bonheur dé sia Patric, et mourir, sil Je faut ,] _ Covfidévant que le powvoir que le repréfentant du
cn rempliffant ce devoir facré. Peopte alors om miffien dans de département de ta
Salut et frateruité. Signé Desprnassy. Sarthe , comféra au fuldic twibanal par fou arréte
du 93 germinal, de juger révolationuairement ladite
Asse Libage , se lui attribue pas celui Pomettre
rou de violer.les fein les plus effentielles de da
proeédine criminelle 3. que Méasmoins le jugemeut
dont il s'agit woffra la prevve'si qu'il ait ete dreffe:
wn acte daccufation, ni quil'aic été entendu ‘des:
témoims a décharge., nl qu’esfiv da) plus facrée
dés formalités’, celle du juré de jugement, ait été
vi pPLOyee 4 Bag Boo j
_Gafle.ot anuulle ledit jugetiont: do 5 floréal, et
tout ce qui s'eu eft. fuivi ; jE
Renvoie les pieces. concctuant ladite Liberge avi

Comité: de! fureté generale, qui demetire auterifé 4
a a

?

Lis repvéfentans du Peuple prés Uarmée et dans les
dépariemens de POuscfl, @ la Convention natianale.
— Dy Nantes, be ig nivdfe, an 3-de la. Répn-

Cbltyue. . : 5 :

Nous tous emprefous de voas faire conuaitre
un evéugment qui caractérife le sourage -frangais,

if Norriver A Be - fo Be Dantaw ne tee
‘ Hada 4 comduifait 180, de nos piifennicrs a
Lendres; ils n'ont pu fupporter Vidée de la fer-
vitude, ils ont biifé tears fers et eu ont euchalzéd
leurs copewis, qu’iis ont ameués eu Fiance far

: | Lecointre de.Verfailles. On a décrété hier Pimprefiea,
des, pigces dont la. lecture a révolté le Peuple et
nous. Je crois que la, Génvention -n’ef. pas fide!

leur propre vsiflean. Cette neuvelle nous a été y Matuty déftuitivemen. = foe es
antoucce par fe commandant d'armes du port de ed yoy howe oe tellnan Ig déclaration que pourraient faire les @omitée ,
Beniabolle. Jo dois faire patt.asla Convention d’an | qu'il n’y a pasdieu a examen de la conduite ‘de

Nantes. - . :
Salut et fraterwite. Signé, Detaunay ,.Ruzuiz ,
Morisson , Guyarpin , Aucer , Dounrer , Gau-

pin, Besarp. =

¢ aig "

doute’ qui s’ett élevé. bier'dans-le Gomité-de fureté
générale, et qui a partagé fesx menibress . » :
Lortgu’on déeréta Lacroix warreflation-,- on de-,
manda. aoilt.celle.de Buiffen, quiavait imprimeéfon
onvrage,; ce @etnigr décres ve fut-pas rendu , parce { fend necting oe Mi Sate a
qu'on obterva que le Comité. de furcté générale avait, } Mourdon de | Oife. ‘Si Von Teyient fans celle. far
lance contte Buiflou un mandat Wamener. Depuis, {les saémes faits y iteR difficile de favoir ot Ton
ce wandat fat levée, et quelques. membres juftifierent; ; sarréteras La mefure Forcée “et inutile de lincendig
cet-avis, en dilant que toutes.les. fois quran auteur: jde Bédouia 1 et les actes centraircs 4 Uburvaysre .
avait mis fow nem 4 fon ‘ouviage, -Piuprimenr-ne Add juitice » Commis pai le uibuval d'Orange yi out
pouvait gre xecherché. ( C'ef jufle., Séerde-teou, ) fe | pus “pard’,- a la majorité de vos Comités, etre !on-
crois anfli que lorfqu’il ne s'agit que de pamphlets ce] Yge propre de Maignet, mais bien celni de quel-
‘de, chofes indifférentes,,.144izmature de Vanteur tuff ques ihembres de l'ancien Comité de falut public
‘pour la garantie de Vimprimeur.;.mais je-peufe quielie i qui avait’approavé ct forcé toutes ces mefures.
ne fofht pas dans la circonflaace préfente. Une de} ” pi; en ceeated. *
pos fois regarde comiic contre-révdlutionnaies tousi f
ceux gui provoguent divectement oul indircetement §

'Maignet, 90 e G. hs a :
) ae, demande qu'ils .faflent ; leur ‘rapport, lorfque
3 ayes les, pieces’ feront.-imprimeées; et la Convention fe
; Be a ‘décidera alors. - ‘ Big a

Le repréfentant du Peuple Bardas , en miffien dans les as idera glare...

départemens de la Charente , du Bec-d Ambés et de.

la Dordogne, & la Convention nationale. — Bordeaux ,
de 9 nivefe, Pan 3 de la République une et in-
+ dtvifible. s

Qwvil ch beau &-voirs le Peuple Bordelais ! SH
fe fonvient de {es maux pafiés, ce n'eft, clioydns |
colléguus } que pour miéux’ s'accrocher ‘eu: boaheur
gil u’atteud que de vous. Le fceau de la donfianee’
eft imprimé fur tous “les vilages 5 Vadiour de la
Vheité’ eff gravé dans 'touacles cceurs 5 -dans- toutes,
les fociétés il n’elt qu’un cri: dors le Convention’ paint:
de. falut.. peg eb gabe gat . = Kaye 3 2

f Wetabliflement de la royauté.s je vous. demande G | ait

a Sil exiRe cucore -daas,.cette ‘Commune. quelques: Pipe a J
divifious:, «lles font-centermées, dans Vintervalle va-f Maprimeur dan ,.gavtage royadille uesprovoque pas

turelleinent affigné antic de crime et la vertu. Elles. ee ae Ada: see Bi Si Pour penfais autres
prenvent leuritoutee, dams la ‘guétre que les virdis re rari a eee ae a. FRG legdmprinicurs: de
prolicains-ont déclarée aux fripons. Encoro-quelques Soe plots ot a ea OH ig GN amettant au "bas
jours ,iet “Parrescberai le’ mafgue dont ces dernier ol Cerne qu Usrépandraient.wu Mon purement ima-
- @étalent abublés., 6.00 +a). take Biaares Je le crots » tout homme ghi ithprime {cieris
«Paur bien juger fes,principes, it faut te fuivee , p eMh SM cout contre-révolutianuaive 4 ef coupable

’ : fe fer * ag ees . :
ge bon Peuple, dansiles allemblées pabliquess pour fe ae eee et al mapparticnt qwang |
connaitre. Pintérét. quill digne diulpiver 5. ibtane } THeMsUx de jugerfon intentiou ymais-provifoirement






Richoux. Belle excufe ! eke

yy Fr ree ee

_Foutdon. Qpant A Ja mort, de Ia jeune fille, s
eft faux. Cie yous, vous aves cru que, dans
quyemens revoluuonnaizes » il fallait diftinguer
qui avaient) eommandé Je crime dg.,.ceun A
qui Yon avait foreé la main. Vos Comités a'ont va
dans Maignet qu'on bonime gui-, ada verité, apres
pote Tes moyvts, mais ne les 2 executes, que fue
| Bord: Ac, quelgups avembres du Comire.qui'voulgivut
des untied extaordinaies. "|

Legendre. BM faurasbordercette tribune avec Is fens!
iment de la juftice et de Phamanité mais .0#








Give témoin de..fa. pailible qanquillité , A» cdtévde pil doit five arréte. Je demande que le Convention fg SL cfaat far eactaate ibe Btaiiteonane Houee wera
: prononce,. |. ih Beg ocd race Gib faut fe garanti¢ “des pathos. Nous ave im
: a i etn

gve Paffidre que vous nbis aves! reuveyée , ef age

avons fouvent frénit Mhorreuf au récit ‘des atrocites

quivome cré commifés. Apres ‘avoir fer onner

examing , nous avous réconvtt qb'utle portion Ae
a

toutes lee privations, Vols les apprécieres par, Var.

xété que es civconflances. ont nendu nééelaire,, et

que je fuumets a-votre ‘approbation, © 0°. =
Sulutice fratesnité, BORDABL fo 0 ea Kh

x ae Mise a
que li vons adoptez I’ayis



Thibaudeau. W me femble’ us
de Bentabolle , vous ‘aurez abfolumens anéanti la’
att ¥y

Uberté de la preffe. ( Vils oprlautll eign. ),La Ggua;




ee ae é obeany 4 Heb ee weeny ture Van " Y ’ ‘ ‘ . 1 _ * :s eral py
Le répréfentant du. Peuple dans les départemens marig | Ne ce etee iar pour la Baranti¢..de PHaprimeurs membres. de Vancien, Comité de falut public, 3
* times de la République . au prdfident de la, Convent on} * dreff a F ay gonvernement celui suquel it “doit | feule auteur de taus les crimes. Qn'an. wie. déaisntt ;
Paste her ye Volyiage trouble Pordre pubjic. Limpri+ t ce que, je dis, eft faox, ( Plufieurs voix. Oe
con pr ae yn! : ae hd
att °

nationqle.. =» Port la~Montagne., le1®* nivdfe, Can 3

de la République. Frangaife , une et indivipble.
Gitoycos podtident’, Vanniverfaire de la reprifeda
Tovlon a ere céidbré hiek dass cette! Commune,
Je weatrciicndral point la Convention’ des détails
de la fers 3 quelque intévelfans “quis: alent -eté en
cux-iémes , ils ve fout'rien au prix des fentimens
vraiment 'civiqnes’ que tous tes ditoyens ont fait
éclater : ta haine pour le noni Anglais fe confond
| ‘defdrthals dans. lewe ‘ame avec Pamour fngere de.

meur ne peut juger ui la pentee oni Jes: expreflions
: s > : BF ae OE a eee
de Vauteur, il wel qué le moyen mécanique 4 Laide |
: We Pg “ oye bar 2 ise
daquel oa répand les idées. La propofition de Ben-
tabolte aurait cette conféquente’, qicclle empéchorait’
’ thos era: ‘gua * tage »
ae anchm “écrit fer jama:s publié,:. car Vhoprimeur
irait s dés qne In Gynaturo de'Peuteur ne fafft i
re Rey “ . : \ fled
pas yous a garantir, et que te gouvernement re- f fulliit bidler Bedouin, ( Vioteus muriaucer: ) Te
cherche f ferupulenfement tous ceux qui ‘niont fa les arrétés qu'il avaistpris au Gomite ae ie
gee:

vrai.) i ae eat
Maiguet écrivit, an; Comité. de falut public q?
Varbre de [a liberté avait été coupe a Bedouin
fo rappelu que la Vendée avai, commence . at
it cut nécefuite de faire we grand exemple: por
empécher gue le mal ue gagudt, et sit -peafa gt



ate gn aes . 1 . .- ! t t

tips ns Sauces la publication Pun ‘ou. public, auquel il difait ¢11Si vous cipyea. ees
a @ Yeux pas oe ms : : ey doi é “t '
85 j ane pas mexpotey 4 partager le fort d inefurce que je vous propofe, doivent cue ce

tdire ou de: publier leur opinion , if n’eft pas tro



|
fités li
adselle |

: eaauais
“gaa Netty!

On

de mae
duit cof
Maigne
AVE
voyee 4
ni prifo
que le{

- gir acy
rappelé |
‘enme, ef

filut pal

Merlit
Ey Maignet
Pos filles 4
de Patr
pegardé
Tien le 2
i In Cont
Jes tcl!
défendu
|, Gepends
Yansien

. dhetta
' J Paris
Contite.
(2 dela

F * eetait I
: frappex.
M, eee
naire de

“ Merkiy
dteit Til
fidéré |
deta Uk

_ kawteme

Duhen

¢ M@ormnry

- Merl

dé jute
pion et

dis doxi

dis ces
Be & s pale
det de

gai avai

+ paraille |
tdigea |

fenit

~ Veaveys

pS “dettres, |

mm pir dlai
-~ Pisce
palate
po Reet g
Bh Welles |
Bl dey Ge
+o Tre eet
Aocpris.

Raveri
nioxifle

Peng

» feutleré
on bien
Maignet

‘ Ob¢ir a
Vinitingi
Maaeid

sl Boigad
Pitts
bres dul

, Abraplie
"Maun
» A likest/
\ Stns
Batak,
fe ites
nr a
“ae i
Rover)
Be ee
_- Calta,
alte
/ sed
“HM tpipg
“Bagi
; Citade:
Paificer
Hberte gl
Row wy

= ty lye
qu a ta
Nib ital
: Blinies
St te ye
Relure é
RVG §
a Coney
*Pprony
Rullion











4

vee lire a It Convention fa lettre ‘que je vous

fait fe pour elle, et dosnez-moi des ordres. Si au
: se vous les trouver mauvailes, jetez ux fou
- lettre et més arrétése ” . ;

Gn vint vous lire cette lettre 5 elle emit congue
de maniere que vous crites que tout était fait, que
duit eontemaé | et vous approuvites la’ couduite de

Maignet. ( Neuveaus, tga mutes. ) p tet, “2
o qvégard de la jeune fille, elle u + point é1é én
nel Péchafgud comme on Pa dit; elle eft eucore
‘en prifow avec fon pere. Vos Comites {uni convainens
ue fe dacret d’approbation vous avait été arraché ,
_qiravcun des membres qui-les compofent, ne s'eft
yappelé~@avoir entendu lire la lettre; mais ce
erime eft celui de quelques membres du Comité de

filur public.

aust
. Meliv de Donai. Trois délite étaient reprochés FY
| Maignets le: premier y était Ja mort de ta jeune
fille : te fait eff faux; le fecond, éiait la création:
de Vatroce ,commiffion dOrange : vas Comités ont
pegardé cette création. edmme bo érime. Bile eut
fen le 2 Boreal, ct le 19, denx jours auparavant,
jx Convention avait décreté la fuppieflion de tous:
Jes. tlbbunaux révolytiounaires des departemens , et
“gefendu d’en établir a Paventr fans uu décret {pécial.
| Gapendane.le fur-lendemaiu quelques. membres de
' Yancien Comité de falot public douverent lexiflence
os Zeer affreux tribunal. Mais le crime a été couimis
_. .'Paris, ct Maignet u’a fuie qu’obéir 4 Parnéte do
Gontite.». 4 ( Plufienrs voix: Evil a méprifé te décret
dela Convention. } Vos Gomités out penfe que
Feast Jes meneurs, et von les menés, qu'il failait
| Frapper. oF
N.cce Ainfi les membres du comité révolution-
naire de Nantes ne font pas coupables.

Malid. Jone fuis qu’hifterien. Le troifieme fait,
nit Vincendie de Bedouin. Vos Gomités ot con-
fidéré quon ne s'était pas borné a couper larbte
dela libereé dans cette Commune ; on y profeffait
havtement,Je royalifme.....

Duhem. Ow le protege aujourd'hui, ( Violens
( mormnfes. }

~-Mérlin.’ Je ne veux pas dire pour cela qu'il sit
dé jue de‘bralér Bédouin ; car, daus, mon opi-:
“pion -et dans ceile des Gomités , c’ef un crime. Je
dis done que lewoyalifme était. affiché ouvertemcnt:
dias cette Commane ; Maignet fit aveiti de ce qui,
“ly palais ibréféchic au parti qu'on avait deja pris.
dint des eireosRances femblables ; il fe rappela ce’
qriavait cré fait a Lyon, a Toulon, ilcrut qe'une
L . puille mefure ferait falataire pour Bédoutn. Il
; sédigea un arvété qui ordonoait que cette Gowniune
fenit bidiée, Avast de fe metire A exécution , il
| Veaveya au Comité de falut public, avec deux
° Heures, Vane pour fa Convention ; clle n’exprimait
pirdlairement¢i Uarrété était ou son exécuté; dons.
| In feconde, il: demandait des’ ordres- au Comité de}
| filatpoblic avant de fe porter aux mefures de sie
_ ReuNe qu'il avait projettées; aiuficle Comite favait
BT alg n'étaieut peint exécutées. Aucun des meu. bres
dev “Comités' ‘ne eft. rappele d'avoir ente dv
a lite cote lettres Ie decrat d'approbstion vous fut

| finptin, et. 17 joursfapiés on briila Bedouin.

“Revert. Jo demande
Dexifte pale.

wo.
hing

qu’en mentre le décret ; vil

; Péntgres. He faut. des pieces paur dérmontrer la
» frullece Hes reproches graves qu'on faii-d Maignet,
ou bien il faut.un‘ wouvel examen de {2 conduite:
Maignet.» défebei au décret dejia Gonvention ‘pour
Sbéir aux arrétés da Comité de falut public. I aca
Tisitintive ‘des mefures atroces prifes: contre la come
| Mineide Bedouin, ° an Hatsig os Wap

i Se ee ae a
4 Boiffienx. Merlin vient de nous dire que Maignet
QB AVA ag! que daprés les ordres de quelques mem-
ones du Comité de, dalut public; ‘il eff au moins leur
‘eomplige, ea ee :

f i

: > Mewnayan, Nongfoulement on a'eoupd Parbre, de
In liberté dans la commune de Bédovin , mais on y
; iin: foulé aux,pie ds tes décrets de la Conventions
as mfaifiation de diftrict avait deja envoyé fix éom-
Ga tse pour rétablir t'ordre dans ceite commune

nt Pts Ws ,
“ae eaeeince: du tepréfentant du Peuple dout vous
4 St tppiouve la.couduite. ere ;

- Roce Ui Wyw-pas de décretewn. 6
_. Sallad cries ” meee : e “Ee aK . "
“ga itte 14 eréal, pogue ataquelle les Ab:
Bes Sccupalent Poutan’; et ics Efpégiiols bloquaient
ai Pigaan y Vadwinithation duvdifridt mecrivait :
, ie coraiaunes ‘qui ‘font Nobfét'de notre fols |

PaiNeas selle-de. Bedouin métite fé premier’ rang i

ene le brigandage y regeent’; 'Parbre dela
ternnint nat et les décrets de la CGonven-
“as nt de fk depactement...}'ai WG, me, reppeler co!
” Modéja palle. dans. tes dépaiteaiens hévidiv~

Siete 'Re). here egies Ch athe ‘
idle? 4 Reh par taifer renouvdler ces ecncs fau-

St te @
eline tarp’ ne. me fis pas chllinsalé que ja
MAE Grit deny k ee ( Plofieurs voix. & eft atroce. )
1 Conventions ¢ ore ee ‘au Comité , Pautre é
*PPtonvée, Le rreect fut jue, et ‘ina conduite fut,
fut envoyé par la com-

décret
Ruflion see sret me

s Mes dépéches 5 tons ies jeurmaux ea out
: ‘>

®



boue. 51 Jo répondais a la Nation |







i

sux: frtis des habitaus de la Commune.

vendaen qui femble fe manifelter: J'ai cru, Citoyeins

t

(435 )

fait mention, et notamment le Journal des débats,
ue Ged. ovr
=?

Rovere. Le décret dont on parle , n’efl ni dans
lé fewilleton ni dans le bulleya. Le oibunal d'O-
range a fait perir wie foule “de defeateurs de la
Patic. Voici ce. qu’écrivait Maignet 4 cet inflime
tribunal : : .

Avignon , le 18 floréal.

a9 Pal inftiuit la Convention uaiiouile de Pattentat
hormble qui a eré commis & Bédowin , et des
mefurcs que j’avais prifes. La Gontmiffion des dépéches
m’appreud que ma conduite a été approuvée. Les
obftactes qui artétaienc vone marche font fevés, il
faut que vous reflaifificn le glaive de la loi, qui
a été trop leug-terms fufpendu, et que juflice foit
faite. Signé Maroner.

Ou demande de noaveau ta lecture des piece.

Maignet lit @abord an premiey anéé pris pour
envoyer 4 Bédonin des forces {ffifantes pout faifir
les coupables ; il lit enfuite Paiété foivant.

Liperré, Ecanrireé.
AU NOM DU PEUPLE IFRANGAIS.

Lo repréfeutant du peuple envoyé dans les dé-
partemens des Bouches-du-Rhéne, ct de Vauclufe.

Confidévsat que ta juliee ne faurait donver trop
@eéclat 2 la vengeance? uationale dans la punition
du crime ‘sbomiuable qui s’ell commis 4 Bedouin;
que ce well qa’en trappant far le lieu méme ot j
a été comuits , et au milicu de ces contrées que
Pariftocistio tourmeste depuis fi long-tems , que
Hou pourra porter lépouvante dans lame de ceux
qui ofersient encore médicer de nouveaux artentate;

Conficérant que Vepiviatreté que Jes individus
faifis comme le plus fortement prévenus de ce
crime inettent @ en ‘faire connuitre les principanx
auteurs, fait préfumer que toute la Commune ef
crimincile ; :

Coufidérant quune Commune qu'sne pareille
fulpicion pourfuit ne faurait exifler fur le fol de
la liberté3 que le pays qui ofe s’élever comere la

de la Gonvention, feuler’ aux pieds bes lois que
Is nation o'efl faites, reuverfer le -figue angufte de
la liberté, eff un pays ennemi que le-fer et fa
flamme doivent détiuire : lg

ce crime de Sé'e nation fe tranfportera dans te plus
cout delai A Bédoniu, pour y inftruire la preeé-
dure et y fice de fulce exécuter les jpgemoens qu'il
rer ;

-OrJonne qu'ayflirdt aprés Pexéeutioa des pringi-
panx coupablés , Pagent notificra a tous lea atitres
habitans won détenus, gu'ils aient 4 évacner dans
les @4 heures leurs maifons et en foriir tous les
metbles 5 qu’aprés-Pexpivation du delai, i! livreia
la Commane aux flammes, ‘et en fera ainfi difpa-
rire tous les banmens. ‘

O.donne qu’au milieu da ierritvire ot exifla cette,
isnfame Commune, il fera eleyé une pyraiide' gai
jadiyuera. le crime:dont {es habitans fe reudivent
coupables , et la nature du chaiiment qui leor fur
inflige. : ;

Fait defenfe 4 qui que ce foit de confirvire a
Pavenir fur cette enceiute aucun batiment, ni d’en
ccltrzerde fol. : th Ree

Chirpe Pagent national de s’occuper de fuite de la,
réparttion des babitans dats les Communes voili-'
nes recounnes patrivtes. i :
. Enjoint aux habitaus de ne point abandonner : la,
‘demeure qui-fewr aura eté défignée , 4 pelae détre
regardés comme émigrés ;*commeé auth dé fe pré-
fenter toutes les décades odevant la municipalité
deflits lieux ,4 peine d'éire déclarés et traités

aomimg fdufpeets , et enlermeés jafqud:ta paik. , i
Le, préfent arrece , cafemble les diferentes bettres
de Pageut national du diltrict de Carpentras, et du.
commandant da 4® bataillon., fecout imprimés., pai
bliés et affichés dans Pétendue des deux départemcns;

ae

Frit & Avignon, le 17 floréal-de- Pan @ dela
République’ Fraugnife une evindivilible. 9° |

Maiguct lit enfuite fa lettre au Comité de fatut
public, aiufi congue = eR
" s1Lexpédition “far Bédouin eft faite , Citeyens
collegues: Le, copie de fa lettre de Vagent pational
que je, vous envoie, vous inftruira du duccés qu’ ella
acu; mais elle vous spprondra en méaie-tems qué
Tes individus qui font arrétés s obftinent A garder
le plas profead filence, et qne la Commanc enticre



‘ne craint pas de pactager Vinfamic dont ces forfaits
Fvont la couvrir, Tout ce qui avoiline cette Cons

mune eft auffi -dércftable. Ib n'y a qoe de grands
excmples qui poiflent cn isnpeter aux Lcdlérats qui
habitent cos contrécs, et stoafler ce pouveag perme

collegues , quil \fallaic’ domiey a" Ta” vengcaniec

: ‘tatibadle up. grand cavactere 3. jai ,dovelli, de
Ont wia téte : . on nae neg ae oe i ha ;
ye fete Surat répoenda. Jai pelé Je mal

‘tuibuoal crimuicel da département du pouvon
seyolutionnaice , parce que’la punitiéa ‘nie fau-
trait @tre alles pronmpie. Le go - de ce mois le
tribugal f2- tranfputea dans cette “Commuce.
La guillotine fera, dreii¢e fur le Heuymeéme oa
Puatrage a éié coiumis 3 Jes téies des plus {ceierats
abattnes. J'pi ordonné que la Commune entiere fit

volonté générale da Peuple , mécounaitre leg décrets*

Ordunne que le tr:bunal criminel du département |
de Vuuclute, chargé de juger révoluionnairement |

|
!

‘liveée aux flimmwes. Ce village effre une popelation
vde mille indtvidus. Vous ne taurier wep comprimer

‘Ta malveillance davs cesidepartemens, od ta furveile:

Tance et fa vigueur peuvent feules, éviter les nowe
veaux matheurs que le moidlérautifae allan y faire
naltre.

9b Si yous treuvez cette nouvelle mefme trop
rrigourenle, Lutes moi counaine vos intentions. Supe
pines ma letie dla Gonveutivon, et hudreles wok
au plus tét, de vetie décifiou : mais -ealculez biew
‘quelles peuveat dee les, faites de Vindulgeuce pour
uu délit aul prave. 9 hr ,

t

| BP. S. Je segois dans ce moment une lettre de
'Pagent wational du dilvict et du conimandant du
‘barailioa de UArdéche. Vous voyez qe ils r.pardent
la defiruction de VPinfame Bédovin, ot il a deja
été enveyé cing comimillaines , cumme le teul moyen
de préfeiver toutes ces contiécs des complots qui
depuis G lomgstems y tuut wamés. |

Enfia, il Htcelle deflinge 4 la Convention, que
voici : .

oC’ eftau moment of la République Frangaife porte
Pet oi fur tous les ivdues,, que Pimiane Comune
de Bedouin, plus audacienfle que tous les defpotes »
ofe fe foulever contre la volomté nationale, forler
aux pieds les décrets de la Gonvession, renverier
le figue augufe de notre regénéraiion, VParbre de la
liberté, ;

Depois long-tems Bedouin a manif. flé fa haine
conte Ig révolution. Cicqg Commiflions fuccefives
,y. ont cté enyoyees pour punir fes crimes; des feé-
ferats ont ét¢ enlevés, mais le germe ariftecratique
y a toujours fécoadeé et produit de nowveaux for-
tuits. ;

Située anx pieds du Mont-Ventonfe, entowée de
collincs et eutre-coupée de déhlés nomb eux, evite

contrée préfentait tout ce. quik fallait pour former
}

une nouveile Vendée.

Il ne fsut pas-en douter, tel était le projet, pul
que kes bripauds ent, dais leur coup d'ctha. eté
auf foin qae Pont fait, au mideu de ius plus
grands duceé:, tous les feélérats qui les out pré-
cédés. he :

Aathidt que j'ai appris cet attenrat horcble contra
lo majeflé du Peuple, yy at euvayé uuis ceuts hommes
du baaiiion de PA-séehe gut, dans iuures mes
‘Opératiouns civiques, mu fi biea Hecoude.' Poi fait
incarcdrer préires., nobles, pareus demigics , auto~
rités .conltimeécs. :

Jaimais a croiie que je pourrais tronver qnelgnes
individus qui, peuétrés d+ Phurveu: du crime oimis
dass’ cette Commune, semyrdferaeut de fouf-

er

traire leucs. noms A Vinfawmie , et aViedigueraient les
{ C4 gq "

coupebtes a

Mais un filence abfulu ne me pronve qué trop
quils out tous participé au cme.

Alors ne voyant plus dans cetre Commoene an'one
horde Mennemss , fai suvefite tnibuval qriminel du
pouvoit revolutianniine , pour fire tomber de fuite
ies tétes des plus corpabley, et jal ordouns quinue
fois ces executions faites , Je flammes fllent dpa~
raire jufqu’au nom de Bédouia. ;

Periffent! sinfi tous ceux qui oferont briver la
volomié nationale et méditer de uouveaux compluts
contre ta Liberte Fraugaiie to!

Maignel. Vous voyer qu'il y avait une grande ven-
geance nationale a exercers que toms es individus
avaient gardé je Glence fur bes conpables. Doailleurs ,
ce m était pds quelques indisidus fenlement : Béduain
entier dvalt toujours monte des fentimens couraires
Ala tévolution, ta plus ferte répugusn-e a étre
réunie’@ fa République Piavgaife. Si vous eu vuules
une _preave, je vais vous la domner, je la tire de

jee jugenient, ( Ou murmure. ) Je ne fais poaryuoi

on aurniure; if ne s'sgit pas de la commifiiva
d'Orange , inais du tribunal de Vauclufe , intlitué
ion par moi, mais par le Peuple cutier.



oA dic le confdérant Wun jugement comme: il
file siceg os ok en

I
ie f cfs .
J» Conftlérant que, depuis le commencement de la
eee » les Labitans de Bédouis nont cetlé de
maaifebler dea fevtimens coutre revoiutionuaires 5
Que le 13 jrilet a7gt ( viewx flyle ) i} fot leli-
béré par des hebitans réuuis fde cetiver les poi
vols quii!s’ avatent concédées A ‘dew élecreurs pour
exprimer leur véru deréunion a Ja Fr nice + ou “de
déclaser nul-le vatu qui pourrait deja avuir ete éinie
a cet épard, % oh See an Be aoe
— Que dans les mois de mai et juiu 1790 ( vienx
Ayle") db fe forma, dans le ‘teititole de Biante,
commune a doux lieues de Bédotin { un vaflem-
bienvait “de ‘Yebelles qui’ eurént pour chef Rol,
dit Flaffan , ci-devaut uoble , babitabt a Belouin ,
et quiane paitic des habitsns de jcatre comnune
codedururent 4 formex cee attioupement de 1é5
voliés3
Qre dans le courant-de été derpier , quoique
les “Vectiouustics marteitlais weulleut pa pracuee
jufqe’a | Bédouin, qui fe wouve fue, aux pieds de
Mont-Ventonfe , les habitaua de coe commburie
rebclle me laiferent pas que de profeller Icy tentie
‘neeng thes féderalifles , ‘et quia y vie dee lois
sigiées, les autovités confliu.es avilics ct empsi«
founecs 5 Raye
» Qa cette époqne, et tandis qu’d Garpentras eg
auites Comraunes voifines, de Penpl stenprete
fair de de cuir powr Pacceptation de Vacte eonky

»

e







Btutionnel, ta Commune de Bédouin rejera , le 4]
juillet, cette ececptation,; eae
Ove ga toujours été iefucte eufement que Pad-
galustranon du difriet de Ca:pentras a envoye des
cowmilfaires pendant fis fois , foutenus de fa force
aimée , pour véduire les rebelles de cette commuue 4
ety faire teviv re le regue de la lor 5 = 2
Que dans le moment que les armeécs de la Ré-*
peblhaue tout mode la powlhere atx fateliites des
tyrans far tous les points de nos froutieres, et que
Te gouve atment vévolutiownaire terratle d'un bras

vigonrenx tous les ennemis de Pintérieur, les a> Pin gate ; pe : Bae te ge we s
ro ete Oe dee tyes : an {célérat nommé Barjavel, qui, avait joré fa ae tees : i he
; sesiés eouliiiades.de Bédovia nfamey ofeut def Q u Javea a ait jut "|. Lecointre , de Verfailles. WH exifte ce décret, maty
eorder une protection ouverte aux fufpee s et aux Pp : : ila été reudu fur ut faus expofé. > Maly

éortre-révolatiounsires j quan aida d'érdouner lear
arreflutios » aux terines de la loi du 17 feptembre.

viewx Ryle 7 elles wot pas ciaint de faire des
démaiches publiqnes pour obtenir Velargifement de

ceax qui éiaient en réclufion “par la furveiilanice Bécdouiu renferme.a peu prés $a goo-habitans, | if faut que vous rapporties le décret par lequal vow
de quelques autorités étrangeres a cette com- } parmi Jefquels je défie de trouver fix citoyens qm ‘ivea envoyé hier le difcours de Courtois aux a.
mune 3 : ‘ : joniffent duw revéna dé mille livres, les autres | partemens , aux armees-et 4 la Commilfon des

Que ce au milien des triomples de Ja Répu-
Dlique qne la municipalité de Bedouin efe, con-
ferver tuiguculement Vecuflou qui repicfentait les
armes du tyran Capet, et les chagerons des an-

- ciens confuls, comme pout en faire ufage dés Te
premier jour de la contre-revelntion 3

Que dans la nuit du 12 au 43 floréal, des mains
facriléges ont ofé fe porter fur le figne augufle de
notre liberté, et Pont arraché , jeté ic bonnet qui
le farmontait daus un puts, et Parbre le long dua
suifleau ; °

Que, dans le méme inflant, les décrets de la’
Convention nationale ont été détachés de devant
la porte de la maifun commune, foulés aux pieds
et précinités dans la boue, 4 une diflehce tes-
‘confide: uble da licu dct ils avaient eté arsaches 3;

Qne'celt deux jours aprés cet horrible attentat
que {x municipalite ofe délibérer, de concert avec

Je enmité de furveillance, qu'il n'y a aucun fof ja été fait. ae Capet ve célébré.le &1 janvier ( vieux ftyle). dang : q
pect duns leur territoire , quoiqne cette petite Com- {| Je veux croire, comme I’a dit Maignet , qu'il n’a mae 1 Roch ten et aux armées de terre et de Pe :
muue ait fourei au-deld de ‘vingt émigrés, a qui rien fait fans Pauorifation de"Parcieh Comité de | ° cvs ‘ibe pe wPet Uns fate nationale , ih ce
Jes parens ont’ fourni les moyens de quitter leur falut public; maisda vie des hommes eft-cile doue | {era renouvellec chique annce a la wéme époges, | j
Pauie pour aller fe sanger tows les diapeaux de [fi pea de chofe, qw’un reprefentait du Peuple qui] La Convention a décraié que le leudemain db :
fes ennemis, et qu'elle renferm&t fix préires réfrae- | welt qu'd. cing lignes Dude Gommane accufée , fe ecette fee, elle ente.dsait le rapport’ dont elle. 1°
taires , deux cvelivienfes infermoutecs , ct plufieurs | contente Penvoych des comtuiflaires , et nvaille pas chargé lea Coinités far la- famille Gapet. ere
ci-devant uobles., marquis et barons , tous avidlo- | lui-mitme s'affurer des fsits, tA her de ramener les ‘
‘erates Ce SQ 5 meigié quien y ait tenu des propos. citayens éparés, et faine tober la vengeance des ood eatedeana Nace oat 7

tendaus a sétablir ta reyauté en France, qu'on ait
tente de so; pofer au recrutement, et quien y fit














a fe ey

( 456) me

les fédévalifes , Jet royalifdes's, if pouvait devsnit
le germe Wune feconde Vendée : en vain l'on en
avait Sté Jes, coupables., cohnus, levrs prineipes
étaient reftés. La mefure qne jai prile Pavait ete
pour des communes plus confidérables 5 mon de-
voir éwit dé chercher A étouller en, naiffant ce
moyen de difcordé et de guerre ‘eivile. :

Courtois. Je demande ¥
pieces que j'3i.

bs Boudin. Appelé 2 voter dacs les trois
fur la dénonciation fiite contre notre éoilé
gact, é, mot auffi j'ai déclaré que je ne
qwil y etit{ieu a examen contre lui, saree, wil
sepréfewta uu déeret de la Convention nat Meee

approuvait fa conduite. On a prétendy que oe ub
nexiftait pas 5 ch bien, qn’on.me juftifie Ge cc
et, le premier, je voterai pour le. décret ? Mts,
fation contre Maignet, ' mee


































produire les NOtvelles

Comité,”

enfais pay

Rovere. La conimuse de Bédouin “a envoyé fon
dépuré ada federation de g2 5 fes habitaus ont prété
le ferment 4 Is République , et toutes les horreurs
débitées contrela totalite de cetie commune, vicnnent

N..s.e Ona dit que ta commune’ de Bedouin
était un repaire d'arijlderates et “de royaliftes , il
foffit de convaitre lacompohtion de cette commune:
pour fe. convaincre du contiaire.

Courtois. Je demande que la Convention ordong
le dépdt des pieces que j'ai en ma pofleffion é

_Craffous. Si vous ordonnez un nouveas reny
4

{ent ouvriers ou cultivatedrs sor, je vous demande ,
sil eft poflible de repréfenter cette commune comme
devant donner Jes mémes erainted “que Lyon et
Toulon. - a8

Liuabre de la liberté a été arraché , 4 la vérite ;
mais il confant aujourd’hei que ce délit a eve
commis pax des hommes qui fé difaient patriotes.....
( Murmares de quelques ewibres. ) :

vingt-ua. :

~ Aléanlle..Un nouveau renvoi nuit pas néceffaties
la Commifflon des vingt-un a les pieces; sil'exite
des faits uouveaux, ele les inferera dans fon rape
port. Je demande done Pordre du jour. ‘

On demande le renvoi. Le tuimulte regne qq
moment davs ’Alfemblée. Les membres de Venirde
mité s‘agitent et crient dans le bruit : Qn ded
affaffiner les patrioles. ~ Le calmé renait 3 et fur la
propobtion de Letourneur, !a Convention pate 4
Vordre du jour, motivé far ce que Guyton-Motyeay
doit faire un rapport fur Maignet. ike

Diukem. Dives auffi que ce font les patriotes qui
ont liveé Toulon. ( Quelqnes applaudilfemens. )

Nii. Ovi, je le répete ,, Vo fait avjourd hui,
que ce délit a été commis par “des hommes étran-:
gezs Ala Gouimone de Bédouin, par des hommes
qui paffaient pour pstriotes , parce qu'l's portaient
uh bone: rouge, et qui partout ont “bdigné feurs
wains dais le fang. Eo voild affes , je crois , pour
vetger cette petite Commune da reproche qui lui

La féance eft tevee a 4 heures,
N. A. Dans la féance du tg, In Couveation g
décrété que Vanniveifaire de. la mort du tytan

lois furtes fenls coupables ? ( Vils applandilfeineits. )
Non, eft for le finple apport se fes agons que

gue Maj.*










ouvertement Pagiotage 3 Maigzet écrit 4 la Convention que. cette malhen- : GRA VUARES, , od
| Que dans la Commune de Crillon, éloignée de rcale’ Gommune eft totaiemdnt ea rébelion, ot quill Stier ob let gh oh We ig caf
~ demiHeue feulement de celle ae Bedouin, dans | a. ptia. contre elle des wefures violentes. Jateais'| L Africain hofpitalier., peint par G. Morhind , dt. ae
la nuit du g au to sats 1793 (v. ft), Varbre.| Maignet we s'excaftra, @ mes yeux, de Sétre anh. [Stave cm couleur par ja citoyenne Roller, fe vent i.

de la Liberté avait également ete avaaché et pro-

fané 3
Que dans la fille de la foi-difant fociété popu-

’ gévolationnalre ‘et prét a éclater; que ce coinplot’
“garait e1@.d'autant plus dangercux et difficile , qwil
efit dé pvillamment fecoudé par la fituation de
cee commune, qui fe trouve adeffée au’ Mont-
Veutuule, montagae énorine ét ‘de difficile acces:
qn itimpontait en confequeace daréter un déluge dé
Taoaun dans fa lourcesese. a

Ltabonnemont pone te Mo





































conduit. (On applaudit. }
Citoyens., un ran délit wational a été commis,
it doit tre pubi; mais ta difperfion des habitaus de

4 Paris chez Depesille , rue Franciade , Section de
Bonconfeil ; ‘n° 52. Pee"

- Gette eflampe qui fait pendast d celle de Is traita

Groffeus. On a demandé, le renvoi dux treis Co+:
hittés} pdar fire un ‘rappoit : fobferve gue deja ca
feavel a été pronoiicé 5 ‘que déja le rapport a été
fait," ce Whe Vos: trois’ Coinités vous ont déclaié qril
a'y avait pas litu a examen. Hict on vous fit oa
rapport contenant dés faits contre Maipnet; ch bicn ,
ce ‘vappore a été renvoyé ‘A la Coniaifion dle

leurs, paurva gu'ijs,cuffent unjcargt dhoame, et
ascompli; les népres font libres dans les Colqsics
Franguifes ; la premiere des deox gravures poe
bliées par Depeuille., cmontrait a: nccctbre de Jes
aflanchir par, le Tpectacie de da barbaric de-lewrs
maities 3 selle-ei le ‘prouve e¢nevre = ci, -offrant 2
yeux, les. vertas hofpitalicres de ces prétendus awe












sect
1 Prd &



Ho lt





laire de Bédovin, on y lit. encore des inferiptions. Bedouin demante ég-lemeut une prompte vengeance. des Négres , publics année dernicre , a pour dpi-
qui retraceat le fanatilme fe plus hideux , et les {On applaudit. ) raphe ce paffage Wun dilcuurs provoneé a ch :
préjuges aviliffans dats lefquels les habivan's ‘de cette ; Glauzel. Je fois loin de crore que: notre collégue Gosseiiiox _wationale par un homme de couleur,” : :
Oman: ont vécu julqw'a ce jour 5 < . Muigact ne citi: avoir des motifs fuffilans pour pro- le'16 pluvidle de Van 2. 59 Les noirs fout dua, Po
Que dans les veuifons de la plapart des accufés, | pofcr les mefures atroces que Vaxcien Comité de ‘cavactere doux et huaiain. Au milieu des herrea’ Ros
on y a trouvé des fignes contre-révolutionnaires , | falut public a fait mettie 4 exéention : il eft cepen- de la guerre, ils font toujours reftés fidelles dbs
femblables & cenx que portuiedt Tes rebelles de} daet wa fait que doit connaitre la Convention na- France; j'apporte ici leur fermeyt de vivee etde
Béliynan et de Jalés, des cocsrdes blanches, des} tionale ; on. vous a repréfenté Bédouia ‘comme le | Mourix, Frangais. Légillatcurs, readex nos freres A
tiircs de noblefle , des “brévets fipwes Louis, des repaire des arifoerates ; eh bien apprenez que cette lewrs ‘droius ‘patnrels + et vos noms y ferent : ‘
patentes du pape, des regiilres contenant des titres | petite, Commune, compolée - sles "gve habitans’ a | bénia. sr en RES ; : -° *]
féodanx , dea cachets portant armes, flcers-de-lis , | envoyé aux frontieres 276 defentcars ; quelle eff fa U if fai fiage fur la cote dAfric a
couronnes , 8 ., des timbres pour imiter ceux de J ville qui, eu égard 4 fa population en ait fourni Mee fet cla regen aaa ae en
Paucien pays de;Provence , des arbres généalo- | autaut ? ‘ eS : oe Se ee #08 Jeune pee EET er
gignes , de. corvefpondauces crimingiles entreterues Duh °° acs ae ee dd the fat, quelques alercs pallagers st deve a : Re
foit avec dis éuiignés, foit avec Ues ennermis de} whew. Celt ta réquifition qui Tes a fait partir, fast ees ie vee aut pigucent cent ey s
Piutéieur, et tont ce qui péut conftater Paritoeratic ( PRUDNSTEN: ) ay i shalle iene Gent les ed a eee ke i
Ia plas mnvererée 5 Eine Y te A Cygogne. On ne peut difconvenir que Maignet i uns 3 Se ary a c ee sf .
Contidéraut que, tandis que des ‘hommes fans | au moins Vinidative du crime. rent et les raffarent 4 un autre approche 3 ue oy f
i ror ead , : Sete : a me ‘T fen un homme de VPéquipage, ev tut réchaufe les *
migsnrs et Jans refpect pour les lois, fe permettent 3 . eget ‘ ; ‘ ue . quspage+ . ‘ 7
Ges vioignces imoules centre les ignorang “et les Un aBtKe wiembre ob“erve que des citoyens de la pieds ; wn troifiome fait boire aun pallager dia 4
fables , les meenibres des autorités conllitaées étaient monmuse Ge Bidowin'ont fet premiers dénoneé te lat ape Ties at ipaiiadile ‘, andy aus 4 a A
les preiters 4 carrompre Velprit public fa foit en sieht doar a eee. ae sepidteniant du Peuple 5 il ra H cahinte: in6(phaere ee apcigodt aut : |
protegeant souvertamient les ennemis de la irévoly- eds ms conféquenec qui y evant des paittotes a Fond §: as autte Sule beouie, tes Tee we a ; .
tion, foit en profiituaut le nom facré de pattiote, Fats aut ‘es homimes tay dita » Otidte ruines, matelots 5 fa foudre éclate , et les ‘Bons e ga Bey
foit, ea uamot, en,traquast de lear autorité 4 vil vilés ot vexés comme les autres, 9 ERY fent pas plus @attention ique-dos ma benret
‘prix, dans Pintention Warréter la marclie du geaver-'] C'auzel: Pluficurs membres damandent , ot je me dens ils ocenpent.. oy eens cee
“newent réevolutionnaire. , joins A cox, que le Comité des procts-verbauy folt | Toute verte fend eft pleine Wintérct et ee Bo
— Gonf serait enfin quill fe réuniflait dane cette | chargé de vous repréfenterl’origmal du décret cite | MeRt exécutde ; elle fatisfait “en méme tems i Bs
commune ou fes eavirons , quantité de prétres , | par Maiguct. aS € Sites raifon , Uhuraaaite’, Ie bow git. Le vou dus 2
_eligicufes infermentés , cet autres perfonnes fal: [> Cette -déiniere prepéfition eft Nistiie. : {homme- dei couleie “qui foi 1. depigraphe, st be ah
peetes 5 que’ tont anuungait tn complot contre- ; ne nth qui était le voeu des homines de. toutes les cous j

: = Sere ‘yingt un. Je demande Vordte du jour jufqw’. Ag? : © oe oalompies: par tes ww |
‘Malguet. Bédoula a tonjours été uo refdde'pbur ]'kipport. ch ae Jouning ae ee ee alleen et So e Py
mn ue 4 . ‘ dE Fhe vo Arte, 2 a a . 3 m, oP 4 wt ti + f eee eR, . ce : . a " 4

Slee eae ' : eit abet. ee ee |

oitour fe tit A Pavia, rue des Poitdvine , 0% UR. 1 teat adraMfer Bea” lettres © mae

jon 8 a ot, pout Parla, deedhv. pour trois meis , 48 liv. polit fat mais, at go liv. annie avgént , frame de part, au eitoye
ee wpades trante'Ue"port Con ae s’abodbhe Gutau comménesiadne ie ahaque fasts. UM ‘nut avoir fata ile fe
pablia, intére dong lo numcre $01 Ue notre fouille da pearaicr Thertaiddrde Pan TE, ou du nioias

; n Anery dlrtetdur de ao jecinal, gee wilt He
et pour les dépattemona, de 28. liv. pour trois! -nais, 54 lve pot “ee asc et 22
‘ a Parrdte.d 9 Dons

‘i ipect bb : do'chasger tes lettves qui renigiinerit des alhgnats.
‘aut i i eoue ; : feats ‘ a eS ches ; Og
S: a sats Pour tout 6a qui coneias ls dAsevion de la Feuille, ux Rédadteur, roedes Peiteving, u* 19, dopuis meat Mewren dw wate jufgu'd aut quseas le fol ‘hae

z £ « oa: fg i a 2 x

*

fala ale fe couformer, potur la fureté des envais d’argeat, ou. a’ aligaa ay

at SEA .

te

aici eal in el
; DR LIMPRIMERTR DU MONIT EUR , tue des Poltevins a d..



48 PORES Bs cle scanedtaaheydeebantcenedpe nore beni *
keaton chine i

Be ae it ea ae teenie
j ht etter Coch ice

i t h nyt
Gi i ‘ p

* a . 1 , & be











le : I Ep a a a ee
ETTE NATIONALE, ov LE MONITEUR UNIVERSEL,
: Primed ga Nivése, Lan 3 de la République Francaise une et idivisible, (8. 10 Fanvier 1755- rst)



a ee sia mont mas oe . abode
sen propofait une autre; il ne pas dcontiadt qwil de Browne , cditeur du -Patrigie, 4 Sheffield, et
exifle -une contradiction entre quelques-uns de feg pdélécué ats Convention biiwuniqne. Crue Jere,
Propos.et fes actions, et-qu’on puifle, trouver dans j adyedee a fa foelité conflimiouuctle , lai recom
ts uns des moyens de pallier les autres. C’cA par mande denvoyer dans la campagne des tiflionvaives
{ectte méme raifon que trds-pev de perfoones étaient ! cagables ‘dinilrnize les fermiers, en leur prelentaut ,
initiées dans fes fecrets-,' et connaifieat ‘Je vrai but” fous des poulenrs: les plas céfavorabtes , tes waxes





























































LITT QuE

POLOGNE —

De la Vistul:, te 10 ‘décembre, *

focictés , tandis que la-multitude, fe laiffait confuire bliv entre les diferentes fociétés du -royaume. une
aveuglement par limpultion des chefs, Ges chefs’, étroite ubion, Une coretpondance indme , comtne
taient parvenus a faire croire a. ta, plupart des, il em exifte une entre Les clobs de Fiance... qui tks
membres que leur unique but était de vamgaer taja rendus-fonaidabics et affer puiifonsypour elever
chambre des Communes Ace qu'cile était avant la {un temple a la Liberté‘fur les ruiaes "du de!;.0-
tévolation. Majs:les feuls changemens arrivés dans | tifmes tg Ea Be, Bee ah ne alt ek

cette chambre, depuis cette Epoque, font Pacte qui] , I eft certain que te prifonnier 2 pris: une part
tegle Ja durée du parlement A feptians, et d’autres | active dans cette wire, et je le protiye par fa

dea ‘niqnveadx ‘tmaitres de Ja ‘Pologne
Fs “Ia mifere publique. Le. prince Repain,
. Vivecnens: general ‘de Lichnanie-et de Samogitie,
Chien de Titupératrica, 6,000 rovbles pour ler
* BE Gepriuce rafle a partage fon gouvernement en quatre
ditions; Pehiacune defquelles il préfide. La pre-
gi th poor des afizires criminelion; 1a feeonde ,.
Brfacatiaives civilés’; Ja. troifieme , pout la
polices et Ja quatricme, pour les.affsires. ¢cono:
oe ee ee
Py ‘pesorts de 15°4 1,600 hommes », qui's’eh rendu
garRufte, 2 été conduit dans Pintérieur dele Rufve



>




;élections , toptts perfonnes fous Visfluence immé- dans lognelie iL dagique [es meiilstes..moyens ve
diate du gouvernement; en forte qu'on. peur afluser | travailler le Penple ; par elle adteflée a Sk eving,
qu’au lieu de-décheoiv, le régime dela chambre des | dans laquelle ‘if infiaue qu'il fercit ‘agréable 2 la,
‘Gommones s'eft pertectionné. “oP foedété de comefpondance de Loudtes que la Con-
: Ce qui peut fervir a excafcr lt grande majorite , ne] vention britannique Uinvitit A evvoyer des délégnes 5
spent juflificr ceux quim'emploicnt jces moyens que | Vacéufé a grand foin de recomniander a Skirving
pourlatromper, Les dépofitjons Prouvent que dans | que foa nom ‘ne paraiffe pas dans cette aff.ise, Celt
ée petit nombre, Paccnfé eft. uo de ceux qui font | par fuite de cette tettre, qu'il arrivn a Edimbourg





I. spary tre incorporé individnellement dans Vatmée
Fania ee

S Ley teoupes. profiennes #étendert de - plus en
" gha dint Ie pstatinat do Seudomir., toujours en

Paget ta Villute. Les: Ruffles leur cedent laplace:

- ‘partont od elles paffent fur ta rive droite de ce

SO PPRALTE

__ Livourne’, lea décembre.

il fur 4 la verite diffous, mais ew fe réfervant le }uommeés délégués de la part dela fociété..

pouvoir Ven ‘elire un nouveau, dont le nom desi Le folliciteur ‘général fait lecture. des infléue-
membres ne ferait pas méme eonny da rele, de laf tions. dondées par ces diverfes, fuciétés A leurs
fociété. Un tel Comité n’a jamsis exile, méme | délégués.
rdans-la République de Veuile. Pourquoi ne pas] 2) Parmi,ces réfolations, coutinite-t-il, la prin-
agir ouvertement dang on gouvernement oh toute | cipzle était celle. de procurcr one réforme parleniens











qu’on ne la falfe pas circuler dune manieie dau-]pne autre établiffait que, dans cerisins, ca’, Ia
gereufe , modification uéceffairé puifqu'ancun gow- | minerité devait réfifer d° la majoité; -que, par
vernement ne pourrait. réfifler’ aux. efforts ‘codftans 4 des-moyens ‘lépitimes et taifonnabies., on wen-
et redoublés qu'on fersit jour égarer Topiuion Pj tendait autre chofe que toute’ efjece de moyen:.
Il ef de Veffence de: tour bon gouvernement que Liopjnion de ces fociétés dyuit quiane Convention
Vadminiftration ‘foit dans les mains de peu de per-Javeit plus dantori:é que le parlement,. comme tee |
fonnes, en comparaifon de lg généralite. Et comment { préfentant la majorite du Peuple. Geite Conventoa
la foumiffion de’la géneéralite av ‘réglenient dua .a imité lo conduite ;qui.a.été tenue. en Franes. Sou
petit nombre. pourraitelle étre alfurée fabs la force finrénvion était de s’empater du gouvernement par
de Topinion ? L'affembléc -contlimante de Fratice J la force des armes, puifqu'elle prensit toutes fortes
elfe-mémé n'a pas era pouvoir permettre indéfinj- ] de moyens pour engager les mottagnards a fe joindre
ment toute opinion {péculative fans reftriction.. L’ace}a elle. Le bill des droits quou fait valoir aujour@’ hui
cufé ne pent alléguer qu'il était trompés il Ggnait | pour la deferfe de Vaceudé, elte Psppelasit te bill des
toutes lespieces., et c'elt 4 Ini que toutes les letires'] torts, dilant gae Vuriftocsatie, ap.és la révolation
disient ‘adreffées, Rien ne fe faifeit fans. lui, davs'} de 1688, avait facrifie les intéréts de la Nation aux
le \Gomité fecret dont. toutes tes démarches étaient | moyens de'corruption de Guilanin: IE. Eile declare
peut-étre dirigées par fa coirefpondance ; fes liaifons
avee Toocke’, Margarot et Skitviug étaient niyfe-'} efi fufpendu...Get acteja été en effer fnfpendu, ves
ricufes, éril n'y eut que Vaccufe Margarot et Skirving | ces fociétés m'avaient été prévenues: dans leur
qui curent d’abord connaiffance de Viatention d'en- j deflein, jelles feraient actueliement, de. leur propre
voyer, des délégués 4 ls Convention d’Edimbourg. fave, en pleine rebellion, C'eft parce’ que la Cons
On peutapprésier le danger de ces fociétes ct} vention craiguait d'étre difpeifée qu'elle a nommé un
Ja nature’ de. leurs, intentions par cette phrafe } Gomicé feeret , qui, cn, cas-qwil fir découverc, devart
d'un des membres: Jl faut evracher jufqu'aux racines i choifir ug autre liew ‘pour fe raffembler, Dans cette’.
dela mignarchie pour planter la cémovvatie a’ fa place..4 nouvelle! chambre , dé que les membres fe feraicut
Je reqdiets les jurés de fizer deur attention fur les Ptiouvés an nombre de feize , ils devaient s’appeler
cigcouflances de adrefle envoyée par lafociété confli- $ Convention de conjoncture, -et agir dés quills
tutionnelle 4 la Convestion de Farce. Ses mem- | ausaient ¢1¢ vingt-uu. Pour éviter Pautorité du ma- ;
bres ont tellement exprimé leur penfée forte gou- | gifl:at, ce Comite devait furtout fouvent changer
veruement, que la Conveution, dang fa réponfe, j de Liou. : s
les a traités de génércox véepyblicuins...



‘Prcadhe anghiife: qni était au golfe de’ Saint-
; ange Cerle; eft fortic pout une, croifierc ,
Lo eG venne dane cette plage. ’Elle eft compofee |
PS baat fine tr ka ee,
Sf vaiffeau dé’ rop gationas trois de go; huit
Pj dengis unde Gge ey
po Mime feégate de $6, et deux de 32.
Ba tours tO daimens,
“Gute vefcadre, e@ fous le commandement . du
rkemnital. Hoteam; elle vient’ de croifer dans 1s f
P mur de Provence. re gee ae
f° Oo a are@td ALVenife, for la demande du’ mi-
} catia del République Praccaife, wn nommé Cellot,
pie soblert dee Varmée frangaife d'Itatie, Cet
"Rome chargé de faire divers psiemens , gvajt-pris
ifoite ;¢raportant avce-lui une fumme contiderable



Â¥ 8













Sie

ANGLE T & RR EL
finde le: procedure: centre Thomas Hardy , fecrétaive
| tela focttid de eorrefpondance , mis: en capfe, avec
te ponies Liste Sean Bary Tooke Thoms. Hotcroft ,
fv fertsd-Bonngy . Fean- Richter’, Steward-Ridd-Fean-
We ot Thelwall “et” ean Baxter, membres. dv la méme
; Po feild: raph 8 a — a, 2. /
‘Las témoins de laccufé font eptendut. La. plupart
Genie con” ont été membres de diverfes:fociétes. |
Uy diclareni que Pobjet. de ces fociéiés était d’ob-
} Malt une séforme: parlementaire , mais par des voies
= legales:, et fans recourir 4 fa-force. .

ho “ihe doe, de Richmond pant a la barre. 1 recon-
> Mtefa Jette au colonel Sharmay, dout le clere de

. fe Le follicitear général. revient encore anx démar--
(La féance-eft ajournée. —> Le Iendemain, lefehes dé 1, fociété’ de correfpoudance. Il. entre:
. folliciteur- général teprend da parole.) , ‘ alanis de longs deails Gene: quill dit avoir
ety ie Te ce ne ‘ . £ été employes par les clubs pour exciter une infur-
_ Le folliciteur général. Le coufeil de Vaceufé n'a fait bee len eee Bottle ite se nage es
ane Gbfervalion fay tes davertes ents qui Oat eé de Palmer. Enfin, il fe réfume, “en sap;elane,
produites; excepté fur celles Ce Norwich. Ges lettres | de nouveau, aux jores Vimpottanee de leurs fouc«
contienueut d'invincibles preuses que les avocats de | y:5 a ieee
la réforme. étaient conduits par un enthoulalme |”
dangercux , et ayaient pour bat un. établiiement
fondé fur ce qu'ile appeltent les droits ivréfragables de-

“he thambre Wes pairs fai: lectnte.






Ou lit aoffi une: protefation fignée par les ducs
Me Richmond y Devonshire ct Portland ,ict ‘qui cut
PH Ibitqae:, pendant le cours dc la guerré d’Amé-
‘Hive, dieses propofitions ‘ayant’ été faites a la
th nbre contre le mauvais état dela repréfentation ,

Le lord chef de juflice Eure, récapimle les dé-
pofitions : fon difcours dure jufqu’d huit henses du,
poe tiles furent rijetées par elle.

| Sletiden eft aufuite entenda: Il déetare qn’au
he mars 1793, Hardy offrit de lui remeitre
See “Nee retires et papiers appartenans aA la fociété.,
; tede tnt donner nn détail exact des différens lieuk
| -thien diviGons de‘ Ja dociété étaient placées. Tl »
S Bieeda dive que le feul objet de Hardy était une
‘me parlementaire, fuivarit les iprincipes du duc
pMRicbmood,

de'oeclui fous lequel PArgleterie, a le ‘bonheur de
vivre, et quia fait fi long-tems ladmixation et Venvie
du Monde ; prétendy fyftéme de.fraterhifation gené-
rale, dont le réfultat ferait de vous condajre a Vanar-

audendemiin 5 novembre (15. brumaire ). Alors ik:
sadrelle de touveau aux jurés , dans un difeours qui
dure encore 3 heures. Le jury fe retire enfuite pour dée
‘cider: Ja quetlion ; il reptre apyés 3 heures: de dé-,

Dans, fon adveffe , fa focicté de correfpondance de | pas coupable.) Auffiidt la faile serentit d’applan-:
Londres exprima, fa réfolutiog dene point ceffor fes | diflemens ; la foule traine le cartoife d'Eiskine , celui
pourfuites avent d'avoir obtenu une réforme parle- | de Vaccule Hardy méwe, jufques chez cux, apres cu
raentaire , ct un remede radical aun, maux fons lef. | avoir dételé les chevaux. ° . :
guels elle prétend que PAnglecere langhit. Maie, =
commicnt voulait-ou atriver Ace changement? Etait-ce
en sadteffant au rei? Rtait-ce en s’adrellant awx pairs?
Voulait-on préfenter. nne pétition aux communes ?
Neo. Le fedl moyen dout on vonlait fe fervir , était
‘un appel. duecerps entier dw People. Le cri d’ane fen jugement. Esskine a été fon defenfenr. Certe
réforme parlementaire n'était qu'an préetexte, pour | nouvelle-infiruction woffre pas moius ‘d'intérdl ce a
couvris des deffeins criniinels: Sil'on eit eu Vinten- feu la méme iflue’ que la premicre..

‘Le “premier juré, Thomas Buck, fe trouva ff
emp, en pronongant le verdict d'abfolution, quid

°; he eomit fe Land ae ra : a
‘athe te de Lauderdale croit également que lac tomba ev défuillauce.

p- yeht Voulsit asriver 4 objet qu'il avait en vue
ye We par des votes conflivusionnelles.
a we 1 sv : a i r A a = » . * ;
‘ peelandhion des témoins ,'lavovat Gibbs plaide
, oo Ui hveur de racenfe. wb er

»



ae Liticiteur général. La, procedure par jury eft fa

4 “4 ul. Lap elt tion tle, s'adreffer: aa chambre des communes , par Lorfyue ‘Ia “nouvelle du jogemeat de Thamay
: sae f te de la confjtmion ;’etle ett une barcicre qui fyule on pouvait conflituticnnelle@ment ebtenir Hardy , de Jean Horna Tocke , fut artivée & Shef-
/ Bhs lytannie de Gromwel n'a of€ franchir. C’ef Petts réforme, aurait-ca.palé avec fi peu de-refpect . : 2

ween {uli pour ébronler Jacques far fon

geet Hae We peut-étre utile de rappcler au jar
‘ | Se epi Tort fe Géfendre de prellige de. Ilo.
mine a tie Sottacher quaux circonances fou-
sieve for examen, furs fe laiffer influencer’ par
eae eae dlidiques ss» ar
bee etl dé Waecute parade s'étre plutdt occupé
ene pests aM. Pitt , su'due ide ‘Richmond
tet oie tinifires + qua jultifier fon client. ~~
tafe ak tat ¢ de truhifon dot le prifonnier eft ae-
Ast Ghen paraifant youloir une chofe, il

3 A ee

field, woe wombresfe afemblée fe réunit pour cée-
Hébrer cet évenement. On donna lectare des pieces
qui Psunongaient , ct lé verdict not guilty fur repére
trois fois aveele plus grand enthoufiafine par idus

de cettd bianche de. 1s Tégiflarure)? Aurait-on. dit
qu'on’ ne pouvait attcntie aucune elpece de fugees
que des clobs et des fooictées ?, ne a
Dons ccuc méne Adreffe ich queftion d'exiger les aflittans.-. .
an eoinple, des dépenies pelitlness etiecls nen - Le$ toalls: fuivans furent ports at mitien des tins
pour lavenir, mais pour le pal és on y pusle beau Uifs appleuditfeens. ' ee :
coup en faveur des pourees', e'cft-d-dire, qu'en
poralfiat compar a la mifere ‘qu'on attriboe a feur a howe
condition , ou efpsrait tes exciter & quelque acie de | Huidy et Jeau Horne Tooke. Putte lect manure
fouleveiment. aS fete facréo a ta pokésite , ct leur coudiice itdyie -
Yappelle andi Vattcution du jury fur wae lettre Sree Permutation}

Les jurés indépendans quit ont scquité Thootss

bt
xh



qs'on emploira la réfillange Gi Vacte ahebeas corpes ,

du raffemblement et des déiibérations: des différentes ! dour ils font chargés , et eapubles cuilement déta=

actes tendausd exclure, di digit de voter ,-dins Jes / Jettre du g aval a7g2, adrellée 1. M., Wavghsu,

Ae plus impliqueés. On avait nommé un Cemité feceet; | ane invitation, et que, Gerald ‘et: Margarat fureas +

elpece dopinion ipéculative efi pevmife, pouryvu | taire par. dee moyens raifonnables et légitimes. Mas.

Le 17 wovembre , Vaceufé Horn Toock: a été: mis -

+

a

&

Phomme , etla paix univerfelle ; étab-illement fubverfit ffoir, la fatigue Voblige d’en renveoyer la conclufion ©

chie qui regne actacllement en France. > Plibération , et prouonce fon verdict noi guilty ( u'¢ft . ne

N 4 ve













F
i
i‘
i

F 5

be Pristile ce de Bentab elle.



ae a eS Tee eT fees 2

1! be ‘

5

“ BR ; : ea
MM. Erskine et Gibbs. .Puiffent lenrs talens ne
scxercer jatusie que poor défendre la caufe de la
ver! oo. toms oe 4 a
Leroi. Pullfent Vineégricé et Phabileté étre a Paye~
“sir Je caractere difincuf de fes. miuifues , et la
liberté, le patrimeine du Peuple ! Bao
Lecomte de Sthauhope, lévéque de Glocefer,.
le major Caywiighe, M. Shévidau , Sharp et
M. Adams. _ ee se °
Lie lord meire de Londres. 7
Luion des fentiusens. Poifle la juflice étre
fabufé, et’ le bien public ta’ fin a laquelle elle
apie fo Tecra tt a
La confittiah de 1688. Puiffent. ceux qui’ veu-
lent aliérer fs .pitreté ou” renverter fes prin-
cipes, étie les feuls objéis ‘de la vengeance pu
blique! : a :
Les martyrs de fa libereé , foi quis languif-
. feiten prifop , tombent fur le champ de bataille ou
\péeriflent fur Péchafaud? Pies Pee Wong





















é



Kofciusko et ‘des patiiotés polonais,
Une paix prompte , durible et univerfelle.
: is 44 i) : .

5s mpg tas 5 x - ‘ Pc, be
: musroanactaciceanetl Saar anne tacrtosonrie reed

CONVENTION ' NA'LIONALE.





gethmomate



Fin du rapport fu* les arts qui ont fervi a Ja.défenfe dela
| République, et fur le noudenu procédé du taunage ,
dé oivert par le citdgen’ Armand Seguin, fait a la}
Cetvention ndidnale \ le 14 nivdfe, au nom dul
Comdé de falut public, par Fourcroy,
et : j

Le Comité a été pendant tong-tems dans Vincer-
titude de favoir sil état: couvendble de publier far
le champ les procédés du citoyen Seguin’ La crainte
que, nos’ erinemis ne profi.affkut ‘ayanr tious ‘des
avantagestde cette découverte, en établiffant. fur le
chimp un grand nombre de manufactures, et ¢€n
ackaparant fed peaux {eches qui nous vienneat de

nahire des effais entrepris‘dvéc ignotarce @u ‘mal-
adveffe, et dés tors infructdeuk; ‘opinion d’autant
plus 4 redouter, qu'elle aurait po etouffer das fa
naiffaiee evt art dare tres grande importance ; tous
ces mozifs avatent déterminé Vaberd votre Comité
a tenir le procédé fecret, et d- faire fabriqiter juf-
qua ta paix’, dens qrelques inanufactures , toutes
les poanx néceffsites aux chanffures' des aimées ;

“gouvernement. |

et BBY?

Vimitation. On povrrait penfer que Je gourernes de travail 4
mete fait ,; pour ta fabrication , des: facsifices que” jute. °°/
le cammetgant {e trooverait dang .VimpoMbilue dey.
fupporter. La réuffite d'un étyblifiement particulier |

Â¥

saflurera, an contsaice , les perfonnes -méme Tes}

plus tinides. i: yrs, f eet
4 Décret proucyet.dans la feance ‘de 34 nivofess
La Convention nationale, aprés avoir entendu fon
Comité. de fait pubiic 5°. Lin he tie eas dak
Confidérant que les procédés nouvellement décou-.
ao. eg . So gis. ge aac
vertspar le citoyen Armand Seguin 5 pour le tannage |
des cuirs , réduitent A un petit nombre de jours one,
fabrication qui exigeait devixaunces 5
Que ce nouv

‘



wt rt ae

it genre de fabrication doit atre ape
puyé de-toute la protection dn gouvesuement , pour
que’, bientét multiplié far tous les points de la Repur-
bliqae, il procure a cetégard 4 1a Nation Frangaife on |
avantape induftriel fer teutes les auires Nation’ coni-
PICT IBI ES F a fag ay ‘ ; s ‘ b od

Qu’ll eft furtout intéreMfant de-profiter de fa-célerite
pom fubvenir aux heloins des armecs+ ae

a

— Que chaque methbre da fa fociété pent .retirer |.

de cette. découverte Gu grand avantage , foir en,

fabriquvant chez‘Iui les cuirs néceffaires a lg confection Lécorce

de {es fouliers, foit en “voyant dininugr Je prix et
aceroitre la qualité de cet objet d'hubillement de pres
miere néceffire 5











“Pde Seguin ont prouvé pouvoir exilter enh

pyle ga seh ee poate a . tig he he
la peaw fit bien ‘tapndé jutqu’ad entre,

+, ni

f ila cheus i d Forge
Le. travail a Ia. chanx, durait feuvert
quinge ‘mois; Je travail & Votge
:virog sdeux mois. ey
* La lenteur-de ces opérations, que les ex

, donre: r ‘
on 3 ta jules ae

Bérionces 1

Be ts ; j es»
jours, et @uve maniere plas avantageute sbi :
oe AVRO ley

mémes fubfjances , prouve ‘bien Vignoranee cf foe |
était alors de tout ce qui fe" patlait dais. ee oon
.yations. Celles da fanpage. proprement dit etdien ‘
méme, dinli, que le prouveront lek détatts daug 1 . ‘
quels.nows allons entier, bafées fur dy ‘ronti ae
miins éclsirée; tg foe eR aS ae I
Goelle que fut la méthode do débourrement ae
net yode di tanhage proprémenc dit, ghitla mir by, :
‘tale’ povt fés-peaux travaillées ala chaux A
‘pour celles préeparces , foit 4 Porpe',, fon'j! (
julees Pade ae ane Sates | ee IER
“. (Geten operation durait dix-huit mois ou deny a
‘foavetit’ méme trois aniiées, lottqu'ou vy, My
\





voulait gus
Parnii lés fabfabees qui jouiffebt de ta pro
dle tanner tes peau, da noix de galle, te funac ef”
héne paraiflent les. plus favorabtes de
s’ Herat -weanel. de. nos connaiffances: Ay.
Sentre,de la PFrance ,Pecorce de chaue eft pretirdg
‘parce quiette eff moins chere et en plos grandeabone ia
: 5 " . ‘ jeri,



moins dans

A

Qwun établifement formé par Tinventeur pouvant | dance. Pour sen fervir on te réduit cen poudres 2
r v 2 ee

fervir de mouele A tous les établiflemens du ménic’

puis, ‘dans les méthodés anctentids, on’ ta“ inst dig.

. ee * 4 a ae . ’ poo. SE ps ad, bo she a a ce ade tet a ie 3
genre; et d’école pour ceux qui adoptesaieyt.ce pou- de! grades folfes' énfoteges (eu Tereé, qwon eon’

veou mode de fabrication, ofvira par la, vole fimple

pourraient faite naitre des tentatives peu refléchies ov
wal dirigées ; } Le :
‘Décrete ce gui feits |.

Art. Le®, Les procédés d’Armand, Séguin , Fat’ te

mC . }

par'des couches alternatives de‘tan en poodre tide.







de Viraitation la certitude @un fuccés complet, ct | peauw debourrées, - \ a
a uiodene 1 Sr fa) * neg te ak ey re ae . i xo
détroira davanee.les “impreflions défavantageufes que | Le principe’ propre au tannage ne pouivant-age

dons Pintéricur de le pean, qu’autast quill y ef pote ' 4

par quelque liquide dans tequel il ait été. préalable

{ment diflous , le tannage-n’ef pas-le produit, dela

tion immediate du.tan en poudre fur-la:peaa, fale 3

lannage , ferontincefamment pudliés par les foins du J fenlement_de -I'action de ta.. diffolution du princdia

Coit? de falut public.

4 *

Hil. ka propriété. nationale, coinue fous le nom

de Ravannes, difluict de Nemours , département
de Seine ct Marne , fera égslement veodue au citoyen

mais la dilette générale de pesux tainées qu'on | Seguin, A la chage par lut dy é.ablir les ufiues

éprouye en ce moment ; Vangmentation continucl-
lement croiffante dé la valeur des euirs, 4 faifon
des’. encheres~ qui dérivent @une mife en’ vente?
moiudre qué les befoins; le prix exorbitanr of font
maiatenant les foullers; laruine qu’entraine ce rene.
chéiiffement ‘pour’ les citoyenus les. moins aifés 5
Vinipolfibiliré de‘ faire: diminucr de. long:tems Te
taux ‘de cette marchawdile de premiere ‘néceffiré,
cn continuant de fuivee [es procédés ‘anciens qai
exigent un leng efpace de tems pour la febrication ;
tons ves motifs ont détcrminé votre Comite 4 vous
propofer de peblior far le champ les procédés du
aitsycu Seguin. , - ~
Le Comité penfe que, quelques aviniag:s que
les Netions. ennemies rethent de cette pulilica-
tign , ils feront loin @équivaleir “a cenx qu’y faura
pisfer le génie republicain , appelé par le voru de
la Gonventidn nationale , et fouvienu par Poptuion
‘publique. . ee Se ate |
Cette publication acquerra fon plut hant degreé,
@avautage , fi elle peut ranimer affez Vactiviee, de>
nos commergiss pour leur. faire naitre Lidée d'im-
potter ung grande quantité @® peinx feches de]
—Pétranger 5 fpecylation dont Peffet ferait egsiement
‘avantagenx aux particuiiers et a la République, en
roctrant a cenx-eci de grands profis, cr a la
Nation la poffibilité d’un aceroiflement confiderable
dans fes exportatiohs ‘et dans. fa balance cotmer-
€laic. be j
Le citeyen Seguin a préfenté fos procédés fans
demande? aucuue régsmperfe', et a prié Je Lromité,
Wen faire Cemploi el jogeraic Je plus avastageux
aux intéréts’ de la pla Sul cat Tiivi une
toute autre marche," il antit pu tirer de fa de-
couverte de tres-giuands avantogess Hadrait pu tenirg
fes procédés fecrets 5 ct, cunformrément A la loi
du 7 janvier 1791, prendre un brévet invention,
conti quemment ne privilege exclutif de fabrication 3,
mais, cprés ‘avoir dacrifié trois aunécs cutieres aus
recherches qu'il s’était propofécs , apres avoir fait
tous las frais quiont entraines plus de deng mille
expttiencea qui, pour ja plopsre] ont prefeute des
xélultats iméreffans , il ‘s’cf mis entiérement a ta
difcrétion cu gonvernement.’ 5
Le Comité a perfé que, pour répondre a cette
confance , it Gait jule'de Ini accorder des fiei-
lités poor la formation d'py érabliffamemt qui, profi-
‘toble A Vinventcar, tera en méme tens avantagenx
a la République, ev fubvenant aux befoins pref-
fang ues armées et em dertaut de modele 4 rous
ceox qui vondraieny er Bamer de femblables.
Vone Caadé'ne se point arrété a Pidée de
fornies une répse, parce que Pexpericuece ne céffe
dele convainge ye ce made d'érablitlement, prefque
toujouis ciwerens A la Résublique, te doit éire
admis que dais Pampolhbiiée de faire autrement.
Une régie ailleurs ausait ich te grand délovan-
tage dg ne pas “fufpier’ la confance néceflaire 3].

&

















.

‘toutes lés -meiures les plus propres a propager .et
aceélérér , far ions les poiuts de fa Répubtique , Ice
avantages qui dérivent de ce nouvel art. En’ cons
féguence, la manufacture établie a Sevies, fera tite
école dans luguclle le cittyen Segnin. fera chatpeé
fpécialement, lorfque fes atchiers feront-en gleine
activiié, de montier gratuitement, aif gail en. a
fit’ la prepofition, fes procélés et fon art atx
citoyens qui lui ferout aurellés par le Comité de
falut public... | : view



“et les mag fins néceflaires a Métabiiffement de tanue-
rie forme daus Pile du Sevres.

IV. Le Comité de falur public. ef aurorifé a dounet

‘au ‘citoyen Séguin, pour la- formation gt. ta pleine
‘réuffite de cet établifloment, toutes bs facilités qui;
‘staccordent avec la juftige et t-s inté,éts dele Repue.
bligue, et 4 adopter, pouit la fab-idution et Ip Vente,
‘Te mode Warrangement qu’ jugera le plus touve-
nable. Les formes qu'tl cioira decoir piéter fous
caution au citoyeu Siguin, feront prélevées fur Ics
fonds qui fout mis a fa difpofiton. t as

Vi Le Comité ‘dé falut public -prendrsa en outre

ea seg aetna

een.

ere eee oe

(1) Comparaifon abrégée des anciennes' méthodes avee
‘la nouvelle. ~

Tanver. une peau, cel Ini enlever fa propricté

putrefcible , en lui conferyanr cependint un certain

‘

degré de foupleffe.. On parvient 4 ce double -but }

en cetmbinant,-avec la pean, des fubilauces qui , i
var les: changemens, qu’etles ‘occationnent “dans tes
proportions de fes principes , ancautiffeut cevte teu-
dance’ a la putrefoction, voy
‘Les ptoce.és relate au tannage four dove, de
deux genres 5 {eé uns ne confitiene qu’d enlever 3 la |
peau les maticres qni-s'onpoferaicte a fa “confervay
tion’, ou quinont a-ec elle qu une fuibie adhéence. ;
tels Coit les pols ‘et les chairs sles autres coufilicnty
4 la ev wbiner avee des fulifianees qui la regtent



Firup trefcible.

Les: opétations duj premier genre con(ituent le
débourrement ct le déchacmerment; les operations
du fecond genre, conflituent le taynage propre. |
ment -dits NE i 4

Le décharnemtat o'ef qu'nve ‘opéiation méca+
nique; le debourrement eff-une operation mécanique,

- eit s’epere par le rafement., ou une opérs “an elil-

mique, s‘ils'opere, foit par la dilfolation , foit pac

ms PA os _,. | propte au, tannage. et; que. content lécorcey Lé tan’
Il. La propriété nationale conane A Sévres fous tej ne jovit dane deta propricté sannante gu'autaut git
nom de mailon Biancas, etPile qui touche au pont | elt mouillé en affez grande quantité pour-ne pis.co
Pétranger , Vopinion défavorable qu’auraient pu faire] de cette Commune , ferent venues furicflipationau j fesver pour toi fent toute: Heauqu’on luiscommis

: ‘citoyen Seguin, ala chatge par lui. d’y éteblic une bh
manufacture, dans laquelle i puitle , d’aprés fes
procédés, tanner et hongréeyer pour le ferviee des
armées toutes lus peaux gui lui feroni fournies par le




nique. Or, comme les tanneurs ne mettent en sends’). 0
ral dans leurs foiles qu’ane potiteyportion deancom- |
porativement A'celle qui férait nécefaire pour clever
gu tanitoutle-principe propre “aw tanoage gu'ibrot.
tient ;.iheo réfulte que'le tan des: folfes cowlerve jen:
‘en fortant, une portion de. fon principe propre ans
tannage. *, o - =
, Ce defavantage n’eft. pas le feul que comportent,
les“mérhodes ancieiiues , ‘elles ont’an autre .celui-de®
he pouvoir jamais attéindre une faturation complete.”
de tannages’ En effet, Ja propriété attractive, come.
nintie'd tous les corps, ‘variant, dansfon intenftd ys
fuivant Je degré. de-fataration, Tea qui'tient en:
diilolution une cevtaine quantité de principe ‘propre
nu tannage, v'éen cede” pas -autantd un poids donné
de peaus, qu’din égal volume d'eau qui tiendrait cx:
‘diffolotion une plus grande quantité de ce pringipe
. Lean'qui, dans les méthades anciennes, fe trouve
dans les folfes ne pouvant done contenir. qu'une |
etite, portion. de pridcipe propre au'“taunage a.
raifon du ‘concours d'affiuitée de leau et de Mécoree, ;
n’en cede-qu’une fuible portion d ta peau 4 ‘encore
ne peui-elle ia dui céder. que graduellement; dela
cette fenteur. dans le rapnagd des cuirs’ préparés,
feivaut les. méthedes anciennes, lenteur telle quit!
fallait deux anuées entieres ,-fouvent méme>iioid!
ane pour qwuae. pean fit bien tannée jafquan’



« + . £. «
centre; de lA ‘encofe, cette 4amperf:ction des. cuits

preparés par ced méihodes, imperfection due 4 la,
nen faturption de. tanuages lorsgméme que fos cule +.
étaient taimés jefquian centre. oe i:

Le point important était done de roffembler , fovs
-un-petit-volime, Ic, principe propre au tannages ©.’
den augmenter Vaction , et de produire aus te
cuir une faturation complette , dans an teins beat-
coup pluscouit que célui qui eft nécsMrire. au tan
nage imparfait eperé dans tes Foffes # mats avant tout |
Hotallatt anal fercda pean y analyfer le cuir, aial aE
Pécoree de chéne's th fullait ifoler les: ptincipes de
‘ced ireis fubllancys , déterminer leur ae rbcie
proque les unes far les autres , cofnaitre Vinfluence
deleut-combinaifou fur. cette action, et dénidler
ech les sirconftances tes~ plus favocables a fom
iutenGté, Pa : : See TFs “

Sepuin , en fnivant cette marche , a découvett,

19 que la peau, téparée dala chaix et des poilts
CN une fubance qui pent facilement, per des ope
rahens convensbles, fy trauskormet en totalic€ ea
geige animale (colle foe Je "

2° One la diflolution “de cente derntere fabftenet
méiée avee de la diffolution de wy, formes i
lo champ) ou compote nidifuluble et juniputrel ibe

Be, Que ta diffelution dé tan, ett compolée ae
fabitznees trés - diflinctes 3 Mune. qui precipi
‘diffeiution de colle, et qui ef Is vérlable et |
tauuantd; Vaitre qui précipite. le fulfate defer . “4
précipiter In diffolvtion devolle , et qu n’elt prop

la décotnpolition de ta, fubilance qui fert, de lieus-}qu'a fa décombattion nécelfaipe; de la peau cede hey

aux, poils.

Dans les méthodes anciennes, Is diSolation de
cette lubflance s‘opérsit au‘moyen de ld chanx
fa décompoufitiea sopérait, fot par la fermentation.
wiveule de Vorge, (oit par la fermentation acttoufe
du tan; foit oufia par la fermentation puiride, pros |
duice dang les: peanx, par lear eptallement les woes,
fur les abires ; dela étaient nécs led déucwinations -

«

\

tubtiarce qui fere de lien aa pol. es
4°. Que ie tannage nell poist nue Gap 4
bivadfon de Ja pean avec le principe qi PF re
la colle, mais bien une ‘combivaiton fe < pm .
cipe avec la peau deébiiitee par ba panes . ‘
dons Ja diifolution Jde tau, précipite ve fe pee |
fer 3 defarte que toute fubRance propre ae a
doit en meme iems jovirde Ja propre de precipi

= te ; 5 i j wo

Propribe’ |













2





























tgs filfate de fer.”

$e, Eula, que
ge Pride. du principe. qui ,

$ ‘a



pean ad Taide “de ce principe ,

rs.









_Aubliance, particuliere. qui fe trouve daus. Pécurce. de
we tux, qui précipite Ia diffalution: de colle, et qui
‘elt porn du. tguticc qu’on a regardé yiqu'ici comnie
¢ principe aflringents sts eg

D'apras ces découvertes, il-ne's agifait, plas pour
jeree un tannage' prompt et comple: que de Tape
prochet, fous un petit volume, le principe propre
“pe annage vata den acerging action. Seguin en
ploie, 4 cet gard’, on procdde Vune Mim plicité
‘gentarquable. I) verfe de Peau fur da tan én potidre
deas-uo uppareil. a peu présfewblable-a celui dout
ervent tea falpétriers."Gette-ean', en traverfant'le
‘wa , Hi enleve one ‘portion de’ fow principe propre

sas
Sy is. se
way







‘ae

aa tannage, ety ‘par des filtrations fucceffives . en
didout de plus en plos jiufqu'a ce qu’eufia le ‘tay
: crende ‘plutée’ Atul éw enléver qu’a. lui ew ‘ceder.
Me Se winzparvient par ‘ce moyeh, d. ameneériles. diffo-








e prenant toutes tes précantions corvenables ,-tanuer
fex peoux de. Vea en.24 heures, vt les plus fortes
perax: de bof en” 7.0u 8 jours, Ges uiffolutions
“fe-trapvant fostemout chargéey du principe: propre
“pu tanngge 4 en cédeut a Ja peau, auiant ga’elle en
ent ablorber ; de forte qweile ‘peut alors -arriver
treefacilement 2 nue faturstion complette- de ce
piiocipe , et obtenir des cuirs Pune qualité bean-
» doup fupériéwre A‘cellé des meilleuis cuits des pays
¢ mmbcie'les plus renoumés, “we

i 4










Ase - fast een inhalant recreeriemmnnrenemae
‘ Lag pte = F ‘

SEANCE DY 18 NivésE.

: pa eal aes aN Fe eS

Pens.y de Ferdui. Dans ces jours“de’ crimes qui
oe plouigerent la Fiauce dans le deuil ct Se défefpoir ,

VBR. cc decdépartement. do Bas-Rhin gemillait oafh fsag les
Ypoignaids: des allaffias de la Patrie. ‘Dumas ordonndit

Le feltscces. a Paris , Schneider tes drdonzait a

tasbourg. La, comme ici, on fefuit périr fins









comme ici yen ne vonlait que répanglre dn fang.
Nana, ces jours’ dhorreurs , Levsault ,. imprimeur
"A Suaibourg » fut oblige ‘de fiir le territoire de
>|, France pour échapper aux pourtoites de Schucider.,
,« Meee digne mandataire de Saint-Jult ct Lebas. Ib fe
retira! & !
poo eb weue,







“Vantee fociété que celle des patriates.* Les

‘bowg-et le. repréfontant du Peuple qui y eft eu
vwefion., -reident les témeoignages les plus avauta-

Poy. ogetx’ de. fon leivifine, :
po he Comite de Iégiflation , quia examin¢é toutes
Tes opleces, m'a ch.rgé de yous propofer de lever
Ie, féqueftre appo:e fur les bieus de Levrault,. ct
Mt Le fuirg: ruyer de la life des émigrés. ,
Benteel, Je demande. Pajonrnement: du projet de
ty deerer , jutgu’d ce’ qne ie Comité de legiflstion
po Ne er connaiflance “des pieces que jul cutie les

+e

‘Bite,



Boe ~Bentabolle, Je dojs dire que le citeyen Levrault
(Magni Le tertitoire de la République qne, pour
‘4 i “tskapper a. Schneider, qni voalait le. faire guille.
, te cBiter. Jel erois que le «projet. de décict doit étre
Pope, : s se pn Foy
ae ae to aes . o 4 4
[Cette affuive ne peut ftre terminge que
Pipes, les renfelguemeng que novs.donvera nove
“ollérue, Da vove + dépar 4
opp ol Skat ys envoy dans lev département du Bas
; is :

i

oe Rhin, Jé. demande Pajournement.

vg E-rabperteur, Ces renficdamens ont été fourris
as Pie tes Awortés coufituées, et Levranle a produit
ARNE attellstion de ‘notre: eqhiigue. Fouffetloire.





oY
‘ : ae? |
Pp Me... Levraulea’eft fonfrait 4 {63 enneriis 3 Notts
é ios fousimiiés) iia @ailleurs. obtenu a Bale
3 sped tO! + 3, 3 ra
+ Mh ectiifiesss du cuoyen Barthelemy , miniflre de

e : 18 A tee * : A
“Mt Republique, et fon témoignage ‘ne peut pas étie
_ fifpees, E

: «, Darey, Je Terai le prenier a rendre juflice ait ci-
Le Hye 1 evroate, sil eh vrai qu'il ne foit- point émix
Bat mais i nie femble bien linguiter qué ce fuit 4
ps ine ded scenes des certificats de réfe
Thclaincy fas pe eee » sfn quon puille
" nee A alr. 1

‘ fenton. Je demande antl que la Convention foit
“Whit jofe hd nee » dauis je veux.aufii qu'elle
“see a. mitufons-nous , iti’ de ue plus cote
ry biptiscfe ee arbitraires.qu'ou tous a tant de fois
et ovil d emande ue Je rapporteur foit entendu :
4 Honne dea éclairciflemens.
ae en Met tema qre vous ouvrice les yeux fur
f Poste: nat Menacent vos fours ct. ta Eberté du
Me Pid es le fatnt demon pays m’a fait croire
=: * Quclgucs infans que je devais parder Ie
TARR Gene pas ingaiéter hea efprits fur Pbor-
eo * e
\ *

a cr sy. ae ‘ Soe







Ta fe, . z . . ‘ 4 Ps * f
‘difelmion dé colle ,. et de précipiter la diffolu- Vvthte Pofition o& nous fomsiess.(
le tannage confiflg a gonfler les
/penme to-moyen d'une lévere acidicé ; a débsdler;
: dans la ‘diffolation dé tan
7 prédli itéJa diMfolution de fulfate de fer, fa fubflance
a ert: de lien ‘aux poils,, eh -conféquemment: 4
i qpatet on dcbourrement {heile ; 4 debriler de'miéme. | vous parle: ie
, etd Pamener , part

“gt da colle 5 enfin, 4 ta combiner., ‘apres cette-dé.
gomboflien y, et dans cet état, mitoyen, avec’ une
._ eombul

“ghéne de mémeqve daus une infnité d'aaties vege

uns a af ‘tel étut de conceatravin quil peut >

coue dilinction Pariftocrate. ct le patsiore; H,.

Base, wh il eravailfa chez un imprimenr,,

HB. - Veorpa adminidiratifs , 1x fociéé popolairs, de Stras--

4489 po d



























‘Pont abandoanée au
lifées Be aiauaiems de toutes: par

4(On dt'de nouveau, ) Je déelare que jlalfallineyat le

iWachever. La corde des émigrés eft la plus ‘délicate

% | 7 “ a
que vous-puifiez toucher: =: x a ta
« Sty fang un “examen fétien'x > vous coufentes a

4le fait méme de

fon emigration , vous allez voir

‘[eaitre les plus vrasdsabus? tous les laches qui ont
; % a epee Hh . st oe

teur Patrie Vout rentrer , tons vont Vous
. ‘ : . BS i EA t .
wedermander leurs biens quitfoni Phypotheque des

rabatidonué

affiguats: "Ce nef pas fo

, demande Pajourn-meur et

pe qwit:aurait af

bogs

waurir au fein de fa Patries *
Niue Oui, il aurait ati fe laifer affaffiner. °

en ait bien peu dans de Comité de léegiflation.
. Deville. MW n'eR pas quefion de tonfiance, ...,

Pons. Si vous voulez éto.ffer ma voix,

du‘lieu dé garder des piccés aans fa

a-t-il pas comimuniquées an Coimité ?

paroles et ret og

‘Le pidfilent, La parolé eft aw rapporteur.

pveution, on le fait dans le Gominé. Orel 1A ¢

txamine Ics, pieces ligne A ligne’; e’eft 1d

vous faire. exerear

wa été que Meffee de la terreur.

et Phomanité font de. fauver le
ipplaindin. )

pair. ‘

Dentzel. Ub chk wdsailé de concilier Vefprit de taf
‘FP Convention ; iofjue’ je fas en miffion dans le
département da Bas-Rhin a la fin de 1792 et au
commencement de 1793, vienn flyle, avee Rhaf

|: Couturier, Uo neus vine pluficurs dénontiations
F contre Levrault. Je voulais men expliquer vec fe
[tere de lépiflation. Je ve fuis pas un homme de

lang, ,ot Ie fair bitns Anjourd’hui Bentabolle et
Lavrent qui ne doivent pas éue fulpects de man-

vaife intention, viennent de dire que tous. les faits

ont été poités au Comité de légiflation. Ma conf.’

clence cht écisirée , je retire mua «motion , Gt je vote
pour le projet de dceret. (On applaudit. )

les fers fans preuves, fans ‘yéclamations', on ne
s'elt poidt elev contre les horreurs qui fe com-
mettaient 5 tt aujourd'hui qu'on vient réclamer pour
upe des victimes de Robefpierre et de fes.-com-
plies , on oft sy oppoler.. Qnel eff donc. ce -renie

verlemeut de tous les pringipes comme dedous les |

di bits ? 4

Bentabolle, Levrault était procurcur-général-fyndic
‘da departement du Bas-Rhin, lorfque les commif-
fires de lAffemblée legiflaiive atriverent a Strad-
bonrg, ‘apres le ro aoht. Ue yca'e commis des erreurs 3
( Des sourmmres éelatent dans Pextremité. }‘les eom-
miffaires le deflituerent 5 je fus mis a fa place. Tl
‘xefta 4 Strasbourg ; il avaiti peu Vintendon d’émi-

4 »'* 4 ‘ Lt Yt

rps ures, } mais je
trghivais mes dovoins fi. Je me taifsi plus long-teme,
Gonment. Citoyens, on veut fdre renirer aujour-
@hui des hommes qui, ont déthiré Ye fein de fear
(Patiies ( Piaflenys voix. Tne s'agit pas decela, ) qui
moment cu leg puilfances caaa
é: Ghoyens, je

S pi eu Brotua. (Ou rite) UH n’y a pas de.
. a Vaide. pr : quot rire , car vous pleaverez/ un jour. Gut, cell mod
“Ses gette décombuttion , 4. Pétat inttoyen entire Ja peau ae le preaiter at provoqué la lol contie tes émigrés ,.
te ‘etyat un frere qui a,eu la Heherd @abindanner fon }
Pays ce un monftre, ainft je ue nis pas fulpect.























































premiers... 2. (Des miurmures obpechent’ Gatton’

rendre 4 wn émigré les droits quil ‘a. peidas par

r Paffertion” Vou web: et
‘que ‘vous-devix decider une pareillegqueftion, Je.
fe reoval, On examinérs
‘Ai Phomute ‘dont il -sagit a été Forcé de's’en aller.
‘et HL mérite quelque faveur s mais mon, opinion

Pons de Verdun. V, faut gue fe préopinant » dans:
les intentions st ip fai beavcoup de- confiance,

, je ne
pourrar donner ‘dexplication 5 laiflez-moi parle en:
hounéte homme , vons répondrez. Pr urquoi Dentzel .
poche , ne les

' Moyfe-Bayle. Je fuis Tepréfentant du Péuple ; j'ai
le divit déweuse mon opinion. Je- demande® la

Pons. Je dois -difeulperle Comité de légiflation.
( Plifeeurs voix: Qn ewe Va point inou'pé. ) Tl eft!
certain. que des réclamations fe fost, éleyeas zo il,
femblerait que cee affaires font pen débattues' dans’
le. Gomixé. N’eA-il pas détaifontuble de demandér:
quidn vienue lire a la tribune une Halle énofine “de
pieces ? Mais ce qu'on ne peut fairedang la Con-

Moyfe Bayle.’ Tous les émiprés auront. auf les

roit de dive que c’efi-ts ‘peur gui les a fait quitter
leur Patrie. Je wirai pas chetcher bien loin mes
preuves. A Pépoque ci Pénergie des repréfentans
‘du. Peuple étouffs la contre-révolution fedératitle
qai avait‘ éclaé a Marfeille , les privcipaux chefs de
la contre-iévolation et les plus riches cominergans
de cétic ville s’enfunent & Génes ,. oa ils établirent
vingt cing fabriques de fivons Sil était peffible de
faire une ditlinction enire ceux gui! out. émigré par
peur, ct ceux qui ont abandonné fa Patrie pour’
grofir les hades de, fer ennemis, vous ne pourrez
y fonger qn’d la paix. Quoi! lon. vient réclamer
une jnflice, une hnaanité .pariiculicre ! Ja jufiice
j Peuple. (On
Je demande Vajournement jufqu’d Io.

N.... Lorfyue mille individes ont été jetés dans.

A ah 4 : ‘ ‘
gret, quil fe marie avec’ me citoyenne de éette
Gomiuane 3 fl gn avait ua enfang. Ul fe tent, trains
“quille dans fon domicile, lorique Schneider lalla
deteyrer dans fa retraite on’ fait gue, ee {célérat
fefait. gyillotincr en yug demi hewre, ins forme de

tution, eff refé on an tranquille 3 Strasbourg , avec
rfa femme et fon enfiat, wavait donc pas intention
Weéinégs er. * ety 2 “, ;

A e

Mo +. Lorfque'ta,‘malveiance, répand .déja ‘dans
yles départemeus’ que Jes ‘émigrés vont fentrer, et
‘qu'on capitule pour eux, peut-on euvrir, une plus
dongue difeuflion fur un projet de déttet , qui tend
Alarentrée dan émigte?

Jé demande formettenient la queftion préalable.

Rul, Pai connulindividu dont if s’agity‘Levraule
était attaché’ Didtrich. Je ue fais pas s'il a Commis

‘des crimes ou des eneurs , parce que, uemmé ala.

Aégiflaure, je-Vai perdu de yue alors. Mauls avant,
‘de loi permettre. de-rentrer ecu France , il fant qu'il
-prouve quil'n’en cf pas forti avec des intentions
Seoupables, pf Wd

News MW exifte vine loi qui range un nombre
des. émigrés tous ceux qui font fortis du -territoire
Fite Ja‘ France hots Tes ces prévus par a’ loi, Tous
les émigrés» ‘qui ne font pas des montfires. ormés
contre la Patsie , font des laches qui Pout uban«
jdunnée dans le danger. EE Goa

La ‘députation du- Mont-Blane: a.regu une Lettre
gti annouce que fés émigrés fe flatéent. de ‘rentrer
‘biewi®e dang la Republique. me SEY

“Jes woppofé formelleaént-a Pajournement 5 it
he peut ’y avoir de doute; j'appuie la quefion
préalable. — .°, sin 5 ee Egy 7

Plafieurs voik. Qni, oui, la queflion préalable.
_, Barras. Pour Phonneur de la Gotvention , pour
Pintérés dw Peuplei Je demande auffi: la. guctlion
préalabic.. a ee ee Soe os

de prouver qne ceaxsmémes de fes menybrea qui
ont, été pouflés datis.le, cours de ‘cote difenffion. ,
‘par des: corfiderations pavticulieres , eu par des
smetifs d'humaniné bien lousbles., favaient {6 1éanir
d-un avis qu’ils’ combattaient > lorfywils font cons
vaincbs que Vintérét général. y était” dttaché.

C’elt ici Pinflant oh-Vinréséedn peuple doit Hem.
porter for [interés particulier 5. votre cuvrape relle
imparfuit , fi vous’ n’adoptez pas deux difpofitions

yu'on que je vais vous propoter.
que,
lorfque la jutlice et Vhumanité violées font entendie
leurs réclama:ions , on“tédige des décrets pour
es wttes dignes de vous. ( On
applaudit. ) I! ya pampi.tes pieces de-cette afaire:
un certificat de dix ligues figné de Bar, notre col-'
Wane quiattefte , atnfi que fe reprefentant du Peuple
{Fouledoire ; que la retraite de Levrault 4 Bale

‘Touché ,- par des confidérations. gui vous one
}paru puiflantes , vous.avez envoyéy: le 30 frimaire ,
le repréfentant dé “Peuple Bar,
mens du Haut et Bas-Rhin’, en le chargeant d’exa-
indver Ips rétlarmations des eitoyens gue ja terveae
avait forcés,& s'expatiicr. L’infame Schiveider , cone
vaincu doppreflion contre les patriotes , -et cone
damné 4 mort par le nibunal révolutionnaire luis
méme , les avait poulfés A cet exces de deéfoflp oir.
Mais pour étre jufte, it faut quiune mefure prife
pac vous concilie Pintérée général et Pinsérét par-
ticulicr; fi elle lefe TPintérés général, elle celle
d'etre jafle. Aufourd’hii ow demaude pout les dé.
parcemens du Nord et du Pasle-Calais la iméme
faveur que celle accordée anx departemen; du Haug
et Bas-Rhin. Je sculais sppuyer cette réclamation 3
wigs eclairé pil ha difeuthoa , par le danger que
je vois daod Peslention dune tetle mele , je men
leve contre mol-méme, contre elle , et je-demande
de rapport du décret du 30 friroairer

Je dqmande’, en fecond. Hen , gue les aecufa-
teurs publics des tibiupzux criminel:, les admie
iniftrateurs et toutes les avtorités conttityécs » foient
charges de pourfiivre, fans délai, st felon toute
fa Higacur de la Jot du 1q° frimaire, les emigrés

vet tes ‘prétees déportés qui fomt-rentrés fur lé tere

. . % .
Htoive frangais.

Une partic: de laffemblée fe keve en figne d’adhé-
fon, ¢t opplaudit vivement.

Bentaholle. Lorfque j’ai-parlé en faveur de Lee
vrault, jiétais fondé fur la loi du 3a frimaire ,
gui enveyait Bar daus les départemens. dy, Rhin.,'
et le chargeait d'examincr fos réclamatious des
citoyens que la terrcur avait Sat cxpatricrs mais
des confilérations majcures, é la voix de Tine
vérét, général , mont déterminé : jai voré contre
}Levrault. Je dois cependant une’ obfervation ‘impor
tantess...7 i)

Lon{que les Pruffien’ eurent envahi les trois quarts
-du département du Bas-Rhin, et que leur armée était
4 une demi-lieue de Surasbeurg., Saint-Juft et Lebas
répaudaient la terreur autour de cette:piace ‘dans la-
quelle ils étaient renfermés: Les hebitans des cam=
pagues veyant Varmée ennemic eu retraite dirent
Si- nous réflons, vous ferows guillotings ; ils fui-
virent Parmée,pruflienne, et s'expatrierent , de peur
dee punis de Veuvabilfoment des ennemis. Trente
mille hommes, tons. agticultcurs , ‘tous’ tras-pea
éclairés., ont émigré de ceue mapicre. Liagriculs
tire a beancoup fouffert de cette défection dans les
départemens du Haut et Bas-Rhin. Je crois que &
lexamen des caufes de lémigration peut jamais gira
fait, c'eft en faveur de malheurenx paylaus, plas
égarés par Ja serfeur que covpables aus, leurs
iowntions.

‘proxés ni de jugemient. Levrsule eft fauve od une.
Hane de latrontiere. Us borin: qui, apes fa defli«

"La queftion ‘préalable ef décrétée, Bt ss

AF : ‘ an : . ‘ aoee . a ' a &
(Merlin de Douai. La: Convention nationale vient.

dans tes départes »

x

1.



"















































: f a - t ! Tad ; = k. ‘ f 460 ) ; : ‘s . J f o os ( " . ‘
\ Milveee Poblerve 2 Ta Convention que deta.) tyfannie ? Moris de WaXggibleffe , tt ces hordes yee ee applau li, Cleayens ; mais fens doute vouy ,
coup Wiodividua, fe difane coltivateurs , mais gui fde brigaods vo chercher a echirer la Patric. Non, WAVER PUvou Git fale un acie de barbari¢ , *y sig: -
an effet abitaiene que des cefpeces, de riches , [uow, ils n'y reitresont jamais ding ‘ectte Patric. Ae vaulu que homme qui, fur Is foi de PCN
‘ont émigeé avant. Varrivée de Saint-Jof, ct qa‘av- ‘(Lee applandifiinens, gelateat ~eb toutes. les voix ae q oe du $e frimaire : ferait veon apporter en . PS
{ jourd'hwi, ils xéclement des’ exceptions eu leur-| répetent ces may : Aen , nen. ) Ge mouvement! fu- rence ‘fes réchimations 4 votrs'eelirgne Bar, divine Ps
Saveur, BB Se ae . 4. gp bhme doit hearkster dat efpors > es, “Ia: victime de Ya féonnite, de f confiance dans ‘tet > ad
See ts, ne ee aa pep SP Je demande. qhe,la Convention. n'éconte aucune floyonté das repréfenians du “‘Peuple; et moj eulfi— ate
Daroy. Pajoute que ces émigrés font précifement | eecramarion en faveur de ceax qui ausaieut une (ois (fe perfe que dans. Popinion dh lég'fl-teup, tons leg? a
sewx qui traitaient avec de plus de barbaric 09 | oy udoneé ta Pairie , ct ta fufpenfion de Peller de | intérdts panticutias deivent difpavaiire devant te ee Mes ,
® : analheurgur volontaires prifonniers. Gu en a vu dé. be lok dont lx révoeatvon. a ée propofée jalge’ ce tite (général ode la République ; aati dase a2; ie Fe Hl
pouiller des Frangais, et les Pruffiens evx-mémes } oui) aig ae fait: un rapjfort a, ce fujet. i Peirconflance, vous devez a'lhntnanine, ila jules
forcés de foultraire les prifonniersdleur rage, so aa’y | # Vous memes d'exgepter dela peive de a oe ares
eae : eh Bo ak |, Legenttre. Jobferve que fi Ia Gosvention éprouve | a oce cuntre les cunjerés. ise de mort prow 6 i
Eaureuceas de ne viens pas fopteniy Ia eauff des, Ja wedellite de rapporter des déciets, ce quils | iernens des ‘Haut et Bas-Rhin Ma ae a de pare! ae 0
deaigrea sje furs leur plus grand cosemi. | Monmites | pone point &é“diicurés comme vous le faites en, ‘depuis le 30 fdwaire ty Salvuer gale eee &§ aes

dans une’ graude extrémité de fa falle.) Oui, je fois | co gioments fi le décret dont on demande: Ja ré-

: ca eo ret : oS ecret do 4 a léurs séclomations aa repr éfsntaat du P Pak a
Seur plus grand cunem!., comme je fuis , avant tout , | vocation avait été difenté, il ne ferait pas -aujour- oe du Peupte Bar, en’ _ d

exécution de} ce décrer. (Go apptaudic. )

a eo ome « whe Pe 0 S ue : 7 ¥ ° i
Vami de fa juftice. Je ne Wiens pas non plus parler ah | thei queltign'de le sapporter ; ear il w'aurait pos.| “MOCUNOD Oe Se erence. CS |
faveur de ceux qui ont ‘foi, par un mouvement We été rentus Wene faut: pas. traiter las Republique én). Merlin, de Douai. Si: j'avais dé dalleute ie fees oO at.
‘tervenr paniques je rétlame fan eee ae ee détail, mais én. matle. {.Applaudiflemens. ) °° fda. foi da déeret du 3o fiinmaire, des beligeds dene, : = Boy
Robefpierre et des omnes de gs pour Fee Nee je jstte moi . np regard. de paué fur de. matheus ‘département fulleme renués pour réchin . Oe ee hoe eat
qui ont donne les: plus éclatans témuignages-de leur |. ore. fmittes es Re ry papa tae as ee x mer, certes, os @& tint
ivifi ui n’ont écé perfécutes ¢ ‘que leurs reufes familles ,- que la peur a foreéey de- fuir 5) je w'aursig pas propole ube mefure fans relitictiogs = val
eivilme,-et qui mont ece perfecutes que parce que lent parce queiles wavaient pys-le caractere qui cons | Pappuie douc moieméme Pamendemens de Bours, Re atm
talens et levzs vertus portaient ombrage 2 ios farou-{ 7. 5 ivutiesint . male ioa eel des fied ac teeter ae ; he ¢ Bowddn, “i

a i ‘ Sen ee (g, f wiewt A des répudiicgins , mats ‘qu'impoite. des fa- | et je propofe d'accorder le terme de d a feo = :
ches tyrans; parce qu’ils voulaient la République et]. oo oulieres. cle aaiefaraille oie’ £ rOUees etre de coun détades,- MR
on 3 ha welalle €eale non tue lewis _milles-pasticulieres, eft la grande famille que vous par exemple, et duu jour pour cing lictes, en fas ; aa ‘|

ave eos ae sine pour ae Chall BO eae “ever scoufiderer. (On appliudi. } tg fa coum qui pourraient due rentrés ald, af ag 59
eye ran ets eens eur coeur... { -€5 Memes MUTMALCS+) | Combicn. dans votre feig. ont ‘été .roenacés, del fartit. du texritoize de la ‘Re sablique: eee ae a sh
Vous me sépoadres 5 mais je fsurai vores confondre | ysyup ye cg ee TD Mag eed ; POLE, t é pablique, re alee 2 #hig
, ; 3 ui ha’ deat ia! Veehalaud , ow y ont écé traings;. ch bien , f¢ font- é a Se ie : a ai

pee eee st pi Jee éerits Rn if ils lauvés ?{ Lea thémes applantifeucna. ) _ Rabaud-Pommier demande la parole, | ae | 4

tle, Ges dignes républicaias ont ¢ its ae Wag eee : ee «oN ot in , ae -

wais hors Ja lot par Couthon feyl. Oui, Barere cit} LN...0Ge n’eht pas la méme chofe, aoatre pote eft : M. eet Tous tes éemigrés font également Gonpableg si: | | Ies
préfent, je Vioterpelle: niera-teil que la lille des} ici, c'eft A nous de défendre les autres, fi la peurde | envers ja ‘République : qgwils ven foient Tonis eg Ae fires
‘wingt-fept individus qui furens déelavés hors. Ja Joi} cetx qui ont fui a dé fendée , lear fuite nous sceule, | 178g en QO, en Qi, en 92 ov en Q3; lesure gy taht
for fa propoliiion, n'étuit fignée que de Gomhon ?| de quel droit leurjen ferions-nous ta reproche ? eauts decda perte “de. leurs privileges ey de leg a
Comn ire: : jalti T eof Bet ANS RNR tee ee -, Pchatéaux, les auties apres le’ mbre-'d'averes rele!

: Sennen time 0S lorfque la juflice c& fi odiragcate “Lege-dre. Gelni qui fuir eft-un lche. Econtez & ark i es os. ek Sct atone ., dadtrce nd
: ment violes me ids aos ‘}mor dun denes collégues, qui a er¢ guitloting, U Fervi la easlion de ‘Tenia: canes ai tous ont: Be coed
ee 4 Piufdirs voix. U ne vigit pas de cela, il s'agit } avait. cié prévenu du fort’ qui. Pattendait ; quelques de ide. tenes bikie ‘Je de P act PSs Ge leur crédiz a ‘Oy
Peauigrés a Ve a rae ~ [jours avant qu'il fit anécé on Iniconfeillais de furs] go ee rae ge Saeee: ie (ueiion prdalible, I fit

ee : Ek quoi! répsadin-il , emporte-t on fa Patrée fons la day. sub amin demenis" * un

« Laurenceau. Ul s'agit de ceiix que la perfecudon) rine de Jes fouliers ® (La talle reyentit Wapplaus |. Boiffieu. La loi concernant les émigrés cf pris ‘fr’ qn
& poulles fur BS ASEEE. éuangere 5 eae farptas., difémens.} | a y ve >| eife, ait lea. propofiions de Metin four inutiles me oy

Heft un principe inviolable’ fauvegarde delaCon- fo 2. / ' Wal age On arene, fi. Me ae
freotions Celt qu'un. déceet rendu-ne pent egre «ré- -Pluftewrs voix. C eft Danten. . / / On demande Ie renvoi. du tout aux trois Comius, : divs
‘vogue fans ua rapport préalable ; ainli je demande Legendre. L’hillojre et ta poftérité jugeront Yhomme |. Bourdon, Vous aver fatishait 4 Vhumanité a tg. ME ton

de renvei aux Comites. Oa ‘dit que vos -aflignats. fa eroebnce 4eL AGAR: : - TL Ei Gk ajaavnted Pull’ s ea. euceptamtiade. de ti de tee eee a
erdront, § vous ne révoquer pas ce déeret; moi, | he ee ene eee eee eee eee enter aue BEE eee DBMS (eta Woe Tia on

P sr tisate dies f: ‘ Pe ; i *Vles-morts, et. serdre jufiice- aux. vivans. -C'elt fa] individus rentrés on France depnis le décret dy gti

ic vous a que la SE eo a , igs ‘thawed | SaEde famille qui véclame nos:ifains; ne facrifions} 3o frimsire 5..je “ne vois plus de difliculés. Aux HR Tiéve

acs nod ses Fintan 1 Wie eee ditt MeMSEEL-pas fes inyéréts aux fentimens de compuMion, que} voix, préfident. Ps Da eR Pg BOE OM Sa alah
Berantie de vos effignars. ( Vis sppiaudi emens.) -.. Tr euvent infpirer quelques individus. Quand la paix |. Lo prédent rappelléics propeGdong,

fera faite, a'ors 4 nous' fommes- Républicains , nous f, eP PP DIOPEM MODE: ies oo ge ' fas

Erkmanh. Vous avez envoyé un repréfentant du
Penple. dans les départ¢meng, da Rhip ,. pour eon-.
naitre des caufes qui ont éloignég un grand nowbre:

voirrous individeellement aux fecours Ue ceux ge!
wuront été victines d'une tigucur néceffaire 5 caro
divoir d'un Répoblicain ett d'aider fes tenvblables ,

Ls Convention déctare qu'il n'y a pai fiew a
» Gélibéxer dur le renvoi.. org | Se



. Tallien quite fa place , et va s'affeoir d edie de ie

de- culijvateurs de Jeuts foyerd : svous apprendrez ie euiien dont fein de Vinf
des chofes monfrucufes dont Mhumanitt fiémit pje ae Rererace macau he cist Sey OS sicaeae Barras. a eth aves
‘me tontenterai de vous dire que Viufiine Sclincider’, | n Eevun ite: exe eae 1 es eee vuoi! meh ek eos 2 eB nn | (er
quia rego le chatimentide fes crimes , fe promensif ne aveur ‘de ceux qui dot abandoting le teritoice | A préfident met aux, voir te Tapport da décret GR occake
et pareourait les villages accomprené de la guillo- mie ie de. iriean Lien seditba -dbieodent ate lu 'Jo frimaise ¢ le rapport eft deciété an snitien fae Sbplen
ihe. (Mouvemens Ahortear.) Dans cet appareit eo mamnutiche sae: ae > epee alo} des plus. vifs. applaudifiemens. BESSY abe gate at we
affceux 4? fes courfes fanglantes, ila geile yé] 19) Ubi Ne Pounce pas Ge rovaqner un Cecret tans BN oy teonde propofiiion de Merlin , amendée par Ms
des municipalités enti Nouv friff : rapport préalable , révoque ecluil dont il eft quef- } ch Mast dae pe eee
es muticipalités enticres. (Nouveaus friflonnemens.) J. jeg Ped ate R ete ‘| Bourdon, éf auf décrésée dla grande majorite, ct
s Me idivid Me rags fe cae, Eg | BON, ef declare qne jamais Jes émigrés, ae. rentre- fe ese ps me g ela aie
x, mille iddividus. ont €té.: feo. vietimes.. ( Orig ; ae uux.cris de.vive la République ! : '
A iaets unis 2 hai theuss; mais i {rout on France, fi ce u’elt pour porter leur téte far Pains” are) : ae
Miniignauon.) Je fais ces maiheurs; mais ils font VPéchafaud. (Vifs arplavdille , . e oy e$. pe FP
itréparables, et peut-étre en occafionnericz-vous ded SOUTEUS (Vits applandi emens: ) ong Tallien. Je. dethande qa il foit fait un amende-~ | ly
plus grands, f , pour Vintérér de quelques individus | ba difcaffion eft firmée. meot.es faveur des défenfenrs cde fa République’ Me doc
wi ont échappé aces maffacres, vous pouvier vous ; feat gh ed oi Miao fortis des limites du tertitoire frangiis. { Ga taur- prbtey
épartir de la riguenr des lois éontre ceux qui out Les propofitions de’ Merlin de Douai font mifes | mure. ) : wnt cr ar ql
abaudouneé le tetitvire de Ia France. On a dit que aux vole.” > . Ste ee : ‘Barras Je demande A.rétabliv ma propofition ee: Eakin
Ja juftice devais tre: éeoutée préferabléient.a-touts 5 : : on Bis uTavis eR H Aoteccd wed fcr pa Rey eet Beene aa } Angle
cut fain douted-ishe wh a Ditce eas G les Le.premier Ane pour but de tepporter le dé- ‘(I defcend précipitamment de fal place, et monte. mA
dmigrés pouvaient fe dhe: Un jour .uous fener ons Gren en wou, Coquel on a envoyé tn repréfentant | 4 ta tibune, au miliea des appiaudiffemens d’iue On
x gres p ‘ Stas Gene seas. S| dans te département du B.s-Rhiu poor recevoir les ‘partierde PAflemblee. ) , ey cOr aalt i: Qui
€ premez donc poet ue mefute generale 5 mais | reclamations de ceux qui ont été forces de sexpas fre noe ae epee aly si Reel. «8 { doiy
Jorfque le vaiffean de la République fora dams le} tijer, , é “ab ied Aa Barras. Ma propchiion peut éire erronée , je puit quelle
port, elt alors qvil vous tera permis, et fans dan- fe cai beh a, tWe tromper, je men apergois tous les fonrs; mais :
“ ‘ 4 F : ’ * ’ p J 2 ¢ J ytd dae ee
er, de prendre en confidération le, fort de tel ov Cet article eft adopté. - : enfin il ne faue pas que des laches puiffent venir , :
g t pas g P donne
tel individu maitrifé par les circouflances, Le fecond article propofé eft Wen joindre sux tri- ee SeptSShee fine je veux stations tet braves . RS prntes
Lieatrémité de 1a falle stagite et e'ébranle, tous bunaux de pourtoivee fans delai tous les émigrés ov dial a ee dingehueer en ee a Pica ay pr : | plaifir
‘ 3 ‘ Oey a . ; : “ : kas ad : ‘ ant. b ayie : 5
les membres qty fiégent fe leveut tumultusirement, PESSERS déportés rentrés. on Fravee. . | Voici ma propofidion , qu'on y réponde.. ( On ap- fll
@t parmi ics crid qu'ils font entendre on diftinguc | Le préfident fe met ank voix, plaudit. rein bs | liter
ees mots: 99 Nous ne tranfigeons point fur les pins | Uae vi ition dt : ee hy “ - 5 hot Bolas ahead a
sipes , nous les vonlons tout enticrss tout homme| ~~" VIVE BBitatrom fe manifefle dans l'Afemblée, |’ Barras sappelle fes trois ptopolitions. | fet
quia émigré, foit pat peur, foit par arillucrasie _ Un membre. Je ne fouflvirai jamais ‘une telle iajuf- On demande J’ordre ‘du jour. gts Thi i
ou svtrenient , doit étre également frappé par fa] tice , ceflégorger la Repwblique. 2 0. ; ee . oo: lO re
loi. »» i a: “eaqese BS Lage Liordre du jour eft :adopté for les propofitions de mits
Barras: Je demande-que Convention ord 4 Talliea demande ia parole: poor wne obfer- | Barras. a yf 7 Ee as ml
< ade » rdonne vation. 3 adit, es He : at 2
~ Ba Commiffion des énigeés de faire: imprither ty. On d ne Pc pipttee be. NAF On demande, limpreffion des lifes des émigeés t MU
Fifle de ceux qui ont été on feront reyés du tablesn | O” lemande que te décret foit mis aux voix. St des radiations. mel . plan ; Ht
‘des émigrés. Mo faut que ta Co ion foi ie "Oj OF eek A Sti fag ea
tetieaeed infiruice fut cet atii le ie paces Bourden, de POife. Je demunie la. parole pour} Cette propoliion eft déorétée. Sd on dj
‘plotter Hfirune fa tele. Je demande ca. prouver 4 fa Convention que le rapport du déeret | ; . (ba faite demain.) peovie,
nue a i Fees fe: prononce diane manigte | du Jo frimaire’cottera la vie’ 3 plua.de 50 mile f te an ots It 3g)
ormelle fur fe fait d’émigration , ct ‘qu'une -fois } cf innoe nh nin ee | # sal Conyen |
pour toutes nous dtions teal eipate Stick ria bee hac { On murnure.) Quelque agita- N.. B. Dans In féance du 20 nivéle, la Conver C
aux infimes, de rentéer su fein de la Patric wil tisaats ea ch ce moment dans la Convefiion | tion a Safpendu Vexpéditian du décret rendu avait ea
@ ¢ : 4 * $ pot i ’ : ear
eat Aélertée, ( Vifs applaudiffemens daus sates he fate ue ieee dey. certain quil fers impofible de ta hier relativement atin émigrés jofqu'au tapport qe Yon
partite. dela falle. ) + : site "( Vifs is laudifftecn ran de jullie et’ de} les Comings font chargés de préfenter , fur Jes. pi ee
Eh! comment ccs hommes verraient-ils 1a Con. oa giand acye de ti wena ): ae vous a propofé } politions faites par Bourdon. de !’Oife, de difingns ie
: 3 tees a ee yigueur.., que Yon a mouye fur }ies époques et le tifs Pemigration ; st ia quer '
vention sationale , qui a abattu les tyrans et: : Mintéré ic avail aei eee eae oe 3 me :
i esas + quis | yrans et la | tout ce qué Vintérér pubtic avait de plus chex : yous | lite des hommes émigrés. ’ mdf PT oa pa 2 te
3 i . : me rene hi we itn ph ena A. 2 secutton gue nmene coniernedie ine adilipon. Laas . i : “ > ; ; o Ure
Mabonnniacnt pete te Monkent.le fait & Parts, i -Adichie ta ious ee as eee Ear fies og te
‘asta, rus des Peiteviaa, of 18. H 9 iy ’ fete 8 | ond L ; el
Jour, Le prix af , pour Paris, dee5 tiv. pour trais mols , 48 iv. pour be . a Adrefer teal lettres, at Vargent y frhne de port y ati eltdyen Atury , dirmateite dé ee fournal , qut parsit tout lt | Mi fe:
peur Mannée, itane a po) teers x hs 4 op mals, ét go liv. pour l'année; et pour les-departem : * , #. pot vx mole, er sot le |
fils x iaae @ pe: ae sabonne qu'.u commencement de ahaque mole. 1 ut avoir Goin de fe covfermes oe i ae i nih a8 gens treis am “4 ea a4 Romitedrcatt 2, ME tay
’ numéro $o1 de otro feuille du 4 , wy a ade . a'Turete des envois d"argent ou d’abigasss, arrate ? ei |
iced k ee Theratdos de I'an I » ou du inains de charger les lettres qui renferment des ‘affignats. a. ot es = “
wadreBar pour tout as qui conseves Le rédaction da Ja Feuilla, ay Rédaat Politvins, : : ee Te Ht ag a 4a
ee Lg Oe : ‘ nes eu matty misdes Poiteyins, BY 245 depuia neat wemrer da matin jufqu’s. asul ateres do feir. mo Bouve
\ Srorhereranyh=teemsiceatinaitorerternae ernst tn, tea tne tamrmcrubvatin san tthe sbtannamaste bimini oy restate don itipne on aide: — : : ; ;. te da : : Git ne
+3 : ; < ore ae ee 2 “Here onsite arte mi mantcnaintrneetwinsinyene paste enh beim bette ne te et 7 te
Bers bra ot | OR CU LMPAL MEAL ROH MONLTRUR, ine desPaiterinn | he a Metin ge
| ti ee. ETRUR, ime des Pojteving, 18, : vag
& i 6 ¢ 5 , $ 1 ahs e 2 Ah ‘ x
' ' t e ' 5 a * i x ‘ A ' io '
a ; 3 ; r! ¥ ! 4 \
: }





le
te

et



3



bo Me Tra. ‘Duodt 22 Nivése,

fan 3 de la Republique Fronga

as

:

‘SC Une et



fur qroi la tortue eA a
que.vovs dire,
frenve ‘ Waurent pas aiéine: ici la re
‘fauie dela torme.


































LT 1 Qu x,
ALLEMAGNE

+

4 i

j a s
» Qeoiqu’on u'sit encore rien

de la Guadelon
Vient de cant
thorales «3

Ratishonne , leer décembre.
On ? cominué , le 1g » A fa diete, ‘Pémiffion
dey votes relutivement. aux moyens de pauili-
cago. me > . aa cet
“Pans une “précdderite’ {ance ,* Penvoyé électoril
dg. Tiéves avait obfirveé queda paix devait éire fans
. douie le vaul de UEmpire , mais qu'il paraiffaic
= impollble den. efpérer noe folite ct bien aHlermie.,
} tne que la France plaurait pas une forme de gouver-
niment hanienent avoude. i

ITALIR,
Savone, le.8 décenbre,

Des commiffaires frangais £- répandent
les foins qui fe treuveat daus tuns Jes
vivere. Us en ont -emmend da Port-
grande quantité :provenan
pré: de Daguafco , de C
enleve fur le territoire pi
Wavoine et de bediguxs

“ft

fe fuffiage de Bohéme a été enfin émis Ie -1g.
hdd ddelaration porte en fubRanee «. =
: “yy Qhe la guerre déclasée'par Empire dla France,
shait Lite dvée ume grande varigté de bums et de



manvais fucees 5 ;
‘Qyie dans“ce moment dé mauvaife fortune, tous
les-veuk ‘devaient: fe porter naturellement et avec
fitee vers la paix, feul moyen d’arréter le cours de
‘tebe Be indut-s ; :
‘Que peifonne ne pent douter des moyens qui
idlent-enctore 2 VPEmpire de continuer la guerre ,
én fuppofavt qu'une paix honorable ne puilfe fe
edeclure $° ti. 2 “
‘Quy, fian celle , dans Ia fituation actuelle des
afsires, quelyu'un indique les moyens ve procures
/AlBinpive ave paix équitable et folide , S.M.L., ey
fi qnaité de co-Etat, s'empreffera de fe conformer |
2 ven géuéral i ¢ F 7
Que, comme il ef impofiible d’entrer plus avant
divs Fobjet des délibératiéns actuelles » faute de
tonnolire les difpofitions de lennemi, $M. 1. ne
sioyait tien’ de plus prudent ,* ui de plits avauta-
eux que de dénner fon’ adhéfion an vote de
Rivet {-Voyez ei-deffus. a3 : ,
.. Balin’, que S.-M. coujurait fes co-Rtats d’em-
ployer a la confection accélérée de leurs coutin-
eas Ie tems néceflaize pour parvenir a la paci-
Sais: rt *

tile, qui en ef
ans: d’exil,

Proclamation du repréfentant da Peuple. Cette pro-
porte; Que comme c'eft'd la fenle fore
quappaniicnt Ie “droit honarable de
mer les enmemis de la libeié, touies les lettres de
marqne fount retivées aux armateurs particuliers. Toutes
Jes prifes faites par eeux-ci icront efcostées jofqu'd

Toylon,

& navale armée

Florence , le 10 décembre.

‘La cour de Rome fe cond:it avec tant @ipro-
deace, qu’apiés avoir Mmecontenté les cabinets de
Vienne, de Suéde , et méme ceux de Naples et de
Florence, elle vient encore de bleffer da cour de
Madiid dans une ci:cosfance délicate. Larchevéque
de Valence était dilgracié se pape Ma, par uu bref,
rétabli dans fon fieve et dans toutes fes diguités.
es partifans les plus aclés du faint fhiége renoncent
a déferdre une conduie s’y oppofée aux principes
pmeme de la politique ul:ramontaine, | es
Ls vote de 'Antriche, dans Je college des piinces,
“, “R88 lttévalement confarme a celui de Bohéme-;

eee Pane 4 OD pourrait ee
- occilion de faire quelque ouverture propre A fervin de
+ Jabblémant. 99

“ANGLETERRE,

Loudres , le g wovembre.

Les livres fo'vans vieat:sut détre mis 4 Pindex;
Le redo -géneval ve toutes ‘les. religions » dbeié au
les: Vies vulupinenfes” eS Capacing ape eeu
a Cologre sede la-fecorde fpoqur-ue vob a8 eee
t des deniers Aléccatentemens , A Vienne 3 de fe Science
de la [gifliti-n, par Fianghieri, 4 Naples.

PAYS-BAS.

Bruxclles , de 16 frimaire.

=

ILya aujonrd’hui des variantes fur la maniere dart
Ieduc d’Yorck fera employe. Qyelques perfornes
plendent qu'on le renverra inceffamment see
quil vient de quitter, Ei a ramené ici le généra
Epkine, et a dail le general Harcourt a ta téte oy
Anglis en Hollandé, et le comte de Walmoden
ctl des Hanoviiens.

ira génévane enuemis détachent de nouvelles
fo:ées ds environs de Dufleldeit, pour alier seme
placer fur le Bas-Rhin le geneérai Alivzy, qui dow
fe sgudre Gans la Gueldre hollandaite.

[le j ‘hui meme : 1 Varmée
Mi eft aujourd’hui confirmé que le corps
isp criale stelting ala defente de la Hollaade, eff
A la folde de la cour de Londres.

Une divifiew de Varmée du Nord vient de faire
uu mouremont, fur Thiel et Gorcum, Le bives
heréditaie @Orange ch pole pre de cite ue
niere place avec Parmée hollandaile. Ul ee ae
le but! des Républicains eff en ce moment de fe
rendiél maines de la Haute-Meufe. i ‘6

On -apprend du qnartiey général, franca > qu
chaque inftant op y amenc des Ea a
mis , avec les bagages et les armes qu’ils aban-
deunent dans leur fuite.

REPUBLIQUE FRANGAISE.

Quant 4 Vexpédition dont le comte de Moyra
doit étre chargé , beaucoup de gens fouticunent
quelle “ne tardera pas @aveir licu. Qn fe fonds
farce qu'il eft impoffible de cioine que Pon fe
-douné tant de peive , et que von falle cat de deé-

" penfes feulement pour la forme, ou pour le petit
Puirde tromper Vetpion. Au refte voici les détails
qofl'on donne far ceite. expedition = tous les offi-
‘Cas, tous abfolumfit , doivent, étre rendus Je 20

décembre 4 Souhampton , of eft le quatier-gengral 5
onen prepare de particuliers a Vile de Whigt pour
feptrégimens , ét Sooo hommes vont Cctre envoyés a
Jaley. Baga » Ja legion démigrés de Lovlun ,
Commandée par d'Eivilly , a ordre de fe tenir préte a oe
See. ote Toulon ,-le 8 nivose.

ka renirde ou-ta provogation du parlement font
tne une chofe incertaine, et dont les bruits va-

"vent Won infant a Pautre. Dans fa matinée hier
on difvit pofitivement qu'il ferait proregé au 20
juvier, et dans le foirée on affirmait qu'il rentrerait
te dg decembre,

Les fiégates Ia Mineroe, VArthénife, PAlcefte, la

Couragenfe , et les corvettes ia Brune, la Badine,
wag Ms

pour aller a Alper, vienugrt Wanives ‘ Fone ane
avec elles 25 prifes richement chargécs. - eae
des prifonniess qu'elles ant faits, fe sven ¢4 Bue
de 600, Sur une de ces puilis fe tOuvaient, co
palfugers , 28 émigiés da haut parage.

Ge qu’on fait Pune maniere un peu plus fare,
el quit ne fant pas au mivillere moins de 4 mil-
‘ons de livres ferling , ow eaviron 550 mi-lions de:

"es tournois ,' dont 18° millions peur ls dépeute
Werigent les “affaires de la coalition, ct G millions
Poor celle ded deux Indes. On. imagine bien que
ce neh pas par la voile des impéts qu'on fe ‘pro-
"era cette fomme énoring, daus un pays qui en
th deja furcharge. Oa aura recours a un-emprunt
he et alfuré, woranti, coufotidé , en uo mot revétn
“2490 tomtes les formes propies 3 tratquillifer , par le
BWvermement tine reile plus qu'une petite queftion
Fhe, cet de faveie qui cflece qui castionuera le
Bavertichens 5 Celt ici un peu Philsie des Ludiens,
facet par du tout embsrraflss ue vail eke!
tla Pevsé’ ef fowtenue; ils ja font porter par

Hive éléphaus , qui pefeat eux-mémes fur le ao
"HC EhOTmE toitue 5 mais guaud ov leur deasnue |



ecstavaet



Iescruction pubinque,

La legon publique des fourds-muers pe came
ui avais Liew le primedi de chigne décade , .
Tavoyee au quimtidi, pour ve pas priver eet a
ndront y afte, dePavautayy de fuivieles cou

vo y 5;
de Vecole worma.c. SICARD.



Briilement dassignats.

& ° ° seb ate

éLe 19 nivd’e, 4 todenres da matin , il fei

dausJ'ancier local des ci-devant Capucines la fomme
*.

Cranernitecentt

.



indivisible. (d. 4 1 Janvier 1465. v, st.)

ppuyée', ils ae favent plas
‘Les préteuss; fi vast eft qu’on “en
flvuice iafalh-

officiel fur lx veprife
pe par les: Franeais , cette ouvelle
de cétés-qu’eh-en 4 prefque ta eeititade

poor acheter
licux de la
Maurice une
t de fourages faits par eux’
sinparato, &e. Hs ent auf
emontals beaucoup d’orge ,

On spprend de Géues qué le patricien Luc Gen-:
abfent, vient d'étre dOudamné a cing

Le conful frangais A Génes a regu de Toulon une

clamation qu'il a fait afficher au-devane de fon hétel,

pourfaivre fur

les biicks le Hafard, CEspidilicn, qui étaient partis.

ONALE, ov LE MONITEUR UNIVERSEL.

‘de 20 millions en affignats, proyenant des échanges,
lelquels joints, aux 2 milliards 309. millions 633
jmille Dv. déja brilés , Forment un total de deux
milliards 52g millions:.683,000 liv. BE o's

4 '























“CONVENTION NATIONALE.
Ne oak Preésidence de Bentabolle,

SUITE DZ La SRANGE bU 18 NivéseE.

Un fecrétaire donne dectnre de fa lettre fulvante :
Blutel , repréfentant du
Rochelle, Rochefort, Bordeaux , Bayoare, et ports
adjacens’,

gaife une et indivifible.

‘Chaque jour nous prouve ,
que ritu ne peut arréter Fintré
ni les rigueurs de Ia faifon, ni Pinconflarce des
élémens , ne peuvent ralentir leur courage; ils fe
montrent, et tout cede 4 leurs efforts: Te peuple
partage leurs triomphes ; ils redoublent fon énergie;
i, tFavaille avec plus Wardenr, quand la nouvelle
@une victoire ou le récit
frapper fes oreilies. Vous n’en doutez pas, citoyens
collegues, et j'aime & vous le répétet , je vois
par-tout un peuple ani de lordres de fa juflice
et de Vhumanite ,

a frémi dineigraiion 4 la vue des actes Vexatoires
et fanewivalres qui defolaicut tous les départemens ,
ct gui ne comprimait fon mécontentement que
par refpect pour la Convention naiongle, et pat

{a confhiance qv il avait qielle -s'emprefferait de
reprimer de telles horreurs.

raujourM@ hui étre témoins de {
1écompente de vos travaux.

Je vous annunce l'enuée dang le port Wun brick
anglais nommé fa Suzanne, venant de Te
cha gé de morue , pris par la fréyste la Loire.

Les travaux des déchargemens fe fuivent: tous
jours avec afbduité. Je ne négligerai rien pour accé=_
lerer la circulation des denrées et marchandifes qui
en proviennent. Je compte expédicr demain une
partie de favon pour Patis. :

Salut et fraternité. Signé. Buuren.
ae eRe

citoyens-collegues
pidié des Francais ;

a joie! elle ferait ta.

ireeNeuve ,

e
tution ordoune Vinfertion de cette lettre

le dernier compte rendu an Comité des finances
fur les contributions de la Be'gique , fur 68,773,875
lives. Ne

Il avait été recoavre ag 10 fiimaire, 25,851,624
liv. ia ff.

Ul reftait par conféquent a recouvrer 42,922,250 |
liv. Sf , tiene 3
An 3o frimaire, le rele A recouvrer fe réduit 4

: d ;
40 730,087 liv. 3 f, ind. Lee
‘ ant la recette des vingt derniers jours de fri-

i i ive gf. rd.
aire a produit 2,192 162 liv. 4 Sof

Ce Tuoi la iecette totale, au 3o frimaire, &
28,043,787 liv. fe r0d. ;

eile d’Anvers, gui avait mis d abord besucoup
de lenteur a s'acquitter, parait avoir fait de arands
efforts. Sur te inillions , etle avait paye au Jo fri-
maire 8,029,773 liv.

Elle a’était par conféyquent plus redevable que de
i 0,226 liv. ; : :

; Pe aeetes et Malines, impofées, la premiere 4
cing millions; _

14 deuxieme 4 1,500,000 live ont folle. 3

Louvain, fur ¢ millions n’a plus que 8,000 liv.
A payer. bh

Ypres , fur 1o millions, n’a pas encore payé

00,000 liv.
4 Gand , Bruges, Otende , Courtray, Namur,
Tournsy, Aloft et Ninove, Mons, Ath ct Nivelles
font foit en retard. ;

_ Indépendamment de Ia recette ci- deffus, le
pa eur génégial avait regu, depuis notre entrée dans
fa Belgeque , jufqu’au Jo frimaire.

19, En recettes exuaerdinaires provenant de
vente d’objets de toute nature , tels que chevaux ‘
étolles, argenterie, &e., failis chez des emigrés ,

3 .
reliquars de cuiffes diverfes , &c., une fomme de
3,912,582 I. 1 f. gd, dont 2,236,249 liv. 3f. 7 de.
en valeurs meétalliques, et 1,676,332 liv. 18 f. ¢d.
wv ofignats ct billon. aN er
: 2°. Les impofitions ordinaires de ta Belgique,
1,516,699 liv. 10 f. 4d. , dont 55,629 liv. 17 £5 d.
as +
| ext valeurs métalliques, et 1,461,069 hiv. 1g far de,
en afliguats.

Réfultat général au 30 frimaire. 4

Recettes fur les contributions-militaires , en elpeces
métalliqaes, 28,043,787 liv. 18 f. 10d. bo

Sur les tecettes eee > ca cfpeces mée,
talliques, 2,256,249 liv. 31. 7 a.

En afignats , 1,676,332 liv. 16 f @ d.

Sur les impofitions ordinaires, en efpeses més
“talliques, 99,629 liv. a7 {. 9 ds

ts

Peuple dans les ports de la

@ la Convention nationale. —~ Rochefort, ,
@ To niwife, lau noifieme de la” République frans ~

(Mun acte de juftice vieut .

qui détefte les oppreffeurs , qui:

Qne ne pobvez-vous .

Monnot, au wom du Comité des prunneess vu apics-~







a

a

Eu afigusts + %4462,069 liv. if f, wa. |

Total a efpeces meétalliques, 30,335,665 1. 19-f.

ode Le ’

Total en offignats, 3,137,402 liv. mit. ad.
‘Total général, 33,473,069 liv. 20f- nde
Des wilitaives vevenant de Saiut-Domingue , font

admis 4 la- barre. ~ . s

‘

po 4

Vorateuy, Yous voyez * devant vous des foldats
Républicains , qui les premiers fe four cfferts a la
Patric: pour aller combattre au-deli des mers {es
ennemis ‘de la liberté et, de Pegaliié, avant méme
que ls guerre ne fit déclarée avec les~ puiffances
étravgeres. Aprés avoir combattn fous un climat plus:
meutrier que le fer énnemi, et avoir fouffert avec
patience les privations de tout genre, devaient-ils
s'attendre, quen revtrant. dans leur Patric ils n'y
trouveraient que des fers? C’eft cependaut ce que
nous avons éprouvé. En arrivant a Breft , nous avons
été jetes dans les prifons of nous avons langai pen-
daut cing mois ct demi; et nous ne deyons notre
élargiffement qu’au décret que vous avez rendu en
§aveur des colons.

Cowvaincu de notre innocence, le repréfentant
Lefaure nous aenvoyés 4 Paris, et pleins de con-
fiance dans Vequité de la Convention, nous venous
aujourd'hui toi préfernter a elle-méme vos jaftes
réclamations. Nous fa prions de fitire ceffer notre
inaction, et de nous mettre A méme de prowver que
nous connaiffdus tout le prix de la liberté. Nous
demandons aufli ta dette facrée que la Republique
coutracte envers tous ceux qui la défendent. Naus
niavons regu 4 Saint-Domingue que de faibles a
comptes, depuis notre départ de France 3 et uous
ne rougilfons pas de dire que nous ne vivons que
des fecours de nos amis. Car, citoyens reprefentans ,
counaiffee tous! nos matheurs. Ballotés par le fort
et Vinfortuane, aous avons été pris par des corfaires
et conduits aux Bermndes od neus avons été dé

ouillés de tour ce que nous paffédions. LH ne
nous refle done de reflource que dans votre jultice.
Vive la République ! :

Cette pétition eft renvoyée an Comité des fecours:
«

publics. "

Mailhe, au nom du Gomité de léciflution. Cireyens,
ave queflivu affez eaportante vous a éré foumife par
fe tribunal de commerce de Bordeaux. Uf s’agit d’un
jugemeut rendu pendant Péclipfe de la gloire réve~
lutionnaire de cette Commune : mais ce n’. ft pas
fur un jugement ifolé, que votre Comite de légis-
Jation a cru devoir atrcter vus regards...I] % penté

ne, pour n'avoir pas 4 prevoncer facceflivement
fur une longue ferie de réclamations Semblubles af
de nuliité “dans Le département de la Giroade $ pour
la méme caule et daus les niémes circoaflances.

“Par un décret da 6 aot 1793, vous mites hors
de fa for tous les uembres du fumeux ralfemble.
ment forme 4 Bordeaux, fous le tive de.commition
Populaire de filut public.

Un fecond décret du 19 vendémizire fuivane ,
déclara vuls tous les actes publics auxquels avaient
conconru des fonctiounaires sis hors de la loi,

Faut-it regarder comme uuls tous les Jugenions
rendus dans Pinterva'le de ces deux décrets, foit
par le tribunal de commerce, foit par Tes tbe.
naux de diftzice do département du Bec-d'Ambés ?

_ Voici les faits que nous avons recueiliis A cet
égard:

Les corps adminiflratifs de Bordeaux furent le
moyau de ld commiffion; ils y appelerent toutes les
‘amtorités conftiuées du département. Des membres
de divess uibunaux sy rendivent, mais ev petic:
Hombre ; et la plupart ne firent qeey paratire.

Les repretentans du Peuple, Tallien et Chaudron-
Reufean » farent cnvoyées dans ce département pour
y faire cxécuter le décret du 6 aout. Dans cette
importante wilton , ils s’attacherent 4 diftinguer Pe:-
reur accidentelle et eptrainée, d'avee la combinai-
fon réflechic et active. Us crarent avec fondement
qu'il ne fallait pas traster et puniv, conune membres
de la comraflion, ceux qui wy ayant été appelés
qo'addidiouncticment et patee quwils éiaient membres
de quelqu’une des autorites conflituees , sy talent
d abord prefentés de manicre J ve pouvoir pas étre
accufes d’y avoir joue un réle effectif£. Us recon-
murent’ que la formation et les actes de a com-
miffion devaient étre effentiellement attribués ‘aux
membres des corps adminifiratifs , dout es téies
tomberent enfuiie fous le plaive de la loi.

Les divers tribunaux jodiciaires ct leurs membres
en général furent conlidérés comme ne méritaut
nullement détre inquiétés poor fait d'adhéfion,
meme indirecte, aux uctes de la commiffion dite
popeluire; aulG avaient-ils eoutinuéd dadminificer la
§uftice 3 Ld fatisfaction du public, depuis ly cou-
naiffance du décret du 6 actt jufqu’d' la réceptian
de celui dn 19 vendémisire , époque de larrivée
des reprefentans du Peuple 4
du renouvellement fuccetht des autorités confi-

tuécs, :

i

i See eee
des Wuunaux fudiciaives était telle qre ceux méme
Me'leurs membres qu avaient cflitlé a quelqu’ane des
féances de la commitlion pretendue populaire, ne |
ae m1 pourfuivis ni cités devant da commifiion
milaixe établie A Boxrdcan j i
wy a
Ab aN, pour juger et punir
wf

L'opinion du Penple fur la conduite poltietque!
‘
a
t
}

«La Convention nationale, aprés avoir éntendo



| da k] germinal,

ticle précédent , Jefdi i

3 At, lefdits pagiftes
Bordeaux , ety falari¢s de ladite life civile, fe :
j dun certificat Pindigence , da

; Section

oy



















































Yes auteurs: des aetes Nberticides qui en étaient] Sor le rapport du méme wembre, an nom dy
émanes. : nile en xf BEng, Comité , 1s Gonvention-sationale décrete que

“Geo faits ‘visiment décififs font te réfaltat d’ope le Gomité des fiwances fection des affiguats * ey
déclaration daée da’ 17 frimaixe deruier , quia ete | fonnaic, eft antorifé A, faire preparer et fiantaee
fournie 4 votre Comite-de-‘légifiation par“nes col- des afiguats dans les coupures les plus convenabley
légues Tallien et Shavdron-Roiffeau... . '

me

Pa

gue HE Ui le fervice de la tréforerie , et pour Péchange
Le Gomité :m’a chargé. en conféquence de vous:}des aflignats ufes par ta circufation. Ces alfignats
pstfentér Je projet de décret: {vivant

mis eo émiflion que par un‘déctet de le Convention
aa pea f dationale,,
fon Gomité de tégiflation , fur un réfere du triburidl La féance off levée.a 5 heures.
de, commerce de Bordeaux ,. et, fur: fa déclarauon age
des. repréfentans du. Peyple: Tallien et Ghaudron--
Rouffeau, décrere ‘que les lois du 6 att 1793. ¥
vienx flyle, et du 19 vendémiaire fuivant , relatives
one aux actes faits par le raffemblement forme af 4/7, Convention ullanetes
Bordeaux , fous le nom de commiffion populaire de }-
Jfalut public, Vautee: aux actes publics ou prives
quwaoraient fats, ou auxquels auraient concooru des
fonctionnaires publies ov d'autres citoyens mis hows
de-la loi, ‘ne font point applicables aux jugemens
sewdus dans Vintervalle de“ces deux lois , par les
divers tribunaux judiciaires du département du Bec-
d'Ambés. ee ‘
Ce projet de décret ef adopte.

_ Scellier , au nom des Comilés de commerce et des :
jmances. Un projet d’une nouvelle organifation. des { la lot. : : i :
dousnes eff actucllement “fous les yeux de, votre Le premier qui vous. dénonga le tyran , les fer.
Comité de commerce ; plufieurs repréfentans en Eaits ‘quit avait comnns , les for fujts plus grands
miffiou dans les ports font charges de prendre des | qu if voulait commettre, ce fut moi: me refulericr.
renfeignemens fur {a fituation actuelle des douanes , | vous la faculté de repoulfer devant yous les calom.
et leurs gbfervations pourront apporter quelques
changemens au plan que Pon fe propofe. Drailleurs
pour fa paifaite exécution, -il fera néceflaire, en
réformant le cordon fur toutes les cétes et fron-
tieres, de Faire une autre diftribation des forces
de changer la réfidence de plufiews brigades ; ct
Vhiver etant peu propre 4 ces mouvemens , ile ne
pourront s’effectuer qu'au printems. Il devient uécef- 44 HM b j eae)
faire que juiqu’d cetic époque le fervice ne manque | j*ges Impartiaux , Integses, irrécufables , devant
pas, et Wempécher 1a rupture du-cordon et une p VOUS. Qy’un décret ordonne culre ¢ux et mol cett
déforganifation totale qui eutrainerait les 1éfultats ‘confrontation folennelle , et j'accours,
Yes plus facheux potr les intéréts de la République.
La Commiffion des revenus nationavx a deji fait
gonnaiire 4 votre Comité de commerce état mal-
heurcux des employés des douanes ; toutes les lettres
qwelle recdit des inlpocteurs font alarmantes geet
annoncent que ‘ces mafhenreux ne pepvent -exifter
plus long-tems daus cet état de mifere. Tous implo-
rele Phumsnité de la Convention nationale, ou la ; 2 : u Peu
liberié de quitter up état qui ue fournit pas 4 leurs | UNS Out, pour Pamour de ta Tiberté, ay des
premiers betoins. me J fers 3. et Jes autres, reftés en préfence de Voppref.
Jafgu’a ce moment les chefs avaient cherché 4 feur,, ont, fous fon bras toujours menacant , pa
Lt.

: bee

G

é

SEANCE DU 19 Nivdsg,

Un fecrétaire lic fa lettre fuivante «

la République une et indivifible,

" Repréfentans , 4 fa voix des libérateurs du

etmoi auf, je vous demande que -vous me rendicg
le.feu et Peaa.

r

yous, pour me faifir ; Gouthon décréta qv’on in’ar.
réterait : Saint-Juft créa mes crimes, Amat dreffy

Pache vint me déuoucer ;- Hanriot Varma conte

méme , me les raviriez-vous ? Non, yon , vous-dte
juftes , car vous étes libres. 5 "

Amar et Barere font au milieu de vous,. Rédui-
fez-les ,. poor la -premiere fois, A regarder leurs
victimes éu “face ; gontraiguez-les enfin A wm aceufer
mei préfent, non devant la troupe @affatfins gulls

fans wombre , qui mont aceompagué 3 taut d'autres
en ont enduré plus gue moi! Tanrét au fund des
fouterrains , et tantét fur d'Apres moutagnes, er
rant, abandouné , proferit, mais feul de moins,

contre la tyraunie. [ls out foulfert, plus guemoi,
fans doute, les dignes envoyés du Peupte dont tes

fe * ‘ ‘ Boye 2 7
ranimer le courage des prépofés; mais Vanivénwiiye | Hem ment prepare » généreufement attendu Pinflam de

ge ¢ Sane wea ad Prevrps.
fits yoiwvyucaelae ium Ranecs pour leur femme,
hours enfaus 3 ley auties! ae peuvent fe procurer de

a ’ ze Ps
Ge nef donc pas de ce que vous allez terminer
| vétemens , d e douliers, Bee.

mes dérreges , que je vous remercie t fe vous re-
pee 1 avec la Fratice eutieré , davoir fauvé fa
ae Trop herenx quiconque ayant été, comue

~ 2, Opprime peur elle, peut refailir Uefpoit de
la fervir encore avec vous !

Signé , J. B. Louver , lun des reprefentans dy
Peuple proferits en 1793. 7

Cette lettre cf reavoyée aux trois Comités réunis,
de falut public et de fureté genérale, ,

: ,

eae membres compofant le Comité fiangais 2
aladelphic adreffeat a la Convention nativnale te
proces-verbal de la féte que les Républicains des
Antilles sélébrerent le @3 thermidor, anniverfaire
do Jo aobt'1792 , en Phonneur de cette mémorable
Journee, et lui fout part de Vexpreffion de ‘leus
fentimens > €t s’expriment ainfi:

» Citoyens repréfentans , tandis que Jes Frangais
en Europe honorent la divinité en combattant les
trois , les Républicains des Aarilles, contre qui les
perfides Anglais’ et tes Efpagnols dirigent depyie ’
quatte ans leurs poignards , célebrent 4. Philadel-
phie la defricion dy defpotifme. L’Etre fupiéme
du pe Sen earey ferment de fidelite ct dunité
3 : 3 ; ; € ta Republique Francaife que nous avons pro-
Cope tee net nalts tite avoir entendu fon nonce fur Vautet de Ia. fibersd en préfence defn

Art. Ter, La tréforerte shih 4 le tiend i a é | :
rditton du comumitlaice [f idee Ron ee la difpo. | Echappés au fer et ala famme , réfagiés dans a
lide civile Ja fomme ds bho eee eee cre de la fcovtinent amériesiu, nous avous yu uotre a
diftribuée provilotrement aux w: ce pour étre trahie days les deux hémifpheres ; nons l'avons vue
ae Galateode lhe ke Segiles ; pp nonnaiees diliper tout a la fois fes enneaiis , fapper Les tyrans-
Gx ‘mois échus le 33 nivafe: de . qui rete da des | de PEurope , écarter chun momeut tous Jes ‘fleaux
fix mois échus depuis ledit jour A ae ae les | dont on voulait (accabler. Les vertus républicaines +
mellidor de lan @. en pro J d uve ay ul et le courage des aimées trancaifes vont anéantit is

Pr oe on Cun masinum de | evalition des defpetes, et la paix qu’ils ont pre
an tunes. aes bar le décret fentée comme un édftacle au bonheur da genre
dotres faites en exécution. Le satis ack (provis bumain » Cette paix que leur ene repoulle ef Gu’
individus , par la tréforerie natonale, confor eee | {eet faiblelfe invogue, fera leur feuteace de met:
ai deere 3 Vette oh oe ¢, foe ormement | Vinflane de leur delituction deta celui of [a aature
milfaire liquidateur provifaize. Le rege ge oo Jetteta avec tranfpore le deuil auquel ils: Mave
fur ce qui tera reconuu devoir 2 rout. "puter | condamude depuis fi long-tems.
nitif A chacun defdits pealionnutes. accords cudefi-} Le culte le plus puc de ta divivité, te boubent

UH. Pour participer aux f mes c¢ pagiftes, du Monde fara votre, ouvrage 5 les Frangas 1°

Ceours décrétés par Pare | Poublieront jamais + partout od le fort les placerts
peufonnaires ot fils te Tappelleront fans cefle 4 [Univers étonue
rout tenus de jultifier :

us la forme preferite

Lhamanicé commaude aux légiflatenrs de. prendre

en coufidérstion Vetat mailieurenx des prépelés, et

} inter é national exige que le fervice des douanes fe

faife avec beaucoup de vigilance es de févérité,
Projet de. décret.

La Convention nationale , apits’ avoir entenda le

rapport de fes Comités de finances et de cou.merce
vonlant procurer aux prepofés des deunanes’ le
moyens de reaplir leurs fonctions avee fe zele que
la République attend deux , et confidéerant combien
leur fervice eff important daus les citconflances pré
ferstes pour empécher Vexportation des fubfilaaces
et maucres premieres, décrete.
Le ‘Commie des fiasuces eft autorifé id fixer le
traitement des employés des douanes pour Van 3¢ de
la République » 4 compter du xer nivile , W apres
Petat qwil "emt, fera reme'ttre par la Commiffion des
Tevenvs nationaux. .

Ce projet de décret ef adopté.

‘

*

Monnot » au nom du Comité” des finances , fait
rendre le décret fuivant :

nutile tiv. par an, felon

( On apptandit.j, ;
La Couvention décrete Vinfertion de cette Adrefle
dans le Bulletin.

Lakanal , au nom du Comité d'infirnetion publ
que, propofe un, projet de deécretr, qui eff adoptt
en ces termes : ,

par le décret du 17 germinal,
IL. A Paris, lefdits certificats: @indj
délivrés par: tes comités de bienfai)
tor da domicile du requérant
comite civil ct par Le département ,

cette partie , les fonction 7
ie $ du confe
commune. i me

geuce feront
ance de la
vifes par le
failant, ey

toe ‘ ‘ zy Gs :
general de la La Convention nationale, oui Ie rapport de ia

Gomités d'infliuetion publique et des fuanc es »

nies du tyran ? lés formes qui ont protégé Carrier
q protege Carrier

Je uc vous parle point des mille pétils, des maux

et libre, j'ai pu fouvene a hsute voix protefer

feront dépofés A La \tréforerie, et ne pourront fiat

©. idl
ey

20 frimaire, fan 9 de

thermidor , ‘les répoblicains entrouvrent leur.tombe; -

: Hébert ponlfa fur moi tous fes hommes de fang;

mon “acte de profeription’, Barere me mit hors ds

appelaient un tribunal,, mais devant des juges ,-des





















- fila.

-

" ppetete que fix leafonds mis 4 Ia difpolitiow de ti da toi

tas exécntive de Vinftruction publique,

bine é..fens retard! d-chaque éleve, de Vécdle

gormale une fomme de S9aliv.:

Ao ret veatble Py rho +i {era payé

Hime | a

a chacun
R00 liv. pee ae

fr dg Bayer







ileves une SG Ree a ay des
tN ee getminal’ prdehain y pareille fomme de
Tye AG uu ¥ ihe Be be
Aes Mloréal: ‘prechsia , pareille ‘foume de
oe ee ae te

‘livres aja fii ‘du cours norinal.’ Lefdites
Grmant celle de’ 1,200 livies ativibnée 4
art ded éleves fufaommids ‘par’ la loi d'orgapita~
‘siod deb'ecoles normales. ig
ae ea ’ |
“Yaduie membre ptopofe. ct la Gonveation rend
le djasetifgivant ses ade i, Eo

gh Cobvegtion ‘nationale, oui’ le rapport de fon
conité a} yruction publique , j

“Brg




1
Ape eee

1 Nomime,'Je citoyen Laharpe profelfear 4 Vécole
“yeimate’de’ Pais. dee

-. QonGdérant qué In recette s’élevant a 46 millions



J iygn de seappi de Monnot, le projet de décret

“ faiyndt eft adopté.

_ja Convention nationale, aprés avoir entendu te
Comité ides finances fur I’état remis par les com-
piffaireside la tréforerie , des ‘recettes et_dépentes
ites: pendant le mois de brawahe derniet;

quare-‘cenit onze mille cinquante -nevf livres neuf
“fous cing deniers ; et les déponfes a deux cent-qua-
pé-vingi-quatorze millions huit cent quatre-vin gt-
cing mille cing cent huit livres un fou deux-deniers ,
it-entéfulte ue excédent de dépenie de. fa fomme
ge deux cent quarante - huit millions quatre ceut

_foixante-quatorze mille quaue cent quarante ~ huit
. Jivres, onze fous ,nenf deniers, aurcinplacenent de
_ haguelle it eft néceffaire de pourvoir , .

Dédrete que le contrdleur de lacaiffe générale retivera
delaferie A trois clés , od font dépofes les’ afligtats
nouyellement fabriqués:, ladite fomme de deux cents

msrante-huit millions quatre cent foixante-quatorze
pille quatre cent quarante-huit livres onze fous neuf

“deniers, defliice a remplacer Vexcédent que les

recettes faites dans le courant de biumaire préfen-
“tent far les dépenfes du. méme mois , en remplil-

~ fant ‘pour cette opération les formalités -preforites

pales précédens décrets de remplacemevt.
ge anke SiN

-+Leméme membre, au nom du méme Comité,

propofe,.et Ie Convention rend ic décret fui-
ot :

+s [a-Gonvention nationale , fur la propofition de
“foa"Gamité des finances , déerete que la tréforerie

nationale. onvrira un crédi: de fept millions 4 fa
Cemmiffion d’adminifrations civiles , police. et tri-

~"bonaax ;

Cours, publics +

\ Retitre 5

De cent quatre-vingt millions A la. Commiffién
Gapprovifisancraent ; oh te
“ De'vingt-cing millions 4 la Cominifioa des fe-
De quarante millions 4 ta Commiffion des tranf-
Pe et meflagerics ; ,
De deux millions cing cent mille livres dla Com-
mifion des revenus nationaux ;
« De deux millions 4 la Commiffion de Vorgani-
fitign ct du mouvement. des armées;
‘De quinze millions 4 Ja Commiffion des armes et
“poudres ; ¥
> De hoit millions 4 la Commiffion des travaux
publics ;
; De quarante' millions ala Commiffion de marine
et Colonies +.
De cing cént mille livres 4 la Gommiffion d’a-
gucalture.
Le préfent décret ue fera pas imprimé.

Sur le rapport de Portiez, au nom du Comité

de légiflation » le décret fuivant eft rendu:

‘La Gonvention: nationale , fur la préfentation de
fon Comité de léuiflation , nomme porr remplir les
‘fonctions de préfident du tribunal révolutionuaire ,
als place du citoyen Muuricault, nommé par dé-
sret du 13 de ce mois, te- citoyen Agier, com-
miiffaire pitional prés fe ujbunal du cinquieme
wrondifement' de Paris.

_ La Commiffion des;adminiftrations civiles, police
¢t tibunaux , ef chargée de prendre les mefures
Aecelfaines pour la prompte cxécntion ‘du préfent

fetet, qui we fera imprimé -que dans le Balletin
We correfpondance. ‘

Boify-d'Anglas jan nom du Comité de falut public.
onvention nationace prouve chaque jour par
fee décrets
Sonflant de fatfollicitude 3 je viens appeler fon atten-
Hon fur Pétat actuel des iles de Rhe et d’Oléron.
® Convention a décréré qwavcva vailfeau ; méne
é He pourrait porter des vivres d'un port
de France a uv aune, Dans ce moment, les iles
@Oléren et de Rhé éprouvant une .difette de graizis ,
pet auprés du gouvernement. Nous vous pto-
Pefots de Permetixve aux vaifleaux neutres ,fortans
be ports de France, Waller mouiller 4 Lile de Rbé
re d Oléron 3 par ce thoyen , cesiles fe verrontbientot
PProvifionnées, ®

La propolition de Boilly eft décrétée.
Dubern. J'ai gac Propefiion a faire, additioanclle















que le bonheur du Peuple eff Pobjet } tinue,

( 463 ) -

que, Vous avez rendue .en faveur du ‘eom-’
Mere. o, 4 Bye? Bans 28

“Gette lei perte qu'il fera formé un tableau des
dermnées de premiere néceffite, dont Vimportation
‘eft prehibés fous les peines Jes plus févergs. Je
demande done que ce tableau foit' préfenté dans ld:
plos courtidélal , primedi, sil eft pollible , afin que:























mexprimer aivfi , la malveillabeen'exporte pas'du
teritoire de la République les bjets qui nous font
les plus yéceffaires. (On applaudit. )

Giraud. Le Comité de commerce soccppe fans
reliche de cet objet important; le rapport fera fait
4 la Convention nationale dans le coarant de la
décade prochaine. . ~

La propefition de Duhem n'a pas: d’gutre faite,

Sur la propofition de Boiffy-d’Auglas, an nom,
‘du Comité de fatut public,.ia Convention étend au,
département de Seine ct Oife, les pouveits donnés
au repréiaitaat du Reupte haciaix:, pour ta commune
de Verfailles. : : :

Boiffy-@'Anglas. Creft actuellement en moo nom
que je views faire une propofiion, dont je demande
moi-méme Ie renvoi au Comité des fisances.

‘Laigmentation confidérable de toutes les denrées
eft nn prand mal, fans doute ; mais il fe frit peu!
deutir g& Papricutent , (qui vend ‘aujourd’hui le
produit de {a teire en proportidn des. frais. de
culture ; au négociant qui fuit ‘le’'cours de -com-
merce , et dont les benefices angmentent én méme-
tems que le prix des’ objets de fa {péculation ;
au journalier qui propoftionned ‘le prix.de fon tra-
vail aux prix des denrées: cet cuchériffement pefe
fur ies falariés et fur les ventiers d’uwe maniere
effrayante,

Quant aux falartés, la‘Conventian, cu du moins
fe Comité, s'occupe d’un travail gui augmente le
traitement. des hommes utiles:,; en déchargeant par
une compenfation jufte Le tiéfor public du paiement
des employés inutiies. :

- Maisiluten eft pas de méme des rentiers et créan-
ciers de l'Etat, qui ne voient pas augmenter leur
revenu en méme tems ;que leurs depenfes ang-
menten.

Je demande que toptes rentes.ou créances far
‘VHtat foieut exemptes de retennes , et le renvoi, de
sette propofition au Comite des finances.

Dukem. Uy a deux mois que-Cambon et moi
nous avoas fait la propofition de Buiffy 3, ellg fut
alors rejetée. ‘

- os ak . . *

J'appuie donc cette propofition, et je demande
quelle ne fait adoptée qu'en faveur des rentiers et
créauciers panvres. Unt

a

fimple et Comité des finances. »
Le renvoi efi décrété.

has

Ghazal, Votre Comité de falut public me charge
}devous propofer de décréter que le repréfentant
‘du>Peuple Elie Lacofte , envoyé 4 Tulles pour y
‘furveiller la manufacture d’armes, fe rendra fans
délai dans fe fein dela Convention , et que le-repré-
“fentant. Pagamel fe readra 4 fa place revétu des mémes

~ a
i potvoirs. ;

t

Cetts prepofition ef. adoptée.

Delmas fait, au nom du Comité de falut public,
un rapport fur’ Deutzel, dans lequel il difeulpe ce
repréfentant du Peuple des didéveutes accufations in-~
tentées contre lui..

Le rapporteur rappelle, entre autres. faite, qu’d
la veille du fiége de Landau, Dentzel envoya 4 Paris
fa ferame et fes enfaus, et.il faic obferver qu'il ferait
diflicile de regarder comme un troitre un homme
qui avait donné de tels Stages de fidélité A la Ré-
publique. ;

Ruamps. Yinterpelle le rapporteur de dire fi Ic
Comite a tuit venir les pieces originales qui font
A Landau.

Non, vous ne les avez pas, vows ne voulez pas
les avoir; depuis deux ans vous trainez cette affaire,
‘pour déshonorer des généraux qui ont bien fervi la
Patrie. G’eft au commencement d'une féance , quaid
it n’y a encore perfoune, que Delmas vient faire
ce rapport, comme il el venu derniérement >» a la
fin d'une féince, vous propofer la defitution dun

par des gueux deflitués. J'accufe’, je dénouce Delmas
pour ce fait.( De vieleas murmures éclatent de
toutes parts. }

On demande qu’avant tent fe rapport foit con-
t

_ Geite propofition eft adoptée.

Delusas’ acheve le rapport , et propofe le projet de
décret fuivant : .

La Convention nationale, aprés avoir entenda le
rapport de fon Comité de dalut public, déerete :

Au. Ie. Uu'y a pas lieu a inculpation contre le
repréteutant,du Peuple Dentzel, d’aprés la conduite
quil a tenue ‘A Landau , foit pour Vorganifation du
diftrict , foit pendant fa durée du blocus. ;

I. Le Comité de falut public eft chargé de pro-
noncer fur les 1éclamatious, ct d'examiner la con-
duite des officiers fulpeadus ou inculpés a caufe
des dillentions qui éclatereat dans cette place. "

Clauzel et Cambon demandent le renvoi pur-et}

grand nombre de bons officiers, qu'on a remplacés |

see aR, “pe =

Duroi.. J'étsis préfent quand-le décret du 3 juillet
a.été rendu. Jo fais co qui pelt pailé relativement &

Landau, of je fuis entra quelques jours apiés la

délivrance de cette place.
| files paffions fe heurtaieut’;

d'un été on
: +

lowait le repréfentant; d'un autre ciré: e"étaiont
x bots . “ + ? .
ceux qui lui étaient oppetér. Je.nuc décide: poiut 5

| pendant: Pinterregue ‘de *ces deux :lois, : fi je puis } mats fobferve que comme if y,2 eu des accufa-

digns graves, comme on ‘a, prétendu .quion avait.
voulu livres cette place , je: cxois .qu’il faut porter,
le plus grand jour fur, cette, aflire. Je demande
done Vsjournement, ct Vimpreflion du. rapport .et,
des pieces, vaib gu amy, te tel eT aah
Nive Tl y a trop Tonig-tems que'cette affaire-date 5
le rapporteur nous a préfenté des” 'fiits’, squon én,
préfenie de conuairés ow qu'on adoptele projet de
décéet. aegis TES Sea nae
. : § A geile AL a a sees tio
_ Dentzel ct Ruamps demandent la parale, ..:

“Le préfident. La parole eft A Dénteel qui Pa des
mandcé fe premier, °° PBS cr a a ee

Â¥

wo i 5 ‘ r ; att spake geet
Dentzel. Je la cede, a, Ruamps.” > | tion
' Ruamps. Je n'ai pas prétendu incolpe? Dentzel 5.
if n’cf aucutde més collegues que je ne défendilfe,
au péril de ma vie; maié “des calomnies ont ‘aufli
eté Jancées contre’ moi: j'ai done demsnds lim-
prefion de toutes les pieces , afin que lon pot
‘connaitre la vérité et rendre, juftice 4 qui elle ett

j deers. MF 8 oad at Bh! es oie ey 4

Dentael.: Trop long-tems l'honnéte homme a gémi
fous le poids. du foupcon. Jai défendu’ une des clefs
les’ plus imiportatites-de—la République ; je m’y fuis’
enfermé aved ‘courage }'j’y ai fait entrera2,300_béies —__
4 comes , qui -ont’n6urri ‘la: garnifon apras la fevée
du blocus; un décreia déclaré que e$ habitans et
fa garnifon avaient biewmérité dé la'Patrie, et
.que le repréfentant “a fait {oh devoir, Depuis{ Ping
‘trigue , “pendant que‘ je ‘travaillais “a anon rapport,
m'a fait jeter dans tes prifons of te terraiifme a
entaflé tant-de victimes. Je ne pouvais lame dif
jeulper§ la vérité était fous Tes’ verroux comme moi.’
Vous m’avez‘enfin rappelé au fet de ls Conventions
wursis pu nie contenter de cette juftice que jewe-
: vais; mais mes ennentis’ n’avrateni pas ‘ demandé
“Meelaivéir cette aflalres fi je nvétalg to, 318 auraient,
gardé fe filence. C’efl mot qui ai fofficiréTe rap-
port; il eft fair, if fsut que vous pronoucies.
' On'n’a jamais eu pareilles citconflances demandé
Vidiprefion “des. pieces ; c’eft Vailleurs VPineérét de
vla Conventibu ffi, elle ne me croit pas julie, il
fait qu’tHe me rejette de fon fein ; il ne doit y
‘avoir ici que des homes’ pars. (On ‘applaudic. },
Je demande gu’on aille’ aux voix’ Sur Ie’ projet de
decret “doa. be OT gd
fl ch adopté ‘ec Mmpreffion du rapport décrétée,








,

Peles. Le Comité de falut, public ne—ceffe .de-
;Soccuper de la marine, dt bientét par les, folue
‘qvit fe dontie, Ta mer fera pow? les Francais’ an
Fthédtre audi glurienx quo les plaines de fa Belpique.
;Les vents contraires qni-fe font gevas -derniere-
ment oat un peu désangé les-plads, qu'il avait con-
reertés. Le vaifleau le Reépublicain.,' apras, avoir été
phat par Porage dans le Ratha deliren 1 a été feté
Hfor’ un des rockers du Goulet. 5 -.eef événercent
malheureux n’a cofté la vied perfonne, et l'on
refpere méme fanver-eu partie ce vaillean. Pour vous
;dedommager de cette affigeante nouvelle je vais
vous donner connaiflance de 3g prifes faites par
les mains de la République. seh |
Courier du 11 nivdfe. oe
Prifes faites par les bricks ta Liberté et le Hafard,
mouillés an port dé la Montague.



yon 4s

' Un brick anglais chargé de’ fruits fecs.

Un batiment chargé de légumes fees pour PEf.
pagne. “
Prifes failes par les corvettes la Jalouze ; la Evater-

wire ef le cuter la Montagne,

Un navire bollandais chargé de feigle. °

Deux chargés davoine. a

Une galiotte prufieone chargé de feigle.

Cing uavires prufliens chargé. d’avoine.

Un brick angiais’ charge «de diverfes
chandifes. E Ee ie aS one

mare-

Prifes entrés au port de la Montagne...

Un navire efpagool chargé de cacao et’ de fucre,
pris par le louyre fe Brillant. a .*
Prifes faites par la corvetis la Nayade.
Un navire hollandais chargé de planches,
Un Iden, chargé de fel, cuirs ta poil, favon”
et vih. gt f a ; kt
Una navire anglais chargé debois‘de c¢onfsuction.’
Un Idem, chazgé de laine , toile et amidon.
Wn navire anglais conlé bas pax idem.
Prifes faites par la corvette le Subtil.

Deux navires anglais coulés a fand. 4
Ua uavire hollandais idem.

Prifes faites par le chebeck le Sparuate. 7

Trois navires anglais charges de facre, café
et indige , dont un armé de 10 canons,
! Prife entrée a Nice. a

Un navire chargé de fuere, cordage eth onde,

" :

> ston









a 464)

Barras..Uu jour mémorable approche; elt Te #2

_ofanvier que le dernier tyran-vet expia fur-léchafaud'

fet crimes dont il s'était Jousllé. Je nw me rappelle
pas fila Convention a déciété que fanniverfaire de
ckite épeque ferait céiébyé dans tontela République.
{ Applaudiffemens réité1és. J “Hu ce jour Pallégreffe
univertelte des Fraugals répoudra d-uue poignée de
royaliftes qui cherchent, -par tous les moyens pof-
fibles , & troubler T'urdre public. Elle prouvera que
la Convention et le Peuple ne cefferont de leur fivrer
une guetre 4 mort. ‘( Vifs applaidiffen en's: ) Et mort,
auf jaisappergu le royaltifine : exeiter’ dans eeite
Affemblée des divifions qui ne font qu’apparentes ;
car la- Convention eft animée du méme, efprit. ( Nov-
veaux.. applaudiffemens..) Hh bien! cette journée
leur apprendra que leur efpoir eft dégu pour jarnais.
Je demande que
foit chargé de préfenter le project de la: fete que je
propofe 4 fa“CGouvention de faire célébrer, te 21
jaovier, dans toutes les Gommunss. de Ia Rope.
vblique. (Les applaudiflemens fe, renouvellent. ) Je
demande que le procé:-verbal de celle qui {era
célébrée d Paris, foi eivoyé aun départemens-et aux
armées , afin do détruire les agcufations de royalifie,
et touies les.calomnies que J’on a sépandues contre

la. repréfentation, nationale. 2
. Cette propolicidin eh déctétée 3 ‘Tunanimité et ati
milich des plus applaudiffemens. :

Duhem, Ul faut qua cette fete foit auf célébrée
aux armées et méme aux avant-poftes. Il fera beau
que nos foldats faffent entendre,.4, coups de canon
aux fatellites du ftathouder et de Vempereur, qu'ils
célebrent la deftiuction du royalifme ; il fera beau de
voir les,bords du -Rhin, de (Efcaut et de la Meufe
retentir des cris de joie des Répubticains. (Applao-
diflemens, }, Il fera beau d’apprendre aux fatellites de
VEfpagne que Vefpoir des Bourbon cf anéanti ; il
fera beau ‘de voir-nos brayes. marins de FOcéan et
de la: Méditeraniiée faire retentir tes échos des

mers de leurs cris d'allégrele, Nos armees n’ont

pas befoin de réglemeat ni de projet pour cela:
cei une fére pour clles, lorfquielles bartent I'en-
nemis et notre collégue Bellegarde qui eft a-cété de.
moi , fsura bien célébrer eu Hoslande la fére de la li-
berté a coups de canon. Nes volontaines feront cela
dabondance de -coeur.

Pénieres. 1 ne faut pas que cette fére foit fenle-
ment célébrée cette annéc, if faut la perpétuer ;.il
faut que le fouvenir de ta mort du tyran retrace
a nos dernicra neveux les maux.de la tyramnie, et
‘Teus faffe détefler a jamais la royaute. Je demande que la
méme féte fe répete chaque année. ( On applaudit. }

Les propofitions de Delle et de Pénicres font
adoptées. a pe? ms

h

Pecks Je demande que, le lendemain Be la
ey

» nous entendions le rapport fur la famille,
apet.” Saab ob F

Cette dernieré propofitioti eft également adoptee
au miliea'.des dpplaidiilimens ‘et des cris de vive
la République ? woe la Convention ‘nationale !

: La-feance eft levée 4-4 heures,

ra

StaNCE DU 20 Nivése.

Un des feerétaires doone lecture de In lettre
fuivanta +

Les veprefentans du Penple prés Uarmée des Pyrénées
occidemiges, dla Convention nationale. — Fighieres ,
Ie 7 nivife, Van.3 de la République Frangaife ,
wie a indiwifible, — : .

, Des notre entrée dang Fighieres, nous remplimes
> un devoir bien cher 4 nos coeurs + en demandant 4
chaque général de divifion les traits particuliers de
nos braves freres Varmes, afi de les préfenter 4
la reconnaiflance: publique. Notre lettre fut tran(mife
" aux diffévens chefs de bataillon , qui, de leur cété,
la Grvent connaitre aux généreux défevfeurs de la
Patrie qui fent fous leur commandement. Prefque
~tontes -lewrs répoafes font uniformes; tous a l'cnvi
déclaremt qwila, n'ont fait que leur devoir et fuivi
Pimpulfiow de leurs cours, dont le moindre fen-
“timent ef pour la Patrie ; malgre nos-vives inflanées
pour les déterminer 4 citer quelque trait, ile ont
perfiflé A déclarer qu'ils avaicnt rempli leur tache ,
et que la defaite des efclaves' était la feule recom-
- penfe quils ambitionnaient. Quels hommes, citoyens
collégues! Voild le véritable républicain : point de
paftions perfonnelics ; ils n’en connaiffent dautres

f ; aroles font’: Fem ie, je [ui
que celle ’ajouter 4 la gleire de la République par | siete ; Femenrs pour ma patrie, je fuis

wee elena



my



_VAbonnement pour te Monlteur te sit A Pats
fours. Le. prix eft , ‘pour Parlg , de 25 liv.
pont année, franc dé port L.

. pablis, inférd dans ke nuindro 804 de gotre fouil!

Bt tant
Pethrseeses

7 : eaeneecisemmrmmnpsanicerninmstiny, per

pour trois mois , 48



s
Â¥,



































le Comité dinftruction publique:

}troiieme régiment W'infanterie , eut la. cuifle em-
Jvive lo République! Meaacé de tember dans cet

4-Grifmont , fom cainarade , et lui dir :

» rne-des Peiteving, 2% 18, U tant

on me a’nboade qu’su commedeement de enaque mois.
du premier Thermidor de en 11, ou du moins de charger t

#adrefer peur tout e¢ qui conserme ls rédaation da laFeuille , wu Rédaateur,

des. iviomphes wouverex, et par les vertas. Veici’
néanmoina quelques traits de dévehment et de cou-
tage qui nous ont-été tranfiais. PE
“Wadjudant-général chef de brigade Dophot, com
tandant la premiers, demirhrigade.des chaffeurs ,
nous rend compte dant fait dont il a éte,.temoia
4 Vaffaire du. 27, bromaire.. Le citoyen’s Frangois |
Mallet, chaleur de la-fixigme compaguie du pre-
gnier bataillon de ‘la divifien, u® 1, étant avge.
Jes tisailleurs que Duphot commaudait, regut une ;
baile A la main gauche, qui lui coupa Je doigt.
On Pengagea 2 fe idtiver.’Non , répondit Mallet ;
meti-moi ma baionrette; if faut-que ces cogiviis-
la: me payent mont doigt. Duphot mit fa batounette
au bout du fulfil, Mallet. courme Ala redoute, et |
y meuta-un des premicrs. Malpré les. inflances des
officiers, if ne voulut, jamais quitter le combat que
de feu n'eit ceffé. Crett Mallet qui-tua “la fenti-
nelle du premier pofle qui fut pris. —

Dans la journée du 27 bromaire , -divifion du:
centre , Jean-Baptite Portenac , ‘d'Indervilliers,,
département de la Meurthe , grenadier au cinquante-

portée par un éclat d’obus.; il ne ceffe de crier:

état au poavoir de Vennemi, il appelle le citoyen
29 Rends-moi
le dernier fervice , dte-moi le peu de vie qui mé
relle ; j'aime “mieux monrir de ta main que de celle
de cés f{célévats que f'abhoure.»9 Son camarade I’em-
braffe les larmes aux yeux, fe retire 4 quelqnes
pis de lui, et lui brile lacervelle. L’enneai voysi:
cette action. | : :

Dans. l'.Gaire du 80 brumaire , le -citoyeu Nail,
hafleur de la compagnie n° 6, du premier batail-
lon du. Gard, pourfuivant Pennemi’ qwil était 4
méme d'aticiudre , fut -bleffe a la jambe; fes cama-
tades veulent Pewporter, il sy retufe, et ne ceffe
de tier des coups de fufil, que lorsfqu'il voit tes
Efp-guels hors de portée. :

R. fier, chaleur de la méme -compagaie, fat at-
teint d'une balle qui lui traverfa les flancs; il conti-.
nuait de donuer des preuves de la plus gtande bra-
‘voure, lorfqu’une feconde balle lui traverfa Ja jambex
il fut enlevé de champ d’houneur aux cris de vive la
Répubique! et, paffant devant fes camarades , il
excita, par les prepos les plus encourageans et les.
“plas civiques ,. fes -freres. d’armés au cembat.

Rothefots, chaffeur dans le feptieme bataillon ,
fut gri¢vemeut blellé fous le menton. Cowage,
diteil A fes ‘camarades , je fuis bl ff€ ,. mais peu
mimpoite, pourow gue fa victoire: foit a nous;
ce nef pas mouriy que de verfer fon fang pour la
pairte. : . : seat

Reque, chaflenr du troifieme bataillon de la
‘Haute-Garonne , favte le premier dans la redoute
gui ¢ft en face’ de ld montagne Boifée , fe contente
Wy défarmer Pofficier qui y econmmandait, et fe met
a la poarfuite des, foldats qui avaieut ofé infulter ,

blique.

Dans la. journée ‘du 30 brumaire , te chef du pre-
‘mier bataillon du Tara., Boyer, a donné le ‘meilleur
exemple, et a bravé tous les. dangeis, eu montant
le premier aux redoutes.d’E{pirulles , et prefque feu ;
il a été! dangereufement bleffé.

Bavtifle Lafon , volontaire at quatrieme bataiilon
de Haute-Garonne, n° 3, étant en tirailleur , eft
‘chargé par trois cavaliers efpagnols; 4 Vaide d’un
peut rocher o& il fe retranche , il- en tue deux:

fes camatades accourent , ct le délivrent du troi-
fieme.

-Pafchal, volontaire au méme bataillen, deuxieme
compagnie , chargé par le commandant de la cava-
Nevie, Vatteud de pied ferme, lui tire fou coup a
dix pas, le venverie, Vacheve avec fa bayonnette
et laiffe fon cheval & un de fes caniarades.

Jean Cadis , caporal;aw fixieme bataillon du Ber-
d'Ambés, huitieme compagnie, natif de Durs , dé-
partement de Lot et Gaonne, ayant une cuiffe
emportée, deux de fes camarades accourent : allez
a votre pofte, leur dit-il, je n’ai pas befoin de
vous. 3 je vais mourix : Vive la République! et il
¢xpira, :

Brillon , eaporal au troificme bataillon de la Diéme,
compagnie n° @, vatif de Tours, fe fentant bieflé,

fort da rang, difant: jen ai ponr mon compte ;

foyez fermes, ne bouges pas. Vive la République !
Condvit 4 Pambulance ,"il meurt en routes fes der-
nieres!



adraMtr. laa” lettres at l’argent, trane de port >
et go liv. pour année
Th “aut. avoir foin oe fe

liv. pour fix seis,


































pendant un quart dheure, les troupes de la Répu- fF

3 @t pour lea dépattciuens, de 28 liv. pour ttois mois, %4 Hy. pot
conformer, pout ln furcté des envois d’argedt ou d’atligasa, a l'arrdto
es lettres qui-renferiuent des aGignats.' ‘

Martin: Vinay | volonteire‘iau. mi ;
naut de Valence , département de eae cult
Als jambe, et fe voyaut fur le pom ae
ra : @ peut deere gin
par Penne}, fe donne ‘Jai mort. * ate puis:
bet og 4 Bed Wire bette Sat a ES
_ Les rept éfentans du peuple Obfervent quits: re
rajent citer beaucoup @’autres traits de ee chee
mais que Varmée n’étaut qu'un compote de Rect’
et p’ayaut ge’on mnéme lentiment’, qu'on ae FOE y,
fir, fe croitall z iécompenfée parla certitude Hi
fait fon devoir, en challant au loin leg en one
la hiberté. Nous vous Vavons deja” dit ai hi
difent-ils yet nous le vepétons’ avec traufpore te
fol dats’ républicains qui compcefent cette aa neh,
Lamour de la Patrie profondément grave dare ie
coeur; vils font amads: jaloux de; fa liberteet de te
galité , et ils faurone défendre cette ‘ploptierdy tal
cieufe, jufqu’a la dernigve poutte de lenr fan ql i
principes d’humanité et de juice ne {oF pai ache
graves’ daus leur ame. et tenr dévollnent 4 it
République et a la Conyemion nationale ch fata
bornes. ( Ou applaudh. }- ah Pe “ABA
La Convention ordopne ile 268¥or au “comes
@inflruction publique, et Vinfertion aa Bulletin,

a



t



Dupin, an’ nom da Comitédes finances. De tous
atr a ae iz
les comptes de Purriére ui Asia Nation’, il n'y¢

; - rs w
aancun de payé; plufieurs font vérifids ; Panitey -
et ce le plus grand soubre , ont été préfentes

aulbiteau de comptabilizé. ;
' Gomme Je buresw de comptabilié n'a ey: ae
trés-peu de commis, et que le nou-jugement des
comptes ‘net pas du fait des comptables) voteg
Comité acpenfe qu il etait jofle de leur faire toge
ther le3 interéts ce leur finence , de leurs infisins
tions fur le grand livre, ou cufin-dd ieurs pentons
dorfqu'ils paraiffenat ne rien devoir, ou de ta-by.
tance faite por eux-mémes dans: leurs comptes ow
par effet de la vérification du burean de cOmpise
bilite. CN batat : wie oa

il eft. beaucoup de .commptables de la ci-devinh
ferns gévérale qui ont préfenté leurs comptes, ot
que cette compagnie n’a pas voulu examiner : cep
citoyens ne peuvent rien toucher, ét font, parliy
privés des moyers d’exitter, eux et lenrs families, =

Ge iont les motifs qui ont determing le Comite deg
finances 4 vous picfenier , par mori orgaue, le-projet
de décretfuivant.

'

La Convention nationale , aprés avoir entendu fé
rapport de fon Gomité. des finances, décxote ‘ce, qui
feats

Les certificats 4 délivrer aux comptables, om exds
jcution de la lot du 93 fiimaire dernier, et -anttes
antérieures , atteflerout qu'il. ne réfulte aucun débet
enyess le wéfor public ,.de fa verification des compres
faite par le bureau de comptabilité, on de pa-
lance faite par fes comptubles, lorfgue les comptes,
‘uetigns et exercices u’ent pas é1d verifies; et dans
les doux cas, ils toucheront leur pevfion , ainh
que les intéréts de leur cautionnement, jufqu'd- -
‘Yaporemeut déGnitif de leurs comptes, ee
Ge projet de décret eft adopte.

{ La _fuite demain. pu

NV. B. Dans la féance du gz, Ia Convention a
rdecrété une exeeption 4 la loi rendue avent-hicd
fur les émigiés, cu faveur des ouvriers non ci-devant
nobles, ov prétres, travaillant de leurs mains aux
fabriques , aux manufactures et 4 la terre, poured
quils ne foient pas fortis depuis le 1¢* mai 1793;
et qu'ils rempliffemt, Ics formalités que la Jui
exige. "Rig Penile



\ 53

LIVRES DIV BRS

Code des Juges de paix, nouvelle éditioh, en
4vol. jn-1g, Les deux pramiers coutenant tous les
décrets des Affeniblées conflituante , Iég-flauve’ at
conventionnelle, fur tontes les parties concemant
fpécialement les juges de paix , lewis affeifeurs et
grefficrs ; le troifieme , des développemens et iat
tructions ; le quatriewe, les formules et la rable 7
alphabétique. Par le civoyen Guichard. Pris 12 lives
ett4 liv. fiance de port. A Paris, chez Garneryy
libraire , rue Serpente, a? 17 om:

me





7

Patemens a4.la trésererie natianale, ; «

Le paiement du perpétuel cf ouvert pong les fis
premiers mois: il fora fait & sore ecux qal ferent

porteurs dinferptions aa grand livre. Celui poet
les rentes viageres, eft de hui: mois 21 fours 66
Vaunée 2793, vienx Ayle. 4



: . i ssc ll
au sitoyen Auioty y dixrataur de da journal, qui saralt tous
: sy aGix woig , et 70% Yes
d» Gomicé defaint

rosdes Peltevins, 0° 1$, depuis ment heures du matio jufqu’d meu! qrares, att foie s





ses





















ie. : f ,

lar

eyi8! rid! . 23 Mivdse,

| “p Oo AL i’ T ‘Y a

‘































U EL
- ZLLEMAGNE

ph ee * Ratisbonne le 23 décembite,.

»

: , b i
ge. dicte a sendy hier un conc'ufum , portant qu'il
‘fea entamé des négociations de paix, ¢t que Pem-
wereurfera prié de “touloit bien, ‘dans cette occa-
y preter fon afiflance a VEmpire , de concert avec



fon, f :
Jexoi “de Peufle.

» Dis burds de UElbe , 28 déceinbre.





oe ‘cour de Berlin , en foifint annoneer aux Eats
-. de PBavypire te resour de 20 mille proffiens fur,
Jes borda tp Rhin a faifi hsbilement cette pects
| fon pour propoler en {fon nom avx villes, impe-
* sales, un emprunt de plubeurs millions dé florins,
fousile prétexte de Isa continuation dela guerie.
‘Les hitéréts de “cet emproat fout 4 quatre pour ceut.
Leroi te difjipfe déja , dit-on, a cuvoyer A cet efter
poagent A Kyanclort.

| 2° Qa effore d’ailleurs que le eabinct de Berlin ‘o's
» apes engore perda tout efpoir @attire: quelques’ fub-
fides britanhiquas. ;
cpa nouvelle fe répand .sméme que la frégate an-
1 Pembauchure de VEtbe , avec un traufport argent
pour le roi'de Pratle.

Le cabinet de Vienne fait de erfiads eramagali-
peinens de fabfiflances de toute efpece dans Ja
Giflicie. ‘On doit charger ces denrées fur la Viftule,

" spihtée que ta navigation n’en fera plus entravée
pac les infurgés. :

Leroi de Pruffe ve envoyer fur les bords du
|). « Blin neuf batteries du corps de Vartilicrie de
/ * gampagne.

ANGLETERRE’:
Londres , le 16 décembre.

: " I
Le rate cabinet envoya des dépéches a lord
Fiiz-Girald. Rien n’a trantpivé de ce que fe minifere
| «=o peut_ marqner a cet amballadcur des tustuns Suilfes,
On n'a pas plus de couuaiffasce des depéches du
_ ‘Nord Dorchefler , gouverneus de Quebed, arrivées
© deaq’- A Peffice cdu tecrétaire Pitt, et envoyées
dar fe champ dford Portland qai était 4 la cam-
pigne. Nee aay ee
By ele 43° il’ stefl tena auffi un ednfiil général au
bureau, des’ affaines dtrangeres,. a T'iffue duquel on
a cxpédie un meffager au général Harcouyt, com:

1 i

GAZETTE NATIONALE, ov LE M

3 de la ns

guerre , E _ of
eompofée de 35 vaiffeaux deligne , attemdu larrivee

a:

1



tin sii ah

ehEbe

» ‘

witique

: - aime

Franca.sé

vivement Vamisal Jarvis, fartdut depuis yon» ecae

vaiffance des faccés des Frangaie dans les Antilles ;
gu on mot, de la reptite de ta Gundcle:.pes ils tui

reprochent de wavoir pas fu faire wn ulape conve-

nable des forces navates’ britanniques aux tBes-du-
Vent. f ‘ .

Eu voici le releve exact, ainli'que de toutes celles §

a .t - ‘
qus ont eté envoyces dans les Indes occideutales, ow
font prétes a Péue, od ‘

Sous le conumandemsent do vice-amiral Jarvis :
le Beyne . 98 canonss fe Vanguard, 743 Te Vettvan,
643 le Diciatenr , 645 le Woolwich , 44s le Beatihien ,
40; la Terpfeore, 325 la Magivienne , 32, le Fote-
bay, 323 fa Kejfource, 285 le Cbre, 18; le bulldog,
wy Cdn Rectenr , 10; fe Berbich , 16.'

Le 16 octobie, il eft parti pour les Indes occi-
denjaigs , fous fe commatelement du vicevantiral
Cadwel: le Mcjeflucux, de 74 canons; le Théfte, de
74; a Bellonne, de 74. BA

Le 26 octabie, avec fe général Waughaa, fous
les Ordrés de Pamiral Bickeron : le Ravillies , de
74 canons; le Gange,
la Furie, de 16.

Paiffeaux préis a

Mi J

mettre d la,woile fous Las ordves de
Camiral Parker. : :

Le Rifonnahle, de 64 canons; le Poliphime , de
64; fe Truly, de 505; fa Forte, de 16. .

Ly outre fe London, tor leguel Pamiral Colpoys
ti hilfe ton pevillon , a rega ordre de fe preparer 4

partir pour ces parages.

PAY S3-BA 3. °
Bruxelles , le 15 » vése.

Le reprefentant du Peuple H-aflmaan a rapposté

de Paris, of if vient de faire uw-voyage , des
jufiactions peu favosables 4 cette willes’Eule avait
41g raxée, peu de tems apres Ventréc des Frangais,
4 cing millions en numéraire. Un nouvel arrété deg
rreprefentans du Peuple,, vient d’impafer cétre ville
A cing autres millions , également ea nnméraire.

Le magifivat s'el alemble extrsordinaivem cnt poor

avifer aux moyens de fournir les cing millions de-
mandés. Lt doit fe concerter ace fujer avec Vadmie.
niftration centrale.

REPUBLIQUE FRANGAISE.

Extratt des nouvell-s de Brest , dw 15 nivase,

‘ Pianmée: ouuale - campofée, de 63 Ditimens de
a appareillé, te ro, de Breft, elle eft

du vaitlean fe Fouguewx , venu de Rochefort , qui

ONIT




































de 743 le Montagne, de 743

remplace ‘le Répubficain. Le contre-amiral Viuftabel,,
qui artive GOfende, et qui a ramené te grand
convor d’Amériqne, commande, une divifion. Les
repreientans du Penple Faure ct. Vrebouart fout a
berd du vailfcau susisal , da Monlagae.

mindaut les troupes britauniqués fur’ le con-
fipcate w




Le méme jour it s’ef tenu auf un counfeil, A
i i a ‘ 4 ae j
Vasirauté, daus lequel ‘on 4 ordonne dé preparer







_une cleadre -pour couvoyer les tranfports et Ics
“troupes. du comie de Moyra a teur deltination. Le
' publkie obftive encore A douter de la réalité de co

projet de defcente fur les cOtes de France, qroique
_. » Hy, papicrs iminifteriels -: d'cn pubiier les
" prépasatifs. Leurs annonces fafluenfes a cet égard

"¥ ont donaé licu au rédacieur du: Morning-Chronicle de

é

ip faite uneallez bomice plaifauterie.

\ staLevendredi, jour de Nodl, dit-W, lord Moyra
a dinéra APuzis : te fymedi il viendra A la Conven-
, 3 Hott, etvéelna Lonts XVID votre prdfident peipetuels
“Wb dicsanch: it affflera wu Te Deum, chauté dans
> 'Teglife Noire-Dame 5 le luudi if enverrs ew Augle-

so» terre par da vole. du télégraphe un détail du tout,

qui tera antese “dang le dfcours que te roi duit

<4 Frotioncer te 3o aux detin chumbies 4 Pouverture

‘da parlement. 99” ys

Fs Mies tes abaffedenrs de FEmpire , de Pruffe et
s de Hallande sabauuchercat avec M. Pitt au, buncay
[> Sw lord Gieuville.

obo" Suivant des lettres d’'Elfaneur, le conful Anglais
~ 'y ngutudu tapitaine de Argos un avis, date ds
AB novemure de la rade d'Antundel, pour prevenir

/y qu'on a-ais upengu ia veille a Cheftiantand twos p
figates francailes , eh qu’on était’ iv que’ les Fores
"dela Répubtique dans ces parages fe montaieui 3

~ P15 batimens de gueire dont’ 2 de lignes en confe-
qu raee’y Te capitaine demande que fi duns une con-
oactore andi alarmante quelqy: batimect briannique

“at ote qaetyue force arrive a EMedeur pil lui foit ore?





y

a Mind dee fe reudre &, Akiuada', ‘ot PArgos et le
se gt Martial "9 fhiops tle’ guerre. avec So yailleaux ‘mar-
Joe) Sliands tout bloqués. oe

* “Led batimens. anglais ne Tont pas plus en foreté
+, Oats fe Suad. que, ‘dans fa mer du-Norde Le contul
afiglais a cenit wa capijaiinc Olacke-de te pas wanqaer |
fis ‘ luicuvoyer des fecours doat if pours dif-+
i * ofers = 4 : at 4 4 to 5 |

ok t

Yanai Une chofe “qui n'échippe point & Vobfervaton ,
@cR que es papicss de da uéforerie Gourmrandeds

‘
pe phs oe Foe
S



4

Ne eft arrivé le méme jour ,.4 Brel, wa batail-
jon de chanans qui ont wis bas tes armes ct qui
vont étre incorporés dans les régimcns de ovarine j
la curioficé avait amené beaveoup de monde pour
les voi. ' ! .

Ce fant des payfans mal vétus et qui n’entendent
que le bas breton s mais quifrmeroni de bans foldats ,
puilque depuis denx ums is one effeyé toutes les
faiigues de ‘la gucrre. Hs paraiifent fort contens
de pare qils ont pris, cu cantéquence du décreat
de la Couvention Gui les sa iendys au fervice de la
Patrice.

chormcterecne anne





CONVENTION NALIGNALE,
Frésidence de Letonracur, de la Manche.

SUITE DE L& SEANGE BU 20 NIVODB.

Creusd. Prfehal, au num du Comité des poles ,
tranfpo-ts et meffaze ics. Girsyens 4 je viens 5 a0 iroin
hi Gernicé des poiles, tantports et mefiapeties , voll
parler det metlugeries , ebjet fi important por tes
selations inpétienecs. " : Oe

Daas le principe, les mellageries wayatent été
infliivécs que pour fe feivice der voyagelrs de
leurs effets et de quelques niirchaastifes Vene granite
valeur qui parla pouvaicet fupporter tes favs 1 aiors
plus coufidérables par la voie ded oreffagsties Que'par
colte ites ronfiais.

Anjuord' hui, le prin des ers -
ment plus eleve que le tan des me ne . ceblesser
ont é@ cransformies en vertivies reat ‘
lage , au ‘grand?detri gent da ucter public. oa offer ,
le pein cacellif des svornes . des foins et des objets
@entreden ayant apgments coutidérab:ement i
wexide pins de aay ouies cube les copentes «tls
‘reecttes.’ Les fruilice de route préfentent chayoe
femaine des deficits imucules , ifs petyent cacore

aller plus loin, pullqus tes aubesgiftes ne vculeat








« 3 x eon
rouliers étant infini-

reat ale 1oue

EUR UNIVERSEL.





eh coincide, (L' 12 Janvier 1495 .%, st.)

plus terir les unciens marchés. L'agence. vous
affuie, que chaque cheval , ¢unetenu 2 fon, compte ,
cule ag etd livres par jour; dlim guire cdté,
les meflayertes ont payé les chevanx-ie polte a raifon
de 3 liv. par polls , tundis que le voyageur ne payait
lui-méme que-g2 fous. : ate

Sans doute i! eft julle que les voysgeurs et tes «fets
fupportent tows les frais du traudzorn. Linydrét na-
Honal ne permet pas qre le wélor public fois grévé
Vone dépenfe excetfive , et Pordve qui doit regner
dinsles finances cxige que les recouvremens balancent
rat moins keg dépentes. Pour atteindre ce bur, il
devicut indifpentable daugmenter de nioitié tes pix
porés par fe taf actwel des meflageries , folt pour
‘Tes perfounes , foit pour les effets. Hn cowlequense ,
votre Comité m'a charg: devous préfenter te po:
de décret fuivant :

La Convention aationale , aprés avoir entendu ia

fageries, déerete 3. ‘ . ‘

Art. let. A compter da jour de Ia publication de
pla préfente ‘lol, Vagence Les meliagerios wationates
fcia percevoir dans tous fes buressx uve aigtuentation
de moitié, outre les prix pértés pat bs tacifs aciuels,
foit pour les voyageurs, foie pour tous autres objets
de tranfport. BO Be, EO *

UW. Le préfent déctet nefera pas imprimes fon in-
fertion-au Bulletin icadra lew de publication,

ou . :
Le Convention adopte ce projet’ de. décret.

blics et des fecours, fait adopter le déerct fuie
yant. ~

A

tapport de fes Comirés de fecours publics et de falut
public , décrete ;

_ Art. Ter, Les pertes qu’ont effuyées les choyens
par Vexplofion de Parfenal de Laadau, feront ré-
paréés aux frais de la République. Les ‘citoyens
bleflés ct les peres et meres, veuves et enfans “de
}Geux Qni auraignt pu péric.ou érre bleffes , aurone
droit aux mnéaes fecouss que les parens des défeae
feurs dela Patrice. — 2

Li. Liétat des pertes feva cou flaté par deve come~
miflaires uommeds gar ludminitication da diftrict de
Landau 3 leurs proeés = verbaux , vifés par Vadmis
nifiaiion, ferout remis aux repréfentyus da Peuple
ed miffion fur les eux. £1 tégtcra defiuitiyemens le
montant @és indemnités , et en ordonuancera Je
paiement. - :

TI. Les

qua fules . A 2ayak
4. Les veuves des citoyens qui ont pen, recevront
chacune 300 livres , ‘et. en Outre too livres pour
chaque enfant au-dcflous’ de douze aus dont elles
font chargécs. Me

Le méme fecours de cent livres eff accordé pour
chaque enfant au-deffus de 1g ans, sil eft infirme |
ct bors d'état dé travailler.

1V. Les enfaus orpheiins de pere et de mere,
avedeffuus de 12 ana, et ceux au-deffus de cet Sge,
sils font infirmes et frors détat de travailler , rece
‘yront chacun une fomme dé 2vo liv.

awplotion secevront les fecours qui leur font atii-
bugs par Particle VUL du titre If de ta tei du 13
paiial , relative aux fecours dus aux famiiles des
défenteurs de la Pate. :

Vi. Les citoyens bleffés , qui
levs domicile, recevront wo {8cours qui fera detere
ming par le’ repiéfeutant dw Peuple, en conlidé~
ration du, plus ou du moins de giuuviie de leurs
bleffares, et qui ue pourra excéder, pour ceux
qui n’out ni femmes ni enfass a lear charge ,
3eo livres, et pourceux qui ont femme et enfans,:
Soo liv. : bi :
VIL. Les femmes et les enfans des citoyens qui
{ont uaités dans ics maifous dholpices., re cevront
des fecours qui feront dévermiués parle repréfeutant
du Peupte, en coufidération de leurs betoins , ot
qui ue pouront cxcéder 3og liv pour tes femmes,
et tooliv. pour chaque enfant.

VILL. Les peres et meses defdits citoyens bleffés
et waités ‘dans les rtailuns Vhofpices , recevronte
une anuée des fecovrg qni leur toat uttribués par
les articles Ee Ik du thre MIL de la foi. du ge plo-
vidfe. : : . Eesioh onyeke 3 ; : ti

LIX. Pour obievit. lesfecours déerétés par les ar¥
ticles précédens, Jes peres et meres y.veuves et
enfane des chbyehs Gui-oat peri , rapporteront, ox
certificat de,leur Commune , qot'conllatera la mort
ou la difparition, defdics: choyeus .4 Tepoque de
Vexplofon de Parfenal , et un certificat des officiers.
de faute A Pépard des choyens bicilés.

X. Les indemnités et fecours Wécietés dang les
“artintes précédens feroac payés fur le chimp pat‘ te
{ recevout du-dstttict de fLandan ,d’aprés les mandee
mens qui ferout expédics pat le repréfemtaut. de
Pouple en iiiffics fur les lieuxs >

KL. Pour Pexecution. de Vatucle précedent, ta: -
P q

CouuniBion des fetours publics fera patter, fur te

' ' - ‘ :
4 : ey * q * é
La Conventifu nationale, aprés avoir entendu le’

u

rapport de fon Gouite des tranipuris, pofes et sefe

V. Les peres et meres des citoyens morts de ladite ©

font traités dans...

!

behamp , fur bey fouds oiis.d fa ditpofiion,, a Pads:

tijniflration de difitict. de” Lardau, la fomme de
eas

&

Un membre, ae-nom des Comités de falut pa- :

é

{ccours provifuices feront réglés ainf









} : y =
! the 3s ‘i
* q J

Vp

'

Ato,ove Liv. , et fucceffivement toutes les fommes $ Laurenceaz. Je demande & vous voulez renvoyer

qui feronr jogées néceflaires’ dapres tes demandes -

dwrepréfenteot du Peuple , set les-arrécés, qui feront
pris fur des demandes par te Gomire des fecours
publics. ae .

é

i

‘de pareils, hommes ? Je pente que tes Comes

*deviaient étre eonfultés pour Laveir-s'il ne‘ doit pas
étre’ fait en lous favews: une, exception a Ja-loi géue-

rales ( Applaudiffenens, }

Les éleves. de Pécole vétérinaire. PAlor fe \pré- | “Le préfident, Craffousy tu peux prendre Ta perole

Jeutent dlabarse; is félicitent la Convestion natio-

nale fur fee advaux , es Piwvitent a: s'ocenper cde i
a oye oe ~ . ® M + ret oot
Vorganiiition définiive de. ileur ecole, gurn'ett |

pas foffifamment pourvue diufimntears et. Vobjes:
‘néceffaires an progiés de leusw études. oe

La Convention nationale renveie cette ‘pétition 4
fes Cowités Vagriculture et des aris, ¢t Mivfiruc-
tion publique, qn'elle charge de faire wn rapport
daus la decade fur cet objet intéieffant.

Feat 7 a : .

Rovere fait rendre le décret fuivant +

La Convention nationale, apres aveit entends. le
xapport de fes Comirés de falue public, de fureré
» générale et de lépiflation réunis , autorife ces trois
Bomnines 4 Watuer définitivement fur Ives demandes
et petitions: en, indemnités , levee de fequeflre et
de feelles', frais de gardiens des perlaanes et‘ des
Mcellés relatifs aug décrets des 18 et 97 frimaive
demies. —. - ; :

Le préfent. déeret ne fera- pas imprimé.
Les membres compofant le confeil-général de la Commune
‘od Auxerre , 4 ld Convention nationale.

_ Repréfemans du Peuple , ainftant méme ot les
nouveaux menibses du confeil général de la Com-
mune d'Auxeires reorgani par-Gaillemardet, votre:
digne coilégne , piduient, dans Tes mains de leurs:
predéceffeurs le ferment’ de avainienit. julgu’d bs
mort le gouvernement répoblic.in- ev démocratique,
Hous apprenons qu'un voen de mogarchifme a été
émis, imprimé, et a circulé dans cette méme cite
guia vu sévanouir ce gouvernement anti-focial.
Par un moavement’ ficulting, les auciens et les
nohveaux taenbres ont répéré ce feul cri. digne des
Pravgais + Vivre libre ou muurir. Tous, ont voula’ qué
ce cii fat porté jufgu'd vous ; vous, les dépobit.ires
de nos drciis; vous qui, foudateurs dé ta Réepu-
bliqne 5 we fouffsires pas que ce: movumetit, defling

ala poférité , éprouve la moindre aueinte ; vous, .

enfin, qui avez j.rouve aEurope q-e, feus.quel ue
forme que la iycauni¢ puille Le pr foster, vous faorice
la terraffer. ete

Regnaud, dela Haute-Loire , fe plaint de ce que
le decret'rdndu avanthier, relativement aux émifzés ,
n'a point encore été-inféve ni‘dans le feulleton , ui
dans le Balletin. Il demande que Pun et Pantie te con-
tlennent demain. :

Un fecrétaire fait lecture de la xédaction de ce
déciet, . : : ts AY? GE
Diem. Ov @ omis dans cenc-rcuavoos-deax pro-
yp fittons faites par Barras, Ja premiere ef cetle qui:
céfend aa Comité d legifl:tion découter. aucune
réciaturtion en faveur des émuigees » et la feconde,
Vimpretion des pons de cenx qui dnt ea reyes de
da lis ‘des émigrés. Je demance le rétabiflement
Weces denk difpofitions, afin que tous ces jachias
foicat banuis du territoire de la ‘République. Por-
cher vous a dit q’un grand nombie Wérigrés des.
ditties de Cambray et @’Avefucs, étaient rentrés
aprés avoir por:é les atmes contre nons pendant
devx aus. Je ne parle pos des maiheurens homies
et des mutheureufes femmes que Veoneuii a eutiriués
apres lés avoir rouds de coups ,-je ne parle gue de

_ ceux qui Punt duivi volovtaireuent. ae

Lantenceau. Je ne veux pasvrevenir fur le décret
que la Genveition a rendu, mais je veux feule-
ment faire deux quefliots importantes. A -~t-on
entendn, par ce déciet, vouloir fshe foitir de
France les ouvriers de Lyon , pir exemple, qne
hh Convention arappelés. ( Quelgnes voix, Non, nou.
Biott A ine extiémité de ia toile.) Cev'n'eht poiat
aflez de celts negation, “il faut Pexpiiner dans la
Joi, fans quii vous aliez ‘renvoyer une Lovle insomt
brable Pevviiers dont Piidufliic aeeroitta les richetfes
de vos ennetiid d-nos piepres dépens.

Graffous. Avg voix la rédaction du déores. |
Quelques voix. Out, outs

Laurenceau. Je demande encore 4 la Converition
fi elle a-voulu faire foitir ‘de France corte foule’ de
matelots quelle a rappelés par un ‘déue: Apecial ;
et dont votre marine aun fi grand befoin, (Murmures
a une extréniité

tion.

§ Lamencean. Lia terrear avalt foreé un ouvrier de
Lyon ale fe vefugier-cn. Soilfe , od il avait établi
une Erbvique. Se décidant a renticr en ‘Franee fur
Vinvitavon. dela Convention nationale, il fat fourd a
Jasvoix impéricule de ta néceffite ct refuls es
foiames covtiddiables qu'on lui offiait pour fes mée-
tiers, sal cha voulules vendre “aux
il prit la hache , les détruifit, at revine dans fa
Pauie, le corns fatistaic Vavoit .éfeivé pour fa Patrie
feule es tmoyens de fon indufzic. ( Apptan-
dillemens. }: a a

Craffius. Aux voix ta rédaction dw décret.

> 4



de la falle, = Lefage+Sénault .
Moyle Bayle et quelques autres parleut dass le brait. )

Craffous. Le décret eft rendu, aux voix la rédac-

étrangets.5

Pivect. ( Vifs ‘applaudiemens, — Oui,

maintenant; tou: tour: ef astives

oye ea ia vin | ye ate ‘
: Graffous. La motion qu'on vient de faire eft étran-
ere a Pobjct de tadifcuffion. UW ng s'agit que “de
avoir fi la rédaction qu'on préfente celt Pexpreflion
fidelle de ce, qui a été décrété 5 cette redaction
efi. bonne, ct je demande qu'elle. foit mile aux

EMOIX.

Fouffetoire. La, Convention doit étre févere contre
les, véritables, émigrés 3 mais elle ne vent pas fouthir
‘qu'on immole une foule de-gens que la terreur a
‘foieés de fuir.( Violens murmiltes daus noe extré-

ais de la falie.)}. J'ai adquis la preuve que fur

40,000 individus des départemens du Haut et Bas-
éRhin quiont émigré, ib y en'a a peine’ dix qu'on
{ puifle regarder comme contre-révoluiionnagires. HH faut

que-ceux-ci péiiffent fous-le glaive de ‘la loi. (Ap~
plaudiffemens. ) Mais il fant aolii étre jofte euvera
les, autres, we £0 age RS ;

« Pai va.d Willembourg , a

‘des yutres Communes de ces départemens, cés mal-

heurtnx qui avaient émipré; ils étaient couverts de }

hailions , ‘et neconnaiffaient pas méme fe, mal qu’ils
laveient.fair, Les pztriotes de ces copirées se detuau~
'daicnt d'uler des pouvoits illiotités que la Conven-
‘tion maviit confiés , pour retdre ces hommes: a
‘fede charrue eta leurs ateliers. Je ue-voulus pas
| prendre coute mefure far moi+, mais, j'en écrivis au
Comité. de légiflation. +: af

L'amendement fait: avant-hier par Bourdon de
:VOfe ne les fauvera pas, car ils-ne pourront pas
\fortiy du teritoire de Esance, ¢t ils férout gulllo-

, tings, quoiquiils ne foient pas plus cougables que

‘ moi.

eet. * 1 ¢ - nye
Daiay. Jai parcoury les diftricts de Wiffembourg
et de Hagueénau , immeédiatement aprés que les eutie-

mis evrent été “tepouifes: de deflcus les murs de

' Sturasbourg.; ‘les campagnes étaient défeites , ving t-

‘etug mille’ liches , qui avaient été ‘an-devane de
Warmier et de Condé’, lorfque lx trabitow leur ect
, liveé les gnes de Wiflemboury , fuivirent les Prul-
fiens 5 qui promettaient de revenir fous quatre ov
cing jours. oe ; : e
lls avaigut tont -fefufé A nos défenfcurs pour
des affiguats; ils donserent-tout ubx. Pruffiess j*ils
i enrent Pinfamie de déshabiller nos volontaires ,, que
‘Pennemi avait refpectés. Enfin , la malveillance etait
telle dans ce pays , qu’on,fut obligé dé ne pas laiffer
»unedeule clothe dans les Communes qui bordaicnt
Yh. Rhin, paree-quée tes habisans s’en fervaient pout
] Svancr des figuane «A ros @pnemis; “ - ac

- Do_gquni zatt-il quchign ici? De niaintenir wa -dé-.

}cret fage qui a deja -
;Giffemens.)

Noo. Us.

folie.

revivitié. ( Qaelques applau-

ent perdu-cing pour-eent le méwe
Duroy, Ce décret a été folesneliement rendu , ct
1il-ne faut pas ¥ porter ateciote, lorfgw'il sagit de
ila rédaction. Pronongons-rious Mave mentere debe
{ nitive; ct que ta Repriiijgque. foit biew convaiueue
que nous voylous ta fauver. (
j Rappeiez vous commerit on abuls:de.la loi biew-
felavte que vous rendires en faveir des cultivateuts ,
Let fur le chunp:tes comtus , les marquis, les dues
devinrent des labourcgrs. A Dieu ne plaife.que je

veuille patter ici cantee les Sans-Gulottes:s car je
fuis toujours Saas Culotte, moi. ( Applaudiffemens. )
Ce u'ch pas aux culuvateurs, ce n'eft pas. aux
panvres que nous en voulous; continuons nos
metures de vigueur contre led eauemis de ia
Pawie, — se ;
| Bellegarde. Jallure a la Convention que tous les
défertears et les efpions qui arrivent 4 laimée du
Noid, nots rapporteric que les émigrés te flartent
Wane prochaiwe renrée en Frances... , a

| Plufiewrs voix: Ly a quatre ans qu'ils difent
cela. . ‘

Bourton te POie. La queftion elt trop importante
‘elle intéefle teop le {lat public et la vie de plu.
firurs millers @howm:s ,. pow wetre pas difewée
avec te calme’ de Ia juflice et de fa raifon.
}plaudifemens, ) Ul wal pefoone, dans Ia Gouven-
tiow , quelle ‘qe'ait été aunefois fon opinion , qui
puille ue fuupgonné de vouloir frire rentrer les
émigrés en. Fronce..( Non, non, s'écricut’ tous les

ake ee . 2
membres en. fe levaut. Cela. u'e/fl pas dais nos eaurs.
Ni daus votre fureté.

di réte. Ce principe nue fois bien
convent, Je ne vOis pas pOurquoién ne feratt pas
une diltinction’ co smandée pat la jullsc cette rai-
fon. Ti ne faut pas confondre des émigrés partiy on
1789, ct ad toutes les grintes. époques.de lution» avee bax, quiont éé forces par la terreur
{ Vits apploudiffemens, } $i nous étious encore Pius
de réxitae aBrcux dont nous fouimes {ortjs > je fais
que la judice ne potirrsit pas. die invoquce ici

(Bruic d une extvemité de la falle, —~ bo.
nault et quelques autres Sricut daus le
beau aire tajurié

(Ap-

Le Sage-Sea
bruit.) Il efl
la caufe de



quand on plide

‘ ae F ye *, i *e
tin hanneur, s'ccri¢-t-on.) Les Wabizand eae

MOP et

Lauterbourg, et dans.




Applandiffemens,, },

plu-,
















* ’ Bs
a
: cd
i phe ae F ; $0" ;
étaient erméa eontie fa Patrie, et vons avez cry ag! eee
la fin de la yévolution , il fallait reunite les sen ana. HBR
épars du corps politique. ( Vifs. appli. ecbtes 5 inp
s pogt Ais pplaudiqersen, ah
Qpoit-Charente.a obienu Pindulgcace AG od + fil
ttde maiheurcax payfans' évarés “par lew pir ee
fallemands , que Menfer -a vomis, pout’ déloter gee 2)
départemeus' du Rhin, ne trouvercut pac eat oy
‘one! {Sh see EFGUE pas jaftice de. : .
vant vous! (Si, #, asécric-t-on de tontes pany” vd
Nons devouy écouter 1a. voix de | Mhumduite td . a
vous ne devouns faire que fes exceptions aweile ee ae
commande.” fApplaudifemens. }’ iy # ie nous “
: * TApplauaieanens.) Je penfe'quil’ fy a ee
charger les Comités ‘de diflingues les dpoques i o itls
motifs de Mémigiation , et 1a qaalité de.ceux; ey ie ees
‘émigré. — ne aa os . | ¥ a a t ne
Gyfion. C’eft impoffible. * mois
Bourdon de P'O.fe. Citoyens, voulez-yous feconde: Boi
vos entremis ? renvoyez-} ; : vider . de da
; emis uvoycz-teur vos miatelots pour Moke aes
ter furs vailfeaux’y renvoyee-lrur 20 mille anyrfere Da
dout Vindufirie vous procurera des objits déchane 5 Ae Re
pour folkante: millions par année; étobliffcr felts crate
‘inausfactures aug dépens des véires. ( Anplaudith x Ns
menos.) Revvoyez dans one. terre inhofpitalicre des i ‘Pucdes
malheureax peylans égarés, condamnez-\cé ane 7 * ply
plus trouver dafile , et vaus en ferez de nouveany ” ia
ennemis. : ; : ‘7 ae Bart
+Fermoos wune ‘triple porte W@airaiu aux vétltables’ durout
éniigrés , anais dMinguons les: ouvrierd , les: cali.’ _, délibé
vateuss , ‘qui. Vétaient avant 1789, et gue la peur" " legis,
a tait fuir..Cette mefure cottera moins a nos cours ’ pace
pet. 4 la. juflice , que Pannitlie gue nous Yong. ~ finer |
accordée 4 Chirettce. Je covnuis aufli les ‘eanfidés ss Yabba
fitions politiques qui pouralent nous retetir: moi Ds
jen fais ielles * Peuseut pas Bappliquer 4 de cm fy oT
}imalheureux ouviiers, 4 de malheurrux paylans, 4s . mil i
de’ milheureux matelots que les ci:confances. tie. * comme
forcés de-fuir le contean affiffn ; mais je fuis que, ‘2° ei
jes principes qui doivent .régir- une grande affere a Boil
blée au commencement @une révolutian , ine fone: _ dedon
pas les mémes que ceux qui doivent fa euider’ 1 fe po
dorfque cette .révolution s'avance majeltuentement Manree
vers ta fin. ye : : = This
Nous n’avons bravé tant de dangers que pour Ie ‘ “aa jou
Peuple ,, et -c’eff pour une partie iniereffante dav . amp
Petplt que je réclame, powr uae pattie néceffaire §, * qu'hela
nos charrues, 4 nos waileain. A nos manufactures. 7 Fide ¢
Je demande le renvoi aux Gomitks , pour examiner. F ‘produir
Fil net pas néceffaire de fixer te tenis et tes motifs pis.dee!
de emigration, et la qualité des’ émigrés. ( Applau- a
diflemens.}. 7 0 PF A ees repréles
LiAffemblée ferme la difevfion, = Aayeil
-Débcm , Cratfous et Léonsrd Bowrdon récloment’ diguem
‘Bne.nouvelle letinre de la rédaction du’ décren: ~ F crag
_ Ou demande d'un autre cété que la propolition de pate al
‘Bourdon de 'Ole foit mite ayx voix. . oe ce
Le renvoi eff décréig. 8 hy
_ Qnelques membres ‘réclament avec force contre oor
le decxet 5. ils defcendent, au, burean pour demaader.,1.. pe
Fappel nominal... * rene. aoe
Toute VAffemblée fe leve en réclamout aufli Tapped a a cad
Bominal. — Il fe fait uu grand tumulte ; le préfident pat ext
fe couyre. : tre Lee
“ot 4 ats
Charlier, Je demande la parole. ; bo oe
Plafiewrs voix. Non, non, Pappel i sity Mes
: 5 s Pappel nominal; nots Goirs de
ne youlons pas: étre leurtés davaritage. celeron
| Le calme renait; le préfident fe décvuvte. firs tx}
CharlierGi le-caline paguait dans la délibération y | Ame
ou ferait convaines qu s. fommes tous pastaite-’ au Cath
ment d'accord. (Nou, doh.) La haine der émigrés: feater:4
“eff uds-profonde dans Pame des patriotes. (Oui , oud.) Let
Nous:fommes done tous d’aceord que tous ceux gui > dee pal
ont ém'geé ne Vont. fait qu’en haine de leur pays. HM . heares,
(Ga w'yf- pas vrai, sécric-t-ou.) Que vouler-vous. ' 3 8
| Teuvoyer au Comité ? ( Les propofitions de Bourdon,
:dit-oas) Vous ne voulez pas y renvoyer Ja haine que oe
jvous avez comtre les émigrés, (Rumeurs. ) Vous ne Un %
voulez pas recvoyer la queflion de favoir fi le pfin« foivante
eipe que vougs-avez contacré ef bon ou ‘manvaity - Bailly.
que voulez-vous dane renvoyer ? ( Les propofitions de> "5 My
| Bourdon, s'éctiv-t-on. ) Une exception qui ef dave 9 Haas
‘la loi méine ?{ Non, non, elle n'y off pas, dit-ou.} = a
H uel’ pos un ouveier utile que vous un’accneillita Aiwy
avec enpreffement, Eh bien’! niaintenes la rédace neuf di
ton qui cf foumile, et renvoyez enfuite aux Comités preffe ¢
pour. fevoir fi Lon fera une exception pour les tuella
sodvilers 5 les lobourcurs ‘et les matelots. fe font
| Hourdon de POife. UW fart, jofyo'a rapport que wie
“ferong les Gomites, fafpendre Pexéeution des me- ‘ a
fures cOeicitives qe wous aves prifes., car il feratt | ma ad
fort tautile de fhireune exception én faveur de gout a ina
qui feraient guibonés. 0 at 2 slp i
_. Merlin dé Douai. L'exception propofée par Bourdon , Fang
rentre dans fea véritables intentions deta loi géené- Ate ec
‘vale fur les émigrés , car elle ne regarde pas, comm® ot Ste
itels les: ouvriers qui ont été -travailler en psys, | Void ¢
Clranper.” Ete leur permet d'aller exercer Jeur tit. : mime
dutirie ailleurs’ que fur le territoire,, frangaiss il ¥ ; wi
aurait’ cdnléquemmeht une injuftice criaute A les, , Tonle,
empécher de renirer. Le décret rendu avantehict ” ce Bae fi
n'exclut point cette exception. It eft inutile de faire, tA aaa
uite nouvelle. loi pour fufpendre execution de celle eel
Wavant-hier. UL fiffie d’en différer’ Vexpedition july -Sitoven
qwau fapport que les. Comités ferout dessin des frinchif
Propofiions de Bourdon. pod : i vg
de le Vendee | ' La propofition, de Merlin eft adoptée. aw
Bay ‘ sg
|
1 1 a





TRS Gaby

© AGT Ps oo = MP ap tey



pas Bi fy CAnglas. Le: Comité: de falut, public vous / Repbttique. On DE veut que le ‘atpue dels jullice mine, contpfiatiite’,” médité “Te contre - révolntion
“at pingofe ai ¢a dre’ au'departement de la Seine ine bet des. fois ’ et lindignation, dtd fon conble coutre | par la difctie ; qu'elle atteigne indiflinctement tous:
1 fititere Jes pouvoirs que vous aver dilégn és ay } tous: les hothines de fang qui’ onttouiilé Jey beaux, Tes doininiteur# , cous les dilapidireurs de LF EEN"
- fepidfeatant, dx Pouvle Lacroix , dans. ie déparie- pjours de da revolinion, Eee ete eo publique et paticoliere, tous Fes égoigeuss , rss ,
<3 “jet dé Scine et One. | ‘ | agen Commune a Perens of, pele ee ecrete an ee mel ave. oo ov eu set
eee, DS we ys ; Veo 228s Intogans , gémilfaie uncore tods we jread; yb elite une enn ces boutresnx qth on ES, 3
Ste Mawmayon. Je eombita cette Propolition, Ih wy « i: Peupley dae cuit ine. 4 A an te oS ‘les prifous, les 2 et 3 fe Yretabret, Retblill ¢ le décxet
p trale, mois (que Lacroix, ef reveau de tilton t Le tiibusdl crienivel ec tes’ meneia's de la focideé qui ordond‘iede Rototiatra’ lex auleuts te fauteurs
“squ a cenfesti a ce qu'il lui Mie donvé -des pou. "populaire dowinaient encere per la tendon; ue] de ces déplorables jeuruées, decret: doitte rappore AM
‘agigs por Merivjlles.,* ae ne eee * ethee EGU GE fguiloline en Permsteie. insulisit 2 vos piincipea...: pelt fans doute Moutyave de la* fiction qué ‘vous ed
angert,& fa mhiffion Mavai foree Patter dang cette | La guiliotine a d'fzarn, le tiluasl et la, focidté | yenez Cabatue } quelle fétniffe tons ces inquifitears
villa; maisiil ne faut pas enfreindse plas longe | Populaire’ font ref ontus ; les -iutigahs ont'en la jrépandus dir tx lavface ode la Franee! que , vos;
“ segms-la tor qui defend, devconficr Sun repréfentant pdouleur de de vot ‘einplacés pat des hommes | Comisés, taffent droit, anx dénonsiations portées,
e nouveaux pOuvelrs , Avaut ae il wait paile {FOKS | brobus y. quills avaiéin ou lupplantés ou pertécuiés, | devant eax , contre des aucicus comités révolation-.
_ mois dans Ja Convention, = 9 “of Le Piuple elt toujours jute quaud “il neti} naires, noiamuent contre celui de notre Section,
ors ry. te ‘Comité... (Bruit dans une exirémieg | Point égné; foo -alfentitieent a été la regle de que Vepuration ordonnée pour. les, autori-es conitis,
tes loit.appliquée a I'é:at-major des Sections de, -









He . fies. operaibons ¢oinwé fon ‘bonheur’ en écajt
do fallen) Ue darcy ee ee ae vt bo : : eta De ee
ae feces et By i war aflall . |, bbe But. SAS i ( Paris, compofé peels faction des setrorifies. ét dee,
f 4 A “i } 3 in + 8g Z ‘ * Sead geet DN cai é. 2 ey
.. Deigw. Oa Venvoie la. pour alla iner les patriotes j Les fétes décadaires: font: obfervées. ayes dete { pa ifans du conive-révolutionnaire Maariot! 0.7. ' * :

| ding ce départements partoutod Pailpo y afitier, | Mais, il me fembie entendre, qu'en uons plain
pyeléica iy, ai donnée Vexemple et te prévepte, er mes pene dé T'ettufion, du..fang , nous demandons celur
Pordvac: y 2 1. f Pilecipes, Paceod avec les vores wnt dlipote [de qusiques millers Mhommes.. Non: nous ne dew
bed dete. ‘ - ear le Peuple ‘A vecevoir vec trandpost le décret gia | mandous Pent, que te fang de ces criminels: foulllg
Plufienrs voix. A VAhbiye. | ee ey Pel doit’ Bxer Vorgatiifation es jetér les fondenieus jle {1 de la libeue. I eft un antre fuppiice a lens
Parra dé’ la tiorale républicaine. A fig = ‘ pi ger pour ‘les puuir dayoir Fait térrogader ‘la
‘Pour micux s'unir 4 yuas, te. Bouck uple des révolution ; qu'ils fotent foicés de coopérer a fom
Volpes applaudit A vos trsvaux fubiimes , aa raps, triomphe , en fervant fur nos guleres; ce fupplice
oe lige, J'ai evtendn bes-diftinctement que Dolem | Port de da loi du Mininiin », qui va reudre We vie p ot pigs ie Pee fi qve aoe .
i sceulé Ch. Lacroix -@aller 4 Riwey pone affife in commerce; au Geevet Wamuiftie , qui arrache © val nes la ae an es) colin ars : 4
faer les patviotzs.- Je demande qu'il tois envoys at ie armes a des freres égarés, et fécialement a ce- | Port, Hs EOE Oe, enp g eee jour rasigie cu
Pe aa 5 : : at qui a rappslé duns ‘vorre feia foixaute-quinze Wun bouheur, quieux feuls ne sgouterant point, et

fe Rouen. ( Violens murmures, }
Nigens Je demande qué Duhem foit ra

‘ees Lohan PSEA. 58 cen D3 bie §
~ Biatabolle. Welt tems de favoir fi quelqnes hommes
auront le droit de trovbier coatinuellement tes
délibérations de: PANemblée ,-en intultant lenss cole

? bbay « 4 - t é t £ e #
Tabbayes. be ; ‘ 7 - de nos Goilégues. Coursbe, vous crie-t-ii de toptes | qa'ils Pentendront répéter ‘mille fois dans tes tranfe
_ Duheme. Fai dit que les arilocrites de’ Rowen parts ! deja la Frauce ne. ‘Lorne -plus qu'une feule | ports de-fon ivreffe et de. fa reconnaiflance , les cris ;
oy pubaffaling les paniotes de la focicvé popolaive, | futile dout: vous dies he peres et Veppui;. cou- | quiils ne proféreat jamaia que pour lécarer. Vise ;
all nel pas nécelfaire de les aller vexer encore tintuez, vos hebreux trivaux; mettéx’fe iccau 4} fa République ! vive la Convention ne:ionale! (Oa
", comme on l'a fait ia Verfailtes. ro Votre sgloire, en confoli dane ‘da dibeaté , et en | applaudic.) : va
“EEE Eke tacts oo Centrale Seats | Rion de Baler uimablan Ae houliur st Yer, geetiev le dpautes® Ving oene'nblel ced !
dedonner 4 Ch. Lactoix eft étrangere a tout objet | Prolpere de la Republique. accens 1epublicatng 4 ‘fa voix dé vos repréfentans , |
yfe-politique; elle uch relative. qu’aux fubfit- Ae Be ’ ‘ tants our jurer une haine implacable A ious les fauteur
fe poluique.; eli : ive. quaux fubfif, Liufertion au Bulletin ef décrérée, pour jurer une haine implacable 4 10 Sasutelee













a
f

antes » du royalifne ; vous venez: pattager_ le mouvement

oy Thihaudede: L’oppreffion de la Chuvention date] _ Un des feerétaires doune lecture de a pétition ar ise Nek Ci ay ig o Hi -Ubereé
dy jour ‘ob cHe 8 permis que Pancien Comité de | {4 citoyen Julian. de Carentan:, par Jaguelle it [,¢ ine k re varakic poyer re. rae ae Ree
* £MH public ufurpat des pouvoirs qui wappartenaient Al : wicurs décrets fucceflifs , la Ped Bees Satara Si ee ea > que
| qu la Cottvemion ellesméme. Rien u’rft minu- Conventida. nationa cra ordonné que le Coniiré oe Bena nt ae + ee < pe ee
‘BB y tux en politiqne, et ta plus petite chafe peut} @e furcté générale tui ferait 4 jour indique te {gais! cel un-blaiphéme qui tend a Pavilir. Beis

prduire-Iei plus grands ubus. Ne neous rélachons uo ous a feu abet le ee celina ia of dade
pis.dee.piineipess le Peuple ferait bien malheureux , fOHVGl au tubiual qui deit connaiire -de Pims | Vilibie et Ugmocratique. La Gonveution nationale ; '
fF - a L . . toe + + 2 + *
ne pretation qui luisa éié faie daveie foulrait

Nilay aviit-damy Le fein de Ta Conv mion qu'un | nn ee eke mite shire
‘ Wg s a t gan i 2 oh at Vs 4 F ; . sin 0 'y Y & 3 vt. al CS als S ala
repréfentant en-érat d'étre envoyé en x.iflion pour | 179,000 livres appartenays 4 la. Republique, afin xe ee ; -

vt ns Agee ack te iL fol $9 ee a es : fg | emer de nouveatx camplots, qu'il’ fachent- au
farveitlee Tes fubfiftances. Chaites® Lacvoix ’ ufera | 1 U foit puni sit eft coupable , ow recouvee ta | Pte Se peumeogs ke

a ; F se age pete is jg | Uberté oil ef innocent... Ne, fe. Peupic ei debout, et que tks repréfentans
dignemant .de fes Pouvoits’, je le fais} mais jé : veiileni.

expefe que par

tappore des caofes de fou anchatioa, ou de fen

: N dempade: ce: ‘ bab carte : fhe Bete et aa et
p “demande, pour le maintien du princine ue le Cet éti A ' : ‘ : F ‘ ‘ are
I Gomite & a blic’ bréfente: Pr pea 4 pb eee. PRUE 68 SETS ER moon: pat La Convention nationale ‘applaudit 4 Pénergie-de
momite. de. falut public’ préfente uu autie membre Leevititre’, ct far fa propolition:, la Convene . ; a ; Gere :
fer A Re 5 aot 2, an » Propolition: ,. schain | | YO8 fentimens sépublicaius; je vous invite eu fon nom
pour aller 4 Rouen. vee sos" PtoM watvoiale Uderete ‘que’, fextidi - proghsin ; S alificed la deans, :
“Leo ptopofiiten AL Nf dace: awa tes, oucltout delai, fon Comité de fureté générale " Ae err tags : 2
La propofiten A Thihands os Bele. he ’ omite de fy gener Oo introdair Ja Section de la H dle-aux-Blés,

_ Monmayott., Je ne “dois “pas: Isiffer’ ignorer -a ta { Bhs dera te apport de Vaffaire de Julian ce
Convention, ue fon decree. qui défend a fxs mere ras) ou. {dic ‘enfin Here ux trou neUR a
de-reBcr plus 4 trois mois en miffon dans fesdépa~ }nailfance de fon affair” appartien..
2, plus d é ee . a ape ae ee
“itbaens cet: plug de. fix aoprés des ‘atmées mek Des iuflructeurs.des éleves da Champede. Mars pré.
" pit exécute. Je demande. que ta Convention 8 f fentent une petition tcudante 4 ébteniy des Aveous

“Nan be UR “auxgad

_ fieal.. ovateur de la députation, Légiflatews, la Ré.
pu hque' -democzatique ov la mort; gictée eters
nel ©. guerre A mort aux royalilles , -wvoil4 ‘les ei
qo) ont reteati dans nore. falle. daflenblée a la
lecture du, décret qui urdowne guune féte ferg célé. : ‘



hajnticnné eagcution dévere. ' et indemnites, ou étre places cthvenablemente, brée le Plaviéle , anviverfsirg du Supplice du der

cane Hee a em 2 - | sg FP uier tyran. 5
Ciaueel. Cela regarde le Comité des déerets. . La Convention nationale dectte le.rénys; ge Hon iby pe tiy ’

| , ; , Mes hbies, vous wavies’ pas‘befoin’ de -cet

7 b ae “ Po fe t? 4 . ey
BM Ce dew: Soy! i les pou- fleur petition av Comité de falu public, afiu fad a. ‘ : af i
Neva ]e de-nande que lou décrete que le Ms ue qd P! ba! vention dk cee “qob-eal a fate av wf Sete pour convaiuere ta Nation de toute votre hata
‘soirs des repréfeogans du Peuple envoyés en milfioa 3 candes Ia. sewaite. &: cause “qs Keres CEPOL ES SE paver ivreyantes meds VOUS ne. vous é ae
. 5 : Se gts f : : 2
cefleront parle fais, dés que le tems de leur millon; et_aux auues le reuvoi daus les dress corps a’ oa! Mule les citgonflances on ue eles pas diffi.
fits tapird. Bae fils obt été tires, avec des fecars e¢ indemuaites | braits Bi feng ‘ Bi Ons tiouves Deg
. es é ‘ Fibro . an : pe : reilles + rela é
oy? S ondeatt : je | Proportiounés 4 leurg beloias faux fevices quis? veuemens mn : ite VtnGS 3 des écrits , des
» Apesquelquas. débats, 14 Convention OHM ONG Lo peuiltias fo, eer baie evelke voue follicitude, et, par
aie 1 eo ¢ ake vs we oe :
mu Cathite de falut public 5 qui ef chargé de pier ae toe pee tou de fui Tepubitcaine , vous avez vouly
‘ 4 « i Ds, a 1 ts ae % = ¥ - > + ‘5 3
feiterwue lei réglementaiie '& de fujei. he op eu toutes: es conpables elperanees,

. cee outer décter vons 4 r :
eg! fh Bay a ae , ‘ jr fa $ proclamez ene les fuics
Le fjrplos dela feance eft employé. 3. entendre De riteur de ecelte dilation Ci flTamorelle Journée du g thermidor 44 and e
tt pétitions particulieres:; elle cf levee a quatre’ _Gutllemin 4 SE See M: Se in Hitoyens Neut guaux viais , qvaux fluceres para Vous
OB kites’ Wes reprélentans : la fection de fl veavola vient en frappez pat ce deciet les hypocrites ! 1 ‘el ae
eae aves oe frasile vous teliciter @avois pala’ décre iqwes Hi fous les partis 5 fous des ruaiquce die aang
Des iférens ,

SEANCE DU. el NIVOSE. Avengé Vinfulte faiue par un cfel} a fa Republique, ils font tous les amis Ges wis.
oly ae, : De grauds orm-s, du fang verfé, du fine que

* : “ty, « >
‘Net ada Liberté de ta pelle. T les. citoyeus qui
§



. 7 *
Une deputation ‘de ta fection

Mutius Scavola
eft admife 4 la baite. :

Un des fecrétaines doune lecture. de la , lettre | compofem eCUee secbeices ai £ vous juré une la Patric, que la juftice ne demandaieut pag
foivameys 7" pees . 2 avenge. d mont Aly royare 9 jf Yous ats deront ! prdvogué des metures féveres ' "th vas
hale Hite acl as Beet ce, ee risdiy Wereltes A leur ferment; commeus, ils préférent ! Piattruire on grand proce s lei patted oo een
Reilly, repréfentant- dy Peuple Mans! les drpartemens dis i neko tus evan de: : ‘dees icles ae Oc ‘J 8 patriotes ant applaud?

of eee » Mont Terrible + fara elds Vofges, - Chtuyens, reprélentans , Pana € que vons avez liber, » parce quills y voicnt fe falut de ta
B.S fenvention natignale. lancé contre Pauteur méprifablén Ouvrage plus! = Muis vous “ne veus ates pas difiimulé 1
i. ag @ que les

Mivayens coflégifes , aprés avoir vilité. avec: foiny mépridable encore, eft une te Mus réplique 4UX > roynlifles ont pu, par des motifs differens
neuf diftricts--du. département des Vofges , je mera"! voeilératiuns, de tgs indivi us ne ceffsient: deg plasdir également. Dans Tes honines: we lai ai

Prelle de vous rendic compte de la fituation ac+). sépéter, Week ene Ber to faiae ou Fon] uationale pourfuit , les royaliftes delehent ‘ole lee
taella-de ce dépaitement. Mes premiers ‘regards’! forpeait la fourhe qr sabe? Viancaatir, vous} complices de Robelpierre gite des: ouitin ne os
fe font portés fur Les @utorités conflituées er les), n’avier d'autre intention que de \lir fa royaute | du 14 jaillet 1789, et du 10! aot 179% Ce veh

Wie i ain ces moullres. qui, ivres 7. Méditalene é iti : :
Setttéa populaires. Be hae : le . ft ras wun, is ee le, maffac iia waillio joey ie dis cane des délits reprochés, ccf la def~
Ife aux luirigans , aux terrerifles, 4 tous leurs!’ Gl n'y a cq Janis re : tons truction Ges patriates qui fait fourine ies toyslittes
ye Pes ‘ 3 Seti as yeas CS ease
avees. un “| Votre décret , Légiflateuss , fera faire leur infolente

ap-
















Buufags, fous qicique forme qivils: fe monitent’ de Erangaie 4 ce cee i i j
me adttlque snsiqae quills fe couyrent ; auothement ¢4 leur hited’ steets leven widie Wee ae TOs jour da’ sing ibertiides elpéranccs
(, WMchible & la Convention natidialé et a fés prin-’ le royslifme ua efe Iqver ta téte \fp eects Ge jour du 2 plavidte sdans Pais, dans ton
repaire, La J les villes , cnc ‘les cauipaynes yee hee

Spes . tela font les fentitnena wit les. amimetit. | aes 8 ahs Se ene Gees
Fartoti: fai van le Penple récapil du méme elprit) j France. enticnt ef ett ie
"te cclateé Lbrement et fina contraine cetie joie j pefecution des hommes ini a
Soe) -trantpoits qui portent Pempreiute de a | defiraction du comescice et a
Vache tthe caractere de la veconnaifance s hommes , j Ces piitemtes exelulives he f
7 tomer,’ enfans . yivitlavda, tous dunbloun s cuctite de leur sep ubilegitiet, = ba carol eta damais | cipes $Me vous attaches quan Peuple; terales
- 3 4B fol revendie » Pode; [a paix et Phare t qu ly ont levé Pétendart v7 a tre'la fenle. toutes les facciors , : éteigues, étouffr,, routes tes
Tonia, la.confiunce Jy plus intime, lé dévofiment le : actarité legitiae : la eae hs ales leurs divjfione.
fe PMO Hotere y foncdes. trite de votre courage eb} crimes tracés co letires de tong pages dey Nous’ concevoné dang’ uné grande alfembléc Ie. -
; , =e hiftoire lene SMELEOE SE Vexccratioh boitéries néceGité d'une falutaive eppodi oy 3 de ste Shiba
etl Gateur dane les offerublies géndiales des Ila Fey Seek jultice-ne Fiyeg forte. | tots fille de Pindéperidance, et fare taquethe Ia
Royens que Pefprit publie weft prouevcé avec} Légiflsteurs, gue Ta cae a6 ae feules {hi cue périvait dans Pengourdiffement; m8 cette
i fs et celle mae énergie dont j’aurais voulis ment tes soyellses eee ceue us préva. oppelition falutsire uous ne a reconnaiffons pag
+ AMY Vous euflies été Teg témoing, On veut fortement j ricateurs , priicipalemen dé Syrsés des | dans tes convultions de Ja baine, ui dans le déii
A" Balntien de la liberté ef (a@erimiflement de fe [ approvifionnemess y outs 6 S008 Ia cont f des plfone ”
Ae? Be : s : \ oo i 5

gic voud ies avez thalfes de :
i? pera f
are : i armces de terre 44 les mers , la France entiere fe
eux y fad levant , jurera furfe cadevre du dernier tyran la Répue
ieee bligue démocraligue on la mort, ‘
‘ta wefure Continue uifliteurs’, wécoi npr
. Wuce, Léeviliteurs , fcoutez que tes pring

Mle voi, lige activive.

‘




t

1

iF , 3 ; ig, 4 j M
5 My j

1 i -





ef

3 x h . . . ie | _ 1468) . - om : i % : = f:

ao

de we Jomajs eecevole dans fon fein, ni les teahires| citer de p:flshles taillears, et q° ff ‘
qni apt é1é shes Vetranger s'armer contre el